En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

02.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

07.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 3 heures 45 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 4 heures 47 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 6 heures 29 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 8 heures 13 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 9 heures 21 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 10 heures 39 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 13 heures 15 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 4 heures 9 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 5 heures 14 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 5 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 6 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 8 heures 49 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 9 heures 50 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 11 heures 58 sec
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 12 heures 52 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 4 heures
On ne leur dit pas Bercy

Tricheurs délibérés ou drogués à l’erreur ? Retour sur 5 années de prévisions économiques gouvernementales à côté de la plaque

Publié le 25 avril 2014
Depuis 2008, en moyenne, en fin d'année, le déficit budgétaire (en valeur) est 33% plus élevé que ce qu'avait prévu Bercy. Ce chiffre a même grimpé à 165% en 2009 et se montait encore à 4% l'an dernier.
Jean-Michel Rocchi est professeur affilié de Finance à l’université Paris-Dauphine.Il est auteur ou co-auteur de plus d’une dizaine d’ouvrages dédié à la finance. Il est notamment l'auteur de Les paradis fiscaux (Sefi, mai 2011) et de plsuieurs ouvrages...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Rocchi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Rocchi est professeur affilié de Finance à l’université Paris-Dauphine.Il est auteur ou co-auteur de plus d’une dizaine d’ouvrages dédié à la finance. Il est notamment l'auteur de Les paradis fiscaux (Sefi, mai 2011) et de plsuieurs ouvrages...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis 2008, en moyenne, en fin d'année, le déficit budgétaire (en valeur) est 33% plus élevé que ce qu'avait prévu Bercy. Ce chiffre a même grimpé à 165% en 2009 et se montait encore à 4% l'an dernier.

Atlantico : Le gouvernement a dévoilé ses prévisions budgétaires dans le cadre de la réduction des déficits publics à 3% en 2015. Que faut-il en penser ?

Jean-Michel Rocchi : Plus les prévisions sont éloignées et plus elles sont par essence incertaines , quelle sera la conjoncture en 2015 ? Le gouvernement semble avoir cessé de se mentir à lui même et dès lors que ce n'est pas le retour à la croissance qui va gonfler les recettes (le rendement de l'impôt) il devient incontournable de faire des économies.

En 2008 la prévision de déficit pour 2009 était de 2% il a été supérieur à 7% ... Les prévisions n'avaient pas anticipé l'impact économique de la plus grave crise depuis la grande dépression des années 30, rappelons la baisse de 42% des indices boursiers français et la forte baisse du PIB au niveau de l'économie réelle. Le traumatisme a été tel que pour 2010 la prévision initiale de 8,5% sera ramenée en exécution à 7%, il en sera de même pour 2011 ou les prévisions de 6% n'auront été que de 5,2% en réalisé. 

Lorsqu'il existe une forte variation du PIB les prévisions de recettes et de déficit deviennent très aléatoires. 

Cliquez pour agrandir

En 2012 et 2013 on est revenu à une pratique assez courante au cours de ces 40 dernières années ou le déficit du budget en exécution (la réalité) a été moins bonne que les prévisions 

Cliquez pour agrandir 

Ce qui est certain en tout cas c'est que revenir à niveau de déficit dans les 3% du PIB (conformément au critères de Maastricht) ne sera pas tenable sans une politique énergique de réduction des dépenses publiques.  

Quel intérêt peut avoir le gouvernement à optimiser au maximum ces prévisions en question ?

Le niveau de déficit anticipé est le reflet des prévisions de dépenses et de recettes estimées.

Dans la mesure ou les dépenses doivent être votées elles ne peuvent pas être la variable d'ajustement. Dès lors il suffit d'avoir des hypothèses macroéconomiques optimistes pour parvenir à avoir des recettes fiscales élevées car certains impôts sont très corrélés à l'activité économique (TVA, IS, TIPP) et d'autres moins (IRPP...), le déficit annoncé sera alors plus acceptable. Bien évidemment, les recettes ne seront pas au rendez-vous cela permet tout à la fois d'accuser la mauvaise conjoncture et de faire passer des hausse d'impôts dans un collectif budgétaire. La ficelle est grosse, la recette éculée et pourtant les hommes politiques nous refont le coup presque chaque année. 

En théorie cela ne devrait pas se produire car les prévisions économiques et budgétaires sont censées être une chose sérieuse. Ces prévisions macroéconomiques et par voie de conséquence aussi budgétaires incombent notamment à la Commission économique de la nation (CEN). La CEN "comprend 28 membres choisis parmi les personnalités par leurs travaux et leur compétence économiques et financière. Le directeur général du Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP) et le gouverneur de la Banque de France en sont membres de droit".

Ce qui pose problème ce n'est pas la qualité des membres c'est l'absence totale d'indépendance à l'égard de la direction du Trésor et du ministre de l'Economie et des Finances qui en est le président. Le mode de fonctionnement et l'ouverture (on auditionne beaucoup) pour arrêter au final le chiffre sur lequel il existe un consensus politique au sein de la majorité au pouvoir (droite comme gauche) pose problème. 

Si l'on veut sortir de l'Etat de faillite virtuelle de la France (on rembourse les vieilles OAT par de nouvelles OAT + le solde annuel de déficit budgétaire) c'est à dire ce que le professeur Hyman Minski appelait le "Ponzi Finance" il suffirait de trois règleséconomiques simples mais demandant du courage aux hommes politiques (ce qui n'est pas leur fort) :

- voter la "règle d'or" de l'équilibre budgétaire dans la constitution

rendre constitutionnelle l'indépendance de la CEN (selon le modèle des banques centrales comme la BCE ou la Fed américaine) pour avoir des prévisions économiques avec des hypothèses réalistes afin d'éviter la ritournelle des budgets votés à l'équilibre et qui en budget d'exécution deviennent déficitaires. 

- créer une Caisse d'Amortissement de la Dette : toutes les cessions d'actifs de l'Etat seraient obligatoirement affectées au remboursement de la dette publique. Les cessions continuent souvent de financer les dépenses courantes et dès lors la dette publique nette (des avoirs de l'Etat) continue de s'accroître.      

Rappelons que l'accroissement de la dette publique n'a rien de démocratique, c'est même clairement anti-démocratique. La dette ce sera des impôts futurs, mais avec un phénomène d'inéquité intergénérationnelle. Nous créons de la dette qui sera remboursée par nos enfants. Lors d'un héritage privé si les parents laissent un patrimoine négatif (des dettes nettes) l'héritier à le droit de refuser un tel héritage. Ce droit est dénié à nos enfants s'agissant de la dette publique.

Que dire des émissions d'OAT à 50 ans de l'Agence France Trésor  (OAT 2055 et OAT de souche 25 avril 2060). Certains technocrates s'extasient sur une courbe des taux à 50 ans et sur le succès de ces émissions, ce serait presque risible si on n'avait pas perdu tout bon sens en endettant nos petits enfants. Dans le langage courant la courbe des taux à 50 ans cela s'appelle au choix : faire de la cavalerie ou bien de la fuite en avant ...  

Il est grande temps de mettre fin à une gabegie totalement antidémocratique du point de vue de l'inéquité intergénérationnelle.  

Certains continuent pourtant à défendre contre vents et marées les déficits budgétaires au nom du soutien de la consommation, alors même que cela ne fonctionne pas. 

Ils oublient le théorème de l'équivalence de Ricardo - Barro. Une relance ne pousse pas à consommer mais à épargner en prévision des hausse d'impôts futures car la dette publique devra être remboursée un jour. Une étude du Trésor (DGTPE) datant de 2004 semble largement le valider à propos du comportement des ménages de la zone euro : « une hausse de 1 point de PIB dudéficit public structurel serait compensée par une augmentation de 3/4 de point de PIB de l'épargne privée, ce qui serait cohérent avec un comportement largement ricardien des ménages de la zone euro.»

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

02.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

07.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
biturige
- 25/04/2014 - 09:47
30 ans
bonjour yavekapa,le pire et la jactance prétentieuse de nos économistes ! Voyez-les mêmes sur C- dans l'air et autres émissions :ces gens se trompent depuis plus de 30 ans ,ils n'ont jamais vu arriver aucune des crises ! Plus fort encore ,ces nullités passent ensuite leur temps à expliquer pourquoi ils n'ont rien vu arriver .
Et comme ils sont tenus en haute estime par la gent politique ,laquelle est au moins aussi nulle ;vous avez devant vous le résultat de plusieurs décennies d'incompétence et d'ignorance crasse !!
yavekapa
- 25/04/2014 - 08:47
Tricheur bien sur
Tricher et mentir (les yeux dans les yeux) c'est le cœur de métier des politiques.
Et quand tombent les mauvais chiffres, c'est toujours la faute des autres (là c'est vraiment une spécialité sotsialaud).
C'est autrement plus facile que de s'attaquer à la réduction du déficit !