En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 13 heures 24 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 13 heures 50 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 13 heures 58 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 14 heures 42 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 10 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 12 heures 13 sec
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 13 heures 10 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 13 heures 59 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 14 heures 28 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 6 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 10 heures
20 milliards d'euros de fraude fiscale chaque année.
20 milliards d'euros de fraude fiscale chaque année.
Fraude qui peut ?

C’est le poids de l’État qui pousse à la fraude sociale

Publié le 23 juin 2011
Un rapport parlementaire estime que le montant de la fraude sociale s'élève à 20 milliards d'euros chaque année. Comment expliquer une telle somme ? Au delà des patrons et des salariés, c'est tout un système qui est mis en cause...
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est : 60 milliards d'économies !, paru aux éditions Albin Michel en mars 2013 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié et l'équipe de l'iFRAP
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est : 60 milliards d'économies !, paru aux éditions Albin Michel en mars 2013 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un rapport parlementaire estime que le montant de la fraude sociale s'élève à 20 milliards d'euros chaque année. Comment expliquer une telle somme ? Au delà des patrons et des salariés, c'est tout un système qui est mis en cause...

Atlantico : Comment expliquer la somme de 20 milliards de fraudes sociales par an citée par un rapport parlementaire publié ce mercredi ? Le rapport pointe notamment la responsabilité des patrons…

Agnès Verdier-Molinié : Nous avons un coût du travail important en France. Les entrepreneurs ne sont pas les seuls fautifs. La situation arrange aussi beaucoup les salariés concernés. Un salarié qui travaille au noir touchera environ le double de ce qu’il aurait touché en étant déclaré, c'est-à-dire après déduction des cotisations patronale, salariales et des impôts.

Un compromis s’instaure donc : le patron est content parce qu’il paye moins et le salarié satisfait parce qu’il gagne davantage.
Donc les patrons ont certainement une part de responsabilité, mais nous avons tous essayé d’embaucher à domicile des femmes de ménage, ou des personnes pour garder les enfants qui ne veulent pas être déclarées. Ne croyons donc pas que les entrepreneurs sont les seuls à ne pas vouloir déclarer les salaires. Beaucoup de salariés ne le souhaitent pas non plus car ils sont alors gagnants sur tous les tableaux : ils ne payent pas d’impôts et pas de cotisations sociales, mais bénéficient par exemple de la CMU.

Même un bénéficiaire de bonne foi peut « frauder » sans le savoir. S’il y avait moins d’aides diverses, la possibilité de fraude serait diminuée. Le problème reste sans doute le manque de contrôle, mais aussi la complication du système et l’empilage des aides. Certains départements ont mis en place des contrôles sur le RSA : ils radient des gens qui ont en fait du travail non-déclaré. Mais la majorité des départements ne fonctionnent pas ainsi.

Il faut donc des règles plus strictes ou regrouper des aides pour que ce soit plus clair : que l’on n’ait pas d’un côté des aides données par le Conseil général, de l’autre celles délivrées par la CAF ou directement par l’État. Parce qu'au final c’est difficile de savoir qui touche quoi. Et puis, il faut avouer que le RSA n’est pas si difficile que cela à frauder : il suffit de déclarer que l’on est dans une situation de famille monoparentale pour toucher beaucoup plus ou déclarer un ou deux enfants en plus. Ce n’est certes pas si simple mais c’est possible.

La Caisse nationale d'allocations familiales a montré que le RSA est beaucoup plus fraudé en moyenne que les autres prestations : les allocations familiales sont fraudées à 0,46%, alors que le RSA est fraudé à près de 4%.

Finalement, plus vous voulez prélever des cotisations et des impôts en imaginant remplir les caisses sociales et fiscales, plus l’incitation à frauder devient forte. Un effet de cliquet se produit car on sait qu’on est susceptible de gagner beaucoup plus en fraudant. 

Le souci reste donc de ne pas avoir de cotisations qui incitent à frauder. Bien-sûr, je ne suis pas pour la fraude, bien au contraire. Mais je peux comprendre les fraudeurs : le système est étouffant et celui qui travaille au noir, avec la CMU et le RSA, gagnera beaucoup plus d’argent, n’aura pas à payer la cantine de ses enfants, etc.

Est-ce que c’est culturel ? Je ne sais pas. Il est possible que les Français soient plus fraudeurs que les Allemands. Mais alors qu’on sait que le coût du travail pour l’employeur entre un salarié français et un salarié allemand est à peu près le même, le salarié français touchera lui environ 7% de moins en net que son collègue d’Outre Rhin à cause de la part qui va aux cotisations sociales.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jihemnet
- 24/06/2011 - 00:11
Si le web n'existait pas il faudrait l'inventer...
Ne serait-ce que pour lire ça. LOL
jihemnet
- 24/06/2011 - 00:11
Patron victime du travail au noir...
On peut lire des choses très drôles sur le web, n'importe quel troll passant par là aurait sans doute écrit, LOL, MDR, même si le troll en question n'aurait sans doute pas relevé qu'en introduction, l'auteur fait passer l'employeur pour une victime, victime de ses salauds de pauvres, de fraudeurs et peu importe si lui même en oubli ses obligations légales...
Aristote
- 23/06/2011 - 17:35
Pulsions ?
Les voleurs volent, ainsi va la vie.

Mais il ne viendrait pas aux bijoutiers l'idée de laisser leur marchandise sans surveillance.

Le système français est un paradis pour les fraudeurs. Les fraudeurs sont des voleurs et l'État est irresponsable, il n'y a pas à excuser les uns du fait de l'autre, et vice-versa.