En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 8 heures 54 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 10 heures 24 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 13 heures 2 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 13 heures 49 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 15 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 18 heures 49 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 29 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 11 heures 11 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 13 heures 32 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 14 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 16 heures 31 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 17 heures 14 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 18 heures 58 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 20 heures 11 min
© Reuters
Le symbole du UK Independence Party.
© Reuters
Le symbole du UK Independence Party.
Et chez vous, comment ça va ?

Tour d'Europe des campagnes pour les Européennes : direction le Royaume-Uni

Publié le 07 mai 2014
Troisième étape de notre tour d'Europe des campagnes pour les élections européennes : le Royaume-Uni, où l'euroscepticisme gagne du terrain à travers le parti souverainiste de Nigel Farage, le UK Independence Party, qui prône le retrait du pays de l'Union européenne.
Sophie Loussouarn est spécialiste de l’histoire politique et économique du Royaume-Uni et proche du monde politique anglo-saxon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Loussouarn
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Loussouarn est spécialiste de l’histoire politique et économique du Royaume-Uni et proche du monde politique anglo-saxon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Troisième étape de notre tour d'Europe des campagnes pour les élections européennes : le Royaume-Uni, où l'euroscepticisme gagne du terrain à travers le parti souverainiste de Nigel Farage, le UK Independence Party, qui prône le retrait du pays de l'Union européenne.

>>> Premier épisode à lire sur Atlantico : Tour d’Europe des campagnes pour les Européennes : direction l’Allemagne

>>> Deuxième épisode à lire sur Atlantico : Tour d’Europe des campagnes pour les Européennes : direction l’Italie

Atlantico : A l'approche des élections européennes, quels sont les principaux thèmes qui occupent les débats au Royaume-Uni ? Par quels partis sont-ils portés, et sont-ils focalisés sur l'Europe en elle-même, ou bien les préoccupations d'ordre national prévalent-elles ?

Sophie Loussouarn : Les trois grands thèmes qui occupent le débat politique à la veille du scrutin européen du 22 mai 2014 sont la renégociation des relations entre l’Europe et le Royaume-Uni, l’immigration et la reprise économique. Le parti conservateur connaît une poussée de l’euroscepticisme depuis octobre 2011, lorsque 81 députés conservateurs ont demandé au Premier Ministre David Cameron d’organiser un référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union Européenne. Après un refus net, le Premier Ministre a évolué face à la percée du parti souverainiste de Nigel Farage, le UK Independence Party qui souhaite un retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. Les préoccupations d’ordre national prévalent face à l’accroissement des minorités ethniques qui représentent 14% de la population britannique (soit 8 millions de personnes) et face aux problèmes de la dette publique (75% du  PIB en 2013) et du déficit public (6,8% du PIB en 2013).

David Cameron a récemment déclaré qu'il démissionnerait s'il n'arrivait pas à organiser un référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Quelle est l'importance de cette question dans les débats actuels ?

En janvier 2013, le Premier Ministre David Cameron a fait un discours remarqué clarifiant ses positions sur l’Europe et annonçant l’organisation d’un référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne en 2017. David Cameron souhaite défendre les intérêts britanniques et notamment la flexibilité du marché du travail qui a permis une baisse spectaculaire du chômage à 6,9% (soit 2,24 millions de demandeurs d’emploi) en avril 2014, selon l’Office for National Statistics. Le Royaume-Uni n’a pas eu de référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne depuis 1975. L’Europe constitue un enjeu crucial pour l’économie britannique puisque la moitié des échanges commerciaux se font avec les pays membres de l’Union Européenne, que 3 millions d’emplois dépendent de l’UE et que les investissements au Royaume-Uni dépendent de l’appartenance à l’UE. Un retrait du Royaume-Uni de l’Europe l’isolerait et remettrait en question le rôle prédominant de la place financière de Londres.

Quelles sont les forces en présence, et à quels résultats s'attend-on ?

Pour la première fois dans l’histoire politique britannique, le UK Independence Party devrait arriver en tête du scrutin européen du 22 mai avec 29% des voix et doubler son nombre de sièges au Parlement de Strasbourg, selon un sondage de You Gov réalisé le 1 mai 2014. Le parti travailliste devrait arriver en deuxième position avec 26% et le parti conservateur avec 23% des voix. Enfin, les Libéraux Démocrates pourtant très europhiles n’obtiendraient que 10% des voix. Le scrutin proportionnel aux élections européennes permet la percée de partis qui ne parviennent pas à remporter de sièges au Parlement britannique du fait du scrutin majoritaire uninominal à un tour pour les élections législatives.

Qu'en est-il des partis dits "eurosceptiques" comme Ukip ? Pourraient-ils, comme cela devrait-être le cas en France, effectuer une percée ? Pour quelles raisons ?

Face à la montée de l’euroscepticisme au Royaume-Uni et grâce au charisme de son chef Nigel Farage, le UK Independence Party marquera une victoire décisive le 22 mai. Créé en 1993, ce parti politique rassemble tous les Britanniques mécontents et essentiellement les cols bleus qui sont préoccupés par leurs salaires plus que par l’Europe. 52% des électeurs du UKIP appartiennent aux catégories professionnelles inférieures, à la différence du parti travailliste (46%), du parti conservateur (43%) et des Libéraux-Démocrates (32%). Le UKIP représente les intérêts de l’homme de la rue contre une élite politique de plus en plus contestée. La percée du UKIP est un phénomène culturel. Ce parti souverainiste est le parti de protestation qui attire tous les électeurs déçus des partis traditionnels. Le chef du UKIP, Nigel Farage, est député européen depuis 1999. Il a assisté dernièrement à une réunion politique de Débout La République en France le 17 avril 2014, mais il refuse toute alliance avec le Front National qu’il qualifie de raciste et d’antisémite.

A quel niveau de mobilisation s'attend-on ? Qu'est-ce qui incite (ou au contraire décourage) les électeurs britanniques à se mobiliser ?

Ces élections européennes se déroulent à un tournant dans l’histoire des relations entre le Royaume-Uni et l’Europe et dans un contexte de mécontentement grandissant face aux turbulences de l’économie européenne. Le taux de participation aux élections européennes n’a cessé de baisser depuis 1979. Une participation de 50% serait honorable. Les Britanniques pourraient se mobiliser davantage en 2014, mais leur vote sera avant tout un vote de protestation contre l’Union Européenne, ses institutions et sa bureaucratie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jerem
- 07/05/2014 - 18:37
tres interessant la part des CSP- des liberaux democrates
Comme c'est marrant , ainsi donc les liberaux democrates n'attirent que 32% de clos bleus ..... quoi la flexibiité liberale ne tenterait pas les cols bleus .....

tu nous étonnes . un peu comme ici quand le cadre d'une boite de 5000 personnes vient expliquer les necessaires reformes structurelles avec reductions desdépenses publiques ... mais surtout pas de reduction a faire sur ses 50% de credit d'impot pour avoir une bonne a domicile ..

jerem
- 07/05/2014 - 18:22
mais bien sur !!! et on va expliquer deux petites choses !
"David Cameron souhaite défendre les intérêts britanniques et notamment la flexibilité du marché du travail qui a permis une baisse spectaculaire du chômage à 6,9% (soit 2,24 millions de demandeurs d’emploi) en avril 2014, selon l’Office for National "

alors on va se marrer deux minutes .
1- le chomage desjeunes de moins de 25 ans concerne 912.000 jeunes (contre 655000 en france - pays a la demographie similaire)
2- 6,9% de taux dechomage , oui avecc un temps partiel qui a encore cru et qui concerne maintenant 27% des emplois salariés

3- et on ne parle pas des contrats "zero heures" et de tous ces retraités qui bossent (et sont donc comptés dans la population active , tout en etant retraité ce qui permet au ration chomeurs/ population active de diminué un peu plus ).

on oubliera pas aussi le bien fait de la flexibilité britannique , une perte de 1500 euros en moyenne par an par salarié a temps plein (quand ca chouine pour une hausse de 20 euros par mois) avec une inflation qui se ballade entre 2,5 et 3.5 depuis 6 ans).

donc on note bien que la grande bretagne s'occupe de sa jeunesse . pres de la moitie des chomeurs sont des jeunes de moins de 25 ans . (france : 20% )
jerem
- 07/05/2014 - 18:11
sans blague !
"Les préoccupations d’ordre national prévalent face à l’accroissement des minorités ethniques qui représentent 14% de la population britannique (soit 8 millions de personnes) et face aux problèmes de la dette publique (75% du PIB en 2013) et du déficit public (6,8% du PIB en 2013)."

1- comment ? la communautarisme a la britannique ne serait pas le nirvana si bien conté . pas aussi drole que le tapis de priere au commisariat et le voile de la fliquette de quartier ? eh beh alors , on etait inquiet d'ailleurs
2- non la dette publique n'est pas 75% mais a 90% a fin 2013.(depuis le temps qu'ils affichent des deficit entre 8 et 6% par an ... )
3- le deficit public 2013 : -5,8%

bonjour l'exactitude !