En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

02.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

05.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

07.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 1 min 19 sec
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 1 heure 21 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 3 heures 54 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 4 heures 54 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 8 heures 1 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 57 min 30 sec
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 2 heures 9 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 4 heures 47 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 5 heures 3 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 5 heures 53 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 6 heures 11 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 6 heures 33 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 6 heures 54 min
pépites > Politique
Coincidence
La femme de ce député qui va rejoindre le Modem vient d'être embauchée par ... le MoDem
il y a 8 heures 15 min
© Reuters
© Reuters
Manger mieux pour travailler mieux

Productivité au bureau : les aliments qui la boostent… et ceux qui la tuent

Publié le 17 avril 2014
Avec
Régime alimentaire trop pauvre ou nourriture trop riche prise sur le lieu de travail : une alimentation inadaptée peut coûter cher aux différents pays dans le monde - jusqu'à 20% de leur productivité. Notre alimentation joue donc un rôle plus qu'important dans notre capacité de concentration et d'efficience.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Orsoni est experte dans les méthodes de motivation et de coaching. Fondatrice du #1 de la perte de poids online LeBootCamp.com, elle est le coach attitré de nombreuses stars et de titres de presse français et américains. Elle a publié La méthode...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Régime alimentaire trop pauvre ou nourriture trop riche prise sur le lieu de travail : une alimentation inadaptée peut coûter cher aux différents pays dans le monde - jusqu'à 20% de leur productivité. Notre alimentation joue donc un rôle plus qu'important dans notre capacité de concentration et d'efficience.
Avec

Atlantico : Quel rôle joue l'alimentation dans la productivité ? A-t-elle une fonction dans notre capacité de concentration et d'attention ? 

Valérie Orsoni : Comme le montre une  étude de l'OIT de 2005 (Office International du Travail),  l'accès à une nourriture saine des travailleurs quels qu'ils soient est un facteur de rentabilité pour les entreprises, une bonne alimentation permettant des gains de productivité, l'amélioration du moral des travailleurs, la prévention des accidents et la réduction des dépenses de santé. A l'échelle nationale, une alimentation adéquate peut accroître de 20 pour cent la productivité.

Cette étude de l'OIT met en évidence le fait que dans les pays riches où l'obésité et les maladies endémiques qui y sont liées (les cancers, le diabète et les maladies cardiovasculaires) font rage, certains employeurs proposent des menus équilibrés ou facilitent l'accès à des aliments plus sains en organisant par exemple des marchés fermiers sur le site de l'entreprise.

Toutefois, le plus souvent, "les programmes de restauration sur le lieu de travail sont des occasions manquées. Loin de le favoriser, le travail empêche l'accès à une alimentation de qualité. Lorsqu'elles existent, les cantines offrent généralement une nourriture uniforme et peu équilibrée. Les distributeurs automatiques sont systématiquement remplis de produits préjudiciables à la santé", déclare Christopher Wanjek, auteur de la cette étude de l'OIT.

Catherine Grangeard : A. Laisdell, biologiste à l’Université  de Californie Los-Angeles (UCLA) montre dans une récente étude (sur des rats) que la junk food et le surpoids qu’elle entraîne, nous conduit à la paresse et à la sédentarité. Et non le contraire. "L’auteur de l’étude, 45 ans, raconte qu’il a lui-même modifié son régime alimentaire, il y a 5 ans. Il évite les aliments transformés, le pain, les pâtes, les céréales et les aliments avec sucre ajouté. Il mange des viandes, des fruits de mer, des œufs, les légumes et les fruits. Il dit avoir constaté des améliorations spectaculaires de son état de santé, à la fois physique et mental."

La psychanalyste que vous interrogez répondra différemment d’un biologiste, d’un nutritionniste. Outre les qualités intrinsèques des aliments, la représentation que chacun est importante. Cette représentation est construite socialement, elle diffère selon les époques et les lieux et la représentation est individuelle. Ainsi le même aliment, avec ses particularités aura des incidences différentes.

Quels types d'aliments ont des conséquences néfastes sur nos capacités réactives et donc notre productivité ? Au contraire, quels sont ceux qui l'accélèrent ? 

Valérie Orsoni : Tous les produits raffinés et fortement sucrés avec un Indice Glycémique (IG) élevé provoquent un pic glycémique qui retombe au bout de quelques heures, provoquant un manque de vigilance et de concentration du travailleur ainsi qu'une diminution de sa productivité. Un taux de sucre sanguin trop bas (hypoglycémie) réduit le temps de concentration et ralentit la vitesse de traitement de l'information du cerveau, et surtout déclenche une envie encore plus grande de produits sucrés.

Les aliments à bannir au petit déjeuner sont : les barres de céréales chocolatées et toutes céréales hyper-raffinées, le pain blanc et les viennoiseries. Le petit déjeuner français est à cet égard un non-sens nutritionnel car trop sucré.

Il vaut mieux privilégier un repas incluant des protéines animales ou végétales, des glucides complexes comme le sarrasin, le pain complet ou encore du muesli complet et de bons lipides pour alimenter le cerveau. C'est pourquoi je recommande un demi-avocat avec une pointe de fleur de sel ainsi qu'une belle tranche de pain de sarrasin grillée, et comme boisson du thé vert, du café ou encore du Sobacha (infusion de sarrasin torréfié), le tout accompagné d'un fruit frais. Si la faim est plus importante, un peu de jambon blanc rassasiera les plus affamés sans alourdir la digestion.

D'autre part, nous avons à faire face à un autre problème : la carence en fer qui touche 50% de la population (pourcentage montant à 80% pour les femmes). Le manque de fer dans le sang provoque une modification du transport de l'oxygène sanguin amenant  faiblesse et manque de coordination suivi d'une baisse des performances physiques et intellectuelles de 30 %.

On privilégiera donc les aliments riches en fer comme les abats principalement les foies, le cacao, tous les fruits de mer et le poisson, les fruits secs, des légumes comme les crucifères, les légumineuses (haricots, pois chiches, petits pois) ou encore les œufs, sans oublier tous les oléagineux comme les noix, amandes les noisettes, sésame noix de cajou et cacahuètes. Ne pas oublier d'y associer la vitamine C qui facilite l'absorption du fer : orange, citron, pamplemousse mais aussi le brocoli par exemple. Pour les carencés chroniques en fer il faut éviter le thé ou le café au cours d'un repas, car leurs tanins freinent l'assimilation du fer par les intestins... Je précise qu'il s'agit du fer contenu dans les aliments qu'on est en train d'ingérer et que le tanin n'a aucun effet sur le fer déjà stocké  dans notre organisme !

Autre problème : le manque d'eau ! Une déshydratation de 1% est responsable d'une diminution de 10% des performances physiques et intellectuelles, une déshydratation de 2% est responsable d'une réduction de 20% des performances.

Donc il est primordial de boire en travaillant... Mais boire de bonnes boissons comme les eaux minérales, les infusions comme le thé vert par exemple à l'exception de tous sodas light ou pas.

Catherine Grangeard : La viande rouge est associée à des idées de force… sauf chez les végétariens qui y voient un cadavre. Dans certaines familles, donner des oranges au dîner d’un enfant, c’est lui prédire une nuit agitée. Ailleurs, la croyance étant différente, il y a fort à parier que la petite dose de vitamine C n’aura guère d’effet… J’arrête ici les exemples et vous laisse penser aux vôtres.

L’affect nous lie aux aliments. On adore tel plat parce qu’il nous rappelle que c’était celui de la veille des examens ou des compétitions sportives que Maman préparait avec soin pour nous aider à sa manière. A l’opposé, d’autres ont en horreur les épinards ou le foie de veau qu’il fallait terminer avant de sortir de table malgré le dégoût ressenti… La Madeleine de Proust est un souvenir collectif ! L’effet placebo existe dans ce domaine de l’alimentation comme dans d’autres. Est-ce qu’il suffit d’y croire pour que tel aliment "booste" ? pas tout à fait. Mais peut-être un peu.

Qui plus est la sensation dépend également de chacun. Après un repas plantureux, nous savons tous que la somnolence est plus au rendez-vous qu’une productivité maximale… Les variations individuelles sont composées de mécanismes à la fois physiques et psychiques, dans le rapport entretenu avec l’alimentation.

Nous ne pouvons pas dénier qu’un repas d’aliments de bonne qualité nutritionnelle a des effets préférables sur la concentration, la productivité comme vous le dites dans la question. Il faut donc évidemment privilégier les aliments sains et naturels aux aliments industriels, préparés. Bien sûr ! Parce que le rapport que nous entretenons avec l’alimentation dépend de bien d’autres aspects que les réalités chimiques, biologiques des aliments, il est très complexe de traiter les problèmes qui y sont liés. Les anorexies et les obésités par exemple sont aussi mentales.

 


On connaît bien les effets bénéfiques sur la santé des fameux "5 fruits et légumes par jour". Est-ce que cela s'applique aussi à la productivité ? Est-ce que la façon d'organiser ses repas (manger 3 repas séparés) peut aussi avoir des conséquences bénéfiques sur notre productivité ?

Valérie Orsoni : Les 5 fruits et légumes sont en fait indispensables mais pas suffisants. Je préfère parler des 10 fruits et légumes par jour. Leur niveau élevé en fibres permet d'assurer un bon transit, de réguler la glycémie (sujet évoqué plus haut) et donc d’améliorer la concentration au travail. Par ailleurs, si ces fruits et légumes prennent la place de viande rouge, plats en sauce ou autre, cela va réduire l'apport énergétique et permettre aux travailleurs de conserver un poids sain. Enfin, leur digestion étant plus aisée que les plats riches, un employé revenant à son bureau après un déjeuner comportant plus de fruits/légumes et moins de produits énergétiques sera plus a même de réfléchir clairement. Je conseille même quatre repas par jour : à 8-12-16 et 20heures afin d’éviter les pics et creux glycémiques.

La manière dont est présenté notre plat influe-t-elle sur notre efficacité ? L'impression d'en avoir beaucoup dans son assiette nous permet-elle de nous rassasier et par conséquent de nous sentir mieux en mangeant moins ?

Catherine Grangeard : Tout à fait, l’influence de l’aspect de la nourriture se constate aisément. Les bons aliments doivent aussi être beaux… A défaut ils ne suscitent pas l’envie. L’assiette de la nouvelle cuisine joue sur la présentation plus que sur la quantité en vertu de ce principe. Les industriels aussi… Calibrer les légumes a la conséquence néfaste de créer une habitude qui exclut les spécimens les plus naturels. "Manger moche" est un nouveau slogan pour montrer que "manger sain" est essentiel. C’est aussi lutter contre les apparences tellement prégnantes de la société. Le marketing travaille sur la présentation bien plus que sur la qualité nutritionnelle. Les sommes qui y sont consacrées en témoignent…

Si l’on pense "manger bon", c’est-à-dire se donner ce qui est bon pour soi, bon pour la santé, l’efficacité pour reprendre l’angle de votre approche, une satisfaction en découle. Et vous le savez bien, il vaut mieux être dans l’estime de soi que dans la contrariété. C’est un raisonnement basique et tout à fait réel.

Ensuite, "se sentir rassasié" permet de penser que l’on a reçu selon nos besoins. Et j’ajoute que c’est variable selon les personnes. En sortant de table avec cette impression, le souci de se nourrir, d’avoir en soi les forces pour continuer la journée,  offre un sentiment de sérénité qui permet de se concentrer sur ce que l’on a à faire. D’où le malaise qui accompagne les régimes hypocaloriques, puisque la faim n’est pas comblée, ou seulement partiellement. Le sentiment de privation est parfois le moteur de la frustration du régime et provoque son échec alors que les besoins caloriques ont été couverts. Ce qui fait défaut : la satisfaction.

Sans oublier les principes présentés rapidement précédemment, la représentation peut s’opposer à la réalité. Subjectivement plus qu’objectivement, le ressenti incline telle personne vers l’idée qu’elle a trop ou pas assez, à quantités égales, à qualités égales.

Quels proportion et type d'apports alimentaires notre cerveau a-t-il besoin pour mieux fonctionner et interagir ?  

Catherine Grangeard : Pour la dernière partie de votre question, le cerveau se nourrit certes mais ce n’est pas non plus uniquement de nourriture terrestre ! Cette pirouette me permet de revenir au bon sens. Qui imagine que la nourriture industrielle et transformée à outrance peut avoir la même qualité, donc le même effet que celle cultivée à proximité, sans trop de pesticides, d’engrais et cuisinée sans ajouts intempestifs de mauvaises huiles, etc ? Qui peut penser que le fruit frais n’aura pas toutes les qualités attendues, et sera préférable à la pâte à tartiner pour tous les petits déjeuners ? Est-ce plus fatiguant, plus long voire même plus cher ?

Manger ailleurs que devant un écran a tout autant d’effet que ce que l’on mange. Et d’ailleurs on ne mange pas la même chose quand on se concentre sur ce qu’on mange… Alors, tout cela a des effets sur les résultats obtenus par notre alimentation sur la globalité de notre personne !

Le film SUPER SIZE ME, de Morgan Spurlock  (2004), montre très bien les effets de la nourriture sur lui. Il rejoint le chercheur dont nous parlons au tout début… et les expériences que l’on fait après un banquet. On ne peut pas dire que l’on soit alors d’une efficacité soutenue ! En s’appuyant sur ce vécu, pas de problèmes, chacun sait quoi faire (ou éviter).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
HectorC
- 19/04/2014 - 15:10
De vrais enjeux
Merci pour cet article et cette réalité dans le vaste monde de l'entreprise. La qualité de l'alimentation est un vrai phénomène de société présent également sur le lieu de travail. Nous gagnerions tous en qualité de travail !
Une mention spéciale à Valérie Orsoni qui a toujours su décrypter et expliquer avec brio la nutrition. À quand des formations labellisées "méthode Orsoni" ?