En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Les ministres de la défense de l'OTAN réunis le 6 avril dernier à Bruxelles.
Otan en emporte le vent
OTAN : les Européens à la ramasse en Libye
Publié le 18 juin 2011
Coup de gueule du secrétaire d'Etat américain à la défense Robert Gates pour déplorer le manque de capacités des membres de l'OTAN. Décryptage d'une mise en garde alors que la guerre en Libye paraît s'enliser
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Bernard Pinatel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Coup de gueule du secrétaire d'Etat américain à la défense Robert Gates pour déplorer le manque de capacités des membres de l'OTAN. Décryptage d'une mise en garde alors que la guerre en Libye paraît s'enliser

Le secrétaire américain à la Défense de George Bush, et maintenu par Obama, Robert Gates quitte ses fonctions à la fin de mois de juin. En guise de testament politique,  il a dit avec force, vendredi 10 juin, ce que les Américains pensent de leurs alliés européens.

Il les a mis en garde contre "une alliance à deux vitesses" résultat du manque d'investissements militaires et de volonté politique.

Prenant en exemple le cas libyen, Gates a souligné avec raison que seulement 8 des 28 pays de l'Otan - Belgique, Canada, Danemark, Etats-Unis, France, Italie, Norvège et Royaume-Uni - participent aux frappes aériennes en Libye. La moitié des Etats membres de l'Alliance atlantique n'apportent aucune contribution. Gates attribue cet absence de soutien à une insuffisance de capacités militaires : "Franchement, bon nombre de ces alliés restent à l'écart, non pas parce qu'ils ne veulent pas participer, mais simplement parce qu'ils ne peuvent pas. Les moyens militaires ne sont tout simplement pas là", a déploré M. Gates.

Il n’épargne pas pour autant ceux qui agissent : "Onze semaines seulement après le début de l'opération, certains alliés commencent à manquer de munitions et exigent, une fois de plus, que les Etats-Unis compensent la différence."

Cette vigoureuse mise en garde a conduit de nombreux commentateurs à  faire plusieurs confusions qu’il importe de rectifier.

La première est sur la nature même de l’OTAN. L’OTAN n’est qu’une structure de commandement qui possède peu de moyens en propre[1]. C’est moins de 10 000 hommes et un budget de 2 Milliards de dollars[2] . En comparaison le budget militaire de la France est de 66 milliards de dollars. Ce sont les Etats membres de l’alliance qui décident souverainement de leurs budgets militaires  et qui mettent à disposition de l’OTAN des contingents plus ou moins importants en fonction des opérations décidées au niveau du conseil de l’Atlantique Nord qui regroupe les représentants des chefs d’Etats membres de l’Alliance sous la direction du secrétaire général de l’OTAN. Robert Gates a ainsi déploré que l'Otan, "l'alliance militaire la plus puissante de l'histoire", qui peut revendiquer deux millions de personnes en uniforme, ait dû "lutter, parfois désespérément, (avec ses Etats membres) pour maintenir un déploiement de 25.000 à 45.000 soldats", en Afghanistan.

La seconde confusion a été d’en tirer comme conséquence que l’OTAN n’a pas les moyens d’une victoire en Libye car elle n’a pas la capacité de durer. Cette conclusion hâtive fait fi des plusieurs faits importants.

Le premier fait est la décision prise par l’OTAN et annoncée récemment par son secrétaire Général le norvégien Anders Fogh Rasmussen de prolonger de 90 jours la mission en Libye tandis que le chef des opérations pour la Libye, le général canadien Charles Bouchard, a estimé cette semaine que la mission de l'Otan pouvait être accomplie sans avoir recours à des troupes au sol.

Le second fait est d’ordre diplomatique. De plus en plus de pays ont reconnu ces derniers jours le Conseil national de transition (CNT) de Benghazi. Ils vont être probablement suivis dans les prochains jours par la Tunisie et l’Algérie où Alain Juppé s’est rendu cette semaine, ce qui terminera l’isolement géographique de Kadhafi  et donc ses possibilités de ravitaillement terrestre.

Enfin, et c’est un fait indiscutable le temps joue contre Kadhafi. Pourquoi ? Car plus le temps passe plus ses moyens militaires subissent une attrition quotidienne importante. Si on en croit les communiqués de l’OTAN en 7 jours du 9 au 15 juin ce sont 21 chars, 10 véhicules de combat 17 canons ou lance missile sol-sol et 18 lance missile ou canon anti-aérien qui ont été détruits. Plus le temps passe, plus les défections dans le camp de Kadhafi se multiplient Plus le temps passe plus les forces des insurgés se renforcent, s’organisent et acquièrent une expérience du combat. Les avancées de ces derniers jours en sont la preuve sur le terrain.

Il ne faut donc pas être sorti de polytechnique pour comprendre que les jours de Kadhafi sont comptés malgré la volonté farouche et la capacité de résistance de son clan.

La chute inéluctable de Kadhafi, qui interviendra probablement au cours de l’été, laissera néanmoins sans réponses les graves lacunes européennes en matière de Défense pointées du doigt par Robert Gates. 

 




 



[1] Essentiellement la Force aéroportée de détection lointaine de l'Otan (NATO Airborne Early Warning and Control Force) de 3 000 personnes civils et militaires comprenant 17 AWACS Boeing E-3 Sentry et 3 Boeing 707 basé sur la base aérienne en Allemagne[et la Heavy Airlift Wing (HAW) créée en 2009 pour le transport aérien stratégique qui dispose de trois McDonnell Douglas C-17 Globemaster III sur la base aérienne de Pápa en Hongrie.

[2] 6 pays financent à 80% ce budget  (chiffres de 2007) approximativement : Etats-Unis 26%, Allemagne 20%, France 13% , Royaume Uni 11%, Italie 8%

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
03.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
04.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
05.
L’affaire Benalla, ou la preuve qu’Emmanuel Macron est lui-même son pire ennemi politique
06.
Pour la mairie de Paris, la capitale serait salle à cause du réchauffement climatique
07.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
02.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
05.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
alankin
- 19/06/2011 - 12:35
armement US, merci le dollar
car la planche à billets US a toujours permis de financer son armée et ses guerres..Gates n'a qu'à penser au dollar autrement, indexé sur l'or, par exemple, alors là l'armement US serait encore plus pauvre que le nôtre...facile dans ces conditions de nous donner des leçons.
NOVY12
- 18/06/2011 - 18:43
On ne prend pas un vieux marteau pour écraser une mouche !
La France et la GB avec un simple chasse mouche aurait résolu le problème....
NOVY12
- 18/06/2011 - 18:40
Si la première coalition France GB s'était occupée du problème
sans être noyautée par l'Otan et les USA l'affaire serait déjà réglée..
Sans parler bien sûr des nombreux freins constitués par les amis
fournisseurs de la Lybie à savoir la RFA et la Russie....
Les Italiens s'y sont mis mais un peu plus tard.....