En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

07.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 3 heures 51 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 5 heures 25 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 7 heures 41 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 11 heures 33 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 12 heures 4 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 12 heures 42 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 13 heures 24 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 13 heures 49 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 14 heures 23 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 14 heures 37 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 4 heures 50 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 5 heures 46 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 11 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 12 heures 41 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 14 heures 1 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 14 heures 24 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 14 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Christiane Taubira à l'heure du bilan : une haute opinion de soi mais une justice en déshérence

Publié le 05 avril 2014
Peines de substitution, probation : du vent, de la démagogie, de l'idéologie. La garde des Sceaux pratique la politique du verbe. Elle incarne toutes les tares d'une gauche morale qui fait fi des réalités. Cet essai dresse un tableau sans concession de notre justice. Extrait de "Contre la justice laxiste", de Philippe Bilger, aux éditions l'Archipel (1/2).
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Peines de substitution, probation : du vent, de la démagogie, de l'idéologie. La garde des Sceaux pratique la politique du verbe. Elle incarne toutes les tares d'une gauche morale qui fait fi des réalités. Cet essai dresse un tableau sans concession de notre justice. Extrait de "Contre la justice laxiste", de Philippe Bilger, aux éditions l'Archipel (1/2).

Dénoncer la gauche à cause de sa vision judiciaire pourrait laisser croire à une détestation obsessionnelle qui, par idéologie, s’acharnerait à ne chercher que du négatif dans la masse qui viendrait emplir le réel de sa substance.

Nulle possibilité, face à un tel thème, d’échapper à Christiane Taubira, qui représente dans sa perfection perverse un socialisme de l’inabouti, de l’irénique et du conceptuel. Elle a poussé au paroxysme cette tendance à ne rien faire pour éviter le honteux reproche de prétendre s’attaquer à l’insécurité par des moyens qui seraient efficaces, certes, mais de droite, donc inadmissibles. Il y a eu, en matière de justice, des politiques de gauche. Depuis le mois de mai 2012, Taubira, sa personnalité et son verbe profus, représentent à eux seuls la politique de gauche. Le flacon est vide, mais certains énamourés déclarent qu’il a belle allure… et qu’il est donc plein.

Difficile de ne pas s’en prendre au tempérament même de la ministre, à son narcissisme somptueux, en donnant l’impression d’offenses indélicates et personnelles – alors que, pour quitter ce terrain intime, il faudrait nous en laisser le choix. Pour arbitrer entre la personne et ses actes – et opter, si nécessaire, pour la critique de ceux-ci –, il faudrait que l’emprise de la subjectivité ne pèse pas plus lourd, voire remplace ces derniers.

Avec c, c’est elle ou rien, elle ou nous. Idolâtrie ou révélation du simulacre, levée des illusions : entre ces extrémités, il n’existe aucun juste milieu permettant de mettre de l’eau dans son vin, de la nuance et de l’analyse dans sa perception, du ministre dans Taubira et du Taubira dans la garde des Sceaux.

Christiane Taubira nous condamne à demeurer face à elle et à nous persuader que la justice de gauche consiste en ses mots doux pour la délinquance et la criminalité, en son empathie pour cette part du pays qui ne vote pas FN – dont les électeurs sont forcément des salauds et des brutes –, et des maux pour une société dont son progressisme si chargé de poésie et de fl ou ne raffole pas.

À bien y regarder, Christiane Taubira, c’est une haute opinion de soi, mais une justice fortement en baisse. Et pour cause !

La loi en faveur du mariage pour tous, une loi contre le harcèlement, un projet de loi qui ne permettra pas de prévenir la récidive – au contraire, le récidiviste ne sera plus distingué, pour l’aggravation, du délinquant primaire –, mais qui rendra la société moins sûre, plus dangereuse… Qu’une immense part de l’opinion publique – 85 % – soit persuadée d’un sombre avenir n’arrêtera pas la gauche, mais la confi rmera dans l’idée qu’un processus pénal détesté par le peuple ne peut pas être tout à fait mauvais !

Des prisons laissées en l’état, mais avec des larmes de « crocodile » humaniste sur elles. On débattra après les municipales… mais il y a loin de la coupe aux lèvres, de l’adhésion fl atteuse et sans risque à des mesures suicidaires au risque d’une politique fondée sur elles, de la célébration parisianiste et inconditionnelle de Christiane Taubira – qu’on n’avait jamais deviné tant aimée au long de son parcours, à la fois honorable et chaotique, minoritaire et fl uctuant – à l’acceptation par le Parlement d’un programme qui amplifi era l’insécurité et donc les peurs et les angoisses citoyennes.

Il serait injuste de ne pas retenir que la ministre continue d’agir – à sa manière, c’està- dire en reculant. Avec elle, on ne peut plus se permettre de faire les diffi ciles ! Alors que la réforme des tribunaux de commerce avait été promise il y a un an par le Premier ministre dans le pacte de compétitivité, qu’elle était attendue par les entreprises et la justice, que les parlementaires socialistes avaient rendu un rapport de qualité indiquant la marche à suivre pour cette rénovation, et que la ministre aurait eu l’appui unanime de la majorité pour cet objectif… elle a abandonné ! Le projet de loi sur la protection des sources, soutenu par les journalistes, même s’ils l’espéraient plus ferme, a été reporté au 14 mai 2014, à cause, paraît-il, de « l’embouteillage législatif ».

Cette attitude est très révélatrice, à un double titre. La ministre ne profi te pas de son aura politico-médiatique pour aller de l’avant, même quand la voie est royale. Elle n’apprécie que les causes venant fl atter son narcissisme – qu’elle en sorte victorieuse, comme avec le mariage pour tous, ou blessée, dans le cas du racisme. Le tout-venant, pourtant nécessaire, n’est pas pour elle !

Qu’il est compliqué d’évaluer ce qui existe à peine, ou refuse obstinément d’avoir une consistance objectivement appréciable ! Plus les élections municipales approchent, plus Christiane Taubira multiplie ce qui lui plaît par-dessus tout et offre le grand avantage de ressembler à l’action, sans en être : elle s’abandonne aux délices d’un comportement ministériel ne prenant jamais aucun risque, et donc à peu près assurée du soutien d’une majorité qui, n’étant confrontée à rien de diffi cile et de concret, applaudira la richesse verbale qu’on lui prodigue à foison.

Christiane Taubira défait, recule (les tribunaux de commerce et les journalistes), gèle (l’ouverture du tribunal des étrangers à Roissy), prévoit, annonce, met en chantier.

Il paraît que nous aurons, en 2014, une refonte totale de la justice des mineurs et de l’ordonnance de 1945 avec l’éducatif comme priorité et, par conséquent, la suppression des tribunaux correctionnels pour les mineurs de seize à dix-huit ans. Il est normal qu’on abolisse cette disposition de l’ancien quinquennat, puisqu’elle était judicieuse, et qu’on replonge donc la justice des mineurs dans un climat de mansuétude compréhensive – et outrée de n’être pas partagée par beaucoup. Violents de plus en plus jeunes, ces « enfants » – comme il faut paraît-il affectueusement les désigner – seront traités, grâce à ce que nous préparent les services de la garde des Sceaux, avec la douceur et la tendresse que leur précocité justifi e, mais que leurs délits et crimes devraient interdire.

Extrait de "Contre la justice laxiste", de Philippe Bilger, aux éditions l'Archipel, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vincennes
- 06/04/2014 - 01:09
Je ne comprens pas que P.BILGER dans l'OPINION
de l'excellent N.BEYTOUT, puisse écrire de bons articles objectifs envers TAUBIRA avec qq omissions, comme de parler de son compagnon qui est Chef de son cabinet alors qu'il est encore Avocat à la Cour de cassation et au Conseil d'état, ce qui représente un beau mélange des genres/conflits d'intérêts...... mais aussi (grâce à une indiscrétion de la police locale) que cette Ministre de la Justice puisse employer, chaque semaine, un hélico (sur les fonds publics), pour aller voir son fiston en délicatesse avec la Justice.
Comment peut on passer ce genre de faits sous silence....car, cette femme n'a pas sa place à la Justice?
De même, pourquoi cet ACHARNEMENT envers SARKO car trop c'est trop et de voir P.BILGER se balader sur tous les plateaux des chaines publiques, inféodées au PS pour "cracher" son venin sur l'ex/Président gâche vraiment le plaisir de le lire, par ailleurs
pave777
- 06/04/2014 - 00:37
Taubira ! l'immense victime,
d'allusions douteuses, comme guenon aimant les bananes, elle en profité à outrance, pour en faire des grandes tirades lyriques, chargées d'émotion, pour invoquer les mânes d'Aymé Césaire, devant la gauche aux anges, et la droite débile, ébaudie de tant d'aisance oratoire venant d'une réfugiée indépendantiste exotique. Pour le reste, c'est un désert ! cherchez l'erreur ! allo l'UMPS, vous avez reçu vos nouveaux cerveaux ?
Blurp
- 05/04/2014 - 23:23
Saurien?...
Taubira a tout du saurien... Grande gueule et petits bras!
A la fin de la foire, nous compterons les bouses, Mâdâme Taubira!
Méfiez vous de la mule du Pape!...