En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

07.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 14 min 1 sec
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 52 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 1 heure 45 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 13 heures 39 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 14 heures 23 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 15 heures 49 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 17 heures 30 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 18 heures 49 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 21 heures 19 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 35 min 2 sec
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 2 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 14 heures 4 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 15 heures 14 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 16 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 18 heures 15 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 20 heures 40 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 22 heures 50 min
© Reuters
Les élus du Parti socialiste appréhendent déjà les élections cantonales et régionales de 2015.
© Reuters
Les élus du Parti socialiste appréhendent déjà les élections cantonales et régionales de 2015.
Jacquerie

Pourquoi le pacte de responsabilité n'est que la première des révoltes socialistes qui se profilent

Publié le 22 avril 2014
Après la déroute des municipales et l'échec annoncé des européennes, les élus du Parti socialiste appréhendent déjà les élections cantonales et régionales de 2015. Mais ils ne sont pas prêts à laisser François Hollande, selon eux responsable de leurs déconvenues, sacrifier leur réélection sur l'autel de la sienne.
Jean-François Kahn
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Kahn est un journaliste et essayiste.Il a été le créateur et directeur de l'hebdomadaire Marianne.Il a apporté son soutien à François Bayrou pour la présidentielle de 2007 et 2012.Il est l'auteur de La catastrophe du 6 mai 2012. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la déroute des municipales et l'échec annoncé des européennes, les élus du Parti socialiste appréhendent déjà les élections cantonales et régionales de 2015. Mais ils ne sont pas prêts à laisser François Hollande, selon eux responsable de leurs déconvenues, sacrifier leur réélection sur l'autel de la sienne.

Atlantico : Les chiffres du chômage, le Pacte de responsabilité et les mesures d’économies annoncées ont beaucoup fait pour l’impopularité de l’exécutif, et ont fortement nui à la gauche aux municipales. Le résultat ne devrait pas être meilleur lors des européennes. Qu’en est-il des cantonales et des régionales qui vont suivre en 2015 ? Un désastre à gauche s’annonce-t-il ?

Jean-François Kahn : Les élections municipales sont déjà un désastre pour la gauche, car il s’agit véritablement de l’ancrage sur le terrain, de la gestion de villes importantes, avec tous les réseaux d’influence et la clientèle qui qui y sont associés. Cette défaite est d’une gravité exceptionnelle. Beaucoup de députés maires ont été battus, ce qui laisse entendre qu’ils vont également échouer aux prochaines législatives. Le Sénat aussi, va sans doute être perdu. Les sondages et la sensibilité du pays laissent entendre qu’ils peuvent perdre la quasi-totalité des régions, et des départements aussi, puis de ne pas parvenir au deuxième tour des présidentielles, et enfin se faire laminer aux législatives. Aujourd’hui le PS, ses cadres, ses élus, ses hommes d’appareil, tous, sont mis face à cette réalité. Ils auront de plus en plus tendance à penser que c’est François Hollande qui les a mis dans cette situation. La Une de Marianne, qui se demande si la Gauche peut survivre à François Hollande, est excellente. Elle reflète ce qui se trame dans leur esprit : « Hollande est-il en train de procéder à un assassinat, à une liquidation pure et simple de la gauche ? »

Les élus départementaux et régionaux, socialistes et plus largement de gauche, risquent-il de se sentir « sacrifiés » par la politique de Hollande ? Comprennent-ils seulement la stratégie du président ?

Les médias n’osent pas le dire, mais nous sommes confrontés à une situation des plus extraordinaires. Imaginez qu’un président de droite soit élu, et qu’il mène une politique économique et sociale identique à celle préconisée dans le programme du Parti socialiste, et qu’il aille même encore plus loin : comment voulez-vous que réagissent les députés, les sénateurs, les maires de droite ? Dans un premier temps peut-être, ils resteraient disciplinés, se disant que si au final il peut les faire réélire, alors pourquoi pas. Mais si les défaites électorales en chaîne sont assurées, alors logiquement, une révolte extraordinaire des élus de droite exploserait. Ils crieraient à la trahison, diraient que c’est la politique inverse qui est menée, et qu’en plus on les emmène tout droit vers l’abattoir.

Pourrait-on assister à une levée de boucliers de leur part, pour infléchir la politique socio-économique du gouvernement, et ainsi minimiser les pertes aux prochaines élections ?

Ce qui est extraordinaire, au Parti socialiste, c’est qu’alors que Hollande mène mot pour mot la politique que l’UMP préconisait (relance uniquement par l’offre, réduction du coût du travail, coupes dans les dépenses publiques, une TVA sociale qui ne dit pas son nom mais qui va plus loin que celle de Sarkozy…), depuis deux ans les élus socialistes l’acceptent. Ce qui est inouï, c’est qu’ils ne commencent à se révolter qu’après la débâcle des municipales, et que même confrontés au tête-à-queue de Hollande, ils ne soient que 100 députés à hausser le ton. Logiquement, en l’état actuel, ils devraient tous se révolter.

Mais ça ne va pas durer. Pour les européennes, les sondages les positionnent à 19%, je pense qu’ils peuvent tomber à 14%. Rocard à la tête d’une liste socialiste a déjà atteint ce niveau, face à Tapie. Et là, ce ne seront pas 100 députés, mais l’intégralité des élus PS qui se révolteront, et pas de la manière la plus douce.

En un sens, tout cela n’est pas plus mal pour la France. Notre pays paye très cher ce que l’on a fait des institutions de la Ve République : ce régime présidentiel qui ne dit pas son nom, ce Premier ministre qui n’en est pas un, ce scrutin majoritaire qui déforme complètement la représentation nationale. Tout cela est catastrophique, ce n’est pas pour rien que nous sommes les seuls à avoir un tel système. Une révolte contre le président par son propre camp dynamiterait le système institutionnel.

Parallèlement, et c’est étonnant, on voit bien que l’UMP n’en profite pas tant que ça. Aux municipales notamment, à chaque fois qu’une possibilité autre que le PS ou l’UMP se présentait, les électeurs l’ont saisie. Lorsque le candidat PS se trouvait face à un socialiste dissident, c’est ce dernier qui était élu. A chaque fois que c’était un candidat PS contre un centriste sérieux, c’est celui-ci qui raflait les voix. Et parfois le FN. Et cela contribue, je le répète, au dynamitage du système institutionnel de la Ve République.

De quels moyens les élus PS disposent-ils pour contrer François Hollande ?

D’emblée, on peut faire une croix sur la conservation d’une majorité socialiste dans trois ans. Si les socialistes parviennent à trouver un autre candidat pour 2017, ils auront déjà plus de chances de l’emporter. Et si Sarkozy, qui est toujours très fortement rejeté à gauche, était le candidat de la droite, alors on ne peut pas exclure d’office qu’un président socialiste soit réélu, encore que. La politique de Hollande a tellement dérivé à droite, que Sarkozy tiendrait un discours à gauche, ce qui ne lui poserait aucun problème.

Pour sauver les meubles, le moyen est très simple, ils doivent se conformer à la lettre de la constitution, article 20, c’est-à-dire opter pour la cohabitation. Les députés socialiste décident de voter une motion de censure, pour pouvoir nommer un nouveau Premier ministre qui mène la politique à laquelle ils aspirent. C’est pour eux la seule façon de s’en tirer : établir une cohabitation entre un Premier ministre socialiste et un président qui, à leur sens, n’a plus rien de socialiste.

Pour se faire réélire aux régionales et aux cantonales, certains auront-ils intérêt à jouer la carte de la dissidence ?

Cette remarque est très juste. Le sigle PS étant la meilleure façon de se faire battre aujourd’hui, et les élus régionaux et départementaux ayant vu qu’aux municipales il suffisait de claquer la porte du parti pour gagner, même avec un opposant estampillé PS en face, cela va donner des idées à énormément de monde, aux régionales et aux cantonales. Il est évident que pour toutes les élections qui vont venir, les dissidents vont proliférer.

D’après certains observateurs, Hollande miserait sur une amélioration de la croissance et des chiffres du chômage en 2015-2016 pour ensuite se faire réélire. Ce pari est-il tenable ? Le PS et la gauche sont-ils prêts à le suivre dans cette voie ?

Hollande s’est enfermé dans une bulle qui consiste à expliquer la déroute par le manque de résultats et le chômage en hausse. Mais selon lui il suffira que le chômage baisse, même si ce n’est pas grâce à sa politique, pour que la situation s’inverse en sa faveur. Cette analyse est erronée, puisque le rejet de Hollande ne se fait pas simplement sur une base économique. Il n’est pas très compliqué de reconnaître que sa position est difficile, ou que Sarkozy n’a pas tellement mieux réussi que lui. Le problème n’est donc pas là, c’est le personnage, son style, son manque de projet, que les Français rejettent. Par conséquent, si même d’ici 2017 le chômage baisse, Hollande ne parviendrait pas au second tour d’une élection présidentielle. Or malgré cela, ils ne sont que trois ou quatre socialistes à avoir osé parler de primaires, façon détournée de dire qu’il faudrait en trouver un autre pour les présidentielles.

Des députés PS emmenés par Karine Berger (Hautes-Alpes) ont déposé lundi un plan alternatif sur le bureau de Bruno Le Roux, président du groupe socialiste, visant à trouver un compromis avec Manuel Valls sur son programme d’économies, qui doit être voté par l’Assemblée nationale mardi 29 avril. Est-ce l’une de ces ripostes en douceur que vous évoquiez ?

C’est typique d’un processus qui débouche sur une forme de cohabitation. Les députés socialistes remettent en cause la logique constitutionnelle de la Ve république telle qu’elle a fonctionné jusqu’à présent, en opposant à la volonté présidentielle leur propre plan. D’habitude, c’est l’opposition qui s’en charge. D’une certaine manière, ils se constituent en demi opposition.

Si Manuel Valls ne trouve pas de point d’entente ce mardi avec ces députés, son programme de stabilité pourrait-il ne pas recueillir une majorité lors de son vote ? Serait-ce un désaveu, une gabegie interne au PS ?

Un certain nombre de députés voteront contre, mais pour l’instant Manuel Valls ne court pas le risque de ne pas obtenir de majorité. Dans trois mois en revanche, c’est tout à fait possible. S’il n’obtenait pas la majorité nécessaire chez les socialistes, ce serait un désaveu total, à savoir une cohabitation inéluctable. Autre scénario possible, quelques voix socialistes peuvent manquer, et des députés du centre et de droite pourraient, eux, donner la leur. Se passerait alors ce que se produit partout ailleurs en Europe : les majorités peuvent changer dans leurs composantes.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
aviseur
- 23/04/2014 - 09:23
une claque.....
Une claque ça va, deux, cela devient craignos, plus la jacquerie s'en mêle et au delà c'est sauve qui peut! Ainsi parlent les socialo du pouvoir. C'est la "débandade pour tous". Heureusement notre capitaine courage restera à bord jusqu'au bout, sombrant corps et âmes avec le pédalo. Cela nous change du Concordia et du ferry Coréen.... Ouf l'honneur sera sauf. Cocorico

http://aviseurinternational.wordpress.com/2014/04/23/la-une-de-keg-du-23042014/
vodkov
- 23/04/2014 - 08:14
Le pouvoir aux citoyens !!!
Marre des politiques de tout bord qui ne pensent qu'à leur réélection, soit immédiate, soit après un revers électoral.

Vivement que la parole soit donnée aux listes citoyennes, aux personnes "normales" qui connaissent le prix d'une baguette ou d'un ticket de métro !!!

Ras le bol de voir les mêmes (à gauche comme à droite) depuis des dizaines d'années pour certains !!!!
MauvaiseFoi
- 23/04/2014 - 06:21
Tous pourris
Politicards et merdias attachés dans le même sac, le tout dans la Seine et autres fleuves de France.