En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

05.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 49 min 9 sec
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 2 heures 46 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 5 heures 22 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 7 heures 14 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 21 heures 32 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 23 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 58 min 56 sec
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 2 heures 51 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 4 heures 40 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 5 heures 13 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 5 heures 33 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 6 heures 27 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 7 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 22 heures 19 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 1 jour 8 min
Pas comme au cinéma

« Omar m'a (vraiment) tuer ? » : au-delà de l'« écran de fumée »

Publié le 17 juin 2011
Avec Guy Hugnet
A quelques jours de la sortie du film "Omar m'a tuer", tendant à réhabiliter définitivement le jardinier marocain gracié en 1998, le journaliste d'investigation Guy Hugnet se penche sur les zones d'ombre de la contre-enquête de la défense d'Omar Raddad. Entre la vérité médiatique et la vérité judiciaire, il y a trois hommes : l'avocat Jacques Vergès, l'enquêteur Roger-Marc Moreau et l'académicien Jean-Marie Rouart.
Guy Hugnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy Hugnet est un journaliste indépendante spécialisé dans les enquêtes scientifiques et les faits divers. Auteur d'enquêtes documentaires sur Omar Raddad et Guy Georges pour la série "Affaires criminelles" diffusée sur NT1, il publie Affaire Raddad :...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A quelques jours de la sortie du film "Omar m'a tuer", tendant à réhabiliter définitivement le jardinier marocain gracié en 1998, le journaliste d'investigation Guy Hugnet se penche sur les zones d'ombre de la contre-enquête de la défense d'Omar Raddad. Entre la vérité médiatique et la vérité judiciaire, il y a trois hommes : l'avocat Jacques Vergès, l'enquêteur Roger-Marc Moreau et l'académicien Jean-Marie Rouart.
Avec Guy Hugnet

Atlantico : Pourquoi enquêter aujourd'hui sur une affaire vieille de 20 ans ?

Guy Hugnet : En fait, j'ai fait l'enquête en 2008, pour un documentaire diffusé sur NT1, dans le cadre d'un cycle sur les affaires criminelles. On m'a proposé de travailler sur Omar Raddad, et c'est à ce moment-là que j'ai redécouvert l'affaire. Pour les besoins du documentaire, j'ai repris toute l'affaire à zéro, et j'ai été amené à suivre l'ensemble des pistes d'un dossier très volumineux. Entre la condamnation d'Omar Raddad en 1994 et sa libération de prison dans des circonstances un peu bizarres, plusieurs acteurs sont entrés en jeu - détectives, écrivains, etc. - et ont mené des enquêtes, des contre-enquêtes... Il fallait donc reprendre tout ça pour voir ce qui en ressortait.

Où en est aujourd'hui l'affaire ?

Omar Raddad demande la révision de son procès, qui a été déjà refusée en 2002, pour obtenir la reconnaissance de son innocence. Les enquêteurs ont amené de soi-disant nouveaux éléments, qui à mon avis sont totalement bidons, pour justifier leur requête de nouvelles analyses ADN [le 9 mai dernier, le parquet de Grasse a accepté de procéder à de nouvelles analyses à partir des traces retrouvées en 1991, ndlr], mais ça ne rime à rien.

L'histoire de l'ADN est une bonne illustration de cet écran de fumée qui entoure l'affaire. Si quelqu'un entend qu'on a trouvé de l'ADN sur la porte de la cave où Madame Marchal a posé la main avant de mourir, sans creuser davantage, il se dit « tiens, il y a des empreintes digitales sur la porte », alors que ce n'est pas du tout le cas : ce sont des empreintes de contamination, de la salive, par exemple, qui ont pu se déposer à n'importe quel moment. Ça peut être de n'importe qui, y compris d'Omar Raddad, mais ça ne l'accuse pas pour autant : il a pu aller dans la cave dans les jours qui ont précédé le meurtre.

De la même manière, le détective Moreau a monté toute une histoire à propos du dénommé Pierrot le Fou, seulement à cause de son casier judiciaire. Or, ce n'est pas parce qu'on a fait de la prison et qu'on est coupable d'un autre crime.

Il y a deux choses différentes : la vérité judiciaire et la vérité médiatique. Si l'opinion penche plutôt en faveur de l'innocence, la justice a pour l'instant refusé de rouvrir le dossier, estimant – à raison selon moi – qu'il n'y avait pas d'éléments nouveaux.

Quelles sont les nouvelles révélations de votre ouvrage Affaire Raddad : Le vrai coupable ?

Je montre que les contre-enquêtes menées à la fois par le détective Roger-Marc Moreau et l'académicien Jean-Marie Rouart, sur lesquelles se basent le prochain film de Roschdy Zem, ne tiennent pas la route. On a fabriqué des témoignages, bricolé des preuves et inventé de nouveaux coupables pour disculper Omar Raddad. La demande de révision étant basée sur la contre-enquête du détective, elle ne peut donc pas tenir la route.

C'est une enquête très factuelle, qui n'est pas basée sur l'émotionnel , comme on le fait souvent pour masquer l'absence de preuves ou d'arguments.
J'ai repris toute l'affaire à zéro en exposant toutes les pistes possibles, en poussant au bout de leur logique chacun des trois scénarios envisageables (deux pour la défense, un pour l'accusation), en prenant en compte les contradictions, les points de vue de la défense et de l'accusation.

Je veux que le lecteur puisse se faire une idée à partir de ces faits, qu'il ait tous les éléments en main pour se faire une opinion.

Si l'affaire avait lieu aujourd'hui, se déroulerait-elle à l'identique ?

Du point de vue des analyses ADN, oui, car on aurait probablement des éléments beaucoup plus fins pour apprécier un certain nombre de choses. En 1991, les techniques d'investigation scientifique n'étaient pas aussi pointues qu'aujourd'hui. Aujourd'hui, on aurait certainement une perception différente de l'affaire : peut-être même qu'il n'y aurait pas eu de discussion sur l'identité du coupable.

Sur Atlantico, deux extraits en avant-première de l'ouvrage de Guy Hugnet, à paraître le 18 juin (L'Archipel) :

>> "Les méthodes de la défense en question"

>> "Le détail qui sème le doute"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Beb'R
- 13/06/2011 - 07:52
Autant pour moi !
Ils sont sur un autre article sur le même sujet.
Toutes mes excuses.
Beb'R
- 13/06/2011 - 07:49
Où sont passés les commentaires précédents ?
Y'aurait-il une certaine censure sur Atlantico ?