En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

04.

Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission

05.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

06.

Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel

07.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > France
Impact à Montpellier, Toulouse et Perpignan
Intempéries : le trafic SNCF fortement impacté dans le sud de la France jusqu'au 4 novembre
il y a 5 heures 47 min
pépite vidéo > International
Tentative d'apaisement
Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales
il y a 7 heures 29 min
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 10 heures 27 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 11 heures 29 min
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 16 heures 13 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 17 heures 50 min
Jamais mieux servi que par soi-même
Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel
il y a 6 heures 46 min
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 8 heures 48 min
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 10 heures 59 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 12 heures 5 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 14 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 18 heures 4 min
© Reuters
Cadenas sur un pont de Paris.
© Reuters
Cadenas sur un pont de Paris.
A l’insu de leur plein gré

Pourquoi les amoureux qui attachent des cadenas aux ponts parisiens ne sont pas que romantiques

Publié le 11 avril 2014
Jeter une pièce dans une fontaine n'est pas aussi anodin que ça pourrait le paraître et relève davantage du rite que de la véritable superstition. En vérité, c'est même une façon de participer à la construction d'un édifice qui nous est cher : notre ville.
Emmanuelle Lallement est ethnologue, maître de conférences à l'université Paris-Sorbonne, Celsa depuis 1999. Elle est chercheure au GRIPIC (Groupe de recherche sur les processus d’information et de communication) et chercheure associée au IIAC ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuelle Lallement
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuelle Lallement est ethnologue, maître de conférences à l'université Paris-Sorbonne, Celsa depuis 1999. Elle est chercheure au GRIPIC (Groupe de recherche sur les processus d’information et de communication) et chercheure associée au IIAC ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeter une pièce dans une fontaine n'est pas aussi anodin que ça pourrait le paraître et relève davantage du rite que de la véritable superstition. En vérité, c'est même une façon de participer à la construction d'un édifice qui nous est cher : notre ville.

Atlantico : Certaines traditions apparaissent de façon claire dans l'espace public : qui n'a pas lancé une pièce dans une fontaine ou accroché un cadenas à un pont ? Est-ce vraiment quelque chose d'anodin ? Que traduisent ces espèces de rituels urbains ?

Emmanuelle Lallement : Justement, c'est anodin sans l'être. Cela fait parti de ces petites pratiques qui ne sont pas nécessairement centrales dans nos vies telles qu'elles le sont au quotidien, et en cela c'est évidemment anodin ; néanmoins il y a également une vraie signification derrière, ainsi qu'un vrai rapport urbain. C'est là la vocation de tous les rituels : donner du sens aux choses. C'est cette ambivalence qui rend ces petits gestes à la fois anodins et à la fois leur donne tant de sens.

Un rituel, c'est codifié et répété. C'est dans cette répétition et cette codification que les choses prennent un sens particulier. A partir des moments où les gens considèrent qu'ils ont un rapport un tant soit peu ritualisé avec la ville dans laquelle ils se trouvent – ce qui ne veut pas dire que l'ethnologue définirait ça comme un rituel – cela signifie qu'ils vont s'atteler à imiter ; à refaire ce qu'ils ont vu faire. C'est précisément en répétant ces gestes qu'ils ont vu, et en les répétant de la même façon, qu'ils procèdent à une ritualisation du geste. Prenons l'exemple de ritualités festives : le carnaval est quelque chose de singulier et d'important dans la ville. C'est quelque chose qui se répète au même moment de l'année, etsouvent d'ailleurs il scande le calendrier urbain. Jadis, il séparait le temps religieux du temps profane. Il prend également place au même endroit de la ville, il y a une sorte d'inscription et de marquage territoriale, avant de faire le tour de la ville, et toujours de la même façon. Le carnaval, sous des airs de désordre, est en vérité extrêmement codifié. Il réunit une dimension très collective, en cela qu'il représente un rassemblement urbain. C'est, de même, quelque chose qui perdure. C'est à la fois traditionnel, puisque ça se rejoue tous les ans, mais cela permet aussi de construire une ville moderne.

Accrocher un cadenas à un pont, c'est sceller une relation intime via l'espace public. N'y a-t-il pas une certaine forme de paradoxe ? Comment l'expliquer ?

C'est au contraire loin d'être paradoxal. Un couple qui pose un cadenas sur un pont le fait parce que d'autre l'ont fait avant lui. Ce qui est en jeu, véritablement, c'est une expérience extrêmement individuelle avec la ville, mais qui ne prend sens que parce que des centaines voire des milliers de gens l'ont d'ores et déjà fait auparavant. En vérité on vient jouer de l'individuel dans une expérience qui est de toute façon très collective. On le fait parce qu'il y en a plein, et dans la simple matérialité de le faire, on place ce cadenas au milieu de celui des autres. C'est un moment unique, sans doute, mais qui ne fait sens que parce que d'autres ont également vécu ce même moment unique.

Le carnaval répond aux mêmes mécaniques : il est très personnel notamment grâce au déguisement ! On incorpore un personnage qui n'est pas celui de d'habitude. On endosse le rôle de celui qu'on ne peut pas être, les hommes se déguisent en femmes et les pauvres en riches. L'inversion, qui est le propre du carnaval, sachant que cela s'arrête le lendemain et reprend sa place dans l'ordre social établi. C'est une expérience intime par le fait même qu'on revêt un costume, mais qui est parallèlement partagée par tout une partie de la ville.

Finalement, ces traditions tirent leurs racines d'un besoin de s'affirmer socialement, de s'approprier un espace commun ? Est-ce quelque chose de réussi ?

Les questions d'appropriations sont, à mon sens, à la fois trop et à la fois pas assez. Trop, parce que quand bien même il s'agit d'occuper l'espace public, personne n'est dupe : la ville n'appartient pas à un groupe de colocataires qui serait formé par les habitants. On sait très bien qu'on ne devient pas propriétaire de la ville. Mais, en même temps, en participant à un carnaval, en posant un cadenas ou en jetant une pièce dans une fontaine, les citoyens contribuent à la ville.Ils en deviennent les producteurs, co-auteurs et apportent une pierre colorée de leur touche personnelle à l'édifice qu'est leur ville, fut-ce cette touche éphémère.

Et en dépit de ce côté éphémère, je trouve que les gens  jouent tout de même bien le jeu. Il existe une véritable mobilisation pour différents événements festifs en dépit de cette période de désenchantement. Les gens ont conscience de participer à un événement collectif avec la ville comme matière. On peut donc produire de la ville avec une simple présence. C'est parce que c'est éphémère qu'on y joue des significations qu'on ne viendrait pas jouer dans le quotidien. C'est éphémère dans l'instant, mais c'est un rendez-vous avec quelqu'un qu'on connait – sa ville.

Comment cette façon de s'approprier les espaces publics a-t-elle évoluée depuis les origines ?

Je ne suis pas sûre que cela ait fondamentalement changé. Le tout reste principalement de raconter une histoire. Cela sert à produire du récit et le partager avec d'autres. Ce qu'il y a de différent aujourd'hui, c'est une circulation particulière: on se sert beaucoup plus de la photo, qu'on communiquera ensuite au travers des réseaux sociaux, et évidemment cela ne peut que nourrir de plus en plus le phénomène. Il n'y a pas de transformation, mais la circulation est plus forte : rien de tel pour partager une expérience que de montrer la photo de ce que l'on a fait ! Et la partager, c'est la reproduire socialement, et la faire perdurer

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

04.

Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission

05.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

06.

Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel

07.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pierre325
- 11/04/2014 - 10:18
pourquoi les gens se pose se genre de question?
On s'en fou.