En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 27 min 56 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 44 min 22 sec
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 1 heure 48 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 2 heures 11 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 3 heures 1 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 17 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 18 heures 23 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 19 heures 48 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 29 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 1 heure 10 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 1 heure 35 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 2 heures 9 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 2 heures 45 min
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 16 heures 44 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 17 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 18 heures 46 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 20 heures 17 min
© Reuters
Cadenas sur un pont de Paris.
© Reuters
Cadenas sur un pont de Paris.
A l’insu de leur plein gré

Pourquoi les amoureux qui attachent des cadenas aux ponts parisiens ne sont pas que romantiques

Publié le 11 avril 2014
Jeter une pièce dans une fontaine n'est pas aussi anodin que ça pourrait le paraître et relève davantage du rite que de la véritable superstition. En vérité, c'est même une façon de participer à la construction d'un édifice qui nous est cher : notre ville.
Emmanuelle Lallement
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuelle Lallement est ethnologue, maître de conférences à l'université Paris-Sorbonne, Celsa depuis 1999. Elle est chercheure au GRIPIC (Groupe de recherche sur les processus d’information et de communication) et chercheure associée au IIAC ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeter une pièce dans une fontaine n'est pas aussi anodin que ça pourrait le paraître et relève davantage du rite que de la véritable superstition. En vérité, c'est même une façon de participer à la construction d'un édifice qui nous est cher : notre ville.

Atlantico : Certaines traditions apparaissent de façon claire dans l'espace public : qui n'a pas lancé une pièce dans une fontaine ou accroché un cadenas à un pont ? Est-ce vraiment quelque chose d'anodin ? Que traduisent ces espèces de rituels urbains ?

Emmanuelle Lallement : Justement, c'est anodin sans l'être. Cela fait parti de ces petites pratiques qui ne sont pas nécessairement centrales dans nos vies telles qu'elles le sont au quotidien, et en cela c'est évidemment anodin ; néanmoins il y a également une vraie signification derrière, ainsi qu'un vrai rapport urbain. C'est là la vocation de tous les rituels : donner du sens aux choses. C'est cette ambivalence qui rend ces petits gestes à la fois anodins et à la fois leur donne tant de sens.

Un rituel, c'est codifié et répété. C'est dans cette répétition et cette codification que les choses prennent un sens particulier. A partir des moments où les gens considèrent qu'ils ont un rapport un tant soit peu ritualisé avec la ville dans laquelle ils se trouvent – ce qui ne veut pas dire que l'ethnologue définirait ça comme un rituel – cela signifie qu'ils vont s'atteler à imiter ; à refaire ce qu'ils ont vu faire. C'est précisément en répétant ces gestes qu'ils ont vu, et en les répétant de la même façon, qu'ils procèdent à une ritualisation du geste. Prenons l'exemple de ritualités festives : le carnaval est quelque chose de singulier et d'important dans la ville. C'est quelque chose qui se répète au même moment de l'année, etsouvent d'ailleurs il scande le calendrier urbain. Jadis, il séparait le temps religieux du temps profane. Il prend également place au même endroit de la ville, il y a une sorte d'inscription et de marquage territoriale, avant de faire le tour de la ville, et toujours de la même façon. Le carnaval, sous des airs de désordre, est en vérité extrêmement codifié. Il réunit une dimension très collective, en cela qu'il représente un rassemblement urbain. C'est, de même, quelque chose qui perdure. C'est à la fois traditionnel, puisque ça se rejoue tous les ans, mais cela permet aussi de construire une ville moderne.

Accrocher un cadenas à un pont, c'est sceller une relation intime via l'espace public. N'y a-t-il pas une certaine forme de paradoxe ? Comment l'expliquer ?

C'est au contraire loin d'être paradoxal. Un couple qui pose un cadenas sur un pont le fait parce que d'autre l'ont fait avant lui. Ce qui est en jeu, véritablement, c'est une expérience extrêmement individuelle avec la ville, mais qui ne prend sens que parce que des centaines voire des milliers de gens l'ont d'ores et déjà fait auparavant. En vérité on vient jouer de l'individuel dans une expérience qui est de toute façon très collective. On le fait parce qu'il y en a plein, et dans la simple matérialité de le faire, on place ce cadenas au milieu de celui des autres. C'est un moment unique, sans doute, mais qui ne fait sens que parce que d'autres ont également vécu ce même moment unique.

Le carnaval répond aux mêmes mécaniques : il est très personnel notamment grâce au déguisement ! On incorpore un personnage qui n'est pas celui de d'habitude. On endosse le rôle de celui qu'on ne peut pas être, les hommes se déguisent en femmes et les pauvres en riches. L'inversion, qui est le propre du carnaval, sachant que cela s'arrête le lendemain et reprend sa place dans l'ordre social établi. C'est une expérience intime par le fait même qu'on revêt un costume, mais qui est parallèlement partagée par tout une partie de la ville.

Finalement, ces traditions tirent leurs racines d'un besoin de s'affirmer socialement, de s'approprier un espace commun ? Est-ce quelque chose de réussi ?

Les questions d'appropriations sont, à mon sens, à la fois trop et à la fois pas assez. Trop, parce que quand bien même il s'agit d'occuper l'espace public, personne n'est dupe : la ville n'appartient pas à un groupe de colocataires qui serait formé par les habitants. On sait très bien qu'on ne devient pas propriétaire de la ville. Mais, en même temps, en participant à un carnaval, en posant un cadenas ou en jetant une pièce dans une fontaine, les citoyens contribuent à la ville.Ils en deviennent les producteurs, co-auteurs et apportent une pierre colorée de leur touche personnelle à l'édifice qu'est leur ville, fut-ce cette touche éphémère.

Et en dépit de ce côté éphémère, je trouve que les gens  jouent tout de même bien le jeu. Il existe une véritable mobilisation pour différents événements festifs en dépit de cette période de désenchantement. Les gens ont conscience de participer à un événement collectif avec la ville comme matière. On peut donc produire de la ville avec une simple présence. C'est parce que c'est éphémère qu'on y joue des significations qu'on ne viendrait pas jouer dans le quotidien. C'est éphémère dans l'instant, mais c'est un rendez-vous avec quelqu'un qu'on connait – sa ville.

Comment cette façon de s'approprier les espaces publics a-t-elle évoluée depuis les origines ?

Je ne suis pas sûre que cela ait fondamentalement changé. Le tout reste principalement de raconter une histoire. Cela sert à produire du récit et le partager avec d'autres. Ce qu'il y a de différent aujourd'hui, c'est une circulation particulière: on se sert beaucoup plus de la photo, qu'on communiquera ensuite au travers des réseaux sociaux, et évidemment cela ne peut que nourrir de plus en plus le phénomène. Il n'y a pas de transformation, mais la circulation est plus forte : rien de tel pour partager une expérience que de montrer la photo de ce que l'on a fait ! Et la partager, c'est la reproduire socialement, et la faire perdurer

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pierre325
- 11/04/2014 - 10:18
pourquoi les gens se pose se genre de question?
On s'en fou.