En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
En 2012, les collectivités territoriales ont enregistré 3,1 milliards d'euros de déficit, ce que dénoncer la cour des comptes.
Vu, mais pas pris quand même !
Finances locales : les grandes oubliées des contrôles de dépenses publiques
Publié le 12 mai 2014
En 2012, les collectivités territoriales ont enregistré 3,1 milliards d'euros de déficit. La Cour des comptes se contente de pointer du doigt une telle dérive sans qu'aucun des garde-fous qui ont cours dans le privé ne s'applique à ces collectivités, qui peuvent ainsi voter les budgets les plus fantaisistes en toute impunité.
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 2012, les collectivités territoriales ont enregistré 3,1 milliards d'euros de déficit. La Cour des comptes se contente de pointer du doigt une telle dérive sans qu'aucun des garde-fous qui ont cours dans le privé ne s'applique à ces collectivités, qui peuvent ainsi voter les budgets les plus fantaisistes en toute impunité.

Rendons aux citoyens le contrôle de leurs dépenses : La Cour des Comptes a pointé avec sévérité, dans son premier rapport complet sur les finances publiques locales, les dérives dans la gestion des collectivités territoriales. En 2012, elles enregistrent 3,1 milliards d’euros de déficit alors que leurs dépenses de fonctionnement s'élèvent à 242,5 milliards, soit plus de 20% des dépenses totales des administrations publiques ! Ces mêmes administrations locales représentent près de 10% de la dette publique.

Toutefois, la Cour n’a pas pouvoir de sanction, elle souligne et stigmatise des dérapages a posteriori ; les garde-fous n’existent pas. Les grandes inspections générales sont limitées au périmètre de l’exécutif, quant aux chambres régionales des comptes, ce n’est pas aujourd’hui de leur ressort ! Alors pourquoi ne pas faire appel aux commissaires aux comptes imposés dans le secteur privé ? C’est grâce à la validation des comptes de leur société que les chefs d'entreprise ont accès au crédit bancaire utile à leur développement, il est du devoir du commissaire aux comptes de signaler à la justice un bilan "non sincère" ou "à risques".  

Pourquoi seulement les entreprises ? Combien de budgets locaux sont votés aujourd’hui dans des conditions qu'on ne pardonnerait à aucun chef d'entreprise ? Et combien de citoyens se retrouvent débiteurs "d’erreurs de gestion" de certains élus et les paieront de longues années durant ?

D’ailleurs, La Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes de Paris a  accepté de réfléchir avec nous (mouvement ETHIC) à ce sujet. Rappelons que les commissaires aux comptes sont indépendants et réglementés, ils devraient certifier a minima, avant chaque élection, les comptes des collectivités françaises – et du mandat sortant ! Ce sont d’abord les collectivités de taille moyenne qui souffrent le plus d’un manque de rigueur comptable. Aidons-les car le contrôle n’est pas une punition, c’est une aide à la gestion et la garantie d’une transparence nécessaire.

Un pas considérable serait fait si on pouvait contraindre toute collectivité territoriale à certifier ses comptes avant tout recours à un emprunt conséquent. Beaucoup d'entre elles s’engagent par erreur ou par négligence dans des crédits qui se révèlent toxiques. Qui alerte l’élu local des risques qu’il encourt ? Plus de 1 400 collectivités sont concernées aujourd’hui par ces emprunts toxiques. Il est temps de réagir.  

A la veille des élections municipales cantonales et régionales, les élus gagneraient en crédibilité à imposer, dans le débat public, cette nécessaire rigueur budgétaire.

Quant aux contribuables, sensibilisés aux dérapages et scandales financiers par les médias, qui douterait de les savoir rassurés par ces nouveaux garants de la bonne gestion des deniers publics ?!

Les chefs d’entreprise du Mouvement ETHIC demandent que soient légitimement imposées au secteur public les mêmes règles de contrôles financiers. N’oublions pas que ce sont nos PME, entre autres, qui paient de par les dérives de la dette nationale, à travers leurs impôts.

 Le Pacte de Responsabilité c’est aussi cela ; c’est sur des réformes en profondeur qu’il faut s’engager.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Ligonnès : les enfants drogués avant d'être tués
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ignace
- 12/05/2014 - 23:48
@EOLE -@NX4 point de vues interessants
....
MEPHISTO
- 12/05/2014 - 21:09
Fiscalité rime avec simplification
Les finances publiques locales se porteront mieux quand " le millefeuille administratif de 5 à 6 strates" avec compétence générale à toute échelon , sera aboli : donc réforme territoriale plus que nécessaire ( 11 régions en place des 22 existantes et la fusion des 36 000municipalités avec leurs intercommunalités , qui diminuera le nombre par 4 ) et il est sans doute possible de dégager des marges pour des projets de proximité. on a perdu 2 années de tergiversations avec ce gouvernement de l ' indécision et qui fait marche arrière sur l 'abrogation d' une mesure adopté par le précédent gouvernement , qui lui a aussi sa part de responsabilité: parce qu' il aurait la mettre en place dès 2007 , voir après la crise de 2008. alors , il est grand temps et le président se doit d ' utiliser l 'article 49/7 de la constitution... parce que les élus , en place , vont faire en sorte que ce projet soit abandonné ( ils ne scieront pas la branche sur laquelle ils sont assis ) quant au référendum d' initiative populaire , les citoyens sont moroses en colère contre la politique actuelle, et l 'électorat risque de sanctionner F.HOLLANDE et maintenir le statut quo actuel
ZOEDUBATO
- 12/05/2014 - 14:46
Le refus des contre pouvoirs est un ennemi mortel de la France
beaucoup plus que l'immigration et l'U.E.
Il n'y a aucun audit financier de l'exécution des budgets car seul un unique député qui ne peut se faire aider a le droit de pratiquer ce type de contrôle de gestion qui est courant dans le privé.
Les conventions signés avec les syndicats sur le statut du Public, du para-public, des élus, des syndicats, etc. ne sont jamais soumis à la censure Cons
titutionnelle
La cour des Comptes et autres organismes de contrôles n'ont aucun pouvoir de sanctions
Le Conseil Constitutionnel est juge et partie car constitué essentiellement d'élus
Etc...