En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

05.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

06.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

07.

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 6 heures 19 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 6 heures 53 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 8 heures 44 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 9 heures 53 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 11 heures 3 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 15 heures 29 sec
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 15 heures 18 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 15 heures 43 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 10 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 6 heures 25 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 7 heures 32 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 9 heures 17 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 10 heures 38 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 11 heures
© Reuters
General Electric et Siemens se disputent le rachat de la partie énergie du français Alstom.
© Reuters
General Electric et Siemens se disputent le rachat de la partie énergie du français Alstom.
Souveraineté

Pourquoi c'est bien plus qu'une histoire d'emplois... Ce que la perte des activités énergie d'Alstom coûterait à l’économie française

Publié le 30 avril 2014
Derrière les emplois menacés par la perte de la filière énergie d'Alstom, c'est la souveraineté technologique et économique de la France qui est menacée. Et cela se compte en milliards.
Nicolas Mazzucchi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Mazzucchi est conseiller scientique de Futuribles international et géoéconomiste spécialiste des questions énergétiques. Il est aussi docteur en géographie économique, professeur de relations internationales au sein de l’Enseignement militaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Derrière les emplois menacés par la perte de la filière énergie d'Alstom, c'est la souveraineté technologique et économique de la France qui est menacée. Et cela se compte en milliards.

Atlantico : General Electric et Siemens se disputent le rachat de la partie énergie du français Alstom. L’inquiétude du gouvernement à ce sujet est grande, notamment sur la question des emplois qui pourraient être menacés. Aussi grave cet aspect soit-il, est-il le plus important ?

Nicolas Mazzucchi : Si on se positionne d’un point de vue social et français, alors oui, l’emploi est le premier sujet d’inquiétude dans le dossier Alstom, même si ce n’est pas un des premiers employeurs du pays. Mais dans un cadre plus global, ce n’est plus le sujet numéro un.  La question qui se pose est celle des activités de l’entreprise, et de leur intérêt stratégique pour l’ensemble de l’économie française. Il faut savoir que le secteur énergie d’Alstom est une chose dont l’économie française, eu égard à sa structuration, peut très difficilement se passer.

Sur le plan des technologies, pourquoi Alstom est-il aussi essentiel à l’économie française ?

Dans le secteur de l’énergie – énergie nucléaire, centrales à gaz, énergies renouvelables – la France a une position de leader européen très affirmée, et se trouve parmi les leaders mondiaux de ces énergies. Il est bien évident que le rachat d’Alstom, qui n’est pas un énergéticien en soi, mais un prestataire de services industriels pour les entreprises énergétiques françaises (EDF, GDG Suez, Areva), représenterait une perte se savoir-faire et de connaissances, et donc de compétitivité pour l’ensemble de ces acteurs.

Plus précisément, quelles seraient les technologies qui échapperaient à la France ?

Alstom est l’un des leaders mondiaux des turbines à gaz pour les centrales nucléaires. A ce titre, l’entreprise se charge d’une partie de la sous-traitance des centrales nucléaires. Alstom est actif dans l’ensemble des énergies renouvelables : éolien, solaire, géothermique… Ce dernier d’ailleurs est assez peu utilisé, et pourtant sa potentialité de croissance est très importante. Ce serait une perte dommageable, d’autant plus que la France est bien positionnée en Europe et dans d’autres pays côtiers sur ces créneaux-là. Le Brésil notamment essaie de développer des solutions marémotrices pour lesquelles la France aurait un vrai savoir-faire à apporter.

L’intérêt de General Electrics et de Siemens est focalisé sur un savoir-faire d’Alstom qui est très particulier : celui des réseaux électriques intelligents (ou Smartgrids). Mais si on doit faire une comparaison entre GE et Siemens, il faut bien reconnaître que le premier est intéressé par l’ensemble des savoir-faire d’Alstom, alors que Siemens, lui, a annoncé sa sortie du nucléaire en 2011. Et ce n’est pas tout, il a aussi annoncé la fermeture de sa filiale énergie solaire en 2013. Donc en réalité, ce que veut Siemens, ce n’est pas la compétence d’Alstom dans le nucléaire ou le solaire, mais dans les réseaux électriques intelligents. Le vrai cœur de puissance du français se trouve là.

En quoi ces réseaux électriques intelligents constituent-ils un élément clé du développement économique français ?

A l’heure actuelle, entre l’énergie qui sort de la centrale (l’énergie primaire) et celle qui arrive au consommateur (l’énergie finale), on peut avoir jusqu’à 60 % de pertes dans les réseaux standards. Le déploiement d’un réseau électrique intelligent permet au consommateur final d’obtenir la même quantité d’énergie disponible, mais en produisant moins. Le gain de productivité sera fait en réduisant les pertes sur le réseau. L’enjeu est considérable en termes de souveraineté et d’indépendance énergétique : moins de gaz, de charbon, de pétrole…

Si Alstom se défait de sa filière énergie au profit d’une société étrangère, les acteurs français de l’énergie devront donc s’adresser à des prestataires extérieurs ?

A Siemens notamment, car l’Allemagne a très bien compris la problématique des réseaux intelligents, et c’est là-dessus qu’elle compte pour sa fameuse sortie du nucléaire. Car le pays, pour ne plus avoir recours au nucléaire, se repose actuellement sur le charbon. Or l’UE a défini des objectifs très clairs pour la réduction des émissions de CO2. Comme l’Allemagne ne peut pas déployer à grande échelle des énergies renouvelables, son seul moyen d’honorer les objectifs européens se trouve dans le réseau électrique intelligent.

Dès 2008, les Allemands se sont associés avec les Suisses pour créer un gigantesque projet de réseau électrique intelligent de niveau européen, dans lequel Siemens joue bien évidemment un rôle-clé. Par ce biais l’Allemagne mettrait la main sur l’ensemble des normes et des technologies européennes, obligeant tout le monde à s’y rattacher. Siemens y gagnerait en poids important et structurant dans l’ensemble du secteur électrique européen.

Si au contraire GE l’emporte, les modalités seront-elles différentes ?

Les Américains aussi comptent énormément sur le Smart grid. L’administration Obama a en effet fait passer tout un paquet législatif en 2009, le American Recovery and Reinvestment Act, destiné à sortie les Etats-Unis de la crise économique. Dans cette ARRA, l’un des principaux points mis en avant est justement le développement de réseaux électriques intelligents. Le budget direct associé est 4 milliards de dollars. Moins les Américains consommeront de gaz et de charbon, plus ils pourront en exporter. L’exportation de gaz de schiste est en train de devenir une vraie stratégie vis-à-vis de l’UE. Sur le plan intérieur, cela leur permettra de résoudre un certain nombre de problèmes d’accès à l’énergie, comme c’est le cas notamment en Californie. Cet Etat est un véritable gouffre énergétique, pour lequel un réseau électrique intelligent à grande échelle représenterait un véritable ballon d’oxygène.

Par conséquent, quel est le coût global de la perte de la filière énergie d’Alstom ?

Alstom n’étant pas un acteur énergéticien pur, mais un support des entreprises énergétiques, on ne peut pas réellement se rendre compte de l’impact pour l’ensemble du secteur énergétique. On va enlever une brique, avec  un risque domino certain, mais dont l’issue est encore trop imprévisible. Ce qui est certain en revanche, c’est que selon les choix de transition énergétique opérés, qui imposeront de facto un recours à un réseau électrique intelligent, et sans la technologie d’Alstom, cela nous coûtera plusieurs milliards. General Electric, qui n’est pour l’actuelle qu’un énergéticien secondaire, deviendrait un autre géant américain, qui ferait profiter de la technologie uniquement à l’économie américaine.  Si c’est Siemens, la technologie va alors à un concurrent européen dont on sait qu’il n’est pas fiable depuis qu’en 2010 il a rompu son alliance avec le russe Rosatom. Par conséquent l’argument du patriotisme européen ne tient pas. Dans les deux cas, on se trouve dans une situation de perte de souveraineté technologique et économique de la France.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Unhappy taxpayer
- 30/04/2014 - 10:42
Allez donc expliquer cela à nos idiots savants d'Enarques ?
Ou pire, tentez d'expliquer cela à ce débile de Montebourde !

Leur seul domaine de compétence est dans l'éolien, comme experts en brassage d'air et effet de manche
Papy Geon
- 30/04/2014 - 10:36
La souveraineté technologique ?
Cela a toujours été un enjeu de premier ordre pour les dirigeants Américains.
Ils sont prêts à tout pour se maintenir au top mondial, indépendamment des milliards que cet investissement peut rapporter à leur système économique.
Si nous examinons le passé…Il suffit d’écouter attentivement les discours de Roosevelt, lorsqu’il parle de « technologie » au début des années 1940 …A l’époque, il y avait moins de langue de bois.
Alors, la coopération technologique avec les Etats-Unis, oui, pour maintenir les équilibres, mais la maîtrise technologique d’Alstom doit rester sous pavillon Français, ceci est absolument vital pour notre pays. Il n’est par ailleurs pas question de se retrouver avec un monopole (Siemens) en Europe.
Qu’en penserait la « commission Européenne » ? Rions un peu !
Benvoyons
- 30/04/2014 - 09:46
Après lecture et bien quoi qu'il veut le monsieur pour Alstom!!!
La bonne question: Pourquoi Alstom vend?
Il vend car il n'a plus les moyens du niveau d'investissement nécessaire dans les 10 ans pour garder sa place ou encore mieux en gagner.
Nouvelle bonne question: Pourquoi Alstom n'a pas la puissance nécessaire pour son financement?
2012: Moi je, Je ferais la chasse à la finance et aux riches. Ce qu'il a fait allègrement pendant 2 ans. + d’impôts (20 milliards)sur les sociétés+ de taxes sur la finance.
Maintenant et sans savoir la validité dans la durée des nouveaux dispositifs fiscaux et bien Alstom tire les conséquences d'une non politique économique stable en France et des syndicats complètement politiques et non pas attentif à la réussite économique du pays.
Donc si Alstom reste comme semblerait le suggéré Mazzuchi, Français tout seul, et bien dans 5 ans Alstom sera déclassé et aura une valeur beaucoup moindre que maintenant car il n'aura pas les moyens de son financement. Donc bilan il lui faudra réduire les effectifs en France et faire sa fabrication via ses filiales à l'étranger. Ne pas oublié 65000 personnes d'Alstom travaillent à l'étranger pour 18000 en France déjà.
Ils sont amusants les SocialoSyndicaMarxistes criant au Feu!!!