En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

07.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 2 heures 36 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 4 heures 14 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 20 heures 31 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 21 heures 33 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 22 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 1 jour 44 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 5 heures 3 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 20 heures 51 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 21 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 1 jour 34 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 1 jour 56 min
© Reuters
General Electric et Siemens se disputent le rachat de la partie énergie du français Alstom.
© Reuters
General Electric et Siemens se disputent le rachat de la partie énergie du français Alstom.
Souveraineté

Pourquoi c'est bien plus qu'une histoire d'emplois... Ce que la perte des activités énergie d'Alstom coûterait à l’économie française

Publié le 30 avril 2014
Derrière les emplois menacés par la perte de la filière énergie d'Alstom, c'est la souveraineté technologique et économique de la France qui est menacée. Et cela se compte en milliards.
Nicolas Mazzucchi est conseiller scientique de Futuribles international et géoéconomiste spécialiste des questions énergétiques. Il est aussi docteur en géographie économique, professeur de relations internationales au sein de l’Enseignement militaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Mazzucchi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Mazzucchi est conseiller scientique de Futuribles international et géoéconomiste spécialiste des questions énergétiques. Il est aussi docteur en géographie économique, professeur de relations internationales au sein de l’Enseignement militaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Derrière les emplois menacés par la perte de la filière énergie d'Alstom, c'est la souveraineté technologique et économique de la France qui est menacée. Et cela se compte en milliards.

Atlantico : General Electric et Siemens se disputent le rachat de la partie énergie du français Alstom. L’inquiétude du gouvernement à ce sujet est grande, notamment sur la question des emplois qui pourraient être menacés. Aussi grave cet aspect soit-il, est-il le plus important ?

Nicolas Mazzucchi : Si on se positionne d’un point de vue social et français, alors oui, l’emploi est le premier sujet d’inquiétude dans le dossier Alstom, même si ce n’est pas un des premiers employeurs du pays. Mais dans un cadre plus global, ce n’est plus le sujet numéro un.  La question qui se pose est celle des activités de l’entreprise, et de leur intérêt stratégique pour l’ensemble de l’économie française. Il faut savoir que le secteur énergie d’Alstom est une chose dont l’économie française, eu égard à sa structuration, peut très difficilement se passer.

Sur le plan des technologies, pourquoi Alstom est-il aussi essentiel à l’économie française ?

Dans le secteur de l’énergie – énergie nucléaire, centrales à gaz, énergies renouvelables – la France a une position de leader européen très affirmée, et se trouve parmi les leaders mondiaux de ces énergies. Il est bien évident que le rachat d’Alstom, qui n’est pas un énergéticien en soi, mais un prestataire de services industriels pour les entreprises énergétiques françaises (EDF, GDG Suez, Areva), représenterait une perte se savoir-faire et de connaissances, et donc de compétitivité pour l’ensemble de ces acteurs.

Plus précisément, quelles seraient les technologies qui échapperaient à la France ?

Alstom est l’un des leaders mondiaux des turbines à gaz pour les centrales nucléaires. A ce titre, l’entreprise se charge d’une partie de la sous-traitance des centrales nucléaires. Alstom est actif dans l’ensemble des énergies renouvelables : éolien, solaire, géothermique… Ce dernier d’ailleurs est assez peu utilisé, et pourtant sa potentialité de croissance est très importante. Ce serait une perte dommageable, d’autant plus que la France est bien positionnée en Europe et dans d’autres pays côtiers sur ces créneaux-là. Le Brésil notamment essaie de développer des solutions marémotrices pour lesquelles la France aurait un vrai savoir-faire à apporter.

L’intérêt de General Electrics et de Siemens est focalisé sur un savoir-faire d’Alstom qui est très particulier : celui des réseaux électriques intelligents (ou Smartgrids). Mais si on doit faire une comparaison entre GE et Siemens, il faut bien reconnaître que le premier est intéressé par l’ensemble des savoir-faire d’Alstom, alors que Siemens, lui, a annoncé sa sortie du nucléaire en 2011. Et ce n’est pas tout, il a aussi annoncé la fermeture de sa filiale énergie solaire en 2013. Donc en réalité, ce que veut Siemens, ce n’est pas la compétence d’Alstom dans le nucléaire ou le solaire, mais dans les réseaux électriques intelligents. Le vrai cœur de puissance du français se trouve là.

En quoi ces réseaux électriques intelligents constituent-ils un élément clé du développement économique français ?

A l’heure actuelle, entre l’énergie qui sort de la centrale (l’énergie primaire) et celle qui arrive au consommateur (l’énergie finale), on peut avoir jusqu’à 60 % de pertes dans les réseaux standards. Le déploiement d’un réseau électrique intelligent permet au consommateur final d’obtenir la même quantité d’énergie disponible, mais en produisant moins. Le gain de productivité sera fait en réduisant les pertes sur le réseau. L’enjeu est considérable en termes de souveraineté et d’indépendance énergétique : moins de gaz, de charbon, de pétrole…

Si Alstom se défait de sa filière énergie au profit d’une société étrangère, les acteurs français de l’énergie devront donc s’adresser à des prestataires extérieurs ?

A Siemens notamment, car l’Allemagne a très bien compris la problématique des réseaux intelligents, et c’est là-dessus qu’elle compte pour sa fameuse sortie du nucléaire. Car le pays, pour ne plus avoir recours au nucléaire, se repose actuellement sur le charbon. Or l’UE a défini des objectifs très clairs pour la réduction des émissions de CO2. Comme l’Allemagne ne peut pas déployer à grande échelle des énergies renouvelables, son seul moyen d’honorer les objectifs européens se trouve dans le réseau électrique intelligent.

Dès 2008, les Allemands se sont associés avec les Suisses pour créer un gigantesque projet de réseau électrique intelligent de niveau européen, dans lequel Siemens joue bien évidemment un rôle-clé. Par ce biais l’Allemagne mettrait la main sur l’ensemble des normes et des technologies européennes, obligeant tout le monde à s’y rattacher. Siemens y gagnerait en poids important et structurant dans l’ensemble du secteur électrique européen.

Si au contraire GE l’emporte, les modalités seront-elles différentes ?

Les Américains aussi comptent énormément sur le Smart grid. L’administration Obama a en effet fait passer tout un paquet législatif en 2009, le American Recovery and Reinvestment Act, destiné à sortie les Etats-Unis de la crise économique. Dans cette ARRA, l’un des principaux points mis en avant est justement le développement de réseaux électriques intelligents. Le budget direct associé est 4 milliards de dollars. Moins les Américains consommeront de gaz et de charbon, plus ils pourront en exporter. L’exportation de gaz de schiste est en train de devenir une vraie stratégie vis-à-vis de l’UE. Sur le plan intérieur, cela leur permettra de résoudre un certain nombre de problèmes d’accès à l’énergie, comme c’est le cas notamment en Californie. Cet Etat est un véritable gouffre énergétique, pour lequel un réseau électrique intelligent à grande échelle représenterait un véritable ballon d’oxygène.

Par conséquent, quel est le coût global de la perte de la filière énergie d’Alstom ?

Alstom n’étant pas un acteur énergéticien pur, mais un support des entreprises énergétiques, on ne peut pas réellement se rendre compte de l’impact pour l’ensemble du secteur énergétique. On va enlever une brique, avec  un risque domino certain, mais dont l’issue est encore trop imprévisible. Ce qui est certain en revanche, c’est que selon les choix de transition énergétique opérés, qui imposeront de facto un recours à un réseau électrique intelligent, et sans la technologie d’Alstom, cela nous coûtera plusieurs milliards. General Electric, qui n’est pour l’actuelle qu’un énergéticien secondaire, deviendrait un autre géant américain, qui ferait profiter de la technologie uniquement à l’économie américaine.  Si c’est Siemens, la technologie va alors à un concurrent européen dont on sait qu’il n’est pas fiable depuis qu’en 2010 il a rompu son alliance avec le russe Rosatom. Par conséquent l’argument du patriotisme européen ne tient pas. Dans les deux cas, on se trouve dans une situation de perte de souveraineté technologique et économique de la France.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

07.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Unhappy taxpayer
- 30/04/2014 - 10:42
Allez donc expliquer cela à nos idiots savants d'Enarques ?
Ou pire, tentez d'expliquer cela à ce débile de Montebourde !

Leur seul domaine de compétence est dans l'éolien, comme experts en brassage d'air et effet de manche
Papy Geon
- 30/04/2014 - 10:36
La souveraineté technologique ?
Cela a toujours été un enjeu de premier ordre pour les dirigeants Américains.
Ils sont prêts à tout pour se maintenir au top mondial, indépendamment des milliards que cet investissement peut rapporter à leur système économique.
Si nous examinons le passé…Il suffit d’écouter attentivement les discours de Roosevelt, lorsqu’il parle de « technologie » au début des années 1940 …A l’époque, il y avait moins de langue de bois.
Alors, la coopération technologique avec les Etats-Unis, oui, pour maintenir les équilibres, mais la maîtrise technologique d’Alstom doit rester sous pavillon Français, ceci est absolument vital pour notre pays. Il n’est par ailleurs pas question de se retrouver avec un monopole (Siemens) en Europe.
Qu’en penserait la « commission Européenne » ? Rions un peu !
Benvoyons
- 30/04/2014 - 09:46
Après lecture et bien quoi qu'il veut le monsieur pour Alstom!!!
La bonne question: Pourquoi Alstom vend?
Il vend car il n'a plus les moyens du niveau d'investissement nécessaire dans les 10 ans pour garder sa place ou encore mieux en gagner.
Nouvelle bonne question: Pourquoi Alstom n'a pas la puissance nécessaire pour son financement?
2012: Moi je, Je ferais la chasse à la finance et aux riches. Ce qu'il a fait allègrement pendant 2 ans. + d’impôts (20 milliards)sur les sociétés+ de taxes sur la finance.
Maintenant et sans savoir la validité dans la durée des nouveaux dispositifs fiscaux et bien Alstom tire les conséquences d'une non politique économique stable en France et des syndicats complètement politiques et non pas attentif à la réussite économique du pays.
Donc si Alstom reste comme semblerait le suggéré Mazzuchi, Français tout seul, et bien dans 5 ans Alstom sera déclassé et aura une valeur beaucoup moindre que maintenant car il n'aura pas les moyens de son financement. Donc bilan il lui faudra réduire les effectifs en France et faire sa fabrication via ses filiales à l'étranger. Ne pas oublié 65000 personnes d'Alstom travaillent à l'étranger pour 18000 en France déjà.
Ils sont amusants les SocialoSyndicaMarxistes criant au Feu!!!