En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 7 heures 53 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 9 heures 8 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 10 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 13 heures 33 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 15 heures 43 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 18 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 19 heures 42 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 21 heures 26 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 22 heures 19 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 8 heures 27 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 13 heures 23 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 15 heures 2 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 17 heures 49 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 19 heures 18 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 21 heures 45 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 22 heures 37 min
© REUTERS/Stephane Mahe
Christiane Taubira.
© REUTERS/Stephane Mahe
Christiane Taubira.
Que justice soit faite

Christiane Taubira ou le maigre bilan d'une garde des sceaux qui croyait que les mots pouvaient tenir lieu de politique

Publié le 02 avril 2014
Après deux ans au ministère de la Justice, le bilan de Christiane Taubira en matière judiciaire reste mince.
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après deux ans au ministère de la Justice, le bilan de Christiane Taubira en matière judiciaire reste mince.

Atlantico : Manuel Valls est arrivé à Matignon le 31 mars 2014. Tout au long de sa mandature, il est entré en conflit avec Christiane Taubira sur les points qui semblaient relever d'une juridiction "commune". Quel est, aujourd'hui, le bilan de Taubira, en matière de justice ?

Philippe Bilger : En matière de justice, le bilan de Christiane Taubira est très mince. Vraiment très mince. Il est surtout caractérisé par une action verbale, un certain nombre de missions, de commissions, de prospectives et de reports. La grande œuvre que Christiane Taubira a mené sur ces deux ans, c'est la peine de probation qui devrait être débattue le 14 avril. Son bilan en matière judiciaire est très faible, sur ces deux ans. Il y a, il me semble, par rapport à d'autres Garde des Sceaux comme Rachida Dati – qu'on peut évidemment discuter également – une différence dans la substance de la politique. Les prédécesseurs de Christiane Taubira avaient une substance politique plus dense. Peut-être, précisément, parce que leur parole était moins talentueuse et leur verbe moins éclatant. La force et la faiblesse de Christiane Taubira c'est qu'elle a eu un verbe tellement admiré – peut-être trop – qu'elle en a cru que c'était une politique. Elle a bénéficié d'une aura parlementaire, justifiée mais exagérée, au sujet du débat sur le mariage pour tous. J'ai parfois l'impression qu'elle a dépensé dans ce débat parlementaire une énergie considérable et qu'elle a été tellement l'objet d'admiration et d'inconditionnalité qu'au fond elle n'avait plus assez de vigueur pour être vraiment ce que le Président de la République, qui l'a soutenue contre vents et marées, lui avait demandé d'être, Garde des Sceaux.

Et en matière de politique pénale ?

Christiane Taubira a déploré, verbalement, l'état des prisons quand elle est arrivée et pendant plusieurs mois. Cela a créé un climat diffus, qui s'il n'a pas amplifié l'insécurité a néanmoins renvoyé un message aux transgresseurs – qui ne sont pas tous des obtus et des stupides – qui traduisait que la philosophie pénale avait changé, que le mode d'appréhender délit et crime s'était modifié et qu'on était passé, hier, d'une rigueur sans humanisme à un laxisme compassionnel. A un dogmatisme humaniste. Il serait absurde de ma part de dire qu'elle est responsable de toutes les affaires d'auto-défense. Mais contrairement à ce qu'on a dit, je continue à penser que le couple Valls-Taubira était solidaire. Que Valls n'a pas réussi en tant que Ministre de l'Intérieur et que ses prétendus controverses avec Taubira n'ont été que de la poudre aux yeux. "Nous formons un beau couple", disaient-ils. Nous avons un Ministre de l'Intérieur qui n'a pas réussi et une Garde des Sceaux qui n'a pas agi.

Ce qui peut expliquer cette inaction – ou du moins cette action purement verbale – c'est la détestation qu'elle a du passé Sarkozy. Même les quelques mesures que son inaction a permis de conserver, comme les peines planchers. Si elle avait eu la volonté et l'énergie de détruire ce passé, ce serait fait. D'un autre côté, Christiane Taubira a une conception de l'avenir tellement fantasmatique, renvoyé aux calendes grecques que ça n'est pas un futur opératoire. Lorsqu'elle réunit des enceintes de travail pour réfléchir sur la justice du XXIème siècle, c'est aussi une manière d'évacuer sa responsabilité de Garde des Sceaux. Parce qu'au fond la responsabilité du Garde des Sceaux et son action doivent être tout à fait circonscrite dans la dimension temporelle du présent. Si elle s'était occupée du présent, elle n'aurait pas eu l'éclat médiatique qui est le sien. Si elle n'a pas mal géré certaines affaires comme dans l'affaire des écoutes (sa petite maladresse n'était pas grave), si elle n'a pas été indigne dans l'affaire Falleti, si la circulaire de fin janvier 2014 est normale, tous les pouvoirs cherchant à être informé des affaires sensibles, si elle a bien pris en charge l'affaire Courroye, l'essentiel est mauvais. Voire catastrophique. Néanmoins, sur ces deux ans, deux pépites doivent être célébrées : le respect à l'égard de la magistrature, de la part d'elle-même et du Président de la République. Egalement depuis mai 2012, les procédures sensibles sont inscrites dans un climat de liberté et d'indépendance.

Qu'il s'agisse du mariage pour tous ou de ses prétendus diplômes, Christiane Taubira défraie la chronique depuis plusieurs mois. Dans quelle mesure doit-elle ce succès médiatique à ses seules fonctions et réformes en tant que Garde des Sceaux ?

Le tour de force c'est que Christiane Taubira n'a jamais été jugée comme Garde des Sceaux. En dépit du statut officiel dont elle disposait, on ne peut pas dire que c'est la Garde des Sceaux elle-même qui mène une action quand on parle du mariage pour tous, réforme de société voire changement de civilisation, et de l'aura qu'a conféré ce débat parlementaire. Pour le reste, j'ai été frappé de voir qu'à chaque fois qu'elle a été consacrée, notamment comme femme de l'année par Elle. Lorsque je questionnais Valérie Toranian, elle me répondait "C'est la femme ! C'est la femme !". J'ai l'impression que pendant deux ans, la Garde des Sceaux a jouit d'une sorte d'immunité totale, n'a jamais été appréhendée dans sa fonction. De la même manière que lorsque le Trombinoscope l'a élue femme politique de l'année : à chaque fois ce sont des appréciations sur sa personnalité qui occultent l'essentiel : a-t-elle été, oui ou non, un bon Garde des Sceaux ? Moi-même je pourrais dire que Christiane Taubira est une femme talentueuse et intelligente, si j'accepte de mettre entre parenthèse ce pourquoi elle a été nommée. Elle a été victime d'attaques odieuses, "guenon", "singe". Mais aussi répétées qu'elles aient été, ça ne fait pas d'elle autre chose qu'une victime dans les moments où elle l'a été. Ça ne fait pas d'elle, et moins encore inéluctablement, un bon Garde des Sceaux. On peut être victime, malheureusement, dans notre France, d'attaques racistes et rester un Garde des Sceaux médiocre. Elle a bénéficié de l'aura du mariage pour tous, mais également et pendant longtemps, d'une sorte de protection médiatique. Je suis frappé de voir à quel point on n'a pas lâché Rachida Dati pendant une certaine période et de voir à quel point Christiane Taubira a bénéficié d'une presque immunité médiatique. Tout ce qui pouvait être dit contre elle était soit passé sous silence ou bien occulté tactiquement pour pouvoir continuer d'encenser quelqu'un dont on savait le bilan complètement étique. Les médias tiennent une responsabilité grave, qui vient soit d'une d'une certaine partialité, soit d'une forme d'ignorance.

Les médias, parlons honnête, ou bien sont ignorants ou bien sont partiaux. Il est bien évidemment des journalistes que j'apprécie au plus haut point. Mais pour expliquer cette indulgence dont a bénéficié Christiane Taubira… Ça n'est pas seulement la femme, la guyanaise, l'ex-indépendantiste, celle qui citait un poète dans chaque phrase. C'est tout de même profondément un Garde des Sceaux qui a bénéficié d'un éclat que lui ont prêté des médias, je le répète, ou bien ignorants et subjugués ou bien partiaux et gouvernés par tout autre chose que la lucidité du regard judiciaire.

Les ministres de la Justice ont le plus souvent été discrets. Qu'en est-il pour madame Taubira ? Fait-elle mentir cette tradition ? Parle-t-on plus d'elle qu'on ne parlait des précédents ministres de la Justice ?

D'abord parce qu'elle a une personnalité démesurée, narcissique, parfois vaniteuse. En tout cas éclaboussante. Une aptitude à la parole, une intelligence certaine, une dialectique de mauvaise foi, mais réelle tout de même. Elle n'a rien à voir avec une certaine pauvreté langagière de Rachida Dati ou l'infirmité ministérielle qu'a été Alliot-Marie. C'est une personnalité qui s'est inscrite dans l'espace politique et médiatique de manière très identifiable. Mais, précisément aussi parce qu'elle n'a pas été un Garde des Sceaux. Lorsqu'un ministre est réellement ministre dans son action et son pragmatisme, on ne parle pas beaucoup de lui. Ou alors il a en plus de son action une aura, une dimension supplémentaire. A l'avenir, on parlera sans doute de Ségolène Royale pour son action ministérielle, mais également pour le statut très singulier de la femme qu'elle est. Chez Taubira, cette aura personnelle et intime s'est substituée radicalement à l'absence de politique diligentée par le Garde des Sceaux. Le tour de force, je reviens là-dessus, c'est qu'elle a fait croire que son verbe était une politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Kcendre
- 08/04/2014 - 10:32
"le tour de force, c'est
"le tour de force, c'est qu'elle a pu faire croire que le verbe était une politique...."
Comment peut on penser que les français y ont cru une seule seconde???
déclamer avec emphase Aimé Césaire à l'assemblée suffirait à se mettre dans la poche ces benêts de français, vraiment ?
Les médias, oui, bien sûr, les bobos gauchisants, les naïfs béats : mais c'est une caste en voie de disparition rapide!
Mr Bilger est manifestement très sensible au fait que Taubira a manifesté du respect pour la magistrature : certes, et au point de caresser dans le sens du poil le syndicat du mur des cons, au mépris total de ce que pouvait penser le peuple français, horrifié de ce qu'il découvrait- enfin!
Pas sûr que des manifestations de "respect" de cet acabit ait rendu service à une profession qui s'éloigne à la vitesse de la lumière des préoccupations et des besoins de la population toute entière!
Désormais, la magistrature entière va se retrouver assimilée à la problématique Taubira... c'est ce que vous souhaitez, Monsieur Bilger?
dominique degoumois
- 04/04/2014 - 09:07
attention a ton téléphone christine!
On a eu dans l'histoire de France, les fameux poisons, puis bien plus tard, des écoutes téléphoniques! Mais ces écoutes téléphoniques ancestrales n'étaient faites qu'avec des téléphone fixe, souvent blanc, posés sur des tables basses, dans des salons hyper-ultra design. Alors que maintenant, avec les portables, même une ministres super occupée passent tout son temps avec son iphone collé à l'oreille. Et pour dire quoi me direz vous! Mais des banalités bien sûr, comme tout le monde, mais en prenant des aires de conspiration. Et qui, de valls et de taubira, devra se méfier le plus des écoutes téléphoniques de l'autre? La chasse aux sorcières est *toute verte*!
Ludo1963
- 04/04/2014 - 00:11
Taubira, danger pour la republique

le sectarisme, l ideologie, le mensonge et la mauvaise foi de cette femme horrible jettent de l acide sur la cohésion nationale.
Les media se decridibilisent en defendant cette "icone"