En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Japon : une lueur d'espoir au milieu du chaos

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 7 heures 47 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 8 heures 17 min
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 9 heures 10 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 9 heures 55 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 14 heures 9 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Société
Monde malade

De Mickaël Harpon, au pilote de Germanwings, en passant par les tueurs de masse : la crise du sens qui ébranle le monde occidental

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Media
Tribune

Lynchage sur les réseaux, retour sur l'affaire de la Ligue du LOL

il y a 15 heures 57 min
décryptage > France
Coûteux principe de précaution

Lubrizol : qui va payer l’addition pour les exploitations agricoles touchées ?

il y a 15 heures 59 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 8 heures 19 sec
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 8 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 9 heures 38 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 10 heures 7 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 11 heures 3 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Environnement
Mutins de Panurge

Cette épidémie de pensée magique qui se répand chez les activistes de l’environnement

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Sport
Surhumain

Un marathon en moins de deux heures : jusqu’où pourra-t-on repousser le corps humain en matière d’exploits sportifs ?

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Economie
Sans vision

Budget 2020, une occasion ratée

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

il y a 16 heures 5 sec
Scandale sanitaire

Distilbène : UCB Pharma condamné en appel

Publié le 09 juin 2011
UCB Pharma vient d'être condamné en appel ce matin, la justice reconnaissant sa responsabilité jusqu'à la 3e génération, à savoir les enfants des enfants touchés in utero par le Distilbène, entre 1948 et 1977. Une victoire pour les 80 à 100 000 victimes directes, et leur descendance.
Nathalie Lafaye est secrétaire de Réseau DES France, association d'aide aux victimes du Distilbène.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Lafaye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Lafaye est secrétaire de Réseau DES France, association d'aide aux victimes du Distilbène.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
UCB Pharma vient d'être condamné en appel ce matin, la justice reconnaissant sa responsabilité jusqu'à la 3e génération, à savoir les enfants des enfants touchés in utero par le Distilbène, entre 1948 et 1977. Une victoire pour les 80 à 100 000 victimes directes, et leur descendance.
[Mise à jour jeudi 9 juin 14h50]

 

Nathalie Lafaye, comment réagissez-vous à la décision de la Cour d'Appel de Versailles?

L'association d'aide aux victimes du Distilbène est contente et soulagée pour la famille d’Hélène et de Louis, un garçon lourdement handicapé. C’était une angoisse quotidienne. La mère se disait : « Que peut-il se passer quand on ne sera plus là ? » Le garçon a besoin d’une assistance permanente. J’espère maintenant que la procédure s’arrêtera là. Il faudra toutefois attendre la décision de l’UCB pour que la famille puisse s’apaiser et tourner la page. Le laboratoire est toujours allé au bout des procédures judiciaires. J’espère que cette fois-ci, il ne le fera pas… Ce serait important.

[Mise à jour jeudi 9 juin 11:15]

La Cour d'Appel a condamné ce matin UCB Pharma à 1,7 million d'euros de dommages et intérêts au bénéfice de Louis, handicapé à 80 %, du fait, d'après la justice, de l'exposition de sa mère au Distilbène, in utero, en 1958.

 

[Interview réalisée avant la décision de justice, mercredi 8 juin]

Jeudi, la Cour d'Appel se prononce sur la reconnaissance du préjudice de la 3ème génération des victimes du Distilbène et sur la responsabilité du laboratoire UCB Pharma quand aux séquelles du petit-fils d'une femme ayant pris la molécule D.E.S. pendant sa grossesse en... 1958. Comment expliquez-vous cette lenteur par rapport à l'affaire du Médiator ?

L'affaire Médiator n'est pas terminée, il ne faut donc pas tirer de conclusions hâtives. Mais il est indéniable qu'en trente ans, la société a beaucoup évolué, notamment du fait de notre combat.

Il y a eu de grandes avancées dans le domaine du droit : en 2009, la Cour de Cassation a inversé la charge de la preuve pour une victime du Distilbène atteinte d'un cancer ACC (Adénocarcinome à Cellules Claires). C'est donc maintenant au laboratoire de prouver son innocence, plutôt qu'à la victime de prouver sa culpabilité.

Par ailleurs, on ne réagit pas aujourd'hui avec le Médiator comme on l'a fait il y a vingt ans avec le distilbène, car les attentes des citoyens ne sont plus les mêmes. C'est suite à l'affaire du distilbène que les États se sont dotés d'agences du médicament. C'est l'une de nos consolations : au moins, maintenant, il y a de la pharmacovigileance. L'affaire du Médiator nous heurte d'autant plus qu'elle a eu lieu malgré cela.

Cela veut dire qu'il pourrait y avoir d'autres Médiator, d'autres Distilbène ?

Sachant que les mêmes comportements produisent les mêmes effets, je pense que le Médiator ne sera pas le dernier scandale de sécurité sanitaire, car les laboratoires sont davantage motivés par les profits que par la générosité et l'humanisme.

Quand on sait que pour le Distilbène, l'alerte a été donnée en 1971 et qu'il a fallu attendre 1977 pour pouvoir l'interdire, et qu'il a été prescrit en Pologne, au Mexique ou en Afrique jusqu'au milieu des années 1990, c'est la preuve qu'on ne peut pas déléguer aux laboratoires le suivi des médicaments. Il faut faire mener des études par des équipes sérieuses et avec des financements indépendants.

Quelle est l'attitude des professionnels et des autorités sanitaires ?

Les maladies provoquées par les médicaments mettent toujours les médecins mal à l'aise, car ils sont là pour soigner, pas pour faire du mal. Dans ces cas-là, la réaction la plus courante, c'est le déni. Il y a néanmoins un certain nombre de médecins qui ont pris fait et cause pour faire valoir les conséquences nocives du Distilbène, en plus de son inefficacité totale.

L'Affsaps (Agence française de sécurité des produits de santé)  a, quant à elle, alerté les professionnels de santé en 2002 et travaille aujourd'hui encore sur les conséquences du médicament sur la 3ème génération.

Si la justice a progressivement reconnu les méfaits du Distilbène (stérilité, handicap, cancers, fausses couches), c'est surtout parce que le ministère de la Santé a reconnu sa responsabilité. Si l'on n'avait pas attendu 6 ans pour contre-indiquer le médicament à la femme en enceinte, on aurait pu limiter le nombre de victimes : si l'on estime aujourd'hui à une centaine le nombre de cancers ACC, plus de 80 000 filles nées de 200 000 femmes enceintes ayant pris du Distilbène sont aujourd'hui touchées par les conséquences du médicament.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Japon : une lueur d'espoir au milieu du chaos

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires