En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 1 heure 40 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 2 heures 53 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 3 heures 21 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 5 heures 20 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 7 heures 9 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 8 heures 19 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 8 heures 58 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 9 heures 23 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 9 heures 56 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 10 heures 23 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 2 heures 28 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 3 heures 10 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 3 heures 41 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 6 heures 28 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 7 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 8 heures 45 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 9 heures 11 sec
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 9 heures 32 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 10 heures 7 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 10 heures 27 min
© REUTERS/Philippe Wojazer
Manuel Valls et Pierre Moscovici.
© REUTERS/Philippe Wojazer
Manuel Valls et Pierre Moscovici.
Mais que cherchent-ils vraiment ?

Objectif 3% de déficit : les prévisions du gouvernement sont-elles crédibles ?

Publié le 22 avril 2014
Le Haut conseil aux finances publiques rendra ce mercredi 23 avril un premier avis sur les prévisions économiques associées au "programme de stabilité" que le gouvernement Valls souhaite adopter pour corriger la trajectoire des finances publiques de la France.
Bertrand Rothé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Rothé est agrégé d’économie, il enseigne à l’université de Cergy-Pontoise et collabore régulièrement à Marianne. Il est déjà l’auteur de Lebrac, trois mois de prison (2009) et co-auteur de Il n’y a pas d’alternative. (Trente ans de propagande...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Haut conseil aux finances publiques rendra ce mercredi 23 avril un premier avis sur les prévisions économiques associées au "programme de stabilité" que le gouvernement Valls souhaite adopter pour corriger la trajectoire des finances publiques de la France.

Atlantico : En toile de fond de la remise du premier avis du Haut Conseil aux finances publiques sur les prévisions économiques du gouvernement, le débat portera sur la capacité de la France à remplir ses objectifs de réduction du déficit à 3% d'ici 2015 alors que Bruxelles a refusé d'accorder un nouveau délai à Paris. En l'état, les anticipations budgétaires du gouvernement sont-elles crédibles ?

Bertrand Rothé : Je pense que la question ne se pose pas comme cela, nous sommes aujourd’hui devant deux alternatives.

La première est d’accepter la mondialisation avec toutes ses conséquences positives et négatives. Et n’oublions pas qu’il y a eu et qu’il y a des conséquences positives à la mondialisation, et pas uniquement pour les multinationales. Nous en avons profité depuis trente ans en tant que consommateurs. Certains prix ont baissé. Nous pouvons trouver des jeans à dix euros chez Carrefour, voire beaucoup moins chers que cela. Pour les grandes marques, même si les prix n’ont pas baissé, les coûts de production ont été réduits quasi à zéro. Les prix de Free s’expliquent en partie par la délocalisation des centres d’appels. Dans une usine Nike le coût de production nous est facturé sensiblement 1 ou 2 euros, le reste c’est de la com et du marketing - entre autres les salaires des footballers professionnels. La contrepartie de cette consommation bon marché, ce sont les délocalisations. Les industries et de plus en plus les services ont fermé les unes après les autres, et nos déficits se sont creusés. Déficit commercial d’abord, mais aussi déficit budgétaire, conséquence de ces délocalisations et du chômage qui s’en est suivi. Maintenant il faut payer, et rééquilibrer ces deux budgets en réduisant le coût du travail, pour se rapprocher sensiblement des coûts de production des pays émergents.

La seconde est d’apprivoiser cette mondialisation, pour respecter les modèles que chaque société a choisi plutôt que de nous mettre en concurrence les uns contre les autres. Notre modèle social coûte cher, c’est indéniable. Certains ont sonné du tocsin il y a très longtemps. Par exemple, à la fin des années 1980 Alain Lipietz proposait de rééquilibrer le coût du travail et le coût de la protection sociale par une augmentation des tarifs douaniers, avec comme objectif de créer une vraie concurrence libre et non faussée qui tienne compte des choix de société des uns et des autres. L’idée était d’autant plus intéressante qu’elle proposait de reverser aux pays importateurs les revenus de ces barrières à l’entrée. Cette stratégie rééquilibrerait les finances publiques mais aurait un coût ; il faudrait payer plus cher nos jeans, nos brosses à dent, le petit électroménager…

Manuel Valls a promis depuis son arrivée à Matignon de trouver 50 milliards d'euros pour soulager les caisses de l'Etat. Un tel chiffre est-il suffisant pour tenir les objectifs de la Commission européenne ?

Je ne crois pas que ce soit suffisant et cela pour deux raisons. La première est celle du bon sens. Si l’objectif du gouvernement était de réduire les déficits publics, il favoriserait d’abord la croissance, et si la croissance revenue n’était pas suffisante il réduirait, alors et seulement alors, la dépense publique. Or en réduisant très sensiblement la demande de l’Etat et des collectivités publiques en période de croissance atone, il étouffe toute reprise, avec en prime un effet boule de neige. Les spécialistes annoncent déjà qu’il va falloir trouver 30 milliards d’euros d’économies supplémentaires, et je prends le pari que ce ne sera pas suffisant… Le gouvernement n’ignore pas le phénomène. Même le très libéral FMI tire la sonnette d’alarme. François Hollande ne peut l’ignorer. En 2011 réagissant à un plan d’économie de 7 milliards d’euros proposé par François Fillon, il parlait des conséquences de ces réductions sur la croissance, « voire même l’austérité va conduire à la récession, dans quelques mois… on sera obligé de prendre d’autres dispositions. » Valls, Hollande et Sapin ont donc un objectif plus ambitieux que celui de l’équilibre budgétaire. A travers cette réduction des dépenses de la protection sociale, à travers le soutien qu’ils apportent au traité de libre échange avec les EU et surtout les appels de Lamy pour réduire le SMIC ils tombent le masque et nous disent quels sont leurs véritables objectifs, celui de la réduction à terme du coût du travail. Ils acceptent cette mondialisation.  

Etant donné le climat politique actuel et la faible popularité du président, de telles mesures d'économies sont-elles sérieusement envisageables sans déclencher une fronde ?

Comme vous l’avez compris, j’ai l’intuition qu’aujourd’hui le clivage se fait autour de la mondialisation. La classe ouvrière est contre, elle a pris de plein fouet les délocalisations. C’est elle qui souffre le plus du chômage. Elle le fait savoir maladroitement en ralliant progressivement le FN. Le développement de ce parti sur les terres socialistes et communistes l’atteste. C’est le seul parti qui annonce clairement son refus de la mondialisation. Mais cette classe sociale est tellement disqualifiée socialement qu’elle ne se révoltera pas.

Le vrai danger pour le gouvernement est qu’un groupe social plus réactif rejoigne les ouvriers. La vraie question est : que se passera-t-il quand un gouvernement touchera aux salaires de la fonction publique ?  

De tels engagements placés sous le signe de la rigueur semblent être d'autant plus complexes maintenant que François Hollande a renouvelé ses engagements de faire baisser le chômage d'ici 2017. Peut-on sérieusement envisager qu'il puisse à la fois lutter contre le chômage et réduire les dépenses publiques dans le même temps ?

Pour lutter contre le chômage dans le cadre d’une mondialisation acceptée le seul moyen est de baisser le coût du travail, ils s’y attellent donc, le train de vie de l’Etat va diminuer, le SMIC va baisser, les prestations sociales se réduire... La doxa libérale est claire, lorsque l’on aura réduit sensiblement le SMIC, que l’on forcera les gens à accepter n’importe quel travail, le chômage va se réduire. François Hollande le croit, de nombreux économistes aussi, Manuel Valls pense la même chose…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MauvaiseFoi
- 23/04/2014 - 07:38
Rappel
Il faut lire 3% du PIB soit en gros 60 milliards que l'on doit rapporter au budget d'environ 300 milliards :
le déficit serait de 20% (VINGT POUR CENT).
Autrement dit, de la dette, toujours de la dette, encore de la dette.
Et comme une fois de plus on ne les atteindra pas, ce sera pire.
Messieurs les experts et autres professeurs, arrêtez de nous prendre pour des cons.
GL57
- 23/04/2014 - 00:04
3 %
Le taux de popularité ?
fifi-brindacier
- 22/04/2014 - 22:31
Et moi, je suis la reine d'Angleterre
J'ai beaucoup apprécié l'expression "le faible popularité du président". Au point où on en est, le terme popularité est-il le plus approprié ?
Pour le moment, le seul secteur où l'état fait des économies, c'est sur les congés maladies des cancéreux et autres maladies graves.
Pour le reste, c'est la fiesta à l'aide sociale.
Se serrer la ceinture, oui, mais pour faire quoi ? Qui en profitera dans le pays ?
Ce délire prouve s'il en était besoin que les socialistes seraient bien mieux à leur place sur la nouvelle planète habitable récemment découverte. En espérant qu'elle soit loin, vraiment très loin de la terre, car eux y sont déjà.