En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 5 heures 52 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 8 heures 10 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 10 heures 31 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 11 heures 1 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 12 heures 39 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 13 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 14 heures 3 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 14 heures 21 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 7 heures 42 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 10 heures 10 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 10 heures 50 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 11 heures 34 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 12 heures 39 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 13 heures 19 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 13 heures 48 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 14 heures 13 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 14 heures 47 min
© REUTERS/Benoit Tessier
© REUTERS/Benoit Tessier
La revanche d'une blonde

Pierre Gattaz misogyne ? Quand Laurence Parisot ne sert pas la cause des femmes

Publié le 08 mai 2014
Les accusations de l'ancienne présidente du MEDEF contre son successeur, en plus d'être contre-productives, sont typiques d'une tendance consistant à vider les mots de leur sens.
Sophie de Menthon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les accusations de l'ancienne présidente du MEDEF contre son successeur, en plus d'être contre-productives, sont typiques d'une tendance consistant à vider les mots de leur sens.

En écoutant la dernière interview de Laurence Parisot, nous avons appris qu’elle envisageait de faire de la politique ; louable aveu du besoin de se sentir indispensable au bien du pays. Ce n’est toutefois pas une raison pour qu’au sein du monde dit "patronal" on se mette à adopter des mœurs de la classe politique que les Français déplorent et réprouvent. Le spectacle parfois désolant de l’Assemblée nationale où des députés s’invectivent serait donc contagieux.

Une certaine tradition au contraire que nous pourrions qualifier de savoir-vivre consistait pour les derniers présidents du CNPF puis du MEDEF à observer un devoir de réserve face à leurs successeurs. C’est ce qu’ils ont tous respecté.

"La critique est aisée mais l’art est difficile" et on ne voit pas ce qui pourrait à l’aune d’un passé suffisamment prestigieux, permettre à l’ancienne Présidente du MEDEF de donner des leçons à son successeur dans une période très difficile avec un enjeu économique stratégique. Traiter ce dernier "d’esclavagiste" a scandalisé tous ceux qui à travers cette grave accusation se sont sentis également victimes et montrés du doigt, tant la lutte des classes est présente aujourd’hui dans le monde économique en France. Ce n’est tout simplement pas acceptable.

Probablement profondément blessé, Pierre Gattaz a rendu publique une lettre extrêmement modérée (que Laurence Parisot n’aurait pas reçue en mains propres…), dont acte.

Mais voici que le feuilleton continue, la lettre du président du MEDEF serait due, selon cette dernière, à sa "misogynie"… Rappelons que dans cette lettre Pierre Gattaz suggérait à Laurence Parisot, si elle tient à faire des commentaires dans les médias, de ne pas se prévaloir de son titre de présidente d’honneur.

Remarquons à cet égard que les anciens président de la République ont un devoir de réserve scrupuleusement observé face à leurs successeurs (ce qui est d’ailleurs valable dans un sens et pas dans l’autre !). Le président de la République en exercice semble s’attribuer lui, le droit tous les matins de fustiger son prédécesseur !

Il est profondément navrant qu’en France nous nous lancions en permanence au visage des mots et des accusations sans aucune base réelle et qui désignent des actes ou des propos d’une extrême gravité. Il est ainsi scandaleux de traiter ou de se faire traiter de "raciste", de "misogyne" ou "d’esclavagiste"… A dénaturer ces mots, on banalise des comportements que l’éthique réprouve et qui sont passibles de condamnations en justice. Ces "insultes" lancées dans les médias (pour être considéré comme un bon client et être réinvité ?) enfoncent la France dans une dépression et un rapport à l’autre navrant.

On pourrait dans le même ordre d’idée s’offusquer de ce que le président de la République (sur la même antenne que Laurence Parisot) critique le même Pierre Gattaz sur son salaire ; c’est vraiment s’abaisser à un triste niveau, surtout en s’appuyant exclusivement sur le Canard Enchainé ! (seule source élyséenne ?). La société Radial que dirige Pierre Gattaz a fait une croissance en 2013 de 33% (inadmissible pour le chef de l’Etat qui aurait dû applaudir des deux mains). Chaque salarié de Radial a touché un intéressement proportionnel et le PDG (propriétaire de l’entreprise) s’est attribué ainsi que le prévoyaient les conditions de gouvernance un bonus indexé  et validé par la gouvernance de son entreprise. Une telle croissance c’est exactement ce qu’il faut souhaiter à toutes les entreprises de France qui, de plus, exportent.

Que cachent ces mauvais procès de mauvaise foi ? Laurence Parisot et François Hollande sur "la même longueur d’ondes" ont flingué à bout portant le représentant des entrepreneurs français ! De telles mesquineries sont de nature à décourager l’initiative et l’esprit d’entreprise ; et que dire de la fameuse "confiance" objet de tant d’attention pour faire croire à un pacte de responsabilité ? Pitoyable et déconcertant.

Quant à l’accusation de misogynie, je peux la démentir personnellement en tant que femme (et blonde !) puisque je n’ai jamais été aussi bien considérée et écoutée au MEDEF qu’aujourd’hui par son président.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pave777
- 09/05/2014 - 05:39
@Jean-Pierre
Elle aurait eu une aventure avec DSK l'inventeur des 35h, ceci explique cela ! il a socialisé Laurence ; pari... sot ?
Jean-Pierre
- 09/05/2014 - 05:17
En désignant Gattaz comme "esclavagiste"...
.
... Parisot a choisi son camp : désormais, elle fait route avec la gogôôôche Taubirat !
.
Notre justicière de la place Vendôme en connait un rayon, elle qui a fait de ce concept moderne "d'esclave" son fond de commerce. Il ne lui manquait qu'une blonde ex-du patronat...
.
La prochaine déclaration de Parisot devrait la rapprocher de Besançenot, ou pourquoi pas de Cécile Duflot ?
.
BOUNTY
- 08/05/2014 - 22:29
de menton
Aussi douée que gattaz, peu de cerveau mais beaucoup d'estomac pour bouffé de l'employé ou de l 'ouvrier !!!!!