En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

04.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

05.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

07.

Fin de crise en Israël

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 8 heures 31 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 14 heures 18 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 15 heures 52 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 16 heures 21 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 17 heures 13 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 18 heures 30 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 20 heures 7 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 13 heures 35 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 15 heures 46 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 16 heures 4 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 16 heures 52 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 17 heures 42 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 17 heures 59 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 19 heures 4 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 19 heures 36 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 20 heures 32 min
© Reuters
François Hollande veut renouer avec le peuple français.
© Reuters
François Hollande veut renouer avec le peuple français.
Monologue de sourd

De la rareté à la dispersion… Comment les choix de communication de François Hollande achèvent de désacraliser la fonction présidentielle

Publié le 07 mai 2014
Avec
En engageant un marathon médiatique pour "renouer" avec les Français, François Hollande tente de montrer qu'il comprend la colère de l'opinion face aux difficultés de la crise. Un exercice délicat qui pourrait bien ne réussir qu'à "normaliser" encore un peu plus l'image de la fonction présidentielle.
Florence Vielcanet est une ancienne journaliste devenue conseillère en communication. Elle est l'auteur de La fabrique des présidents (éditions La Martinière).Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florence Vielcanet est une ancienne journaliste devenue conseillère en communication. Elle est l'auteur de La fabrique des présidents (éditions La Martinière).Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En engageant un marathon médiatique pour "renouer" avec les Français, François Hollande tente de montrer qu'il comprend la colère de l'opinion face aux difficultés de la crise. Un exercice délicat qui pourrait bien ne réussir qu'à "normaliser" encore un peu plus l'image de la fonction présidentielle.
Avec

Atlantico : En souhaitant être "au plus près des Français", François Hollande ne contrevient-il pas à la logique de la "rareté" présidentielle développée sous Chirac et Mitterrand ? Sous des aspects premièrement séduisants, le fait de donner dans la proximité ne génère-t-il pas des effets pervers ?

Jacques-Charles Gaffiot : A en juger par les déclarations des chantres de son gouvernement et les premiers commentaires et reportages diffusés immédiatement dans les médias, François Hollande semble être parti à la rencontre des Français à la manière du sous-préfet allant aux champs d’Alphonse Daudet : ayant promis de bon matin de "parler vrai", "d’aller encore plus vite" au micro de Jean-Jacques Bourdin, le président est alors parti plaisanter et papillonner au milieu de jeunes apprentis de Villiers-le-Bel, puis se livrer à un bain de foule dans les quartiers, démonstrations parfaitement orchestrées par ses services de communication. Pas un seul sifflet, aucun lazzi ne sont cette fois venus troubler la mise en scène du déplacement organisé pour marquer la souveraine popularité présidentielle, marquant la seconde étape du quinquennat.

Métamorphosée en village Potemkine, la "paisible" commune du Val d’Oise pouvait apparaître à l’unisson du pays tout entier, célébrant, dans l’euphorie et ses débordements d’affection, l’anniversaire de l’élection présidentielle.

Les actuels conseillers du président sont-ils atteints d’une surdité à ce point incurable ?

Les Français sont las des continuels effets d’annonce, des gestes de familiarité feinte,  comme de tout l’arsenal de bonhomie développé par les services de communication du palais de l’Elysée ou de l’Hôtel Matignon.

En déclarant vouloir multiplier de la sorte ses déplacements pour mieux répondre à l’attente des Français, le chef de l’Etat risque, une fois encore, de s’éloigner du peuple qu’il cherche à (re)conquérir.

Bains de foule et contacts populaires, qui fusionnent l’adhésion au chef, ne fleurissent qu’à travers une authentique spontanéité, (pouvant être toutefois un tantinet organisée), mais ne se décrètent pas à coup de trompe et à grand renfort de troupes de journalistes, de laudateurs ou de féodaux du régime. François Mitterrand avait eu l’adresse de cultiver une certaine rareté dans ses apparitions.  Les multiplier tout azimut aurait ruiné les effets escomptés.

Une fois encore, la charrue est mise avant les bœufs : la visite organisée à Villiers-le-Bel et les déplacements qui doivent suivre ne peuvent être le moteur de la nouvelle politique  voulue par François Hollande. Il convient d’attendre la plus ou moins grande abondance de la récolte afin de recueillir les fruits d’une popularité  retrouvée.

Pour l’heure chacun attend que le chef de l’Etat s’empare du gouvernail et que paré de l’autorité qui revient à sa fonction, si contraire à la notion de "présidence normale", il s’emploie à redresser une situation économique dont il a nié sciemment la réelle gravité tout au long de sa campagne pour mieux affaiblir son compétiteur.

La conquête de cette autorité ne saurait être l’œuvre des seuls communicants  grassement nantis par la République et qui fourmillent, de près ou de loin, dans les allées du pouvoir.

Si le président de la République veut désormais "parler vrai" aux Français, qu’il renonce tout d’abord à leur mentir, à user de contre vérités, à dissimuler la cruelle réalité des chiffres et des situations ; qu’il reconnaisse les profonds mécomptes commis non seulement depuis son élection mais durant sa campagne.

Alors, devenu plus crédible, un renversement de tendance pourra s’opérer.

L’immémoriale notion d’autorité, que la gauche a pensé pulvériser en mai 68, n’a pas été abattue. Les faits sont têtus et plus encore les principes de civilisation.

Les gesticulations démagogiques n’y feront rien, c’est ce que les Français, pleins de bon sens, ont compris depuis longtemps !

Jacques Pilhan, ancien conseiller de Mitterrand, théorisait l'idée que "Dieu n'allait pas sur les marchés" pour promouvoir une certaine distanciation nécessaire à tout dirigeant. François Hollande, pourtant admirateur du personnage, ne fait-il pas une entorse à ce principe aujourd'hui ?

Florence Vielcanet : Les récents choix font effectivement une entorse à ces principes, mais il faut rappeler que Jacques Pilhan exerçait à une époque où les réseaux sociaux n’existaient pas et les chaînes d’information en continue commençaient tout juste à émerger (à la fin des années 1990 alors que Pilhan conseillait Alain Juppé, NDLR). Le poids des effets de mode et des séquences courtes était alors insignifiant, et si l’on peut affirmer que la logique de Jacques Pilhan reste d’actualité, elle ne l’est plus que partiellement face à la recomposition du paysage médiatique. Du temps de Mitterrand, un plan de communication se construisait sur plusieurs semaines, de façon extrêmement organisée, et les secrets se conservaient bien plus longtemps qu’actuellement. Aujourd’hui, l’objectif n’est plus tant de dissimuler un fait gênant mais de savoir quand il sortira pour pouvoir le gérer au mieux. Il est dans un tel contexte de plus en plus difficile de camper un personnage et de ne pas céder à la tentation de la "posture" temporaire qui collera le mieux à l’actualité.

En descendant dans l'arène dans une période aussi sensible, quel peut-être son objectif ?

Florence Vielcanet : Le but affiché est évidemment pour François Hollande de renouer avec les électeurs à un moment où il doit affirmer directement ses choix politiques plutôt que de les "suggérer" par différents interlocuteurs comme il a pu le faire par le passé. On a vu jusqu’ici fleurir plusieurs critiques, notamment dans la presse, contre le fait que le président ne communiquait pas assez avec les Français, qu’il laissait trop souvent dire aux autres ce qu’il avait en tête. Lors des premiers mois de son mandat, l’actuel locataire de l’Elysée avait effectivement souhaité se démarquer de la stratégie d’un prédécesseur qui était, comme chacun sait bien, plus actif en termes de visibilité médiatique. Nicolas Sarkozy avait su s’inspirer de la stratégie insufflée par Alastair Campbell, ancien et célèbre conseiller en communication de Tony Blair, qui préconisait de "faire la météo" médiatique en occupant en permanence l’actualité, le but étant de manipuler l’information pour la faire abonder dans son sens. Cette volonté d’être en permanence sous les feux de la rampe n’a pas été reprise dans un premier temps par François Hollande, ce dernier préférant choisir la parole discrète d’un Jean-Marc Ayrault très bridé dans son discours.

Néanmoins, face à un agenda très marqué par les difficultés de la situation économique et sociale du pays, François Hollande ne peut plus reposer autant qu’auparavant sur la collégialité qui l’avait jusqu’ici caractérisé, la "descente dans l’arène" étant devenue inévitable face aux enjeux qui sont posés. Cette mise au premier plan du président doit cependant rester du domaine de l’exception pour ne pas entamer la valeur du discours politique qui est déroulé en ce moment. Si certains peuvent penser qu’une telle opération médiatique, calée par définition sur un temps de plus en plus court, soit préjudiciable à l’action politique qui s’étale sur le long-terme, il s’agit d’une réalité difficilement contournable aujourd’hui

Le locataire de l'Elysée affirme ne pas vouloir se mêler des affaires courantes bien qu'il ait abordé des détails très précis du Plan Valls hier matin. En quoi cette "hyper-présidentialisation" qui ne dit pas son nom peut entamer la fonction présidentielle et brouiller les cartes ?

Florence Vielcanet : Il s’agit d’une décision prise entre Hollande, Valls et leurs communicants respectifs dont l’objectif est d’élargir l’empreinte du discours présidentiel sur l’opinion. Cette tactique ne doit toutefois pas s’éterniser pour ne pas être préjudiciable, son efficience étant dépendante de la clarté des choix politiques qui en découleront. Il peut s’agir d’un bon tremplin pour lancer un vaste chantier politique, mais à long-terme le risque d’épuisement est bien réel. Cette inversion s’était réalisée dans l’autre sens sous le quinquennat d’un Nicolas Sarkozy qui avait commencé par occuper la plus grande partie possible de l’espace médiatique avant de prendre de la hauteur sur les dernières années.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

04.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

05.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

07.

Fin de crise en Israël

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jmpbea
- 08/05/2014 - 19:39
Quand tu prends un plombier comme chef d'orchestre
Ne te plains pas d'avoir des bruits de tuyaux ....la fonction ne créé pas l'organe....Le Bouffi n'a pas l'organe concerné....on se rend bien compte qu'il ne correspond pas à la fonction...à renvoyer à Tulle d'urgence....
tess2005
- 08/05/2014 - 10:37
Un incapable à éjecter d'urgence
Je ne regarde jamais ses interventions à la tv de peur d'une crise d'apoplexie. Euh euh... Quel talent oratoire n'est ce pas!!!! J'attends qu'il se barre d'une façon ou d'une autre. Quand je vois toutes les lois contre productives pondues par ces incapables je ris jaune. Un exemple stupide: le possible abaissement de la vitesse sur les nationales, de 90 à 80. Si c'est voté et mis en place ça sera une catastrophe. Tous ces fonctionnaires de m...de ont leur place à l'asile.
ignace
- 08/05/2014 - 01:51
Nos héros des 40 dernieres années


Giscard le diamantaire qui volait en avion renifleur
Mitterand le 4X4 de la politique, écrivain et géniteur anonyme
Chirac, le roi fainéant découvreur de la fracture sociale
Sarkozy l' inventeur du travailler plus pour gagner plus
hollande qui va tordre la courbe du chômage par la pensée