En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

07.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 8 heures 28 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 10 heures 19 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 14 heures 2 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 14 heures 57 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 18 heures 34 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 21 heures 20 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 9 heures 18 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 13 heures 21 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 14 heures 38 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 15 heures 34 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 19 heures 43 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 21 heures 2 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
La Pologne est traditionnellement europhile.
© Reuters
La Pologne est traditionnellement europhile.
Et chez vous, comment ça va ?

Tour d’Europe des campagnes pour les Européennes : direction la Pologne

Publié le 09 mai 2014
Cinquième étape de notre tour d'Europe des campagnes pour les élections européennes : la Pologne. L'idée d'une Europe unie et solidaire y est fortement ancrée mais se trouve ternie par un sentiment d'abandon sur le dossier ukrainien, sentiment qui ne devrait pas mobiliser les foules le 25 mai.
Eryk Mistewicz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eryk Mistewicz est polonais francophone, consultant politique et conseiller en communication institutionnelle et politique en Europe de l’Est.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cinquième étape de notre tour d'Europe des campagnes pour les élections européennes : la Pologne. L'idée d'une Europe unie et solidaire y est fortement ancrée mais se trouve ternie par un sentiment d'abandon sur le dossier ukrainien, sentiment qui ne devrait pas mobiliser les foules le 25 mai.

Atlantico : A l'approche des élections européennes, quels sont les principaux thèmes qui occupent les débats en Pologne ? Par quels partis sont-ils portés, et sont-ils focalisés sur l'Europe en elle-même, ou bien les préoccupations d'ordre national prévalent-elles ?

Eryk Mistewicz : Les élections européennes en Pologne sont dominées par les événements en Ukraine. L'opinion se demande pourquoi l’Union européenne ne peut pas réagir plus efficacement. Au plus fort de la crise, quand on tirait sur des gens dans les rues de Kiev, les responsables de l’UE se préparaient à partir en week-end. Donc, sommes-nous toujours une Union européenne, ou uniquement des pays avec des intérêts propres ? Faut-il améliorer la gestion des affaires de l'UE, ou à l'inverse renforcer les États-membres, et donc décomposer l’UE ?

Vous le voyez, la guerre en Ukraine, l’intervention de l’armée russe contre un pays souverain dans un processus de rapprochement avec l’UE, est le premier sujet qui occupe les esprits.

Et, bien sûr, on retrouve les thèmes de campagne habituels en Pologne : les questions internes, les bagarres entre le parti libéral-conservateur "Plateforme Civique" de Donald Tusk et le social-conservateur "Droit et Justice" de Jaroslaw Kaczynski. Ils s'écharpent par exemple au sujet de la bonne utilisation des fonds européens dans le développement du réseau autoroutier. Le gouvernement gère-t-il efficacement les fonds européens ? Tel est le deuxième axe de cette campagne, après l'Ukraine.

A lire également :

Tour d’Europe des campagnes pour les Européennes : direction l’Allemagne

Tour d'Europe des campagnes pour les Européennes : direction l'Italie

Tour d'Europe des campagnes pour les Européennes : direction le Royaume-Uni

Tour d’Europe des campagnes pour les Européennes : direction la Grèce

Quelles sont les forces en présence, et à quels résultats s'attend-on ?

Le taux de participation aux européennes devrait se situer autour de 20%. Les Polonais ne sont pas convaincus que les élections au Parlement européen sont vraiment les plus importantes pour eux. Ils n'identifient pas la corrélation “vote-résultat”. De plus, beaucoup de Polonais perçoivent cette campagne comme une simple installation des candidats à Bruxelles, très bien rémunérés. S’ils se décident à voter, c’est plutôt en cas de referendum contre ou pour le gouvernement de Donald Tusk.

Avec un taux de participation aussi bas, les partis extrémistes rencontrent un certain succès, notamment les ultralibéraux de Janusz Korwin-Mikke. Après des années de monopolisation de la scène publique par la guerre Tusk-Kaczynski, beaucoup de Polonais se sont mis en quête d'alternatives. A cet égard, les élections européennes sont utilisées en ce moment comme “élément de  vérification et de comptage des forces”.

Mais au bout du compte, ce sont les deux partis, PiS de Kaczynski, et PO de Tusk, qui gagneront, à peu près ex æquo. On peut raisonnablement prévoir que le PO de Tusk perdra quelques sièges.

Qu'en est-il des partis dits eurosceptiques ? Pourraient-ils, comme cela devrait-être le cas en France, effectuer une percée ?

Les événements en Ukraine et la réponse timide de la part de l’UE ont donné des arguments aux eurosceptiques, mais on ne peut pas comparer les forces des nationalistes en Autriche ou en France avec les nationalistes en Pologne, presque absents de la scène publique. Si en Pologne nous avons pu construire un réseau autoroutier et considérablement améliorer notre niveau de vie, c'est grâce aux fonds de développement européen. Et cela, les eurosceptiques peuvent difficilement lutter contre.

Qu'est-ce qui explique que l'optimisme l'emporte sur le pessimisme ? Quelles améliorations les Polonais espèrent-ils ?

Les Polonais espèrent un changement d'attitude à l'égard de l'Ukraine. L’Europe unifiée, pour la plupart des Polonais, doit être construite sur des idées, et pas seulement sur des  questions d'argent. Les Polonais seront plus optimistes quand l’Europe saura être plus efficace dans la résolution de problèmes aussi graves que la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine.

Les Polonais appartiennent depuis toujours à l'Europe. Ils votent pour une Europe unifiée, efficace et solidaire. Si le taux de participation des Polonais est évalué à 20%, c’est parce qu’ils ne voient pas cette solidarité européenne à l’œuvre en ce moment.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le Lampiste
- 09/05/2014 - 13:03
@Anguerrand : ce sont les investissements américains !
... déversés comme le fut le plan Marshall en Europe de l'Ouest après la guerre de 40, qui ont développé la Pologne, profitant de sa situation pour enfoncer un coin entre l'Allemagne et la Russie. C'est le pendant de la Turquie, la deuxième pince du crabe qui vise la Russie, encadrant l'axe central de l'attaque qui est l'Ukraine. Une stratégie menée de très longue date, puisqu'elle a été définie à l'origine en 1900, par l'amiral Alfred Mahan, professeur de stratégie à West Point, conseiller influent de Théodore Roosevelt, puis par l'anglais Mackinder, reprise par le Pr Spykman dans les années 40, complétée par Bedzinski, conseiller des présidents US, comme par hasard polonais d'origine, qui a redéfini le "Containment" en l'appuyant sur les "droits de l'homme" (pas ceux appliqués à Guantanamo, ni dans la stérilisation des indigents) et sur le "droit d'ingérence" qui permet d'éliminer ceux qui ne marchent pas dans les visées de Goldman-Sachs.
Car les USA n'auraient que peu d'intérêt aux investissements en Pologne, vu qu'ils peuvent exploiter les Mexicains au prix le plus bas de la planète, les Philippins, Vietnamiens (en trafiquant avec le régime coco en place...)
Ne soyez pas naïf !
Le Lampiste
- 09/05/2014 - 12:44
@sniper : si on veut une "bonne guerre", il suffit de ....
... demander à la Pologne, on est certain d'être servi. Ils n'ont pas besoin d'identifier des "nationalistes" ni des "extrémistes", car ils le sont quasiment TOUS. Tous aveuglés par la haine des Russes, quoique puissent faire les Russes. Il faut se souvenir que dans les années 90, la question du contentieux territorial se posait avec ... l'Allemagne. Depuis que les subventions européennes, payées par nos impôts, leur ont permis de refaire entièrement leurs autoroutes, et de construire des grosses baraques même dans des coins prétendus "défavorisés", ces revendications se sont tues.
Ce pays se pose sans cesse à la fois en éternelle victime de ses voisins, tout en se voyant en Grande Puissance reconstituant le Royaume de Pologne-Lithuanie, étendu jusque au delà de Kiev, donc très largement envahisseur des terres russes, tout en étant un fourrier de l’impérialisme américain, prêt à héberger des missiles qui remettent en cause la sécurité MONDIALE en violant les accords SALT.
Ces "europhiles violents" ne se gênent pas non plus pour intervenir depuis longtemps en Ukraine, allant jusqu'à former les activistes, comme dans les années 30, avant que ça ne NOUS pète à la figure, et à la leur!
Sniper
- 09/05/2014 - 12:03
La guerre menée
par la Russie à l'Ukraine. Monsieur le consultant politique la mauvaise foi ne vous étouffe visiblement pas. Vous faites quoi des actions en sous-main des USA , de l'UE, des nationalistes extrémistes (je n'ai pas employé les termes ni de fascistes ni de terroristes) jusqu'aux intervenants israéliens (Dara), du renversement d'un président dûment élu, fût-il une fripouille? Je ne vous choisirais pas comme consultant pour votre parti-pris honteux.