En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 28 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 11 heures 6 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 49 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 46 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 19 heures 7 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 50 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 15 heures 44 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 27 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 18 heures 43 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 57 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 49 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 53 min
Christine Deviers-Joncour : "C’est à croire que les spotlights des projecteurs des médias et les girophares sont le viagra de nos dirigeants politiques".
Christine Deviers-Joncour : "C’est à croire que les spotlights des projecteurs des médias et les girophares sont le viagra de nos dirigeants politiques".
Machisme politique

« Je suis devenue "la putain de la République" pour sauver les "putains" au masculin ! »

Publié le 03 juin 2011
Interview de Christine Deviers-Joncour. L'ancienne compagne de Roland Dumas livre pour Atlantico son point de vue sur le machisme des dirigeants politiques français.
Christine Deviers-Joncour
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Deviers-Joncour est devenue célèbre du fait de son implication dans le volet de l'affaire Elf-Roland Dumas.Depuis, elle se consacre à la musique et à l'écriture d'essais et de romans, dont La Putain de la République (Calmann-Lévy, 1998) ou...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Interview de Christine Deviers-Joncour. L'ancienne compagne de Roland Dumas livre pour Atlantico son point de vue sur le machisme des dirigeants politiques français.

Atlantico : Vous considérez-vous comme une victime du machisme du monde politique français ?

Christine Deviers-Joncour : Oui, j’en ai souffert. Ca a été une horreur. Cela fait treize ans que ça continue. Bien-sûr tout dépend de ce que l’on appelle « machisme ». Je n’ai pas été victime d’agression sexuelle. C’est important de faire la part des choses. 

Mais on s’est servi d’une liaison que j’avais avec un ministre. Lui a été blanchi et relaxé, moi j ai pris une peine plus importante. Je me suis faite traitée de « pute ». Encore récemment, Roland Dumas a sorti un chapitre entier d’horreurs sur moi dans un livre.

En octobre dernier, j’ai fini un livre intitulé « La Morsure du rat ». J’y attaque les hommes qui nous gouvernent, en racontant leurs comportements sentimentaux, amoureux et familiaux. Des anecdotes jalonnent l’ouvrage, elles décrivent des faits qui se sont réellement déroulés. Aucun éditeur n’en a voulu. Selon moi, le livre est blacklisté en France. Je suis obligée d’aller chercher à l’étranger des éditeurs courageux et libres.

L’ouvrage propose une succession de douze lettres et raconte l’histoire d’une femme qui a vécu, qui s’est isolée (suivez mon regard…) et qui aide une autre jeune demoiselle qui se trouve en grand désespoir amoureux. Elle lui donne donc des conseils, et, pour la détendre, lui raconte des anecdotes vécues par d’autres femmes pour lui montrer que les autres aussi souffrent.

Figurez-vous que la deuxième anecdote du livre concerne un ancien ministre de gauche dont on parle beaucoup aujourd’hui, à ses débuts. Une amie très proche qui travaillait à l’Élysée auprès de Mitterrand avait en effet eu à faire à lui…

Bien-sûr, je n’ai pas mis de vrais noms dans le livre. Une maison d’édition m’a appelée avant-hier : l’éditeur voulait que j’écrive le même livre mais avec les noms de jeunes femmes qui ont subi des agressions sexuelles d’hommes politiques. Je ne peux pas parler de la vie intime de femmes qui n’ont pas porté plainte et leur nuire par voie de conséquence.

De toutes façons, en France, il est difficile de parler de tout cela : si la femme a le courage d’aller jusqu’au bout et de déposer plainte, elle va à la rencontre de beaucoup de déboires. Regardez, moi, j’avais une simple liaison amoureuse et j’ai été traitée de « pute ». En France, toutes les femmes semblent être considérées d’emblée comme des « putes » ! Comment voulez-vous ensuite vous défendre ?

J’ai pris tous les coups pour sauver ces messieurs. Je suis devenue « la putain de la République » pour sauver les « putains de la République » au masculin ! Je l’ai fait le temps qu’il a fallu. Sans doute parce que j’étais encore amoureuse de Roland Dumas… Mais quand je suis sortie et que cet homme a dit qu’il ne me connaissait plus, je me suis jetée dans le combat contre la corruption pour dénoncer ce pourquoi j’étais inculpée : les frégates de Taiwan.

Peut-être qu’actuellement en France nous sommes en train de prendre un virage, que les consciences s’ouvrent, peut-être que l’on va ramener un peu de tenue dans ce pays à tous les niveaux. Je pense sincèrement que le pouvoir conféré à nos dirigeants leur fait perdre tout sens des réalités : ils se croient au-dessus des lois, ils deviennent fous. Le pouvoir et l’argent les rendent fous. C’est à croire que les spotlights des projecteurs des médias et les girophares sont leur viagra.

Les femmes doivent donc être blindées pour évoluer dans ce milieu. Bien-sûr il reste quelques femmes… il faut bien respecter une certaine parité… mais nous sommes encore loin du compte, il y a du chemin à faire.

 

Certains hommes prétendent que des femmes jouent aussi de leur pouvoir de séduction pour assurer leur carrière. Qu’avez-vous envie de leur répondre ?

Les femmes et les hommes jouent de leur pouvoir de séduction depuis la nuit des temps. Faire de la politique n’est-ce pas séduire ? Quant aux femmes en général, la féminité n’est-elle pas déjà en soit une forme inhérente de séduction. Les hommes se servent bien de leurs pouvoirs socio-économiques pour régner. Pourquoi les femmes ne se serviraient-elles du pouvoir de séduction qu’elles ont sur eux. Réponse de la bergère au berger !

Les hommes sont responsables car ils sont demandeurs et (provocateurs) de cet effort de séduction de la part des femmes. Elles ont aussi l’intelligence qui n’est  pas automatiquement reconnue et elles la mettent en valeur dans l’emballage qui constitue leur séduction personnelle. Nous vivons dans un monde d’hommes et les femmes sont en état perpétuel d’auto-défense ! Je suis mariée en Norvège et je me suis rendue compte combien les femmes y étaient respectées et considérées mille fois mieux qu’en France…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Nébuleuse
- 04/06/2011 - 17:25
Autre époque...autres moeurs ?
Ce qui m'avait troublée, il y a longtemps maintenant, fut le témoignage télévisé de Mme Deviers-Joncour, sur l'acharnement du Pouvoir d'alors sur elle même à la suite de la sortie de son livre "la Putain de la République" en 1998, mais aussi sur ses deux enfants dont les comptes bancaires avaient été dépouillés sans aucune forme de procès. M'est avis que les ordres n'émanaient pas de la Droite.
Rudi
- 03/06/2011 - 12:02
typo
je me suis faite traiter / n’est-elle pas déjà en soi
porticcio
- 02/06/2011 - 17:49
Putain ! La chanson de Roland ça craint.
Il a dû vous en falloir du courage pour polir et repolir une des statues les plus fumeuses de la dynastie Mitrand, vieille statue d’ailleurs qui a su peut-être en écouler d’autres dont la finalité pourtant était de faire naître un nouveau musée. Dommage, vous êtes belle et délicieuse et avec un nom à vous faire la cour, vous méritiez certainement beaucoup mieux.