En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

07.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

ça vient d'être publié
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 12 min 33 sec
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 1 heure 55 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 4 heures 14 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 5 heures 30 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 22 heures 53 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 23 heures 41 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 1 jour 26 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 1 jour 48 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 36 min 37 sec
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 2 heures 31 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 5 heures 16 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 5 heures 43 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 22 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 23 heures 8 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 23 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 1 jour 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 1 jour 58 min
Les manifestants au coeur de Madrid, vendredi.
Les manifestants au coeur de Madrid, vendredi.
Crise espagnole

La douche espagnole

Publié le 21 mai 2011
Après dix ans de croissance folle, frappée en plein coeur par la crise, l'Espagne ne parvient pas à remonter la pente.
Jean-Marc Daniel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après dix ans de croissance folle, frappée en plein coeur par la crise, l'Espagne ne parvient pas à remonter la pente.

Si le premier ministre socialiste grec a limité les dégâts lors des dernières élections locales, il n’en sera pas de même ce week-end de son homologue et en outre « camarade » Jose luis Zapatero. La crise espagnole se concrétise dans l’immédiat par un déficit budgétaire proche de celui de la Grèce (respectivement -9,2% en Espagne et -9% en Grèce en 2010). Mais cette crise intervient dans une situation très différente. Avant la récession de 2009 qui s’est traduite par une contraction de 3, 6% de son PIB et une chute spectaculaire de l’investissement – baisse de -16% en 2009, l’investissement ayant continué à se contracter en 2010 et en 2011 malgré la reprise- l’Espagne connaissait une croissance de près de 4 % par an ; le taux de chômage y était redescendu à 8,5 %  après avoir frôlé les 20 % aux débuts des années 90 ; l’Etat dégageait des excédents budgétaires (2% du PIB en 2007). Le pays affichait un strict respect des critères en termes de finances publiques du Pacte de Stabilité européen. Et compte tenu de l’évolution de sa croissance, les autorités n’hésitaient pas à pronostiquer que l’Espagne allait bientôt rejoindre l’Italie comme économie de référence en Méditerranée. C’était se voiler la face sur les faiblesses de la croissance espagnole. Axée de façon irraisonnée sur le bâtiment, cette croissance a certes été porteuse d’emplois, de réduction du chômage et donc de revenus. Mais comme les Espagnols ne vivent pas que d’immobilier,  la demande supplémentaire due à cet accroissement des revenus n’a pas trouvé sur le plan macro-économique dans l’offre nationale de quoi être absorbée. Cette demande s’est donc portée sur les produits importés, générant un déficit extérieur abyssal. 

 

L’Espagne a mené dans les années 2000 une politique d’arbitrage implicite entre le déficit commercial nourri par un gonflement de la demande et le chômage.  Et si elle a pu choisir de laisser filer son déficit commercial  jusqu’à 10% de son PIB, c’est  grâce à la mutualisation des déficits extérieurs au niveau de la zone euro. En ayant prétendu face à certaines critiques que son rythme d’inflation-qui était quand même de 3% en moyenne entre 2000 et 2007 quand les objectifs pour la zone euro sont de 2%- était dans les clous de l’Union monétaire, elle a fait mine d’ignorer son déséquilibre extérieur, déséquilibre qui est un déséquilibre offre/demande et constitue donc au strict sens du terme de l’inflation. Aujourd’hui la déflation « Zapatero » contre laquelle la population se révolte n’est que la correction de cette inflation savamment occultée. La crise grecque est une crise de gouvernance interne. La crise irlandaise une crise du système bancaire. La crise espagnole est une crise du gaspillage de l’investissement. C’est donc de ce fait probablement la plus grave, d’autant plus grave qu’elle était prévisible. D’ailleurs, dans son rapport de 2006 sur l’Espagne, l’OCDE écrivait

« Les performances favorables de l'Espagne en termes de croissance se sont accompagnées de l'apparition de tensions inflationnistes (…).  Ces performances sont fragiles car les réformes n'ont pas permis d'accroître la productivité. »

Résultat, l’avenir de l’Espagne n’est pas ni dans la protestation ni dans la dévaluation sous une forme ou sous une autre de ses dettes  mais dans la croissance assise la productivité…

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
evy
- 22/05/2011 - 07:42
il n'est jamais trop tard
En Espagne il y a des tas de promoteurs européens qui s'en sont mis plein les poches. L'Allemagne en premier, et les Anglais. Il faudrait maintenant songer à réorienter les chômeurs vers le premier boulot.
Tous les paysans sont devenus "des spécialistes" du bâtiment......chaque paysan a vendu ses terres pour construire......Ils ont construit partout et dénaturé les paysages et les bords de mer...
sarlatg
- 22/05/2011 - 01:23
Trop tard en Espagne, pas en France
En Espagne, cette indignation, à quelques jours des élections, sera sans doute sans effet ; c'est trop tard

En France, il n'est pas trop tard, à un an des élections. Mais il faut s'engager dans le débat, si on ne veut pas ne pas savoir qui choisir entre Hollande et Sarkozy au 2ème tour

France Energies, oser un nouveau parti

www.france-energies-2012.fr