En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

04.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

05.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

06.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

07.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Scandale
Une infirmière montre l'état catastrophique des nouvelles blouses reçues par son hôpital
il y a 2 heures 58 min
Surchauffe
Le mois de mars parmi les plus chauds jamais enregistrés
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Confiner c’est mourir un peu. Ne pas le préparer, c’est mourir sûrement.

il y a 4 heures 47 min
Alerte
La WWF alerte sur les conséquences d'une reprise économique pouvant aggraver la crise climatique
il y a 5 heures 35 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945
il y a 7 heures 48 min
pépite vidéo > International
Israël
L'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem ferme pour cause de coronavirus
il y a 8 heures 14 min
décryptage > Société
Allah n’y est pour rien.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Société
Économie/société

Une autre stratégie : la bourse ET la vie

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Santé
Covid19

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Politique
Forte tête

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

il y a 11 heures 12 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel
il y a 3 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Brigitte Kermel "Le secret d'Hemingway" : L’ “histoire vraie” romancée du mal-être du fils d’Hemingway. Un récit un peu décevant

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Commandant de sous-marin" François Dupont : Vingt mille mots sous les mers : un embarquement fascinant !

il y a 4 heures 52 min
pépites > Société
Piégées
Confinement : Castaner "confirme" la hausse des violences familiales
il y a 7 heures 30 min
pépites > International
Extension du virus
Coronavirus : Un mammifère d'un zoo de New-York contaminé
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Economie
Menace économique

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Economie
Économie

La pandémie telle que vue et prévue par les marchés financiers

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Economie
Économie

La France malade de sa désindustrialisation (et de l’euro...?)

il y a 10 heures 13 min
rendez-vous > Social
La minute tech
Coronavirus : l’impression 3D à notre secours
il y a 10 heures 46 min
décryptage > Economie
Économie

Relance budgétaire européenne : une imagination débordante de Bruxelles mais aucune mise en œuvre concrète. La faute à qui ?

il y a 11 heures 31 min
© Reuters
Les trois nonistes de 2005.
© Reuters
Les trois nonistes de 2005.
Eurosceptiques ?

Les nonistes de 2005 au gouvernement : le trio Valls-Montebourg-Fabius poussera-t-il à un changement de la politique de la France sur l’Europe ?

Publié le 03 avril 2014
Alors que la France s'apprête à entrer dans une passe d'armes avec Bruxelles sur l'objectif de réduction des déficits, il est opportun de noter que trois personnalités phares du nouveau gouvernement ont un temps fait part de leurs oppositions à la Constitution européenne de 2005.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la France s'apprête à entrer dans une passe d'armes avec Bruxelles sur l'objectif de réduction des déficits, il est opportun de noter que trois personnalités phares du nouveau gouvernement ont un temps fait part de leurs oppositions à la Constitution européenne de 2005.

Atlantico : S'ils partagent peu de points d'entente, Arnaud Montebourg, Laurent Fabius et Manuel Valls ont tous trois été des opposants à la Constitution de 2005. Quels sont les arguments qui les y ont poussés ? Peut-on parler d'une "vision commune" sur un tel sujet ?

Bruno Cautrès : Rappelons tout d’abord le contexte de 2005 : François Hollande est alors premier secrétaire du PS, un référendum interne au parti est organisé en décembre 2004 sur la Constitution européenne. Les militants votent alors en faveur du texte du traité constitutionnel européen (59 % des voix). Laurent Fabius (alors numéro 2 du PS) qui avait fait part de ses hésitations à partir de 2003, bascule progressivement vers le « non ». Il avait en fait des conditions pour se déclarer en faveur du « oui », avec un leitmotiv : «tout pour l'emploi et tout contre les délocalisations». Laurent Fabius proposait alors quatre orientations : réviser le pacte de stabilité pour mieux coordonner l'action de l'Europe pour l'emploi ; l’accroissement du budget européen dans les domaines de la recherche; l’harmonisation des systèmes fiscaux pour lutter contre les délocalisations ; la défense au « service public à la française ».

A l’époque, Arnaud Montebourg, qui a fondé au début des années 2000 un courant au sein du PS, le NPS (le Nouveau Parti Socialiste, fondé avec Vincent Peillon, Julien Dray et Benoît Hamon), est également partisan du « non » tout en disant qu’il respecte la position majoritaire du parti. On a observé, à l’époque, qu’il avait ensuite pris peu part à la campagne.

Manuel Valls, à l’époque est également membre de ce courant, composé notamment de cette jeune génération qui veut renouveler le PS après l’échec du 21 avril 2002.  Comme Arnaud Montebourg il défend le « non », mais finalement choisit de soutenir « par discipline » le « oui ». On peut, à l’époque, évoquer certaines convergences entre leurs points de vue, mais chacun exprimant sa propre partition, notamment vis-à-vis de l’opposition à la position majoritaire du PS. Laurent Fabius, alors le plus expérimenté et le plus « titré » des trois, un véritable « poids lourd » du PS, est alors incontestablement le « leader » du « non » socialiste.

Le parcours politique de chacune de ces personnalités permet-il de tirer des enseignements supplémentaires ?

Les évolutions de chacun des trois et de la position du PS (qui a tenté de colmater le gap entre le « oui » et le « non » de 2005) rendent difficile de faire aujourd’hui le lien entre leurs positions sur l’Europe et leurs positions d’alors. On peut néanmoins constater que Laurent Fabius ne vient plus vraiment sur le sujet tandis qu’Arnaud Montebourg a, au contraire, affirmé de manière plus radicale et démonstrative ses positions, n’hésitant pas à fustiger notamment la Commission européenne. Dans son cas, le lien peut être fait entre ses positions de 2005 et sa vision ultérieure de la « démondialisation ». Manuel Valls, lorsqu’il fait campagne pour la primaire socialiste en 2011 se présente en « social-libéral » assez assumé, partisan de davantage d’intégration européenne. Notons qu’au moment du vote du Congrès sur le Traité de Lisbonne, (en 2008), Laurent Fabius et Arnaud Montebourg ont voté contre (Jean-Marc Ayrault et François Hollande s’étant abstenus).

Doit-on s'attendre en conséquence à une fermeté particulière du gouvernement Valls à l'égard de Bruxelles ? (l'expression "gouvernement de combat est-elle finalement pointée en direction de la Commission ?)

On peut penser que Bruxelles doit se poser des interrogations vis-à-vis de l’attelage formé par Michel Sapin et Arnaud Montebourg. Il faudra rapidement que le gouvernement français donne à nos partenaires européens et à Bruxelles le « mode d’emploi » du nouveau gouvernement : qui fait quoi, qui parle à qui et y a-t-il une seule ligne ? On peut s’attendre à ce que les premières rencontres des dirigeants européens avec Manuel Valls constituent des « tests » de chaque côté. Il semble néanmoins très difficile pour la France de revenir vers une séquence du type de celle du début de mandat de François Hollande : plaider pour obtenir de nouveaux délais pour réduire notre endettement, vouloir infléchir l’Europe vers « l’Europe sociale » (à la française). Cette difficulté n’est pas qu’externe vis-à-vis de nos partenaires ; elle est aussi interne : il semble difficile de rejouer cette séquence auprès des électeurs de gauche qui n’ont pas eu le sentiment d’un vrai impact de François Hollande sur la question d’une « autre Europe ».

De Pierre Bérégovoy à Lionel Jospin en passant par Edith Cresson, les premiers ministres socialistes ont toujours fait part d'un européisme affiché. Le gouvernement actuel s'inscrit-il dans cette même dynamique, ou se dirige t-on finalement vers une rupture ?

Le pouvoir exécutif en France peut difficilement échapper à une vision très largement pro-européenne. Les dirigeants français, sans doute profondément marqués dans une période récente par l’engagement européen de Giscard d’Estaing à droite et de Mitterrand à gauche, ne peuvent échapper au prisme, presque obsessionnel en France, du « moteur franco-allemand » de l’Europe. Une rupture avec nos partenaires allemands sur l’Europe est tout simplement impensable. Chaque période de difficultés dans la relation franco-allemande a été suivie d’une période de réchauffement et d’initiatives européennes communes.

Peut-on dire que Matignon, au vu des dernières élections, ait un réel soutien populaire sur ces questions ? Quelles sont concrètement les marges de manœuvres en la matière ?

Pour un pouvoir exécutif de gauche, cette question est très complexe : une très large part de ceux qui avaient voté « non » en 2005, n’est pas composée d’« anti-européens » ou d’«eurosceptiques » (un concept vague auquel on devrait préférer celui de « contestation » vis-à-vis de l’Europe). Ils adhèrent aux principes généraux de l’intégration européenne, à la vision d’une « communauté européenne » et souhaitent même souvent davantage de politiques européennes; mais ils contestent les modalités de cette intégration et sa vision trop économique, trop économiquement « libérale », pas assez redistributive ou citoyenne. Il reste néanmoins à nos dirigeants à devenir de vrais « comparatistes » : l’Europe sociale ce n’est pas forcément, aux yeux des autres européens, la réplication dans d’autres pays du modèle social français.

Les élections européennes du 25 mai prochain seront l’occasion pour le gouvernement français d’exprimer cette dualité ou cette vision en deux dimensions de l’Europe et de tenter de l’expliquer à nos partenaires comme aux électeurs français. Leur marge de manœuvre, au plan européen, est étroite car l’ampleur des déficits publics français et la faible popularité de François Hollande lui « coupent » un peu les ailes au plan européen. Au plan français, elle est également très étroite tant est grande la défiance des français vis-à-vis du discours politique et tant les désillusions sont fortes vis-à-vis des « beaux discours ». Il est plus que temps que nos dirigeants et nos hommes et femmes politiques réalisent qu’il faut expliquer, sans fard, nos difficultés et les reconnaître. Ils essaient bien sûr de le faire, mais ils sont aussi parfois tentés de renvoyer vers les autres les causes de nos échecs ou difficultés (l’autre pouvant être l’Allemagne et sa Chancelière, « Bruxelles », la Commission européenne). Notre pays, comme les autres pays européens, est en fait travaillé en profondeur pour la « grande transformation » dont nous sommes les contemporains : l’ouverture sur le monde, l’économie libérale mondialisée, des bouleversements dans les rapports de force mondiaux et une accélération du temps.  Notre nouveau premier ministre est réputé pour son dynamisme et sa capacité à parler fort. Des qualités sans doute fort utiles dans ce contexte et pour faire de la pédagogie auprès de notre pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

04.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

05.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

06.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

07.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
thomas34
- 05/04/2014 - 23:18
Si on compte sur les
Si on compte sur les couillemolles pour faire avancer le shmilblick... on peut continuer à baisser nos frocs. La seule industrie française qui va progresser sera l'industrie de la vaseline...
Chewbacca
- 04/04/2014 - 01:05
Qui vivra verra
Lorsqu'ils en auront marre de se prendre des branlées électorales pour les beaux excédents commerciaux de Merkel (à droite comme à gauche, parce qu'aucuns des deux camps n'est plus fins sur ce coup-là), ils se décideront peut-être à défendre le pays qui les représente plutôt que le pays voisin-à-qui-il-faut-cirer-les-pompes-parce-même-si-on-est-amis-maintenant-on-n'est-pas-trop-sûr-qu'il-reste-gentil-avec-nous-si-on-se-mettait-à-refuser-qu'il-s'essuie-les-pieds-sur-nous
pave777
- 03/04/2014 - 22:42
rêvez ! c'est encore gratuit
Fabius va pantoufler et rester discret ; avec les affaires de son fils, il ne va pas en remettre une couche. Valls et Montebourg, vont se griller tout seul ! et pépère enverra Sapin pleurnicher chez les banksters pour tenir jusqu'en 2017, sans bouger un cil. Quand à la constitution, beaucoup ont oublié, ceux qui les ont baisé jusqu' au trognon ! surtout les donneurs de leçons de l'UMP ! 55% de non ! et ils continuent à voter pour eux, trop drôle ! ne pas confondre veaux et moutons, merci.