En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 13 heures 33 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 15 heures 28 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 16 heures 39 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 18 heures 30 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 19 heures 53 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 21 heures 7 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 22 heures 4 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 23 heures 5 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 13 heures 47 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 14 heures 57 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 16 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 17 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 19 heures 10 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 21 heures 51 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 22 heures 22 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 23 heures 22 min
Lutte finale ?

Alain Krivine : "La gauche anti-capitaliste n’a pas été capable de faire ses preuves"

Publié le 08 juin 2011
Après le "printemps arabe" et la Grèce, la révolte gagne depuis quelques jours l'Espagne. S'étendra-t-elle au reste de l'Europe ? Ancien candidat à l'élection présidentielle et membre du Nouveau parti anticapitaliste, Alain Krivine livre à Atlantico son point de vue.
Alain Krivine est membre du Nouveau parti anticapitaliste.Candidat à l'élection présidentielle sous l'étiquette de la Ligue communiste (1969) et du Front communiste révolutionnaire (1974), il fut député européen de 1999 à 2004, élu sur la liste Lutte...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Krivine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Krivine est membre du Nouveau parti anticapitaliste.Candidat à l'élection présidentielle sous l'étiquette de la Ligue communiste (1969) et du Front communiste révolutionnaire (1974), il fut député européen de 1999 à 2004, élu sur la liste Lutte...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après le "printemps arabe" et la Grèce, la révolte gagne depuis quelques jours l'Espagne. S'étendra-t-elle au reste de l'Europe ? Ancien candidat à l'élection présidentielle et membre du Nouveau parti anticapitaliste, Alain Krivine livre à Atlantico son point de vue.

Atlantico : Comment analysez-vous la révolte qui se déroule actuellement en Espagne ?

Alain Krivine : Elle concerne à la fois des victimes de la crise qui se révoltent, une non-reconnaissance de la légitimité des institutions et des partis institutionnels et une volonté de démocratie. Toute une série de facteurs entre en jeu. On les retrouve dans différents pays avec des formes particulières : Tunisie, Algérie, Egypte, etc.

Je ne sais pas si l’on peut parler de « révolutions », mais il s’agit en tout cas de « révoltes ». Il existe une mobilisation populaire très forte, même si la dernière étape de renversement du pouvoir n’est franchie nulle part.

 

Comment expliquez-vous que ces différentes révoltes aient lieu aujourd'hui, presqu'en même temps ?

Nous assistons à une crise exceptionnelle avec des conséquences que l’on n’a pas connues depuis longtemps : appauvrissement, problèmes de logements… voilà les problèmes communs de chacune de ces révolutions.

Tous les partis ont montré leur incapacité à sortir de la crise. En ce sens, il est intéressant de constater que ce sont des gouvernements de gauche qui gouvernent l’Espagne ou la Grèce. Ils donnent finalement les mêmes réponses que lorsque la droite est au pouvoir. Il existe donc un rejet institutionnel de la gauche comme de la droite.

 

La révolte en Espagne semble ne pas avoir de mot d’ordre « politique »…

Quand on regarde la radicalité des revendications, cela ne semble peut-être pas politique au sens institutionnel du terme, mais il y a une vraie remise en cause du système lui-même. Ca va beaucoup plus loin que tous les partis de gauche réunis : le capitalisme est contesté dans ses fondements mêmes, avec des mots d’ordre sur l’absence de justice, d’égalité, le rôle de l’argent, des médias. C’est peut-être une remise en cause sans solution, mais c’est une révolution radicale qui s’oppose aux solutions réformistes des partis institutionnels ; et j’inclue dans ces partis les partis communistes.

 

Est-ce comparable à mai 68 ?

Comparable en tant que révolte populaire, auto-organisée. Mais en 1968, il n’y avait pas de crise économique, la jeunesse étudiante était privilégiée. Aujourd’hui, en France, il n’y a pas 300 000 étudiants comme en 1968 mais 2 millions et la moitié d’entre eux travaille, ce qui n’existait pas en 68. Il existe une liaison nouvelle entre le monde du travail et les étudiants car ceux-ci doivent payer leurs études.

Au final, c’est peut-être plus dangereux pour le pouvoir actuel : en Espagne comme dans les pays arabes, on observe un mélange d’étudiants diplômés sans travail, de chômeurs, de salariés, bref de toutes les victimes de la crise. Ce mélange n’existait pas en 1968.

 

Le fait que ces révoltes aient lieu 40 ans après mai 68 ne montre-t-il pas l’échec du mouvement des années 1970 ?

Mai 68 fut un acquis précieux, mais c’est un échec politique. Les gouvernements ont changé après 1968, il y a eu le programme commun en 1972, mais nous avons toujours affaire à la même société.

 

La révolte espagnole pourrait-elle selon vous s’étendre à l’Europe et arriver en France ?

C’est difficile à dire. Quand ça a éclaté en Tunisie, on pensait que ça ne toucherait que les pays arabes. On expliquait alors que ça n’arriverait pas en Europe car il y avait ici de grands partis ouvriers traditionnels, que nous n'avions pas eu de dictature comme là-bas, etc. Il s’avère finalement que des révoltes ont eu lieu dans des pays comme la Grèce ou l’Espagne. On ne s’y attendait pas. Je pense que le mouvement qu’on a connu dans les pays arabes ou en Espagne a une dimension significative à l’échelle mondiale.

Pour ce qui est de la France c’est encore très balbutiant. Je ne ferai pas de pronostic. Pour l’instant cela fait surtout le jeu de Marine Le Pen. Mais les circonstances ont justement poussé le FN à infléchir son discours, à être plus social, ce qu’il n’était pas sous Jean-Marie Le Pen.

 

Pourquoi ce terreau de révolte ne bénéficie pas à l’heure actuelle à l’extrême gauche, en tout cas, si l’on se fie aux sondages ?

Il y a un problème de rythme : au moment où la gauche classique se discrédite, la gauche anti-capitaliste n’a pas été capable de faire ses preuves sur une large échelle. Il faut désormais comprendre ces nouvelles formes de lutte. Olivier Besancenot parlait de « pouvoir des anonymes »... Quand il a refusé d’être candidat alors qu’il était connu et populaire, les politiques ont dit « il est fou », mais dans l’opinion ça a été très bien perçu. Les gens ont dit « au moins, il n’est pas comme les autres ». Sa réaction finalement a été comprise par des personnes qui peuvent avoir beaucoup de sympathie sur ce qui se passe actuellement en Espagne.

En fait, votre question fait écho au débat qui a lieu aujourd’hui au sein de la gauche anti-capitaliste. Nous essayons de comprendre ces phénomènes et de voir quelles réponses on peut leur donner. Je crois que ce contexte nous oblige à ne pas imposer des réponses en termes institutionnels. C’est tout le débat du « faut-il que le NPA se rapproche du Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon ? ». En ce qui me concerne, je pense que le Front de gauche, qu’on le veuille ou non, est perçu comme institutionnel.

 

Quel rôle joue Internet dans ces révoltes ?

Je suis mal placé, compte tenu de ma génération, pour porter un jugement ! Je ne peux que constater que ça a un poids extraordinaire, y compris en Tunisie ou en Egypte où l’on ne pensait pas que le web puisse avoir une telle importance. J’avoue avoir complètement sous estimé Internet.

Bien-sûr, ce média a aussi des défauts : il ne faut pas que ça pousse à la simple addition d’individus. On se retrouve collectivement quand il y a eu des appels sur le web. Mais le net soulève de nombreuses questions sur la façon de concilier efficacité, individualité et collectif.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
405
- 29/05/2011 - 01:07
Hypocrisie Le NPA est un parti institutionnel comme les autres
Il a des candidats à chaque élections.Il se présente pour faire perdre la vraie gauche.Il est l'idiot utile qui refuse de s'unir au Front de Gauche.Pour le plus grand bonheur du PS et de l'UMP.Il n'a pas lu les revendications espagnoles : retraite à 65 ans, 400€ pour les chômeurs en fin de droit, rien d'anticapitaliste.Ils ne veulent même pas une autre constitution.Krivine n'a jamais rien compris.
lew mcintosh
- 27/05/2011 - 18:44
Aujourd'hui Madrid, demain Beijing..?
le journaliste d'Atlantico aurait pu demander à Krivine ce qu'il pense de la situation en Chine. contrairement à la Grèce ou l'Espagne, ce pays produit énormément de richesses pour les classes moyennes des villes, laissant en plan les 900m de paysans. que se passera-t-il lorsque les gens des villes auront une vraie faim boulimique de démocratie et iront dans la rue ? plaindra-t-il le PC chinois
lew mcintosh
- 27/05/2011 - 18:33
Hasta la Krivinacion siempre !
les analyses d'Alain sont toujours aussi pertinentes. pas de récupération-réduction "ab soixante-huitardo" des révolutions de la rue arabe. pourquoi n'est-il pas encore consultant football sur Canal + ? il est pourtant brillant dans ces expertises. cela reste un mystère pour moi.