En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 14 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 3 heures 22 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 12 heures 47 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 14 heures 2 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 21 heures 52 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 22 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 23 heures 13 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 11 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 12 heures 18 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 13 heures 33 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 21 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 22 heures 41 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 23 heures 41 min
La Start-up du Jeudi

Un couvert acheté, un couvert offert : La recette du succès de Restopolitan

Publié le 04 février 2015
Créée en 2006, Restopolitan. La start-up a su en 7 ans attirer l’attention des plus grands business angels français. Au principe de l’entreprise, créer une plateforme de réservation en ligne dans les restaurants partenaires. Un concept simple, assortie d’une idée forte : pour un couvert réservé, un couvert offert, moyennant la possession de la carte de membre. La fondatrice punchy et trentenaire de la boite, Stéphanie Pelaprat, nous explique avec son franc-parler notable comment ce bon filon a permis de relancer la boite au bord de la faillite.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Créée en 2006, Restopolitan. La start-up a su en 7 ans attirer l’attention des plus grands business angels français. Au principe de l’entreprise, créer une plateforme de réservation en ligne dans les restaurants partenaires. Un concept simple, assortie d’une idée forte : pour un couvert réservé, un couvert offert, moyennant la possession de la carte de membre. La fondatrice punchy et trentenaire de la boite, Stéphanie Pelaprat, nous explique avec son franc-parler notable comment ce bon filon a permis de relancer la boite au bord de la faillite.

La carte proposée aux amateurs de bonnes tables est amortie en 3 ou 4 utilisations. "Nous avons autant d’hommes que de femmes sur 270. 000 utilisateurs, que de seniors ou de jeunes, etc. On a même des demandes en mariage. Notre cible, ce n’est pas la gonzesse de 25-30 ans". Comment financer tout ça ? Plutôt que de "satisfaire l’ego de tout le monde en faisant du B2C" uniquement, Stéphanie et son équipe ont fait en sorte que "l’invitation au restau soit un levier pour les marques afin de faire de l’acquisition, de la feed, du parrainage..." Par exemple, Yves Rocher propose un repas offert pour tout achat supérieur à 20 euros. Parmi ces partenaires, SFR, Total, ou encore Danone.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz
 

 

Et pour les restaurants, faut-il encore parvenir à convaincre les chefs d’établissement d’offrir un couvert sur deux. "Faire -50% pour un restaurateur, c’est terrible en termes d’image". Pour ce faire, de la « pédagogie » pour intéresser les restaurateurs. "On veut les faire entrer dans l’ère du numérique, ils ne sont pas forcément prêts". L’idée est d’attirer les bons vivants en tablant sur une logique plutôt "épicurienne" : inviter les gens à votre table, faire découvrir votre cuisine. Et en plus de ça, Restopolitan est le seul à ne pas prendre de commissions aux restaurateurs. Au final, le panier moyen s’élève à 40 euros.

Repenser le produit en catastrophe

Mais ce modèle n’a pas toujours marché. Au début, sur le modèle du site américain (OpenTable), Stéphanie conçoit avec ses équipes le site de Restopolitan, lancé en décembre 2006. Pendant 4 ans, la couverture presse est largement au rendez-vous, et les investisseurs semblent de plus en plus séduits. En 2010, Restopolitan "fait une super levée de fonds de 1 million d’euros avec un pont de business-angels en or ". Et pas des moindres : la sainte trinitée du XXIème siècle Niel-Simoncini-Granjon, ainsi que Jean-David Blanc, respectivement fondateurs de Free, Meetic, Ventre-privée, et Allociné.

"On a eu une bonne étoile". La chance saisie, elle maintient toujours le contact avec ceux qui l’inspirent encore aujourd’hui et qu’elle appelle par leur prénom : "Xavier [Niel] et Jacques-Antoine [Granjean] s’étaient impliqués si j’avais des questions ou des craintes". Plus qu’une aide, c’est un véritable soutien pour Stéphanie : "Le fait de savoir qu’ils sont là, c’est un back-up psychologique." 

"Sauf que force est de constaté qu’au bout de 4 ans, on était sur le point de déposer le bilan". Malgré une "levée de fond, de supers articles, des nouveaux clients restaurants", Stéphanie s’est sentie réellement "déstabilisée, limite schizophrène" de voir les gens la congratuler "tout en sachant terriblement que le produit ne marchait pas". "Quand ça décolle pas, en temps qu’entrepreneur, on le sait et on le sent". Une popularité déconnectée des résultats sur le marché menaçait la boite de fermer… Pour Stéphanie, c’était "trop bête d’en arriver là", habitée par un sentiment de "gâchis" et de "dégoût". Toute l’équipe s’est impliquée pour repositionner Restopolitan grâce à la carte de membre offrant un couvert gratuit. "Pendant 6 semaines, on n’a quasiment pas dormi, il fallait que le produit sorte au bout de ce planning".

"Aux innocents les mains pleines"

Stéphanie raconte son appétence pour la cuisine : "Mes grands-parents étaient restaurateurs, un secteur que je connaissais assez bien, donc  ça m’a permis de m’affranchir de certaines barrières". "Pas simple" de faire changer les mentalités : "On a affaire avec une population d’entreprises mal comprises. Ils ont l’impression que personne ne comprend à quel point ils bossent, que les marges sont serrées". Certains sont dérangés par cette femme entrepreneuse, ils veulent parler "entre hommes". "Il y a toujours plein de restaurateurs qui te dragouillent. Finalement tu y arrives aussi bien qu’un mec de 50 piges, et aussi bien que si tu étais un unijambiste de 25 ans."

Et grâce à cette stratégie, le bilan s’est très largement redressé : "En 2011 on a fait 150 000 euros de CA et quasiment 1,7 million de pertes cumulées. En 2013, on a clôturé à un peu plus de deux millions de profit. On est largement rentable". Les objectifs : "faire un peu plus de 4 millions et maintenir une rentabilité à deux chiffres". Beaucoup de prudence… jusque dans sa propre assiette. Fini "le gratin dauphinois" que lui servaient ses grands-parents. Place aux sachets de thé royal qu’elle nous montre, mi-dépitée, mi-amusée.

par Youness Rhounna

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires