En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 6 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 7 heures 30 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 9 heures 10 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 10 heures 17 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 12 heures 55 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 13 heures 15 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 13 heures 56 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 15 heures 6 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 7 heures 14 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 8 heures 21 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 9 heures 45 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 12 heures 18 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 13 heures 8 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 13 heures 28 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 14 heures 21 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 15 heures 20 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 16 heures 3 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 16 heures 40 min
Paralysie ?

Ukraine : les pulsions isolationnistes des Etats-Unis et le manque de coordination de l’UE aggravent-ils la situation ?

Publié le 05 mai 2014
Tandis que la diplomatie américaine reste partagée entre l'expansionnisme et la prudence en Ukraine, l'Europe continue d'hésiter sur l'adoption de sanctions économiques qui pourraient l'handicaper. Un piétinement qui ne risque pas d'arranger la situation alors que le risque de débordements est toujours bien présent.
Jean-Bernard Pinatel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tandis que la diplomatie américaine reste partagée entre l'expansionnisme et la prudence en Ukraine, l'Europe continue d'hésiter sur l'adoption de sanctions économiques qui pourraient l'handicaper. Un piétinement qui ne risque pas d'arranger la situation alors que le risque de débordements est toujours bien présent.

Atlantico : Bien que Barack Obama ait promis de nouvelles sanctions à l'encontre du Kremlin suite au drame d'Odessa, les pro-russes semblent continuer leur avancée dans l'Est du pays. Pendant ce temps, l'Europe continue d'être divisée sur la marche à suivre. En quoi ce manque de coordination aggrave-t-il la situation ?

Jean-Bernard Pinatel : S'il est évident que le camp occidental, et plus particulièrement l'Europe, est divisé sur la marche à suivre, je ne pense pas qu'un manque de coordination soit le problème déterminant pour expliquer les risques actuels. Il y a pour l'instant deux acteurs centraux : le gouvernement de Kiev et les pro-russes de l'Est, et quoi que l'on en dise, leurs actions ne sont pas uniquement le résultat de manipulations émanant des uns et des autres. S'ils sont en ce moment dans une claire logique d'affrontement, on le voit à Odessa et ailleurs, Moscou n'a aucunement l'envie de voir la situation dégénérer pour autant. Il en va de même pour l'Allemagne et certains pays d'Europe Centrale,  l'ambiguïté diplomatique de Berlin ayant été bien illustrée par les récentes déclarations de l'ex-Chancelier Schroeder qui prône une stratégie du dialogue avec Poutine. Il est en effet conscient, comme beaucoup d'Allemands, des conséquences que pourrait avoir une spirale de sanctions économiques qui pénaliseraient le commerce à l'Est. La France de François Hollande continue pour sa part d'appliquer en bon vassal les directives de Washington et campe sur une position de va t-en guerre qui détone très peu de celle prônée par les Etats-Unis. L'Europe ne marche clairement pas comme un seul homme et semble ainsi condamnée à l'impuissance.

En face, la stratégie de Moscou reste d'après moi de nature défensive après l'annexion réussie de la Crimée, une trop forte poussée des pro-russes risquant d'aboutir à une partition de l'Ukraine et donc à terme au rattachement de Kiev, berceau historique de la Russie, au giron de l'Union Européenne et de l'OTAN. Moscou aurait dans l'absolu bien plus intérêt à conserver une Ukraine pleine et entière qui deviendrait une "nouvelle Finlande", c'est-à-dire un état frontalier à la neutralité bienveillante à l'encontre du Kremlin. La demande par Vladimir Poutine à l'OSCE d'organiser une table ronde sur l'Ukraine dès cette semaine à Moscou semble ainsi bien démontrer cette volonté de calmer le jeu pour le moment.

Pour Washington, l'objectif final reste d'empêcher coûte que coûte une extension de la Russie à l'Ouest et la formation d'un bloc eurasiatique qui viendrait contrer la puissance maritime des Etats-Unis. Cette théorie, forgée par des conseillers d'influence comme Zbigniew Bzrezinski continue actuellement de dicter une bonne partie des enjeux américains dans la région.  L'intérêt américain est donc premièrement d'utiliser le "coin" ukrainien pour pousser à la division de l'Europe.

On ressort justement beaucoup la théorie du "Grand Echiquier" de Brzezinski pour décrypter le caractère offensif de la stratégie américaine en Europe. La Maison Blanche n'est-elle toutefois pas modérée dans le même temps par des volontés moins bellicistes ?

Il est tout à fait clair que Barack Obama, président démocrate par ailleurs, souhaite consacrer son deuxième mandat à la résolution des problèmes intérieurs des Etats-Unis plutôt qu'au lancement de nouvelles aventures militaires. Il doit toutefois compter avec l'importance du lobby militaro-industriel américain et sa volonté de maintenir un "ennemi extérieur" pour justifier le poids de l'administration fédérale, poids souvent contesté sur la scène politique intérieure. Le consentement à l'impôt est ainsi directement corrélé, ne serait-ce que dans l'esprit de nombreux décideurs américains, à des enjeux de sécurité sur la scène internationale. Laurent Fabius, et plus largement la France, font parti de ceux qui épousent totalement cette vision du monde actuellement. Néanmoins, certains hommes politiques mis en place par Obama (on pense notamment à Chuck Hagel, actuel Secrétaire d'Etat à la Défense, NDLR) s'avèrent effectivement très sceptiques sur la menace russe, le principal enjeu étant aujourd'hui de consolider les intérêts américains dans le Pacifique, zone autrement plus sensible et stratégique que l'Europe actuellement.

L'opinion publique américaine semble par ailleurs de plus en plus divisée, seulement 53% étant favorable aux sanctions contre Moscou alors que 62% de la population reste fermement opposée à l'option militaire. La Maison Blanche a-t-elle de plus en plus de mal à faire valoir l'interventionnisme auprès de ses électeurs ? En quoi cela peut-il impacter sa politique ?

Les Américains ont une mémoire politique (contrairement aux Français semble t-il) et ont bien gardé en tête le souvenir de l''entourloupe autour des armes de destruction massive en 2003.  A cela s'ajoute les centaines de cercueils américains qui sont, chaque année, retournée sur le sol national sous l'œil des caméras. Dans un tel contexte, l'opinion américaine n'a effectivement plus envie de soutenir des interventions dont les intérêts immédiats pour l'Amérique semblent quasi-inexistants. Les citoyens étant de moins en moins réceptifs aux stratégies de la tension utilisées jusqu'ici, Washington aura de fait de plus en plus de mal à déclencher des opérations extérieures sans un soutien intérieur.

Jusqu’où Poutine pourra t-il être tenté d'aller pour tester ces limites de la diplomatie occidentale ?

Vladimir Poutine est en vérité très gêné par la situation actuelle, forcé qu'il est de ne pas trop mécontenter les velléités nationalistes des Russes et des Ukrainiens russophones face aux provocations du gouvernement de Kiev (opérations militaires, tentative de suppression du russe comme seconde langue officielle…). Un débordement ne pourrait aboutir qu'à une partition de l'Ukraine qui signifierait, encore une fois, le rattachement de Kiev au bloc occidental et la présence de l'OTAN aux frontières de la Russie. Les atouts de Moscou sont en vérité économiques et politiques dans cette affaire,  l'Ukraine se retrouvant aujourd'hui face à une dette publique et un déficit abyssal que Bruxelles et le FMI seraient bien en mal de combler aujourd'hui sans imposer des réformes drastiques que le gouvernement sera incapable de mener. Les prochaines élections tourneront ainsi autour de deux enjeux, la situation budgétaire et le prix du gaz, deux thèmes sur lesquels Moscou dispose d'un net avantage stratégique. Poutine semble en tout cas prêt à mettre beaucoup d'argent sur la table au regard de l'importance d'un tel enjeu pour son opinion publique afin de ramener à Kiev un gouvernement qui lui soit moins défavorable.

"L’actuel secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel a déclaré le 2 mai « Les 28 membres de l’Otan doivent augmenter leur budget consacré à la défense malgré leurs difficultés financières pour faire face à Moscou qui, sur le long terme, va chercher à tester l’Alliance atlantique ». Faut-il y voir le départ d'un renouveau militaire pour le Vieux Continent ?

On constate malheureusement que la tendance est plutôt actuellement à la baisse des budgets militaires, notamment en France. Ce type de déclarations américaines se faisait déjà entendre lors du conflit libyen alors que Washington constatait amèrement que seul Londres et Paris étaient capables de mener une opération extérieure digne de ce nom, le tout sous condition d'un soutien logistique de l'US Navy. Un "renouveau" de l'Europe est en tout cas difficile à imaginer pour l'instant, d'autant plus que les dirigeants occidentaux ont compris que la Russie n'était pas dans une logique d'agression militaire actuellement. En politique étrangère comme en politique intérieure, Hollande n'a plus les moyens militaires et économiques de ses émotions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Xenophon
- 07/05/2014 - 12:07
Trés clair
Il restera dans cette affaire qu'on peut, en Europe et au 21ème siècle, faire modifier les frontières d'un pays souverain par l'agitation entretenue à l'intérieur de ses frontières. Le continent européen est déjà une marqueterie d' états unique en son genre. Multiplier les irrédentismes est simple à faire mais foutrement difficile à gérer.
ntzsch
- 06/05/2014 - 09:50
Les russophones ukrainiens n'ont pas confiance en l'UE
S'ils ne sont pas emballés à l'idée d'intégrer l'Union Européenne, c'est qu'ils connaissent le sort de leurs homologues Estoniens et Lettons.
Au prétexte que leur langue maternelle n'est soi-disant pas la bonne, une grande partie des russophones de ces pays ont été privés de leur nationalité. Bien qu'ils soient nés dans ces pays, ils sont devenus des apatrides, ils n'ont pas le droit de voter ni de travailler dans la fonction publique.
L'Union Européenne tolère ce genre de choses et on n'en parle jamais.
Je pense que si Poutine avait agi de la sorte envers certains de ses ressortissants, la presse occidentale aurait poussé des cris d'orfraie.
gliocyte
- 06/05/2014 - 01:42
Pardon?
"Les Américains ont une mémoire politique (contrairement aux Français semble t-il) et ont bien gardé en tête le souvenir de l''entourloupe autour des armes de destruction massive en 2003."
S'il y a des Français qui ont la mémoire courte, il y en a d'autres qui ont bien gardé en mémoire la désinformation américaine pour justifier leur intervention militaire criminelle que ce soit au Kosovo, en Irak et cette désinformation en Syrie a frappé, elle une majorité de Français. Rappelons la "magnifique" intervention américaine anti russe en Afghanistan qui a armé les talibans, les a amenés au pouvoir, faisant ainsi basculer le pays dans l'obscurantisme et la terreur.
Etre anti Poutine dans ces conditions et vouloir en découdre révèle, hélas, la stupidité de nombre de Français qui se laissent berner par les médias à la botte des USA et de l'U.E. Des moutons bêlants..