En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 11 heures 14 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 12 heures 44 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 14 heures 22 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 15 heures 40 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 17 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 18 heures 36 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 10 heures 52 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 11 heures 45 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 13 heures 49 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 14 heures 45 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 16 heures 47 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 18 heures 19 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 20 heures 12 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 21 heures 25 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 22 heures 11 min
© Reuters
Beppe Grillo.
© Reuters
Beppe Grillo.
Et chez vous, comment ça va ?

Tour d'Europe des campagnes pour les Européennes : direction l'Italie

Publié le 05 mai 2015
Deuxième étape de notre tour d'Europe des campagnes pour les élections européennes : l'Italie, dont l'avenir économique dépend particulièrement de l'Europe. Les sondages confirment la montée en puissance du Mouvement cinq étoiles de Beppe Grillo qui prône "une autre Europe" à travers, notamment, un référendum sur l'euro.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deuxième étape de notre tour d'Europe des campagnes pour les élections européennes : l'Italie, dont l'avenir économique dépend particulièrement de l'Europe. Les sondages confirment la montée en puissance du Mouvement cinq étoiles de Beppe Grillo qui prône "une autre Europe" à travers, notamment, un référendum sur l'euro.

>>> Premier épisode à lire sur Atlantico : Tour d’Europe des campagnes pour les Européennes : direction l’Allemagne

>>> Troisième épisode à lire sur Atlantico : Tour d’Europe des campagnes pour les Européennes : direction le Royaume-Uni

Atlantico : A l'approche des élections européennes, quels sont les principaux thèmes qui occupent les débats en Italie ? Par quels partis sont-ils portés, et sont-ils focalisés sur l'Europe en elle-même, ou bien les préoccupations d'ordre national prévalent-elles ?

Christophe Bouillaud : Il me semble que le mélange entre préoccupations italiennes et préoccupations européennes est intextricable dans cette campagne : tous les grands partis parlent pour une fois d'Europe, ou plutôt de la place de l'Italie en Europe, du rapport entre politiques publiques suivies en Italie et insertion du pays dans l'ensemble européen, et, en même temps, l'élection est jouée comme une élection nationale qui va déterminer le sort du gouvernement, les rapports de force entre grands partis pour les mois à venir, et enfin la capacité de survie de toute une série de petites et moyennes entreprises politiques. Ce second effet est renforcé par la concomitance d'élections locales dans certaines villes (comme lors des élections précédentes de 2009). Le principal thème est donc double : les dirigeants italiens peuvent-ils et doivent-ils intervenir sur le policy mix choisi au niveau européen ? L'Italie peut-elle s'adapter aux choix qu'imposent, ou semblent imposer, l'insertion du pays dans l'Union européenne ? En gros, les questions sont : comment faire pour sauver l'Italie (l'économie italienne) dans l'euro ? Peut-on changer l'euro pour sauver l'Italie ? 

Quelles sont les forces en présence, et à quels résultats s'attend-on ? 

Les trois forces principales en présence sont : le Parti démocrate (PD), centre-gauche, dirigé par Matteo Renzi qui cumule la fonction de chef du gouvernement et de chef du parti ; le nouveau parti de Silvio Berlusconi, qui a repris l'ancien nom de "Forza Italia" (FI) (1994-2008) et qui est toujours dirigé par ce dernier bien qu'il soit sous le coup d'une condamnation pénale définitive et qu'il soit même censé purger sa peine sous forme de "travaux d'intérêt général" dans une maison de personnes âgées (sic !) ; et enfin, le "Mouvement 5 Etoiles" de Beppe Grillo, le comique gênois devenu homme politique, le critique le plus radical qui puisse être de tous politiciens italiens. 

Le PD assume une politique pro-européenne qui vise à faire les réformes structurelles demandées par l'UE et à respecter les critères de Maastricht, tout en critiquant par ailleurs le policy mixeuropéen, encore trop austéritaire à ses yeux. Silvio Berlusconi semble avoir décidé de faire une campagne "anti-allemande", avec une critique de l'austérité à l'allemande imposée à l'Europe, avec une tonalité trés souverainiste, et de séduire son électorat de personnes âgées en leur promettant quelques avantages sociaux supplémentaires. Beppe Grillo continue à critiquer la façon dont l'euro est géré et accuse pour l'heure essentiellement le PD de faire des réformes inutiles, absurdes, anti-sociales, etc. Tous les grands partis sont donc en fait d'accord pour dire que la façon dont l'Europe a été gérée n'est pas la bonne. C'est un peu "haro sur Angela M." ! Le conflit proprement national par contre oppose les Anciens (PD et FI) - les partis - et les Modernes (M5S) - le parti anti-partis - : en effet, la position de FI est un peu difficile à expliquer. Officiellement, FI n'a pas voté la confiance au gouvernement Renzi contrairement  à une partie de ses dissidents, mais il est d'accord avec les réformes institutionnelles que ce dernier veut mettre en oeuvre, et n'est pas très incisif dans son opposition par ailleurs au gouvernement Renzi. Il reste d'ailleurs localement allié aux gens de droite et du centre qui ont quitté FI fin 2013 pour soutenir le gouvernement Renzi. Inversement, le M5S ne cesse d'insulter le PD et d'accuser son chef d'être le plus grand bonimenteur de l'histoire italienne, après le "repris de justice" Berlusconi bien sûr. Selon les sondages, le PD serait nettement en tête avec un peu plus de 30% des suffrages, FI et le M5S seraient eux autour de 20%. En l'état, cela voudrait dire que, d'une part, FI serait durablement affaibli, et que, d'autre part, le M5S ne serait pas seulement un feu de paille lors d'une élection unique (celle des élections politiques de février 2013). On s'orienterait donc vers un changement durable et inédit des rapports de force. Ensuite, toute une série de partis tentent de survivre ou de renouer avec le succès lors de ces élections : il y a d'abord la "Ligue du Nord", dans l'opposition depuis fin 2011, qui tente de jouer à fond la ligne anti-européenne (qui est la sienne depuis 1999, mais qui ne l'a pas empêché de voter la ratification du Traité de Lisbonne en 2008) ; il y a des gens qui essayent de ressusciter un parti post-néo-fasciste sous le nom de "Frères d'Italie - Alliance nationale" (Fd'I-AN) ; il y a des centristes pro-européens qui essayent de se compter après le semi-retrait de la vie politique de Mario Monti, qui se sont alliés avec le "Nouveau centre droit" (NCD) d'Angelino Alfano qui participent au gouvernement Renzi et qui veulent montrer qu'il existe un avenir au centre-droit sans Berlusconi ;  il y a d'autres centristes très minoritaires a priori qui sont devenus anti-européens au nom des valeurs chrétiennes ; il y a enfin des partisans de la gauche de la gauche, qui essayent de faire exister en Italie la candidature d'Alexis Tsipras (candidat du Parti de la gauche européenne pour le poste de Président de la Commission). Vu le mode de scrutin (changé en 2009), toutes les petites forces risquent de ne pas avoir d'élus, mais elles tentent toutes leur chance. Du coup, l'élection européenne ressemble à y regarder de prés une révision générale de l'histoire partisane italienne, ancienne et récente.

 A quel niveau de mobilisation s'attend-on ? Qu'est-ce qui incite (ou au contraire décourage) les électeurs italiens à se mobiliser ?

La mobilisation avait déjà été faible en 2009, les élections politiques de février 2013 avaient connu un record d'abstention, les élections locales qui ont suivi de même, on devrait retrouver cette même tendance à la baisse de la participation électorale en Italie cette année, même si le débat tourne beaucoup plus sur l'Europe qu'en 2009, même si la campagne électorale me parait plus longue, plus intense, plus sérieuse qu'en 2009. Le niveau de la mobilisation devrait être surtout déterminant pour les résultats : selon un sondage, FI avec son leader de 77 ans serait encore apprécié par les vieux électeurs (plus de 65 ans), et le M5S aurait du succès chez les jeunes (moins de 29 ans). Or on sait que les jeunes ont  tendance à ne pas aller voter... Cela peut jouer donc sur le résultat : les forces les plus soutenues par les électeurs de plus de 40 ans auront sans doute de meilleurs résultats que les forces votées par les moins de 40 ans. Ces différentiels de participation par âge, s'ils se confirment, montreront aussi à quel point le système démocratique est malade en Italie. 

Qu'en est-il des partis dits eurosceptiques ? Pourraient-ils, comme cela devrait-être le cas en France, effectuer une percée ? On se souvient notamment du parti de Beppe Grillo qui avait remporté un certain succès aux législatives de 2013 ; joue-t-il un rôle, ou exerce-t-il une influence dans ces élections ?

Comme je l'ai déjà dit, à en croire les sondages, le M5S de Beppe Grillo pourrait réussir à se maintenir comme une force importante de la vie politique italienne un peu au delà de 20% des suffrages. Bien sûr, il faudra que les possibles (jeunes) électeurs du M5S prennent la peine d'aller voter, sinon cela serait un échec pour ce parti. Le M5S joue un rôle important dans cette élection, ne serait-ce que parce que sa propre survie est en jeu, et aussi parce qu'il est la voix la plus critique de la politique menée par le gouvernement Renzi. 

Pour ce qui de l'euroscepticisme, il faut définir le terme : si par ce dernier, on entend dire qu'un parti critique l'Europe ou une politique publique menée sous l'égide de l'Union européenne (comme par exemple la zone Euro) sous l'un ou l'autre de ces aspects, il faut bien se rendre compte que tous les partis italiens critiquent l'état actuel de l'Europe, de ce point de vue, le score cumulé des eurosceptiques sera donc de 100% des voix en Italie ! - ce qui correspond par ailleurs au fait que plus de 95% des Italiens pensent que la situation économique du pays est mauvaise ou très mauvaise. Si on entend par contre par le terme d’eurosceptique le fait que les futurs élus d'un parti au Parlement européen se situeront très probablement dans l'opposition à la future Commission européenne, on ne trouve a priori dans ce cas, si on se limite aux listes ayant une chance raisonnable d'avoir des élus, que les possibles élus de la Liste Tsipras (Parti de la gauche européenne), ceux de la Ligue du Nord, et enfin ceux du M5S. En effet, aussi bien le PD que FI rattachés respectivement au PSE et au PPE seront sans doute dans la future majorité européenne, de même que les possibles élus centristes (de tendance post-Berlusconi ou post-Mario Monti). C'est donc tout le paradoxe : une électorat italien, plutôt désenchanté par l'Europe actuelle et ses politiques publiques, va envoyer siéger en pratique à Bruxelles une majorité d'élus qui, au delà de leur volonté affichée de tout changer, vont sans doute reconduire les politiques publiques menées depuis toujours par l'Union européenne. Sauf immense surprise électorale - qui signifierait que tous les sondages se trompent-, les vrais opposants eurosceptiques (M5S, Ligue du Nord, etc.) obtiendront une minorité des élus italiens, et aucun n'arrivera en tête du scrutin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 06/05/2014 - 09:40
100% pour une Autre Europe
Cet article est plutôt une bonne surprise : nous avons eu hier sur Antlantico un texte de mr Quatremer, journaliste de Libé, qui traitait le parti de Marine Le Pen de ''fasciste''...
Les personnages de Sylvio Berlusconi, de Beppe Grillo et quelques autres, nous font penser à des clowns, ou si l'on veut être plus aimable à des acteurs de la Comedia dell'Arte !
Mais l'auteur nous explique que pratiquement 100 % des italiens et de leurs partis ne sont pas d'accord avec la politique européenne actuelle qui les écrase, les soumet à la volonté de la Haute Finance Internationale, et on ne peut qu'être d'accord avec eux !
Là où il prend beaucoup de risques, c'est quant il essaie de nous prédire l'action future des élus italiens : il nous dit que, comme auparavant, ils laisseront faire...
Je pense, j'espère que les nouveaux élus des différents pays d'Europe se regrouperont pour former une majorité bien décidée à mettre fin à la domination crapuleuse du PPE-PSE, l'UMPS de l'Europe !