En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 7 heures 52 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 8 heures 54 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 9 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 14 heures 30 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 15 heures 1 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 15 heures 35 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 15 heures 52 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 8 heures 12 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 9 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 11 heures 55 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 15 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 16 heures 6 min
Le film est loin de prétendre à la vérité objective et de faire le procès d'une France raciste.
Le film est loin de prétendre à la vérité objective et de faire le procès d'une France raciste.
Justice cinématographique

Roschdy Zem n'a pas (encore) "sauver" Omar

Publié le 22 juin 2011
Avec Santiago
Le film « Omar m'a tuer », réalisé par Roschdy Zem, sort en salles mercredi 22 juin. Souvent présenté comme le « récit d'une erreur judiciaire », il est pourtant loin de prétendre à la vérité objective et de faire le procès d'une France raciste.
Santiago est blogueur.Il tient la bibliothèque en ligne catallaxia.net et écrit de temps en temps pour le webzine La catallaxine. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Santiago
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Santiago est blogueur.Il tient la bibliothèque en ligne catallaxia.net et écrit de temps en temps pour le webzine La catallaxine. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le film « Omar m'a tuer », réalisé par Roschdy Zem, sort en salles mercredi 22 juin. Souvent présenté comme le « récit d'une erreur judiciaire », il est pourtant loin de prétendre à la vérité objective et de faire le procès d'une France raciste.
Avec Santiago

Pour son deuxième film en tant que réalisateur, Roschdy Zem s’attaque à « l’affaire » Omar Raddad, ce jardinier condamné au début des années 90 pour le meurtre de son employeuse, dans le Var. Affaire judiciaire et médiatique encore récente (et bientôt de nouveau d’actualité), la tâche ne s’avérait ainsi pas facile, quoi qu’il fasse.

Heureusement l’acteur-réalisateur, qu’on a vu par deux fois incarner des policiers en 2010, ne devient pas un provocateur manichéen dès qu’il passe derrière les caméras. Se basant sur la lecture du dossier, puis sur Pourquoi moi ? d’Omar Raddad lui-même et Omar, la construction d’un coupable de Jean-Marie Rouart paru en 1994 (choix qui ne fait aucun mystère sur le fait qu’il défendra la très confortable thèse de l’erreur judiciaire), il nous a ainsi livré un film sachant s’arrêter à des limites intelligemment fixées, bien qu’à humaniser une affaire on tende toujours un peu à en orienter la perception.

Un film, pas une contre-enquête

Première de ces limitations volontaires : ne pas prétendre dire la vérité. Alors que le projet initial était bien centré sur l’homme plus que sur l’affaire, si en étudiant un peu les faits et devant l’ampleur des zones d’ombres du dossier, il lui est très vite apparu qu’il fallait élargir le propos, pas question pour autant de donner des leçons à la justice. On suivra alors Jean-Marie Rouart (rebaptisé Pierre-Emmanuel Vaugrenard) et sa charmante assistante (elle, plus incrédule) partis un peu en amateurs s’attacher – au départ avec pour seule base l’intime conviction du futur Immortel – à montrer les incohérences de la version de l’accusation, mais sans prétendre trouver le vrai coupable, pas même du côté de la famille de la défunte : Me Kiejman, avocat de cette dernière, en sort rassuré. 

Omar Raddad, dans le film, n’est pas non plus exempt de toute aspérité : on nous le montre jouer au casino, se défendre d’aller voir des prostitués (comme tous les clients honteux du monde) ou refuser d’aller à une reconstitution. Il n’en reste dans l’esprit du spectateur que le doute et l’empathie pour l’accusé, mais c’est là l’essentiel. Le réalisateur s’étonne d’une condamnation sur la base d’éléments pour lui si faibles : « on acquitte, pour défaut de preuves, pour moins que cela, aujourd’hui », nous assurait-il.

Il n’y aura pas de procès de la justice française

Ensuite, on ne trouvera non plus aucune intention de faire le procès de la France, avec ce film esthétiquement réussi et fort d’une interprétation parfaite de Sami Bouajila dans le rôle de cet immigré marocain cloîtré dans une innocence qu’il clame sans qu’on l’écoute et enfermé derrière les barreaux de la langue française qu’il ne maîtrise pas malgré six années passées sur les terres provençales.

Certes, à l’occasion, le poids de la machine judiciaire dépasse l’accusé et l’écrase rapidement au point qu’il en devient pantin secondaire d’un vaudeville où – sans qu’on sache s’il est l’amant ou le cocu – il est mis au placard, est pointé du doigt. Tout comme l’est ce qui est d’après le réalisateur l’arrogance d’un système peu enclin à se dédire et les intérêts d’individus promus au nombre de condamnations qu’ils ont obtenues (la fameuse culture du chiffre). Mais jamais dans l’outrance ; un peu par prétérition, certes. D’ailleurs, « la France est peut-être le seul pays où j’aimerais être jugé » nous confiera encore Roschdy Zem. Indignés insatiables et autres repentants non-repus rangez fifres, tambours, tentes et barbecues, vous ne mangerez pas à ce râtelier-là. La révolution ? Porte à côté. Désolé. Si c’est juste pour une polémique, restez prendre le thé…

Pas non plus le contre-procès d’une France raciste

Enfin, à l’encontre sans doute de ce que laisse entrevoir la bande-annonce, Omar m’a tuer n’est pas un réquisitoire contre la France raciste. Omar Raddad ayant indiqué à Roschdy Zem n’avoir jamais senti un tel sentiment parmi les gendarmes, on n’en a pas inventé pour nous refaire le coup de la diversité opprimée. Par contre, la rancune est plus tenace à l’encontre de Vergès, alors avocat de la défense. Ayant bien flairé et le « produit d’appel » et l’occasion d’une tribune d’où il pourrait mener une nouvelle bataille de sa croisade anti-française en défendant un maghrébin, il avait proposé ses services bénévolement  pour se permettre ensuite d’instrumentaliser le procès et d’engager un bras de fer avec la Cour. Avec la joie de mener son affaire Dreyfus sous les caméras ; un peu moins au prétoire.

Ce n’est donc pas le blanc colonisateur, la franchouille lepénisée ayant oublié de quel étranger elle-même vient et se servant des minorités visibles (et audibles) comme de boucs émissaires tout trouvés, que cherche à stigmatiser le film. Pour Zem, il faut plus chercher du côté du clivage existant entre ceux qui savent jouer avec les subtilités du système et ceux qui restent sur le banc de touche.

Omar Raddad est marocain, bronzé et musulman ; il aurait pu être blanc, sec, blond et lorrain et s’appeler Patrick Dils ; tous deux avaient la tête de l’emploi, tous deux ont (presque) eu le même sort en étant victime d’un délit de sale gueule. Plutôt qu’une justice raciste, on pourra alors éventuellement penser à une justice de classe si l’on croit à l’innocence de Raddad et ne se satisfait pas de l’explication de l’accumulation d’erreurs humaines (trop humaines).

Un procès pour les victimes, pas pour l’idéologie

Au final de notre affaire, c’est la justice qui a fait d’Omar Raddad, le rustique jardinier endetté incapable de comprendre le charabia des mandarins, un boucher (au premier comme au deuxième degré).

Il maîtrise aussi maintenant la langue française et connaît le Code Civil comme un expert. Certains apprennent le droit à la faculté pour y faire carrière, lui l’a appris à son corps défendant. Et attend la révision de son procès de pied ferme, parce qu’être gracié n’est pas justice lorsqu’on prétend être innocent. L’est-il ? Le film le pense et l’aidera sans doute à accélérer les procédures. Mais ce combat sera pour les individus victimes (Mme Marchal sûrement, Omar Raddad peut-être) et pour la justice, pas pour l’idéologie politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Philippe17000
- 22/06/2011 - 19:32
artiste ?????
Le communautarisme comme source d'inspiration ne donne jamais une œuvre remarquable. Mais tant qu'il s'agit de cracher sur la France, son drapeau, son hymne, ses institutions, les deux bouses et leurs semblables seront toujours adulés par les bobos !
NOVY12
- 22/06/2011 - 18:18
Doté de la double nationalité il devrait tenter son cinéma
ailleurs.....
''il est pourtant loin de prétendre à la vérité objective et de faire le procès d'une France raciste !''
Et c'est pourtant bien son intention....
Ces dernières années il s'est spécialisé dans ce genre de films démago..haineux, ''rageux'', .en tant que réalisateur et en tant qu'acteur avec ses copains deux bouzes et consort !
Aucun de ses films n'a eu de succès...
le Gône
- 22/06/2011 - 17:52
Ah bon...
a t il sauvé son compte en banque..car a part cela je vois pas d'autre démarche dans ce film..