En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 5 min 9 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 27 min 21 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 2 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 47 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 13 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 7 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 45 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 33 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 40 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 9 min 9 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 50 min 38 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 16 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 39 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 12 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 20 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 55 min
Quand Martin Hirsch s’interroge sur le devenir du milliard d’euros…
Quand Martin Hirsch s’interroge sur le devenir du milliard d’euros…
Excédent budgétaire

RSA : Les demi-vérités de Martin Hirsch

Publié le 10 juin 2011
Martin Hirsch a parlé d'"entourloupe" en évoquant les 999 millions d'euros d'excédents pour le RSA en 2010. Selon Guillaume Allègre, c'est sans doute vrai, mais c'est aussi à cause de sa propre loi, mal conçue dès le départ.
Guillaume Allègre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Allègre est économiste au département des études de l’OFCE depuis 2007. Ses travaux portent notamment sur la fiscalité et les transferts sociaux, les incitations au travail, les inégalités et la pauvreté.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Martin Hirsch a parlé d'"entourloupe" en évoquant les 999 millions d'euros d'excédents pour le RSA en 2010. Selon Guillaume Allègre, c'est sans doute vrai, mais c'est aussi à cause de sa propre loi, mal conçue dès le départ.

Atlantico : Martin Hirsch a fait ses comptes pour l’exercice 2010 du RSA : il y aurait 999 millions d’euros d’excédents. Il se demande où est passé cet argent et parle d’ "entourloupe". A-t-il raison ? A-t-il tort ?

Guillaume Allègre : Il a raison sur le fait qu’un certain nombre de dépenses prévues dans la loi n’ont pas été réalisées. Il a probablement raison sur le montant, quoique je n’aie pas fait le calcul. Cela semble crédible. Martin Hirsch oublie toutefois de dire que, si ces dépenses budgétées n’ont pas été réalisées, c’est parce que la loi sur le "RSA activité" a été mal conçue. La preuve : 2 ans après sa mise en place, seulement 40% des ménages censés en bénéficier y ont effectivement recours.

Pourquoi ?

Je pense qu‘un problème provient du fait que la loi mêle des publics très différents. Le RSA dit "socle" s’adresse aux anciens Rmistes et APistes – allocataires de minima sociaux, inactifs ou chômeurs, souvent  très éloignés du marché du travail. Le "RSA activité", lui, concerne les travailleurs pauvres. Or, le dispositif est "familialisé", c’est-à-dire qu’il tient compte de la composition familiale, et certains des membres d’un même ménage peuvent être individuellement bien insérés sur le marché du travail.

Pour être précis, les ménages qui ont le moins recours au "RSA activité" alors qu’ils y ont droit, ce sont les couples mono-actifs dans lesquels un conjoint, souvent l’homme, travaille, parfois à temps plein, au SMIC et en CDI. Ce couple peut prétendre au "RSA activité", notamment lorsqu’il a des enfants.
Ces personnes peuvent manquer d’informations, et ne pas savoir qu’elles ont droit à ce dispositif. Ils estiment certainement que la prestation est réservée aux travailleurs précaires, alors que ce n’est pas le cas. Ils peuvent aussi considérer que la prestation est stigmatisante parce que liée à l’assistance sociale.

Le problème fondamental est d’avoir voulu "familialiser" l’aide aux travailleurs de telle sorte que le montant du "RSA activité" dépend du nombre d’enfants à charge. Plus ceux-ci sont nombreux, plus la prestation sera élevée. Mais si demain votre usine ferme, vous perdez le "RSA activité", y compris la part liée au nombre d’enfants. Dans ce cas de figure, le dispositif est également injuste.

Que faire pour remédier à cette injustice ?

Il faudrait créer trois prestations à partir du RSA : un minima social qui regroupe RMI et API (il n’y avait pas besoin de changer cela), un complément qui dépende uniquement du statut dans l’emploi et du revenu, et un complément familial qui dépende seulement du nombre d’enfants et des ressources. Cela existe déjà et pourrait être étendu à toutes les familles avec enfants. Finalement, en voulant simplifier, on a créer la confusion !


On entend parler de compensation au RSA, par exemple faire travailler les allocataires 5 heures par semaine, payées ou non. Qu'en pensez-vous ?

L’équilibre de l’assistance sociale, tel que voté à l’unanimité en 1988, consistait à demander une conditionnalité en termes d’efforts d’insertion. Il faut bien comprendre que les minimas sociaux ont été fixés à des montants faibles (460 euros pour le "RSA socle") qui ne permettent pas de vivre correctement. Et si votre référent considère que vous ne remplissez par les efforts d’insertion requis, il peut suspendre ou supprimer l’allocation. Ce n’est pas un droit à l’oisiveté !

C’est d’ailleurs ce que font tous les pays européens : imposer une conditionnalité aux minima sociaux en termes de recherche active d’emploi. Aucun pays n’utilise une conditionnalité en termes de travail. Pourquoi ? Parce que le droit considère que la contrepartie d’un travail doit être un salaire, avec un contrat de travail et la protection sociale qui lui est associée. L’allocation n’est pas la contrepartie d’un travail. Elle répond à un principe de solidarité. Il s’agit d’un revenu minimum de dignité pour les personnes qui cherchent à s’insérer socialement ; un minimum en deçà duquel on ne peut pas vivre dignement.

Proposer de rémunérer 5 heures de travail hebdomadaires associées au RSA revient finalement à multiplier les contrats aidés. La question reste de savoir si des contrats aidés de 20 ou 25 heures ne seraient pas plus efficaces pour le public concerné. Rappelons que les allocataires du "RSA socle" présentent des profils très hétérogènes. Certains ont des problèmes de mobilité, notamment dans les départements ruraux, d’autres ont des soucis de santé… etc. Les aides doivent donc cibler l’obtention du permis de conduire, par exemple, mais parfois l’accès à des soins médicaux onéreux. Les contrats aidés s’adresseraient prioritairement aux chômeurs de longue durée les plus proches du marché du travail.

Cela dit, il faut bien comprendre que les deux tiers des bénéficiaires des minimas sociaux cherchent à travailler. Il faut donc d’abord leur proposer des contrats aidés, et je n’ai vu aucun rapport affirmant que ce public refusait ces contrats. Ce diagnostic n’existe pas. C’est pour cela que beaucoup concluent que la proposition relève plus de la stigmatisation que du diagnostic éclairé.


Et quand Martin Hirsch s’interroge sur le devenir du milliard d’euros…

Tout ce qui est budgété dans les projets de finances et qui n’est pas dépensé vient réduire le déficit public. De même, si les dépenses avaient été plus importantes que prévu, elles auraient creusé le déficit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 14/06/2011 - 00:11
Cinq heures de travail, c'est bien!
Je suis certain que la plupart des bénéficiaires du RSA, à qui on demandera cinq heures de travail par semaine, seront heureux de contribuer à leur réinsertion, même sans être payé autrement que par leurs allocations.Se référer à un droit immuable, qui lierait obligatoirement le travail à un salaire,sans pouvoir s'adapter à une nouvelle donne économique, me parait être un argument conservateur.
chroma
- 10/06/2011 - 23:29
le titre est racoleur...
mais la lecture de l'article laisse le lecteur que je suis sur sa faim... en attendant que le rédacteur ait les yeux un peu moins gros que le ventre je vais me contenter d'accepter les critiques de martin hirsch qui me semblent être autrement objectives et fondées :-)