En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

05.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

07.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 12 heures 23 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 14 heures 26 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 15 heures 24 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 17 heures 7 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 18 heures 24 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 19 heures 22 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 19 heures 50 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 20 heures 38 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 21 heures 24 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 9 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 13 heures 9 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 14 heures 58 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 16 heures 44 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 17 heures 20 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 19 heures 7 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 21 heures 47 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 10 heures
Laurent Wauquiez
Laurent Wauquiez
Prise de position

Laurent Wauquiez : "J’ai voulu secouer les nains politiques incapables de proposer une vision de l’Europe"

Publié le 18 avril 2014
"Europe : il faut tout changer" : dans son nouveau livre, le député de la Haute-Loire et vice-président de l'UMP propose, parmi plusieurs mesures, de revenir à une Union à six Etats, sans le Luxembourg. Ce qui n'a pas manqué de lui attirer les foudres des ténors politiques, tant au niveau européen qu'à celui de de son parti. Interview.
Laurent Wauquiez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Wauquiez est un homme politique français, membre de l'UMP. Député de la Haute-Loire, il est également vice-président de l'UMP depuis janvier 2013. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Europe : il faut tout changer" : dans son nouveau livre, le député de la Haute-Loire et vice-président de l'UMP propose, parmi plusieurs mesures, de revenir à une Union à six Etats, sans le Luxembourg. Ce qui n'a pas manqué de lui attirer les foudres des ténors politiques, tant au niveau européen qu'à celui de de son parti. Interview.

Atlantico : Dans votre livre "Europe : il faut tout changer", paru le 11 avril chez Odile Jacob, vous prônez un retour à une Europe à 6 (France, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Italie, Espagne), protectionniste et débarrassée de l'espace Schengen. Quels seraient les avantages d'une configuration réduite ?

Laurent Wauquiez : L'élargissement de l'Union européenne est une erreur majeure. A la fin des années 1980, nous avions le choix entre deux voies, soit l'élargissement, soit l'approfondissement de l'Europe. Nous avons fait le choix de l'élargissement en faisant entrer dans un même ensemble des pays beaucoup trop différents. La France et la Roumanie connaissent des écarts de salaires allant de 1 à 6, le problème posé par les Roms n'est pas surprenant. La liberté de circulation et d'installation est responsable de la présence de 200 000 travailleurs polonais détachés en France. A 28 il y a trop de différences entre les pays. Le Luxembourg est encore opposé aujourd’hui à l’harmonisation fiscale, l'Irlande continue de pratiquer un impôt sur les sociétés anormalement bas. Le Royaume-Uni est un pays qui n'a pas l'intention d'avoir des politiques communautaires fortes.

En élargissant l'Europe, nous l'avons affaiblie. Nous l'avons affaiblie par cet ensemble qui est trop disparate et dans lequel il n'y a plus suffisamment d'envie de construire des choses en commun. Nous ne sommes pas condamnés à poursuivre sur la même voie. Accepter l'impossibilité de changer de cap est un manque d'ambition politique. Nous avons connu des géants comme le général De Gaulle, Pierre Mendès France, Robert Schumann. Aujourd'hui nos hommes politiques sont des nains incapables de proposer une vision de l’Europe, de revenir sur le nombre d'Etat-membres ou sur l'espace Schengen. Avec la publication de ce livre, j'ai voulu secouer cet immobilisme.

Comment faudrait-il procéder pour revenir à six Etats membres ? Que faites-vous des 22 autres et des traités existants ?

Concrètement, le principe que je propose serait de garder un premier ensemble à 28 destiné à favoriser les échanges économiques. Le deuxième ensemble serait celui de la zone euro car je ne souhaite pas que la France sorte de l'euro. Sortir de l'euro représenterait un choc majeur pour les Français. Sortir de l'euro nous condamnerait à une monnaie plus faible. Et avec une monnaie plus faible, 20 % de l'épargne des Français partiraient en fumée. Et avec les six pays du noyau dur, nous pourrions enclencher une marche en avant. Nous adopterions le même niveau d'imposition, les mêmes règles sociales, le même droit du travail, une vraie politique industrielle.

Sur Schengen, vous avez estimé que "L'Europe nous interdit de fixer des quotas en matière de regroupement familial." Pourtant, ce n'est pas tout à fait vrai : le traité de Lisbonne reconnaît (article 63 bis) "le droit des Etats membres de fixer les volumes d'entrée des ressortissants de pays tiers, en provenance de pays tiers, sur leur territoire, dans le but d'y rechercher un emploi salarié ou non salarié"…

Si nous changions la loi française sur ce point, la Cour européenne des droits de l'homme nous condamnerait. Nous pouvons prendre d'autres exemples, Schengen aujourd'hui fixé des règles du regroupement familial qui sont extrêmement contraignantes. Par ailleurs tout refus de visa de courte durée doit être motivé, alors qu'il s'agit là d'un acte de souveraineté. On ouvre potentiellement la voie à ce que chaque refus de visa de courte durée puisse être contesté devant un juge. Nous marchons sur la tête.

Mais vous apparteniez bien au gouvernement qui a voté l'interdiction des quotas sur le regroupement familial ?

Je fais partie de ceux qui disent que nous avons fait des erreurs et je n'ai aucun problème pour le dire. J'ai plaidé pour un droit d'inventaire collectif et je reconnais que nous possédons notre part de responsabilité. La question est de savoir si nous persistons dans l'erreur ou si nous sommes capables de changer.  L'erreur a été de laisser se communautariser l'espace Schengen et de laisser la commission mettre son nez là-dedans. L'erreur c'est, au moment de la crise de Lampedusa, de ne pas être sorti de l'espace. Schengen ne peut ni pour réguler l'immigration légale, ni réguler l'immigration illégale. Schengen représente pour moi l'archétype d'une politique communautaire qui ne fonctionne pas. Néanmoins, d'autres sujets nécessitent une politique communautaire plus forte, notamment pour Erasmus.

En juin 2011, vous dénonciez la "crispation égoïste d'une Europe forteresse" pour défendre l'entrée de la Croatie dans l'UE. Qu'est ce qui a changé depuis pour que vous opériez un tel revirement dans votre vision de l'Europe ?

Mes positions sont très constantes sur le sujet du protectionnisme européen. Je me suis battu contre l'entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l'espace Schengen. Déjà à l'époque, j'estimais qu'il n'était pas acceptable que ces deux pays profitent de la libre circulation pour chasser leurs populations de leur territoire.

Pour ce qui est de l'entrée de la Croatie dans l'UE, je ne considère pas que ce soit un problème à condition de reconstituer le noyau dur. Je ne suis pas contre l'Europe, je revendique la possibilité de dire que l'Europe ne marche pas. Partant de là, il faut d'urgence la faire changer. Les eurosceptiques sont ceux qui regardent passivement l'Europe s'enfermer dans une impasse.

De ce projet d'Europe à 6, vous excluez le Luxembourg au motif que c'est un pays "très artificiel" doublé d'un "paradis fiscal". L'ex-premier ministre luxembourgeois et actuel candidat du PPE pour la présidence de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a qualifié de "pathétique" et "d'inacceptable" votre prise de position. Quelle est votre réponse ? 

J'assume de mettre des positions sur la table qui poussent au débat, et tant mieux. Ces élections européennes étaient parties pour être un concours de casting dans lesquelles nous n'allions pas parler des vrais problèmes européens. Le problème du Luxembourg est qu'il s'agit d'un pays où 40% du PIB dépend de la finance. C'est un paradis fiscal, un pays dans lequel les taux d'imposition sur les dividendes sont proches de zéro. Le Luxembourg bloque depuis des années les directives d'harmonisation fiscale. Bien sûr, ils ont fait des progrès sur le secret bancaire et c'est tout à leur honneur. S'ils changent leur position sur l'harmonisation fiscale, je ne vois aucun inconvénient à ce qu'ils fassent partie de cette Europe-noyau dur.  

D'aucuns ont estimé que vous surfiez sur une vague "d'Europe bashing"....

Il faudrait se taire et construire l'Europe à mots couverts, à visage caché, et surtout en cachant la réalité de ce qu'est devenue l'Europe aux Français et aux Européens. C'est aux antipodes de ma conception de la politique. On ne fait pas de la politique au mépris de ce que ressentent les gens, en leur cachant les projets que l'on a.

Vous avez raison, cela peut diviser l'Europe. L'Europe est devenue un aimable club de thé dans lequel il ne faut surtout rien dire pour ne fâcher personne. Je pense que l'Europe a besoin d'un électrochoc pour se réveiller. Oui, je suis Européen. Non, je refuse de continuer à être silencieux sur ses dérives.

Les critiques ont été nombreuses chez les ténors de votre propre parti, comme Copé, Juppé ou Raffarin et parallèlement le président de "Debout la République" Nicolas Dupont-Aignant vous a même proposé un partenariat au travers d'un communiqué. Est-ce le signe qu'il vous faut revoir votre appartenance politique ?

Les critiques ont été diverses, il y a à l'intérieur de mon parti des gens qui ne sont pas favorables à mes propositions sur l'Europe, mais ma volonté était de faire naître le débat, de faire des propositions de fond sur le sujet. Sur un sujet comme celui-ci, j'aurais aimé une vraie consultation, recueillir l’avis des Français et des militants de l’UMP, mais je suis dans mon parti, dans ma famille politique. A l’époque où j'avais lancé le débat sur la nécessité de sortir de l'assistanat, il a fallu un peu de temps avant que cela devienne la position du parti.  Je crois que l'on peut faire bouger les lignes. Je refuse une droite et un centre faibles, timorés qui n'ont pas le courage de leurs opinions, qui mettent un voile sur le sujet et qui préfèrent se dire qu'ils vont réformer Schengen par manque de courage politique.

Une partie de la droite et du centre n'auraient donc pas le courage de réformer l'Europe ?

Il s'agit d'une grande discussion à l'intérieur de notre famille politique et effectivement nous sommes traversés par deux tendances. J'ai ainsi eu le soutien notamment d'Henri Guaino et de Xavier Bertrand. Nous avons une différence de sensibilités qui n'est pas neuve. Je crois résolument qu'il faut assumer les débats.

Certains sont pour une approche prudente, je ne fais pas partie de ceux-là.

Jusqu'alors en France pour exercer des hautes responsabilités, il valait mieux être pro-européen. Le climat est-il en train de changer ?

Je connais cet argument consistant à dire qu'en critiquant l'Europe on prend de grands risques pour sa carrière politique. Je crois que les politiques qui raisonnent comme cela sont condamnés à l'arrivée. Car les Français attendent des politiques qu'ils expriment des convictions. Les Français condamnent aujourd'hui ces gestions prudentes qui aboutissent à une politique coupée de ce que ressent le peuple.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (40)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mainatework
- 19/04/2014 - 19:20
Soyons positif, le débat progresse
Trop souvent on ne lit que ces volées de bois vert tous azimuts, et ces vindictes personnelles, du genre "tawartagueulàlarécré"... Il y en a un peu marre à la fin.
Merci à BonSensPaysan de mettre un peu de bon sens justement à la discussion, avec des observations constructives... Car le débat progresse. Peu importe au fond ce qu'a fait (ou n'a pas fait) auparavant M. Wauquiez. C'est un politicien comme pas mal d'autres (mais tout de même brillant, il a un gros bagage, à comparer à celui de Baroin ou Bachelot par exemple...), et ils ont tous leurs contradictions et leurs zones assez indéchiffrables, mais s'il fait progresser le débat, tant mieux! Et c'est valable pour d'autres. Par exemple, j'ai vraiment une affection proche de zéro pour Valls, mais considérons certains de ses propos sur les Roms, il y a tout de même du progrès par rapport à la vulgate gnangnan, le débat avance, même si ça ne fait pas encore avancer les choses concrètement pour l'instant sur ce point, mais on y arrivera peut-être un jour. Moi je retiens positivement des propos de Laurent Wauquiez, entre autres, qu'il faut en finir avec Schengen, et je l'en remercie.
Benvoyons
- 19/04/2014 - 10:21
Et cette LIBERTE Civile ne sera pas accessible avec le FN
Le FN c'est le PS en pire car ils sont FDG sur le plan économique.
Le FN MLP dit Retraite à 60 ans pour tous. Financement zéro, mais c'est normal, ce sont des ENA qui ont conçu le programme du FN.
Nationalisation des Banques plus de Fonctionnaires avec quel argent?
Retour au Franc Car il faut dévaluer pour retrouver du bien être pour la France
Mais nous avons déjà vécu tout cela en 1981 avec le Franc, avec des frontières, avec tout ce que dit le FN.
Les Résultats de l'époque:
Inflation France
1985 5.8 %
1984 7.4 %
1983 9.6 %
1982 11.8 %
1981 13.4 %
Chômage en France pendant 3 dévaluations et nationalisation des Banques et que la planche à billet e la Banque de France tournait à feu continu. Qu'il y avait des Frontières.
1981 6,3
1982 6,9
1983 7,2
1984 8,4
1985 8,9
En effet nous voyons que le programme FN est viable.
Benvoyons
- 19/04/2014 - 10:10
C'est pas l'Europe qui a créé les problèmes de la France
C'est la France toute seule comme une grande.
La France se meurt de trop de loi, de pas assez de Liberté, de ne pas laisser l'individu créer par lui même, être l'être qu'il doit être un homme libre et créateur de sa vie.
La France se meurt de trop d’État, de trop de gens Fonctionnaires qui se prennent pour des Dieux,des génies mais qui n'ont jamais travaillé dans la vraie vie. Qui n'ont jamais été des créateurs de vie, car ils sont des freins. Ils sont des bloqueurs de liberté individuelle, des bloqueurs de création , des bloqueurs d'entrepreneur.
Pour une bonne fois que l’État Français s'occupe de son cul, c'est à dire La vraie justice avec un bon dépoussiérage et une modernisation informatique totale. L'armée. Les Affaires Étrangères. La Police.
Le reste c'est à la société civile d'être créative, de modifier sans dictat des fonctionnaires. C'est aux syndicats par Branche de négocier sans contrainte de l’État et sans les 17000 fonctionnaires qui les composent.. Chaque grande région a ses spécificités et bien elle doivent être prise en compte pour résoudre les problèmes économiques de chaque région et par la société civile de chaque région.
Finie cette oligarchie despotique.LIBERTÉ