En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 6 heures 37 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 7 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 8 heures 39 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 10 heures 10 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 11 heures 34 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 14 heures 7 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 14 heures 56 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 16 heures 40 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 7 heures 22 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 8 heures 16 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 9 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 10 heures 58 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 13 heures 57 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 15 heures 39 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 16 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 16 heures 44 min
© Reuters
Photo d'illustration / Le fisc peut commettre des erreurs.
© Reuters
Photo d'illustration / Le fisc peut commettre des erreurs.
Doute fiscal

Déclaration d’impôts, c’est la saison : comment traquer les erreurs les plus souvent commises par l’administration fiscale en pré-remplissant vos revenus

Publié le 25 avril 2014
Les premières déclarations de l'impôt sur le revenu sont arrivées dans les boîtes aux lettres. Déjà remplies en principe par l'administration fiscale, elles peuvent contenir des erreurs, parfois subtiles, qu'il faut savoir repérer et surtout faire reconnaître auprès de votre Centre des impôts.
Thomas Carbonnier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Carbonnier est avocat associé au sein du Cabinet Equity Avocats. Il intervient en droit des affaires et fiscalité pour une clientèle composée de chefs d’entreprises et de PME. Il enseigne la fiscalité en DSCG à l’INTEC (CNAM) et le droit de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les premières déclarations de l'impôt sur le revenu sont arrivées dans les boîtes aux lettres. Déjà remplies en principe par l'administration fiscale, elles peuvent contenir des erreurs, parfois subtiles, qu'il faut savoir repérer et surtout faire reconnaître auprès de votre Centre des impôts.

Atlantico : Pour certains il est déjà l'heure de remplir la déclaration d'impôts, pour d'autres l'échéance ne saurait tarder. Et, en dépit des déclarations pré-remplies par l'administration fiscale, certaines erreurs peuvent se glisser. Comment faut-il réagir dans ces situations-ci ?

Thomas Carbonnier : A l’heure où l’exécutif effectue une danse hypnotique pour faire croire à une baisse des impôts, la déclaration d’impôt sur le revenu (IR) risque bien au contraire de sonner un réveil très douloureux pour de nombreux contribuables !

  • Les informations erronées transmises par l'employeur

Les premières sources d’erreurs peuvent venir des informations erronées transmises par l’employeur, les banques ou les assurances.

  • Les erreurs du contribuable

Toutefois, lors de la déclaration, elles proviennent souvent du contribuable lui-même qui ne maîtrise pas les règles fiscales ou qui en a une vision qui lui est propre... Lorsque celui-ci doit déclarer des revenus de sources étrangères multiples ou complexes, une erreur peut rapidement être produite.

  • Les stock options

La déclaration fiscale des gains de levées de stock options peuvent faire l’objet de plusieurs régimes fiscaux. Cette déclaration peut vite tourner au casse tête !

  • Les revenus de régularisation

Les difficultés peuvent également provenir des déclarations d’IR pour les contribuables en cours de régularisation fiscale de comptes bancaires à l’étranger (en Suisse dans 80% des cas).

La déclaration de revenus de capitaux mobiliers (dividendes, intérêts, autres distributions), de source luxembourgeoise ou irlandaise, encaissés en Suisse par un contribuable français n’est pas toujours chose aisée. Il en va de même des plus-values ou moins-values de cessions d’actions depuis un compte bancaire suisse. Ces contribuables doivent effectuer une déclaration n°2047 en indiquant notamment les éventuels impôts payés à l’étranger, le crédit d’impôt français applicable, les éventuels frais bancaires supportés, avant de reporter le résultat sur un imprimé n°2042 (quel grand moment de bonheur… n’est-ce pas ?!).

  • Les revenus issus du Bitcoin

Les difficultés peuvent également provenir des gains issus du Bitcoin (la monnaie virtuelle). A ce jour, il n’existe aucun texte législatif spécifique. La seule chose dont chacun est certain, c’est leur fiscalisation ! Ils sont soumis à l’IR. Mais l’administration n’a, à ce jour, publié officiellement aucune instruction fiscale pour préciser comment déclarer un tel revenu.

  • Les revenus fonciers issus de la location

Enfin, une erreur fréquente concerne les déclarations de revenus immobiliers en micro foncier (location nue) ou en micro BIC (location meublée, LMNP). Beaucoup de contribuables font l’erreur de n’inclure que le loyer sans y ajouter le remboursement de charges. En régime micro, c’est le revenu brut, et non le revenu net, qui doit être déclaré !

Pour éviter ce genre de difficultés, de nombreux contribuables font établir leur déclaration d’IR par un avocat fiscaliste.

Cette année spécifiquement, la première difficulté devrait venir des modifications concernant les salariés. Qu'en est-il exactement ? Comment ne pas tomber dans les éventuels écueils de l'administration fiscale ?

Le grand serpent hypnotiseur a fait voter une loi de Finances pour 2014 qui impose les cotisations payées par l’employeur au titre de la prévoyance et de la mutuelle. Pour rappel, celles-ci étaient auparavant exonérées d’IR !

Comme la loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel, la plupart des bulletins de paie émis en décembre indiquant le net imposable n’en ont pas tenu compte ! Des millions de salariés devront donc sortir de l’hypnotisme pour redoubler de vigilance. Ils devront contrôler le montant pré-rempli sur leur déclaration.

Concrètement, les travailleurs salariés vont ainsi subir la douloureuse morsure qu’est l’augmentation vicieuse du montant de leur impôt. Concernant les couples où chacun est titulaire d’une mutuelle prise en charge par l’employeur, la morsure risque d’engendrer une affreuse balafre !

S'il advenait qu'une erreur échappe à la vigilance de l'administration fiscale et du contribuable, quelles sont les démarches possibles pour revenir dessus ?

Lorsque l’erreur est détectée avant le recouvrement de l’impôt, la démarche est très aisée. Il suffit de se rapprocher de son Centre des Impôts pour effectuer une déclaration rectificative. Il ne devrait pas y avoir de difficulté.

Une fois l’impôt recouvré, le contribuable devra, pour effectuer sa déclaration rectificative, prouver qu’il s’agissait réellement d’une erreur.

Le contribuable peut toujours demander la correction d’une erreur. Il ne peut en revanche pas revenir sur sa déclaration parce qu’il n’a fait pas de mauvais choix.

Exemple d’une vraie erreur (rectification possible) : le contribuable a oublié de déclarer ses revenus fonciers.

Exemple d’un choix fiscal (aucune rectification possible) : le contribuable a déclaré ses revenus locatifs en micro-foncier alors qu’en foncier réel, il aurait payé moins d’impôt.

Que convient-il de faire dans le cas ou l'administration fiscale contesterait une correction apportée par le contribuable ?

Le contribuable ayant un problème de déclaration, de calcul ou de paiement de l'impôt, doit contacter en premier son centre des finances publiques. Si, après cette première démarche, il n'obtient pas satisfaction, il peut s’adresser au conciliateur fiscal départemental et, au besoin, au médiateur des ministères de l'Economie et du Budget.

Si ces différentes voies de recours amiables n'ont pas mis un terme au litige, il est possible de déposer une réclamation après la mise en recouvrement de l'imposition. C’est alors le début d’une procédure contentieuse après laquelle il vous sera même possible de porter votre affaire devant la justice avec l’assistance d’un avocat fiscaliste.

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
embrunman
- 26/04/2014 - 19:54
Remplir la déclaration, ça
Remplir la déclaration, ça veut dire la vérifier et rectifier si les renseignements sont faux. Mais bon, quand on fait le compte, c' est plus les contribuables qui se trompent que l' administration fiscale. De bonne foi ou non...
Paulquiroulenamassepasmousse
- 25/04/2014 - 21:47
@daragrande gueule
C'est vrai que ça n'a vraiment rien à voir !
Fernand c'est fait prendre et a fini comme doit finir un traître à son pays.
Souvient-toi St jean bouche d'or des femmes tondues à la libération, et sois prudent.
de Winecki
- 25/04/2014 - 20:42
Réponse à @darabouche
Je rappelle à @darabouche qu’en 1962 on a expulsé d’Algérie un million et demi de nos compatriotes qui pour la plupart y étaient nés et contribuaient à la richesse du pays ; les crétins de gauche (pardon du pléonasme !) ont alors poussé des hurlements joyeux de cannibales et approuvé chaudement cette épuration ethnique. Par la suite de centaines de milliers d’Algériens ont émigré en France pour fuir une misère qu’ils avaient eux-mêmes provoquée, mais quand il est question de renvoyer chez eux ceux d’entre eux qui abusent de notre hospitalité, les mêmes crétins de gauche hurlent au racisme et, comme leurs petits copains sont au pouvoir, font condamner ceux qui tiennent des propos qui leur déplaisent. Aussi vous comprendrez que je ne vais pas verser des larmes sur un Yveton qui aurait bien voulu provoquer un attentat meurtrier mais n’a pas pu y arriver. Que @darabouche et ses amis pleurent tout seuls.