En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Une à une, les promesses formulées par le Qatar pour gagner l’organisation de la Coupe du monde de football en 2022 tombent à l’eau
C'était joué d'avance

Dur retour à la réalité : la Coupe du monde de football au Qatar ne ressemblera pas à ce qui a été promis

Publié le 28 avril 2014
Des stades climatisés, un tournoi organisé en été… Une à une, les promesses formulées par le Qatar pour gagner l’organisation de la Coupe du monde de football en 2022 tombent à l’eau. Le pays vient ainsi d'annoncer qu'il ne construira pas autant de stades que prévu.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des stades climatisés, un tournoi organisé en été… Une à une, les promesses formulées par le Qatar pour gagner l’organisation de la Coupe du monde de football en 2022 tombent à l’eau. Le pays vient ainsi d'annoncer qu'il ne construira pas autant de stades que prévu.

Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Même lorsqu’elles se trouvent dans un dossier de candidature visant à organiser un des plus grands évènements du monde.

Le Qatar a été officiellement désigné comme pays hôte le 2 décembre 2010. En choisissant ce petit pays du Moyen-Orient, la FIFA crée la polémique.  L'État du Qatar est aussi le pays organisateur le moins peuplé à ce jour, après l'Uruguay en 1930. Il n'a de plus jamais participé à une Coupe du monde de football et est classé 101e au classement FIFA de février 2013.

Mais surtout, le pays ne dispose d’aucune infrastructure et sa température peut atteindre les 50°C en été.

Qu’à cela ne tienne. Le Qatar promet de fournir douze stades flambant neufs, équipés de systèmes de climatisation dernier cri et écologiques. Une partie de ces stades seront démontables et serviront, une fois l’évènement terminé, à construire 22 stades plus petits dans des pays en développement, promet le candidat. « Ce sera un héritage international, sans éléphant blanc », promettait Hassan Al-Thawadi, le président du comité de candidature, lors de la présentation du dossier.

Quatre ans plus tard, le Qatar revoit sa copie. Le pays hôte s'apprête à réduire à huit le nombre de stades en raison d'un retard pris dans le lancement des chantiers de construction et de surcoûts. Sans compter les accusations d’esclavage sur les chantiers et de morts d’ouvriers…

Le comité d’organisation de l’évènement promet maintenant un nombre de stades proportionnel à la «taille du pays». Il précise que « d'habitude, la FIFA demande au pays organisateur de préparer au minimum huit stades» pour le Mondial.

Reste à savoir si ces huit stades seront démontables pour tenir la promesse d’en fournir 22 à des pays en voie de développement. Le comité d’organisation ne donne aucun détail à ce sujet…  Sachant que le dossier de candidature, en 2010, était déjà avare de précisions sur ce point.

Huit stades entièrement fermés, climatisés et écolos, donc ? Pas tout à fait. Alors que HassaAl-Thawadi, responsable national de l'organisation du Mondial, expliquait en 2010 avoir une « technologie fonctionnelle » et « extrêmement efficace », une technologie « de seconde génération qui permettra de climatiser nos stades, nos centres d’entraînements et les zones accueillant du public », il s’avère aujourd’hui que personne n’en a vu la couleur.

Dans l’évaluation officielle de la candidature qatarie, la Fifa admettait déjà que la technologie promise « n’a jamais été déployée dans un stade de la taille nécessaire pour accueillir une coupe du monde ».

L’année dernière, le journaliste de SB Nation David Roth observait que cette nouvelle technologie de climatisation, censée être alimentée par des panneaux solaires, « n’a pas encore vu le jour ».

Par conséquent, la période durant laquelle se déroulera la compétition fait toujours débat. « La meilleure date serait la fin d'année. Il faut quand même rester un peu réaliste. Pour moi, si on change et on va changer, parce qu'on ne peut pas jouer en été, bien que le Qatar insiste, on doit jouer en hiver à la fin de l'année», a insisté Sepp Blatter dimanche dernier sur la chaîne beIN Sports, propriété d’investisseurs qatariens.

Or, une Coupe de monde de football en hiver poserait d’énormes problèmes d’organisation. « Les nombreuses compétitions de football sont réglées comme des horloges pour ne pas empiéter les unes sur les autres et satisfaire tous les acteurs, des joueurs dont il faut respecter la santé aux diffuseurs qui sont les principaux financiers du sport en passant par les clubs, les ligues nationales et les compétitions européennes », explique Grégoire Fleurot, journaliste sur Slate.

Les diffuseurs américains, notamment, verraient la compétition entrer en concurrence avec la saison de football américain, de hockey et de basket. Fox Sports a ainsi payé 425 millions de dollars de droits de diffusion pour les Coupes du monde de 2018 et 2022. Un de ses représentants a d’ailleurs indiqué à Bloomberg que la chaîne avait acheté ces droits « sur le principe que le tournoi aurait lieu en été, comme cela a toujours été le cas depuis les années 1930 ». De quoi laisser penser qu’elle pourrait demander une (grosse) indemnisation en cas de changement de calendrier.
Et dans le cas d’une compétition hivernale, reste à savoir quelle serait l'année de l'organisation du Mondial, saison 2021-2022 ou 2022-2023. D’autant que 2022 est aussi une année de Jeux olympiques d’hiver…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

04.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

05.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

06.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

07.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
siegfred71
- 29/04/2014 - 03:21
l'argent achete tout????
comment des gens "responsables"et conscients de ces problemes ont
pu voter en faveur du qatar....enveloppes garnies ss table???
deplorable!!!
la reponse juste serait de boycoter cette fumisterie,quelques investisseurs qui se foutent dedans....
l'hiver???? quel bordel si c'est le cas,mais ce sport rassemble des joueurs trop payes,qui se payent des putes,trichent autant sur le terrain qu'il contestent l'arbitrage,des supporters"animaux"qui faut gerer avec une armee de CRS,en bref le sport le plus anti-sportif
comme ces regles"video"....niet.
malgre cela,le plus populaire,donc plus rien ne m'etonne...pourri..!!!
Baskerville
- 28/04/2014 - 13:19
2022, l'année du fiasco
Il ne faut pas être astrologue pour prédire un remarquable fiasco en 2022. À l'état des travaux et des conditions climatiques s'ajoutera un conflit de cultures et de pratiques : comment satisfaire des centaines de milliers de supporters qui voudront boire de l'alcool et s'amuser après les matchs ? Sans parler des milliers de prostituées qui déferlent en masse pour ce genre d'événement. Ne faites pas le voyage, restez dans votre salon en 2022.
berceau de l'histoire
- 28/04/2014 - 13:18
zidane
qui était la vitrine de ce pays ? un certain zizou non ?