En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Ces médicaments qui tuent

Distilbène, Mediator : des scandales utiles

Publié le 08 septembre 2011
La justice a reconnu ce jeudi la responsabilité du laboratoire UCB Pharma pour les séquelles causés aux petits-enfants des mamans traitées au Distilbène, pendant leur grossesse... après trente ans de procédures. Les victimes du Mediator, elles, seront peut-être indemnisées plus rapidement. Chaque scandale fait ainsi progresser la pharmacovigilance.
Jean-Pierre Sueur, ancien ministre, est sénateur (PS) du Loiret.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Sueur
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Sueur, ancien ministre, est sénateur (PS) du Loiret.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La justice a reconnu ce jeudi la responsabilité du laboratoire UCB Pharma pour les séquelles causés aux petits-enfants des mamans traitées au Distilbène, pendant leur grossesse... après trente ans de procédures. Les victimes du Mediator, elles, seront peut-être indemnisées plus rapidement. Chaque scandale fait ainsi progresser la pharmacovigilance.

Pour couper court à toute réforme d’envergure, les pouvoirs publics cherchent à nous convaincre que le scandale du Mediator® serait le premier d’une telle ampleur. Ne nous laissons pas abuser… Depuis de longues années, les scandales sanitaires se succèdent : Thalidomide®, Distilbène®, Mediator®… A chaque crise particulière, notre société tente, au mieux, d’apporter une réponse spécifique, au pire, de l'oublier.

Le traitement sans cohérence des drames sanitaires conduit à une injustice et à une discrimination majeure. La sur-médiatisation de l'affaire Mediator® est à la mesure du silence que les autres victimes doivent supporter. On ne peut accepter le déni actuel à l’endroit, entre autres, des victimes du Distilbène®, alors que cette histoire exemplaire est aujourd'hui enseignée comme "modèle" des erreurs à ne pas commettre. Ce produit, administré en masse aux femmes enceintes jusque dans les années 80 (1977 en France), a la particularité perverse de toucher non seulement les consommatrices, mais essentiellement leurs enfants, voire leurs petits-enfants. Évoquons également les victimes de réactions rares aux médicaments provoquant des atteintes gravissimes de la peau et des muqueuses (syndromes de Lyell et de Stevens-Johnson). Il est inconcevable que toutes ces victimes doivent – parce que leur pathologie est due à un autre médicament – être les « oubliées » de l’indemnisation.

Toutes ces victimes ont à supporter, à leurs frais, et dans le silence des médias, des années de procédure individuelle, d’expertises et de contre-expertises pour espérer obtenir enfin une reconnaissance de responsabilité et une réparation de leur préjudice, n'ayant pas d'autre choix. Au bout du chemin, certaines découvrent que, parce que le risque était signalé dans la notice, elles n’ont aucun recours légal et se voient déboutées. Pourtant, comme pour le Mediator®, les effets indésirables démontrés et les dommages irrémédiables causés à leur santé sont le fruit de médicaments ou de dispositifs qui ont été validés par les autorités administratives et politiques, et financés par la collectivité. Le médicament constitue un progrès indéniable pour notre société, et l'industrie pharmaceutique contribue à la richesse nationale, mais la gravité de certains effets dit « secondaires » est à la mesure des avantages ainsi procurés.

Aujourd'hui, pourquoi ne pas utiliser le scandale du Mediator® pour obtenir une réponse générale, en permettant l’émergence d’un principe de responsabilité globale fondée sur le risque lié à la prise d’un médicament ? Le gouvernement doit se saisir de cette affaire comme d'un levier pour progresser vers une réponse sociale définitive à un risque collectif avéré. Le profit tiré de la commercialisation d’un médicament est assuré par la solvabilité qu' apportent aux laboratoires pharmaceutiques les remboursements de la Sécurité sociale, laquelle est financée par l’ensemble des contribuables et assurés sociaux. Il ne serait donc pas choquant que, comme pour les risques professionnels, le coût d’indemnisation des victimes soit automatiquement supporté par les entreprises à l’origine de la création du risque. La mutualisation d'un risque collectif, supportée par les laboratoires pharmaceutiques qui en sont à l'origine, présenterait un double avantage : garantir aux victimes une indemnisation rapide, mais aussi, inciter ces entreprises à promouvoir une politique de prévention.

Le scandale du Mediator® devrait être également l’occasion de donner aux victimes les moyens de se défendre en permettant des actions judiciaires collectives. L'absence de procédure collective (« class action ») rend le combat bien inégal. Alors que les victimes des scandales sanitaires n'attendent que cela, pourquoi avoir totalement évacué ce sujet des Assises du Médicament ? S’il est sûrement intéressant de réfléchir des heures à la charte de déontologie des visiteurs médicaux ou à la formation continue des médecins, l’effet d’autorégulation induit par l’épée de Damoclès que représentent les « class action » pour un laboratoire pharmaceutique serait, lui, immédiat.

Le choix reste maintenant ouvert : soit notre société apporte une réponse définitive à la responsabilité du fait des médicaments, soit nous reverrons dans quelques années, voire quelques mois, émerger un nouveau scandale sanitaire. Victimes et citoyens, nous attendons une réaction d’envergure et une solution véritablement politique. Sinon le Mediator® n'aura été qu'un scandale de plus.

Arnaud de Broca
Secrétaire général de la FNATH

Sophie Le Pallec
Présidente de l'association Amalyste

Anne Levadou
Présidente de l'association Réseau D.E.S. France

Jean-Pierre Sueur
Sénateur du Loiret

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

03.

BCE : pourquoi l’équipe de Christine Lagarde pourrait cruellement manquer d’économistes

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

06.

20 après le Kosovo, l’Occident et l’UE devraient-ils éprouver une pointe de regret vis-à-vis de la Serbie ?

07.

Alerte à la pollution des pneus et des freins des voitures

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Quand Jeff Bezos affirme à ses employés qu’"Amazon fera faillite, car Amazon n’est pas immortelle"

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Cet autre mal Français qui se cache derrière le recul de la liberté d’expression en France

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires