En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 5 heures 39 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 15 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 6 heures 2 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 9 heures 19 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 7 heures
Editorial

Indignation Low cost ? La bêtise du pseudo scandale des primes de cabinets ministériels "trop généreuses"

Publié le 15 avril 2014
Non, les indemnités des conseillers des ministres ne sont pas par principe trop élevées ou immorales. Il est grand temps au contraire de s’interroger sur les moyens que la société est prête à investir pour maintenir le niveau de celles et ceux qui entourent ceux qui gouvernent.
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Non, les indemnités des conseillers des ministres ne sont pas par principe trop élevées ou immorales. Il est grand temps au contraire de s’interroger sur les moyens que la société est prête à investir pour maintenir le niveau de celles et ceux qui entourent ceux qui gouvernent.

Et revoilà les fameuses "primes de cabinets" ! Le Figaro a décortiqué le "jaune budgétaire" (comprenez le document fourni en annexe du Projet de Loi de Finances) qui fait la liste des rémunérations complémentaires versées aux collaborateurs des cabinets ministériels du gouvernement Ayrault et en a publié hier les montants. C’est peu dire que le sujet est un marronnier. Il cumule en effet à l’avantage de refleurir à intervalles réguliers dans l’actualité, celui d’offrir au public un confortable terrain de jeu pour cracher sur ces feignasses de fonctionnaires et/ou ces incompétents de politiques et/ou ces voleurs qui nous dirigent…

Pour le coup, Le Figaro a raison de s’interroger sur la logique (Y-en-a-t-il une ?) qui mène à mieux rémunérer les collaborateurs de tel ministère plutôt que ceux de tel autre. 42.000 euros en moyenne de primes annuelles pour un conseiller d’Anne-Marie Escoffier, ministre déléguée chargée de la Décentralisation (Mais si ! Faites un effort ! Tout le monde se souvient d’elle, bien sûr !!) contre 8.000 euros en moyenne pour un collaborateur de Michel Sapin au Ministère du travail : l’écart mérite certes qu’on s’interroge. 

La terminologie choisie par le Figaro qui désigne "les généreuses primes" de cabinet du gouvernement Ayrault est plus discutable puisque, comme le calcule Le Monde, les ministères (et donc les cabinets ministériels, et donc les conseillers) du gouvernement Ayrault ayant été plus nombreux que ceux du dernier gouvernement Fillon, le montant global des primes a été plus important. Dans le même temps, chaque collaborateur de ministre du gouvernement Ayrault a touché moins que son prédécesseur dans le gouvernement Fillon. 

Hélas, il est une question qui n’est jamais posée, celle de la légitimité et de la pertinence de ces primes. Deux, trois ou quatre mille euros de compléments de salaire mensuels sont-ils par principe indus et excessifs ? Par leur désignation administrative, ces «Indemnité pour sujétions particulières» (ISP) expliquent la raison même de leur existence.

Le rythme et la quantité de travail d’une fonction de conseiller en cabinet ministériel sont totalement hors-norme. Les semaines de 60, 70 ou 80 heures ne sont pas exceptionnelles. Le stress lié à une disponibilité de tous les instants laisse généralement les conseillers essorés au bout d’à peine deux ans. Chaque remaniement rappelle la précarité du poste pour tous les "contractuels", ces conseillers qui ne sont pas fonctionnaires et se retrouvent le plus souvent au chômage quand leur ministre est remercié. Il est rare également de lire des articles consacrés à ces profils hautement qualifiés qui ne font pas partie de la fonction publique et qu’un ministre ne peut recruter, faute d’en avoir les moyens. Plus d’un conseiller ministériel venu du secteur privé accepte de baisser son salaire pour travailler au sein d’un cabinet, encore faut-il que cette baisse reste raisonnable et gérable pour l’intéressé (Pour exemple, ce cadre de haut niveau qu’un ministre reconduit dans le gouvernement de Manuel Valls souhaitait recruter et qui n’a pu rejoindre le cabinet ministériel : le montant de la rémunération qui lui était proposée lui permettait à peine de payer le montant de son impôt sur le revenu, calculé sur son salaire précédent !).

Par ailleurs, les rémunérations des conseillers "contractuels", toutes primes incluses, ne peuvent en aucun cas être supérieures de plus de 15% à leur salaire d’origine et dans tous les cas, ces indemnité pour sujétions particulières sont clairement indiquées sur tous les contrats de travail et sont évidemment déclarées au fisc. On est loin des enveloppes de liquide passées de main à main d’il y a encore quinze ans.

A l’arrivée, il n’est pas question de faire pleurer dans les chaumières sur des rémunérations qui sont très largement supérieures au salaire moyen des Français. Mais il serait sain de s’interroger sur le niveau des conseillers et techniciens que la société souhaite pour entourer et aider ceux qu’elle a désignés pour gouverner. Et donc de s’interroger sur les moyens financiers qu’elle est prêt à y mettre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (39)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pourquoi-pas31
- 16/04/2014 - 15:21
Suite
Ajouer 2 s remplacer Excestionnelle par exceptionnelle . MERCI (il faut toujours relire ce que l'on écrit)
On peut dire que Sapin est presque cohérent. N'ayant pas réussit à maîtriser l'augmentation du chômage, les primes de ses conseillers ont été TRÈS LOGIQUEMENT réduites. Pourrait-il envoyer le solde de sont attribution aux restos du cœur ?
Pourquoi-pas31
- 16/04/2014 - 15:08
La déformation de l'esprit
dans la fonction publique est bien mise en évidence par ces primes.
A un travail donné, correspond normalement un salaire ou une rémunération. Une prime correspond à une suggestion particulière. Elle peut être attribuée pour des contrainte particulière bien définies ou pour une prestation ou un travail exceptionnel de part les difficultés rencontrées et ou les résultats brillants obtenus. C'est alors une Prime Excestionnelle et Bénévole, prime qui n'est pas amenée à être reconduite régulièrement. Dans l'administration, pour faire son travail normalement, il faut recevoir une prime en plus du salaire. On peut bloquer le point d'indice autant que l'on veut, la prime augmentera pour compenser. C'est bien pour cela que l'on entend pas les Syndicats et que la dépense de rémunération de la fonction publique ne cessé d'augmenter (2,5 % en un an).
totor101
- 16/04/2014 - 11:44
"Non, les indemnités des
"Non, les indemnités des conseillers des ministres ne sont pas par principe trop élevées ou immorales"
soit l'auteur est un "conseiller" soit il a l'ambition de le devenir .......
il est IMMORAL de piquer le fric des français pour engraisser des apparatchiks ! ! !