En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 9 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 12 heures 29 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 13 heures 24 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 14 heures 10 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 17 heures 23 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 8 heures 51 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 9 heures 27 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 12 heures 51 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 13 heures 45 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 14 heures 24 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 15 heures 30 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 18 heures 36 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 19 heures 31 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 20 heures 30 min
© Reuters
Anne Lauvergeon accusée par la Cour des comptes d'une gestion désastreuse d'Areva
© Reuters
Anne Lauvergeon accusée par la Cour des comptes d'une gestion désastreuse d'Areva
Toujours les mêmes

Consanguinité des élites économiques françaises : Areva paie la facture... et le cas Lauvergeon n'est malheureusement pas une exception

Publié le 14 mai 2014
Les élites françaises ont une fâcheuse tendance à se rassembler, à se donner des postes et à tout faire ensemble. Le cas d'Anne Lauvergeon vient montrer une fois de plus l'échec de cette habitude bien française.
Hervé Joly
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Joly historien et sociologue, est directeur de recherche au CNRS, laboratoire Triangle, université de Lyon. En 2013, il a publié Diriger une grande entreprise au XXe siècle : l'élite industrielle française (Tours, Presses universitaires...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les élites françaises ont une fâcheuse tendance à se rassembler, à se donner des postes et à tout faire ensemble. Le cas d'Anne Lauvergeon vient montrer une fois de plus l'échec de cette habitude bien française.

Atlantico : Un pré-rapport de la Cour des comptes dont le quotidien Les Echos a publié de larges extraits mardi 13 mai dresse un bilan jugé décevant des années Lauvergeon à la tête d'Areva (voir ici). Dans quelle mesure le cas d'Anne Lauvergeon est-il révélateur des failles du système français en matière de création des élites économiques ? 

Hervé Joly : Anne Lauvergeon a été nommée en 1999 par le gouvernement Jospin à la tête de l’entreprise publique Cogema, qu’elle a transformée deux ans plus tard en Areva après sa fusion avec Framatome. A 40 ans, elle n’avait qu’une expérience restreinte comme dirigeante industrielle, avec deux années dans le groupe Alcatel, et une connaissance directe de l’énergie nucléaire réduite à un stage au Commissariat à l’énergie atomique durant sa formation d’ingénieur du corps des Mines. Sa brillante promotion devait beaucoup à sa proximité avec le gouvernement socialiste, et à son passé de "sherpa" dans les sommets internationaux de François Mitterrand à l’Élysée. La pratique de nommer d’anciens collaborateurs ministériels issus des grands corps, sans expérience particulière de la branche, à la direction des entreprises à participations publiques est tout aussi répandue avec les gouvernements de droite, mais elle apparaît plus discrète car les prétendants perçus comme légitimes ont plus naturellement des affinités politiques avec eux.

D'où nous vient cette spécificité d'un point de vue historique ?

Elle s’explique à la fois par le rôle particulier joué depuis longtemps par l’État, avec, d’une part, son accaparement des meilleurs produits d’un système scolaire très sélectif au profit des grandes écoles et des grands corps de fonctionnaires et, d’autre part, son interventionnisme dans l’économie marqué notamment par le développement d’un important secteur public.

L'endogamie des élites françaises est-elle un frein à la bonne gestion des grosses entreprises françaises ? 

On peut considérer qu’en figeant des filières de recrutement très étroites elle peut décourager des vocations managériales, ceux qui n’ont intégré les bonnes écoles ou les bons corps à 20-25 ans ayant peu de chances quels que soient leurs mérites professionnels de parvenir aux fonctions dirigeantes. D’un autre côté, on peut défendre le système en considérant que, d’une part, en faisant jouer les uns et les autres dans des divisions différentes selon leurs origines, il borne le champ des possibles en laissant à chacun la possibilité de réussir dans sa catégorie sans provoquer de désillusions, et que, d’autre part, il reste même au sein de viviers aussi étroits que les grands corps assez de prétendants possibles pour que ceux qui sont choisis soient à l’arrivée de bons dirigeants.

Ces haut-fonctionnaires placés au sommet de ces entreprises ont-ils la culture du profit ? Connaissent-il vraiment leur secteur d'activité ? Est-ce un poids pour l'entreprise ? 

Beaucoup d’anciens fonctionnaires reconvertis dans les affaires ont montré depuis longtemps qu’ils n’avaient rien à envier aux purs professionnels de l’entreprise dans leur goût pour le profit. Des hommes à la réussite aussi contrastée que Jacques Calvet (Peugeot SA) ou Jean-Marie Messier (Vivendi) ont en commun de ne pas avoir géré leurs entreprises comme des administrations sans but lucratif. Le problème de la connaissance du secteur d’activité est ambivalent. On trouve autant d’exemples de patrons qui ont réussi ou échoué dans une branche qu’ils connaissaient. Connaître intimement une branche permet sûrement de mieux en exploiter les ressources internes, mais peut aussi conduire à un certain aveuglement stratégique. À l’inverse, un patron venu de l’extérieur peut avoir plus de recul pour faire les remises en cause nécessaires, mais aussi ne pas savoir développer ce qui existe. Tout dépend de la conjoncture dans laquelle se trouve l’entreprise. Pour opérer les réorganisations attendues dans l’industrie nucléaire, Anne Lauvergeon a longtemps incarné à la tête d’Areva une réussite industrielle. Il reste à démontrer que les erreurs qu’elle a commises ensuite n’auraient pas été partagées par un patron au profil plus spécialisé.

Cette reproduction des élites empêche-t-elle de renouveler les profils d'entrepreuneurs ? En quoi et comment ce système est néfaste à l'économie française ?  

Les profils sont trop homogènes. Ceux qui réussissent sont toujours les meilleurs par leur capacité d’abstraction et leur esprit de synthèse, parce qu’ils étaient bons en maths ou maîtrisaient l’exercice de la dissertation. Il faudrait diversifier les cultures en associant mieux spécialistes montés par le rang et généralistes à l’expérience diversifiée.

Ce phénomène est-il une spécificité française ? A l'étranger, quels sont les processus de formation des élites économiques desquels nous pourrions nous inspirer ?

Le resserrement autour de quelques filières scolaires aussi étroites, jusqu’à des promotions de quelques centaines d’élèves par an pour les grandes écoles et quelques dizaines pour les grands corps, et l’importance du passage par la haute fonction publique sont des spécificités françaises. Il existe ailleurs des filières d’excellence, mais, d’une part, elles sont souvent plus ouvertes et, d’autre part, elles forment d’abord des hommes de métier, ingénieurs, vendeurs ou juristes. En France, les élites sont souvent, à la sortie de Polytechnique et de l’ENA, des généralistes de la gouvernance qui prétendent pouvoir tout diriger qu’ils ne savent rien faire d’autre. Valoriser comme en Allemagne aussi bien l’expérience de terrain par l’apprentissage que l’initiation à la recherche par le doctorat, plutôt que la seule reproduction du savoir scolaire par la réussite à un concours, offrirait sûrement des profils plus diversifiés et plus innovants. Leur réussite dans des industries à la technologie pointue comme les machines-outils s’explique largement ainsi. Nos dirigeants savent concevoir de grands équipements pour des contrats publics attribués par leurs pairs, moins faire de l’industrie de niche pour des clients privés aux exigences diversifiées.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 14/05/2014 - 20:14
Lauvergeon est le symbole de cette caste de copains
qui débute à l'ENA et à Sciences Po et privilégie les postes et les prébendes pour ses appartchiks, en récompense de leur fidelité et au détriment de leur vrai mérite.
Comment réformer ce système scérosé et névrosé?
En réformant totalement le système éducatif français noyauté par ceux qui ont le plus interêt à ce clientèlisme, les ultra-gauchistes pour qui la fin (l'accession aux hautes sphères de l'état de pantins manipulables comme Flamby) justifie les moyens: la corruption, le noyautage et l'entrisme.
Occidentale
- 14/05/2014 - 14:00
Système étatiK caractérisé
Avec toute l'arrogance d'une structure malhonnête socialo-communiste qui détourne l'Argent Public pour en faire son magot, et qui a détourné le statut d'un Etat de Droit en un état mafieux au capitalisme sauvage qui aurait tout à perdre avec Le Libéralisme qui responsabilise par des droits et des devoirs défendus dans une Justice stricte au mur propre.
La Droite étatiK s'est souillée dans la connivence des intérêts. Connivence magouilleuse socialo-communiste dans un capitalisme glauque et sauvage au mépris des citoyens.
La Société civile Française doit se réveiller et se désinfantiliser face à un secteur public dans le délit manifeste de privilèges auto-octroyés et bien organisés.