En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 3 heures 47 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 11 heures 29 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 14 heures 36 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 15 heures 18 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 6 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 8 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 10 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 4 heures 14 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 10 heures 59 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 15 heures 33 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 7 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 9 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
 Martine Aubry.
© Reuters
 Martine Aubry.
Éditorial

La recette miracle de Martine Aubry pour ne plus jamais perdre aux élections ? Ne pas se présenter

Publié le 22 avril 2014
A l’occasion de l’élection du président de la communauté urbaine de la capitale des Flandres, la maire de Lille a montré que son inclination naturelle pour les petits arrangements d’arrière-boutique ne s’émousse pas avec le temps.
Pierre Guyot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l’occasion de l’élection du président de la communauté urbaine de la capitale des Flandres, la maire de Lille a montré que son inclination naturelle pour les petits arrangements d’arrière-boutique ne s’émousse pas avec le temps.

"A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire". Bien loin de l’Andalousie où le père de Chimène tentait – vainement - d’expliquer la vie à ce jeune excité de Rodrigue, Martine Aubry vient de tester dans le Nord de la France une nouvelle variante des dialogues du Cid : "Pour ne pas prendre le risque d’être défaite, il suffit de ne pas aller au combat." (D’accord, ce n’est pas un alexandrin, mais n’est pas Corneille qui veut…)

La maire de Lille a en effet expérimenté la semaine dernière un moyen original de ne plus jamais perdre aux élections : ne pas se confronter au choix des électeurs.

Plutôt que d’être battue, Martine Aubry a préféré ne pas se présenter à sa propre succession à la présidence de la communauté de communes de Lille Métropole. Il faut dire qu’avec la déroute de la gauche aux dernières élections municipales et la perte de villes importantes de l’agglomération lilloise comme Loos, Roubaix ou Tourcoing, la maire de Lille savait qu’elle avait toutes les chances de perdre le fauteuil dont elle avait hérité de Pierre Mauroy.

Le matin du même du vote, Martine Aubry a donc annoncé que ni elle, ni aucun autre candidat représentant de la gauche ne se présenterait.  A l’issue d’un scénario assez rocambolesque, c’est Damien Castelain, maire d’un village de 900 habitants et chef de file d’un groupe de petites communes rurales des environs de Lille qui a décroché la présidence de la quatrième communauté urbaine de France, avec un million d’habitants et un budget de 1,7 milliard d’euros.

Rocambolesque, car la veille même du scrutin Damien Castelain, centriste, avait conclu un accord avec le groupe de droite, assurant à l’UMP Bernard Gérard de s’emparer de la présidence de Lille Métropole. Des tractations de dernière minute entre le Parti Socialiste et Damien Castelain ont permis de faucher à la droite une victoire que cette dernière pensait acquise.

Les conclusions à tirer de cette élection sont multiples.

D’abord que la droite, ici encore victime de dissensions à l’intérieur même du groupe réunissant UMP et UDI, démontre qu’elle reste capable de perdre en raison de ses tiraillements internes même quand elle a (presque) toutes les cartes en main.

Ensuite, que Martine Aubry qui a toujours apprécié  le confort des parachutages et des élections imperdables (qu’elle a toutefois réussi parfois à perdre, comme ce fut le cas aux législatives de 2002) ne considère toujours pas le courage comme une qualité indispensable pour faire de la politique, au contraire de l’expertise en tambouille politicienne.

Pour celle qui a affirmé tout au long de la campagne des municipales son dégoût pour les petits arrangements, déclarant à qui voulait l’entendre que "les petits accords de consensus" n’étaient pas dans sa façon de travailler, la manière dont a été élu le nouveau président de Lille Métropole montre bien que l’inclination naturelle de la maire de Lille pour les tractations d’arrière-boutique, ou même pour les tricheries qui lui avaient permis il y a quelques années de voler la direction du PS à Ségolène Royal, ne s’est en rien émoussée avec le temps.

A l’arrivée, Martine Aubry a évité que l’agglomération lilloise ne tombe entre les mains de la droite, preuve de son sens de l’abnégation et de son génie politique, argumentent déjà ses partisans. Ces derniers évidemment préfèrent ne pas parler de la communauté urbaine de Lyon par exemple, où le socialiste Gérard Collomb a réussi malgré la vague bleue des municipales à se faire réélire président la semaine dernière, en rassemblant bien au-delà de son parti.

A leur décharge, ils sont probablement trop occupés à scier la branche sur laquelle est assis Manuel Valls pour épiloguer trop longuement sur cette brillante "semi-victoire", à moins que ce ne fût une "pas totalement défaite" de leur icône.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Salaudepatron
- 23/04/2014 - 08:25
C'est dire toute l'intégrité de cette matronne !
Elle préfère confier la gestion de l'intercommunalité à un incapable, plutôt que de laisser la droite s'en emparer...
Ça doit surement être encore une expression de la république irréprochable !
vodkov
- 23/04/2014 - 08:09
Accords à gauche et à droite
Si l'on comprend bien l'article, un accord conclu à droite a été supplanté à gauche par un nouvel accord.
Ce qui montre parfaitement que les accords sont pratiqués par tous et toutes !
g de bouillon
- 22/04/2014 - 20:56
la politique ça pue
la politique ça pue