En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Mondial 2018 de foot : deux affaires de corruption présumées

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 47 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 11 heures 25 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 14 heures 8 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 54 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 19 heures 5 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 19 heures 26 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 20 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 11 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 13 heures 10 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 16 heures 3 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 47 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 19 heures 17 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 20 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 20 heures 12 min
© Reuters
Un adolescent djihadiste
© Reuters
Un adolescent djihadiste
Base arrière

La Turquie, nouveau sponsor du terrorisme international

Publié le 29 mars 2014
Avec
La Turquie devient une base arrière pour les rebelles au régime syrien, d'où les combattants islamistes radicaux organisent leurs attaques. Le tout dans l'apparente indifférence de la communauté internationale.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Leylekian est analyste politique, spécialiste de la TurquieFabrice Balanche est spécialiste de la Syrie et directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Turquie devient une base arrière pour les rebelles au régime syrien, d'où les combattants islamistes radicaux organisent leurs attaques. Le tout dans l'apparente indifférence de la communauté internationale.
Avec

Les derniers événements d’Ukraine ont provisoirement relâché l’attention de la communauté internationale sur les développements en cours de la crise syrienne, et en particulier sur les combats se déroulant actuellement à la frontière turque. C’est tout juste si une dépêche de presse a relaté que l’armée turque a abattu un chasseur syrien qui y bombardait des rebelles.

L’implication croissante de la Turquie dans ce conflit devrait pourtant constituer un motif supplémentaire de préoccupation. Car si l’objectif conjoncturel d’Ankara d’abattre le régime de Bachar El-Assad est éventuellement conforme aux souhaits des Occidentaux, les méthodes employées devraient susciter la plus grande inquiétude. La Turquie est en effet en passe de devenir l’un des principaux « hubs » régionaux du terrorisme international, loin devant d’autres Etats qui ont pu trainer cette réputation.

Le dernier exemple des pratiques turques en la matière a débuté ce 21 mars. Au petit matin, des islamistes radicaux ont pénétré en territoire syrien à partir de trois bases situées en Turquie pour y attaquer le canton de Kessab. A cet effet, les combattants islamistes identifiés comme appartenant à Jabhat Al-Nosra, récemment rebaptisé Al-Qaïda au Levant, sont nécessairement passés entre les casernements de l’armée turque. Les combats sont encore en cours mais on rapporte de sources sûres que les blessés islamistes ont été rapatriés en Turquie où des soins leur sont prodigués. C’est dans ce contexte qu’est survenu l’épisode de l’avion abattu.

Kessab n’est pas n’importe quel village de Syrie. C’était en vérité la dernière bourgade de l’Arménie ottomane : par une bizarrerie administrative, Kessab fut le seul village rattaché à la Syrie lorsque la France a honteusement abandonné le Sandjak d’Alexandrette aux kémalistes en 1938. C’était, parce que la quasi-totalité de ses habitants – des Arméniens de Syrie donc – ont fui ou ont été évacués sur Lattaquié. En favorisant l’attaque de Kessab, par ailleurs sans intérêt stratégique, on voit donc comment la Turquie profite de la conjoncture chaotique pour effacer aujourd’hui les traces vivantes du génocide de 1915 que sont ces populations descendant des rescapés. Au demeurant le nom même de l’opération militaire– al Anfal, « le butin » – en dit long sur l’état d’esprit qui prévaut parmi les assaillants et constitue un rappel de sinistre mémoire pour leurs proies.

Plus généralement, l’AKP en général et le Premier ministre Erdogan en particulier ont fait montre ces dernière années d’une singulière mansuétude envers le terrorisme international. Dans un rapport de février 2014 de la Foundation for Defense of Democracies, Jonathan Schanzer, expert du Trésor américain en matière de financement du terrorisme, pointe les liens accablant entre Erdogan et Yasin al-Qadi, un saoudien proche de Ben Laden qui semble bénéficier de privilèges diplomatiques en Turquie. Ce rapport pointe également le fait que de nombreux autres terroristes bénéficient de villégiatures dans ce pays, à l’instar de Saleh al-Aruri, le financier du Hamas qui y commanditerait des opérations contre Israël. Enfin, M. Schanzer indique qu’en février dernier, la Turquie est passé à deux doigts d’être inscrite sur la liste du Financial Action Task Force (FATF), une structure internationale destinés à lutter contre les circuits financiers du terrorisme. La liste du FAFT comprend aujourd’hui l’Iran et la Corée du Nord.

L’ensemble de ces agissements devraient conduire la communauté internationale à condamner le régime d’Ankara et à prendre de sérieuses mesures d’endiguement et de rétorsion à son endroit. Le fait que cela n’advienne jamais ôte toute crédibilité aux appels au droit international que ladite communauté peut par ailleurs opportunément lancer. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
En savoir plus
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
SysATI
- 30/03/2014 - 16:39
Merci Jean Gabin...
De remettre les pendules à l'heure (surtout aujourd'hui !)

Erdogan de même que la grande majorité de la Turquie n'a strictement r.. à f... de l'Europe et n'a aucune intention de l'intégrer un jour prochain donc rassurez vous chez amis xénophobes ce la n'arrivera pas. La seule raison de la démarche était effectivement d'utiliser l'adhésion à l'Europe et les changements de lois nécessaires pour réduire le rôle des militaires dans le pays. Une fois ce but atteint, cela n'a plus aucune importance.

D'ailleurs il faudrait être complètement débile pour vouloir intégrer l'union européenne. Je vous rappelle que la France n'en voulait pas...

On intègre l'union européenne quand on est un pays de l'est et qu'on a la trouille de la Russie c'est tout... Et sans doute en se bouchant fortement le nez !
yavekapa
- 30/03/2014 - 08:28
heureusement que la Turquie n'etait pas dans l'europe
ça irait de + en + mal
c'est bien sarko qui avait raison, et guignol tort (on peut pas se tromper, il a toujours tort, sur tout) !
yavekapa
- 30/03/2014 - 07:51
Erdogan tête de turc
.