En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Il persiste et signe

BCE et hausse de l'euro : les étranges erreurs de raisonnement de Christian Noyer

Publié le 14 avril 2014
Dans une interview publié ce lundi 14 avril par le quotidien Le Figaro, Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, estime que la hausse de l'euro serait due au faible niveau d'inflation, confondant ainsi la cause et la conséquence.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une interview publié ce lundi 14 avril par le quotidien Le Figaro, Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, estime que la hausse de l'euro serait due au faible niveau d'inflation, confondant ainsi la cause et la conséquence.

Le Figaro publiait une interview du gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, ce lundi 14 avril. Une interview qui vient confirmer les propos tenus par le même gouverneur sur la chaine LCI, quelques heures après le discours de politique générale de Manuel Valls du 8 avril dernier. Suite aux déclarations du Premier ministre, mettant en cause la politique monétaire menée par la BCE, le gouverneur cherche à se défendre.

 
Le quotidien se pose alors la question de la relation entre euro fort et inflation :
 
Christian Noyer "Il est clair que la remontée de l'euro depuis le début 2013 vis-à-vis des monnaies de l'ensemble de ses partenaires commerciaux, et pas seulement du dollar, explique pour 0,5 point la faiblesse de l'inflation dans la zone euro, qui serait donc supérieure de 0,5 % si l'euro était resté stable. Cette évolution de l'euro est un handicap non seulement pour la croissance mais également pour le retour de l'inflation à notre cible qui est proche de 2 %."
 
Le quotidien poursuit sur sa lancée et le gouverneur enfonce le clou :
 
Christian Noyer : "Cette baisse est souhaitable, mais il est plus facile de l'invoquer que de l'orchestrer. La politique monétaire de la BCE n'explique absolument pas le niveau actuel de l'euro car elle est celle qui produit les effets les plus accommodants comme en témoigne le niveau des taux d'intérêt"
 
Pour Christian Noyer, la hausse de la devise européenne serait la cause du faible niveau d’inflation enregistré dans la zone euro. Une inflation qui affiche un taux de 0.5% pour le mois de février 2014. A la Banque de France, le gouverneur tente d’expliquer l’inexplicable. Car si l’euro progresse depuis quelques mois, c’est justement en raison de la baisse de l’inflation. Ou comment confondre cause et conséquence. Le pied écrase le frein et la voiture s’arrête ou l’arrêt de la voiture provoque l’écrasement de la pédale ?
 
Les acteurs économiques observent mois après mois l’évolution des chiffres de l’inflation. A partir du moment où cette évolution des prix subit un ralentissement, l’euro change peu à peu de statut en devenant justement un refuge anti-inflation. Ce refuge attire les investisseurs du monde entier, l’euro est acheté pour ses vertus de stabilités des prix, ce qui a pour conséquence de rehausser son niveau par rapport aux autres devises. Ces autres devises qui sont-elles même en proie au même phénomène. Le cas du Yen vient ici parfaitement expliquer la situation. En février 2012, le gouverneur de la Banque du Japon décide de passer d’un objectif d’inflation de 0 à 1%, puis, un an plus tard, de 1 à 2%. La monnaie nippone va alors s’écrouler de 30% à la suite de ses déclarations. Cause - Conséquence. Mais pour Christian Noyer, il semblerait que la croyance soit inversée.
 
Cette rhétorique ahurissante n’a qu’un objectif : dédouaner la responsabilité de la politique monétaire européenne et de la BCE qui, selon le gouverneur "n'explique absolument pas le niveau actuel de l'euro". Le gouverneur Noyer parvient à gagner des points dans le grand concours du déni. Et cela moins d’une semaine avant sa dernière sortie à propos d’une BCE qui serait selon lui la banque centrale la plus accommodante, que nous avions déjà traitée ici.
 
C’est bien la politique ultra restrictive de la BCE qui est entrain de transformer l’euro en un nouveau franc suisse, refuge de valeur pour tous les investisseurs de la planète, qui a provoqué la hausse de la monnaie au cours de ces derniers mois. Il est d’ailleurs tout à fait clair que la responsabilité en incombe à la BCE, car à dé faut de contrôler le cours de change de la monnaie unique, la BCE dispose du pouvoir de contrôler le niveau d’inflation.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

02.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

05.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Benvoyons
- 14/04/2014 - 23:35
Varennes - 14/04/2014 - 16:03 Souvenir, souvenir! au rayon de
des merveilles de l'inflation et de la dévaluation.
Inflation merveilleuse avec le Franc qui a permis à la France de s'en sortir??? Il faut tenir compte aussi des trois dévaluations du franc en 1981 puis en juin 1982, et celle de fin mars 1983. Nous pouvons donc voir de l’efficacité du système prôné par Sapir et Goetzmann.
Inflation France
1985 5.8 %
1984 7.4 %
1983 9.6 %
1982 11.8 %
1981 13.4 %
1980 13.6 %
1979 10.8 %
Chômage sur la même période
1979 5,0
1980 5,3
1981 6,3
1982 6,9
1983 7,2
1984 8,4
1985 8,9
Benvoyons
- 14/04/2014 - 23:31
Mr Goetzmann veut une politique comme celle du Japon
"Au contraire, estimait fin mars Yasushi Iwamoto, de l'université de Tokyo, dans l'hebdomadaire économique Diamond, "la politique économique de Shinzo Abe n'a, pour but, que de susciter des espoirs par le biais d'un assouplissement monétaire. Mais ces espoirs ne sont fondés sur aucune réalité économique. Ils vont engendrer une bulle qui se dégonflera lorsque les attentes seront déçues."
Beaucoup d'économistes pensent cela.
Endettement de 200% du Japon est un réel problème même si elle est détenue en majorité par les Japonais.
tarentule20
- 14/04/2014 - 20:06
Que d'erreurs apparentes....
Tous ces Seigneurs de la finance ne font pas d'erreurs d'appréciation car, au final, ce sont toujours les financiers qui gagnent le gros lot (que nous payons). L'Europe actuelle n'est que marchande et financière et l'Allemagne, en position de puissance, nous impose son diktat. A cela s'ajoute une classe de politiques Français (de tous bords) particulièrement intéressés par leurs revenus, train de vie et retraites