En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 1 heure 50 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 3 heures 20 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 5 heures 54 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 6 heures 55 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 8 heures 9 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 11 heures 5 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 12 heures 1 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 14 heures 22 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 2 heures 36 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 3 heures 48 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 6 heures 23 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 7 heures 30 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 9 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 11 heures 17 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 14 heures 9 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 14 heures 39 min
Le regret dans la peau

Les repentis du tatouage

Publié le 25 avril 2014
40% des gens tatoués regretteraient leurs tatouages quand un sixième en viendrait même à les détester. Un constat qui soulève de lourdes interrogations sur les problèmes liés à cette pratique, pourtant de plus en plus répandue.
Jean-François Amadieu est sociologue, spécialiste des déterminants physiques de la sélection sociale. Directeur de l'Observatoire de la Discrimination, il est l'auteur de Le Poids des apparences. Beauté, amour et gloire (Odile Jacob, 2002), DRH...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Amadieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Amadieu est sociologue, spécialiste des déterminants physiques de la sélection sociale. Directeur de l'Observatoire de la Discrimination, il est l'auteur de Le Poids des apparences. Beauté, amour et gloire (Odile Jacob, 2002), DRH...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
40% des gens tatoués regretteraient leurs tatouages quand un sixième en viendrait même à les détester. Un constat qui soulève de lourdes interrogations sur les problèmes liés à cette pratique, pourtant de plus en plus répandue.

Atlantico : Les tatouages sont de plus en plus répandus aujourd'hui. Pourtant, à en croire une étude britannique, près de la moitié des gens tatoués le regrette. Comment expliquer un tel revirement ? Quelles en sont les raisons ?

Jean-François Amadieu : Si on manque de recul en France, et que nous ne disposons pas nécessairement des mêmes études ni des mêmes chiffres, cette enquête britannique vient confirmer une certaine tendance. Il se trouve que comme de plus en plus d'individus ont cédés à la mode du tatouage et que ceux-ci deviennent plus voyants… Mécaniquement, il était évident que de plus en plus d'individus seraient insatisfaits voire finalement mécontents de leur tatouages. On ne dispose pas des chiffres permettant d'estimer leur nombre de façon aussi précise que dans l'étude, ça n'en reste pas moins logique. Davantage que la confirmation d'une tendance, c'est la confirmation des problèmes posés par la diffusion des tatouages, qui sont réels. Ils sont d'ordres, entre autres, professionnels. Les effets négatifs qu'ils provoquent pour la vie professionnels sont manifestement craints des Anglais. S'il va de soi que cela correspond vraisemblablement à un avantage dans le monde du spectacle – ou en tout cas que ça n'est certainement pas un inconvénient – les gens cherchent plus souvent à le cacher d'autres domaines comme celui de la banque, ou d'autres secteurs professionnels. Un tatouage, et les Français le voient également de la même façon, est susceptible de représenter un problème pour l'avancée professionnelle. Dès lors, ceci peut justifier que de plus en plus de gens se retrouvent finalement insatisfait de leur tatouage.

Ça n'est pas tout, néanmoins. D'autres problèmes sont pointés du doigt : on remarque aussi que le tatouage influe sur l'image que les gens vont se faire des autres, et celui-ci n'est pas toujours associé à une image des plus valorisantes. Parfois, il fait ringard, parfois il est interprété comme le signe de mœurs légères. Finalement, il peut même – et c'est plus surprenant – s'avérer rédhibitoire dans la vie sentimentale. Il n'y a pas eu d'études particulière à ce niveau, à titre français, cependant ceux-ci étant moins ouvert que les Anglais sur ce genre de points, il est fort probable que cela soit également le cas.

Plus que de regretter, un sixième des gens en viennent à détester leur tatouage. Que cristallise le tatouage aujourd'hui ?

C'est un résultat particulièrement intéressant, ne serait-ce que parce que détester est un mot véritablement fort. Cela témoigne d'une attitude de rejet. Beaucoup de gens se font tatouer dans un contexte donné, avec des références données, à un instant T. La plupart du temps autour de 18 ans, pendant la jeunesse. Ce qui sous-entend donc des références propres à la jeunesse, et à la période qui est associée : celles-ci sont plus que susceptibles d'être dépassées. Prenons le cas d'un tatouage fait en hommage à une amourette : le tatouage et l'encre auront un aspect autrement plus pérenne que ne peut l'être cette histoire de cœur, et donc poser un problème sur le long terme. En fait, le paradoxe se situe dans cet aspect très sujet à la mode que peut avoir le tatouage et son autre particularité qu'est celle d'être, globalement, indélébile. C'est une rencontre – ou une collision – entre l'"instantané" et l''éternité". C'est toute la problématique, les gens craignent cette dimension du problème : ce n'est pas simplement un effet stigmatisant, on entre également dans un questionnement d'ordre psychologique.

Ce désamour concerne-t-il l'ensemble de la population ? Dans quelle mesure peut-on parler de marqueur social ?

L'étude est réalisée sur des personnes tatouées. Il est évident que ceux qui ne le sont pas ont une perception tout autre de la chose.

Le marqueur social se situe dans la diffusion du tatouage, en vérité. On remarque sans trop de mal que le tatouage s'est largement diffusé, et ce que ce soit auprès des élites ou des classes plus populaires même si encore aujourd'hui, il est plus susceptible d'apparaître comme moins raffiné et donc moins propre aux populations les plus distinguées.

Là où les populations se différencient fondamentalement et ou le tatouage prend tout son sens en tant que marqueur social, c'est dans l'affichage – et le besoin de l'afficher – qui en est fait, puisque c'est aujourd'hui une pratique qui transcende l'ensemble de la population, de façon globale. Les classes les plus populaires auront davantage tendance à arborer des tatouages massifs, visibles et particulièrement repérables (les plus susceptibles d'être regrettés, au fond) tandis que les individus appartenant à des milieux sociaux plus élevés auront au contraire tendance à privilégier des tatouages plus discrets.

Quelle est la fonction d'un tatouage, originellement ? A-t-elle évoluée aujourd'hui ? Est-il probable que celui-ci revienne dans de bonnes grâces auprès des gens ?

A l'origine, le tatouage était un signe d'appartenance, spécifiquement tribal ou clanique. Aujourd'hui, force est de constater qu'à part dans des cas bien particuliers, la situation a radicalement changé. La diffusion s'est largement élargie, et nous sommes sortis de ce cas de figure. Ce changement considérable est le fait du passage d'une pratique marginale et clanique à une pratique qui est relativement universelle, s'est démocratisée et est devenue très sujette à la mode. Ça n'est néanmoins pas une simple mode comme les autres, et on commence à toucher du doigt les problèmes qu'elle peut soulever.

Pour autant, je ne crois pas qu'il soit véritablement dans de mauvaises grâces auprès des gens : le tatouage reste très pratiqué. Je pense peu probable, cela étant, que la mode s'amplifie encore et en vienne à gagner les milieux qu'elle n'a pas encore touché. A mon sens, c'est même plutôt le mouvement inverse qui devrait se produire pour les raisons que nous avons déjà indiquées, comme la pérennité de celui-ci. Compte tenu des inconvénients que représente le tatouage, je crois tout à fait vraisemblable que la perception que nous en avons aujourd'hui change.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires