En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Bonnes feuilles

Yves Jégo : pourquoi l'arrivée au pouvoir de Marine Le Pen est désormais inéluctable

Publié le 10 mai 2014
Avec Yves Jégo
Ce livre est né du constat qu'a fait Yves Jégo durant ses permanences de député, où il s'est de plus en plus souvent entendu dire par ceux qu'il recevait : "Puisque c'est comme ça, la prochaine fois, ce sera Marine." Inquiet de ces réactions fréquentes, le président par intérim de l'UDI a décidé de prendre la plume pour nous mettre solennellement en garde contre la tentation du vote Front National. Extrait de "Marine Le Pen arrivera au pouvoir", publié chez First (1/2).
Yves Jégo est député de la troisième circonscription de Seine-et-Marne et maire de Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne) et président de la Communauté de communes des deux fleuves. Il devient président par intérim de l'UDI le 9 avril 2014, à la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Jégo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Jégo est député de la troisième circonscription de Seine-et-Marne et maire de Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne) et président de la Communauté de communes des deux fleuves. Il devient président par intérim de l'UDI le 9 avril 2014, à la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce livre est né du constat qu'a fait Yves Jégo durant ses permanences de député, où il s'est de plus en plus souvent entendu dire par ceux qu'il recevait : "Puisque c'est comme ça, la prochaine fois, ce sera Marine." Inquiet de ces réactions fréquentes, le président par intérim de l'UDI a décidé de prendre la plume pour nous mettre solennellement en garde contre la tentation du vote Front National. Extrait de "Marine Le Pen arrivera au pouvoir", publié chez First (1/2).
Avec Yves Jégo

Tout le monde fait l’autruche. Pourtant, depuis qu’en 2011 la monarchie absolue héréditaire du parti à la flamme a vu la fille succéder au père, la vague bleu Marine monte.

Il y a d’abord les résultats électoraux, indicateur le plus fiable et le plus objectif de tous. Lors des élections cantonales de 2011, le FN a été en mesure de se maintenir au second tour dans 402 cantons sur les 1 400 à renouveler.

À l’issue du scrutin, bien que littéralement seul contre tous faute d’alliance avec un parti républicain, le parti à la flamme a obtenu deux sièges de conseillers généraux.

Lire également l'interview d'Yves Jégo : "Le centre aussi porte sa part de responsabilité dans la montée de l’extrême droite"

L’année suivante, en 2012, lors de l’élection présidentielle, Marine Le Pen a remporté la part de l’électorat la plus élevée jamais atteinte par un candidat d’extrême droite à l’élection présidentielle : près de 18 %. Ainsi, non contente de retrouver le meilleur niveau de son père en 2002, la fille le dépassait.

Par la suite, aux élections législatives de la même année, non seulement le FN est parvenu pour la première fois de son histoire à faire entrer seul contre tous des députés à l’Assemblée – deux sièges –, mais de surcroît, alors que traditionnellement son score national s’effondre aux législatives, cette fois-ci il s’est bien mieux maintenu : 13,5 %.

Les succès du FN lors de récentes élections partielles sonnent également comme autant de coups de semonce.

2013 aura été à cet égard une annus horribilis. En mars, dans la deuxième circonscription de l’Oise, Florence Italiani, forte de 27 % des voix au premier tour, s’est qualifiée pour le second, lors duquel elle a atteint 48,5 % des voix. En juin, Étienne Bousquet-Cassagne, ayant obtenu 26 % des voix au premier tour, a fait 46 % au second. Par parenthèse, si le Conseil constitutionnel avait décidé d’invalider l’élection législative de Hénin- Beaumont, provoquant donc là aussi une élection partielle, nul ne sait si Marine Le Pen n’aurait pas, cette fois-ci, remporté le siège.

C’est là une première prise de conscience indispensable : la mort du jeu politique à deux forces, gauche contre droite. À force de flambée du vote de vengeance contre un système qui ne résout pas les problèmes cruciaux des Français, nous sommes passés d’un paysage politique bipolaire à un paysage politique tripolaire. De fait, aux pôles de gauche et de droite républicaine s’est ajouté le pôle d’extrême droite, hissé au rang de troisième force par son statut de réceptacle de toutes les colères.

À cela s’ajoute qu’au-delà des scores électoraux, les principales thèses défendues par le FN gagnent en soutien dans la population française.

Sur ce plan, l’enquête récente « Fractures françaises » du CEVIPOF1, diffusée en janvier 2014, est édifiante. Deux Français sur trois pensent qu’il y a trop d’étrangers en France et que l’islam est incompatible avec les valeurs du pays. Sept Français sur dix veulent diminuer les pouvoirs de l’Europe pour renforcer les pouvoirs nationaux. Un Français sur trois veut sortir de l’euro pour revenir au franc. Deux Français sur cinq pensent qu’appartenir à l’Union européenne est une mauvaise chose pour la France. Trois Français sur cinq sont pour le protectionnisme. Neuf Français sur dix pensent que la classe politique ne se préoccupe pas des gens. Deux Français sur trois pensent que les politiciens sont « tous pourris ». Quatre Français sur dix veulent rétablir la peine de mort.

Bien évidemment, par temps de « vaches grasses », de croissance, de plein-emploi, de telles idées seraient d’office reléguées aux marges de l’opinion publique française.

Pour ne prendre qu’un exemple, dans les années soixante-dix, il y avait peu ou prou le même pourcentage d’étrangers qu’aujourd’hui dans la population de la France. Cependant, parce qu’à l’époque, il n’y avait quasiment pas de chômage, l’idée qu’il y aurait trop d’immigrés en France n’était approuvée pour ainsi dire par aucun électeur. Plus globalement, dès que la crise économique perdure, dès que l’appauvrissement revient, dès que le chômage de masse s’installe sur la durée, des pans de plus en plus importants de la population française deviennent disponibles pour des discours de fermeture, de clôtures, de murailles, de lignes Maginot et de boucs émissaires.

L’exemple le plus évident dans notre histoire est la France des années trente, après le krach de 1929. À l’époque, prospérant sur les frustrations nées du chômage de masse et de l’appauvrissement, des mouvements d’extrême droite tels que les Croix-de-Feu et l’Action française, lointains ancêtres du FN, connurent l’apogée de leur audience dans la population française et firent vaciller la République. Ils mêlaient dans leurs slogans et leurs écrits le rejet des immigrés, une dénonciation de la classe politique républicaine de type « tous pourris », et l’appel à abattre le régime républicain pour le remplacer, qui par une monarchie réactionnaire, qui par un « vrai chef » sur le modèle de Benito Mussolini.

C’est là une seconde prise de conscience indispensable : l’inéluctable arrivée au pouvoir de Marine Le Pen, sauf si les républicains se décident au sursaut. C’est en effet la conclusion logique de la conjonction entre un vote-sanction pour le FN de plus en plus élevé, une abstention de plus en plus forte – autre forme de rejet du système – et l’adhésion croissante aux thèses du FN, quand bien même elle se fait sous l’effet du chômage, de l’appauvrissement et du désespoir, que cette adhésion croît.

De fait, comme en 2002, le FN peut se qualifier en 2017 au second tour de l’élection présidentielle. Il suffit pour cela que la gauche accumule des résultats si piteux sur le front du chômage que le candidat socialiste, François Hollande ou un autre, s’effondrera dans les urnes dès le premier tour.

Cela peut également se produire si l’opposition n’arrive pas à se réunir ; il est alors tout à fait possible que les candidats de la droite républicaine arrivent derrière celui du FN et celui du PS.

Extrait de "Marine Le Pen arrivera au pouvoir - Sauf si...", de Yves Jégo, publié chez First, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

03.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

07.

Nicole Belloubet estime que l’incarcération de Patrick Balkany n’a rien "d’exceptionnel"

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mich2pains
- 11/05/2014 - 11:32
Précision indispensable à " ANGUERRAND" (7:13)
" Notre système de retraite est déjà en faillite " (sic) !
La faute à qui ?
En voilà une excellente question à laquelle une Mme Yolande RUELLAN ( présidente de la 6ème chambre de la Cour des Comptes ) a tout récemment tenté d'y répondre dans son rapport remis à une Commission Parlementaire !
Dans son rapport , Mme RUELLAN pointe du doigt , entre autre , que sur les 4 milliards d'euros de pensions de retraite versées par la France , hors de nos frontières , plus d'un milliard d'euros sont versés en ...ALGERIE , un pays qui compte un nombre incroyable.....de CENTENAIRES , pensionnés de la CNAV !
Comme ç'est bizarre !
En plus , il paraitrait que la CNAV n'aurait pas les moyens de contrôler si tous les pensionnés Algériens sont encore en vie ....tandis que la même CNAV contrôle tous les Français vivants en France ....
On pari que MARINE sera tout à fait capable de faire ces contrôles et bien d'autres ?
CHICHE !
dormezbonnesgens
- 11/05/2014 - 11:16
Pas le même nombre de français d'origine étrangère
Il est dit que dans les années 70, il y avait le même nombre d'étrangers en france qu'aujourd'hui. Soit c'est un très gros mensonge, soit les étrangers sont si vite naturalisés, et leurs enfants qui naissent en france l'étant de fait, que ça explique l'énorme différence entre cette phrase et la réalité. Il suffit de voir des photos d'école de l'époque en région parisienne, par exemple. Prenez les années 70 : européens de souche et surtout français de souche à 95 %. Regardez maintenant dans beaucoup de communes de la petite couronne et certaines communes de la grande couronne, c'est entre 50 et 20 % d'européens de souche sur les photos. Dans l'escalier d'une cité HLM où vit un ami, il est le seul à être européen de souche. Il y a encore vingt ans, il me dit que la majorité l'était. On me dira 'parce que les blancs s'en vont", d'accord, mais même dans les zones périurbaines ou rurales où se réfugient les blancs il y a augmentation de personnes issues de l'immigration, donc pas de vases communicants mais bien des nouveaux arrivants qui repoussent les autres. Pour la région parisienne, c'est en tout cas clair et net, il y a remplacement de population.
mich2pains
- 11/05/2014 - 11:16
A en croire " MX" (11:12)
MARINE serait ...." un HOMME politique comme les autres " (sic) !!!
La " théorie du Genre " a encore fait une autre victime .....peuchère .