En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

07.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 5 heures 41 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 7 heures 18 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 8 heures 49 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 10 heures 58 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 14 heures 46 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 23 heures 53 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 1 jour 1 heure
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 6 heures 26 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 8 heures 5 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 9 heures 13 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 11 heures 49 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 14 heures 57 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 1 jour 22 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
Le Front national rencontre un certain succès dans le nord et le sud de la France. Photo d'illustration / Steeve Briois.
© Reuters
Le Front national rencontre un certain succès dans le nord et le sud de la France. Photo d'illustration / Steeve Briois.
Explication

Zones de forces électorales du FN : l'explication par les cartes

Publié le 27 mars 2014
La carte des résultats du Front national au premier tour des élections municipales montre à quel point le parti de Marine Le Pen bénéficie d'un fort ancrage sociologique et historique. Les explications de ce succès sont multiples et varient en fonction de la région.
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La carte des résultats du Front national au premier tour des élections municipales montre à quel point le parti de Marine Le Pen bénéficie d'un fort ancrage sociologique et historique. Les explications de ce succès sont multiples et varient en fonction de la région.

Capture d'écran : France TV Info

Atlantico : La carte des résultats du FN au premier tour des élections municipales est frappante de par sa répartition nord-sud. Ce résultat est-il surprenant ? A quand cette tendance remonte-t-elle ?

Jean Petaux : Cette carte est très intéressante car elle est presque homothétique avec la carte du vote Le Pen le 21 avril 2002. Il faut toujours être très prudent dans les comparaisons en matière électorale surtout entre différents types d’élections. D’un côté le premier tour de la présidentielle 2002, de l’autre ce premier tour intervenu dimanche dernier pour les municipales 2014. A 12 ans de distance on constate que la méridienne "Nord-Pas-de-Calais – PACA" qui, globalement coupe la France en deux, du nord au sud, est quasiment inchangée. A l’est de cette ligne le FN réalise ses plus gros scores, à l’ouest il est plutôt en terre de mission. Cette permanence dans le temps est assez fascinante. Mais, désormais on constate une accentuation de la poussée du FN vers le sud : essentiellement en Languedoc-Roussillon et dans le couloir Garonnais où il montrait déjà une plus forte implantation, dès 2002, en Tarn-et-Garonne et en Lot-et-Garonne. Même si elle est encore très isolée dans cette partie de la France, Villeneuve-sur-Lot confirme cette tendance qui est lente et encore peu spectaculaire en termes de villes par exemple.

A quels éléments sociologiques cette concentration du vote FN aux municipales tient-elle ? Sont-ils les mêmes, au nord comme au sud ? Quel rôle joue la désindustrialisation, le mode d'habitat, le niveau social ?

Il serait peut-être plus juste de parler d’est et d’ouest compte tenu de la "ligne de partage" de la France qui est plus verticale et diagonale qu’horizontale…

››› À l’Est ‹‹‹

Bien sûr qu’au Nord comme au Sud de cette partie de la France les questions de la désindustrialisation, de la misère sociale et de son corollaire la désaffiliation sociale, de l’immigration, du sort réservé aux populations issues il y a deux voire trois générations désormais des fortes vagues d’immigrants dans ces régions en quête de main d’œuvre à l’époque, se posent avec une forte intensité. On pourrait également ajouter de manière plus "sectorisée" la présence d’un électorat "pied noir" (même si, pour des raisons évidentes propres à la démographie et à la pyramide des âges, cet électorat au sens strict des "Rapatriés d’Afrique du Nord" diminue inexorablement) en Languedoc-Roussillon par exemple (Perpignan, Béziers, voire Montpellier).

En Lorraine, pour les deux villes de Florange et de Forbach on constate précisément les effets d’une crise industrielle particulièrement violente pour les ouvriers sidérurgistes qui, par surcroit, ont vu l’un de leurs représentants emblématiques, Edouard Martin, leader ô combien charismatique de la CFDT à ArcelorMittal franchir le Rubicon syndicalo-politique et se présenter aux Européennes prochaines du 25 mai, avec l’étiquette PS. Impression d’abandon, sentiment de trahison, constats répétés de l’impuissance des politiques : le vote FN, à la fois tribunitien et sociologique est parfaitement cohérent. Comment en irait-il autrement pour les électeurs de ces territoires en plein marasme ?

››› À l’Ouest ‹‹‹

Les villes du  Nord-ouest de la France où le FN est en mesure de se maintenir au second tour sont assez peu nombreuses. Il faut toujours y voir un vrai rejet non seulement des idées mais tout simplement de l’étiquette FN par un électorat encore influencé par ce que Le Bras et Todd ont nommé une forme de "catholicisme zombie" dans leur dernier et passionnant ouvrage "Le Mystère français" (2013). La "révolte des Bonnets Rouges" ne s’est pas traduite dans les urnes par un vote massif en faveur du FN qui aurait pu en quelque sorte agréger électoralement cette émulsion sociale. C’est donc que la sédimentation socio-chrétienne que l’on a vu produire ses effets politiques il y  a 37 ans, en 1977, avec le "passage" de nombreuses villes de l’Ouest de droite à gauche (certaines risquant de repasser à droite, comme Angers, seulement cette année, encore que là aussi rien n’est acquis ni dans un sens ni dans un autre pour les listes en présence au 2nd tour dans la cité du Roi René), est encore très active et fonctionne comme un répulsif à l’égard du FN. On relèvera néanmoins, et c’est nouveau, plusieurs triangulaires ou quadrangulaires rendues possibles par un franchissement de la barre des 10% pour quelques listes "frontistes", montrant ainsi une forme de "progression tranquille" pour cette formation politique dans la France de l’Ouest.

Dans le sud-ouest cette fois-ci, on peut pointer la présence du FN dans plusieurs villes importantes de Gironde où est organisé un second tour : Mérignac, Libourne. À Pessac (autre grande ville de Gironde), la liste FN obtient 9,03% des suffrages exprimés et échoue de peu à se maintenir au second tour. Pour ce qui concerne la progression du FN dans ces "terres" où il est et demeure toujours "en mission", il s’agit d’un phénomène plus diffus et donc plus difficilement mesurable. En 2002, dans le Sud-ouest, le score de Jean-Marie Le Pen avait été impacté par un "produit masquant" (comme ce qui se passe pour les coureurs cyclistes qui veulent cacher qu’ils prennent une substance illicite), le vote CPNT (« Chasse, Pêche, Nature et Tradition »).

Lorsqu’on rapprochait en Aquitaine le score de Le Pen et celui de Saint-Josse (candidat « Chasseurs » à la présidentielle de 2002, et par ailleurs maire ex-UDF de Coarraze-Nay, en Béarn, 64), on constatait que là où Saint-Josse était fort (Landes, Pyrénées-Atlantiques et Dordogne), Le Pen était faible et là où le candidat CPNT était faible, le leader fondateur du FN était très fort jusqu’à être premier élu dans le département  du Lot-et-Garonne y obtenant 18,91% des suffrages exprimés ; Chirac 17,46% ; Jospin 15,74% et Saint-Josse seulement 9,26%. En 2012, avec la disparition d’un candidat CPNT à la présidentielle (le successeur de Jean Saint-Josse, Frédéric Nihous, ayant été circonvenu par Nicolas Sarkozy), "l’effet masquant" du vote "Chasseur" a cessé de produire ses effets et Marine Le Pen a augmenté considérablement son score par rapport à son père dix ans plus tôt où la candidate FN passe de 10,47%, score de son père en 2002 dans les Landes, à 14,10% en 2012 ou encore en Dordogne de 12,22% à 17,01%. ! Pour atteindre 21,41% en Lot-et-Garonne en 2012 sans toutefois dépasser dans ce département les scores respectifs de Hollande et Sarkozy. Le Sud-ouest n’est pas favorable au FN mais, une fois encore, cette formation politique accroit lentement mais sûrement son audience, avec des pics plus spectaculaires que révélateurs, tels Villeneuve-sur-Lot où le jeune Bousquet-Cassagne a, d’évidence, bénéficié de l’effet d’exposition qui fut le sien lors de la législative partielle suite à la démission de Jérôme Cahuzac de son siège de député.

En revanche, comment expliquer l'absence ou la quasi-absence de percées du FN au centre et à l'ouest du territoire ? A quels éléments cela tient-il ?

Je crois beaucoup à ce que l’on peut appeler une forme d’hystérésis des structurations du vote. En d’autres termes les causes ayant provoquées tel ou tel comportement ont pu totalement disparaître et le phénomène se produit toujours, comme une onde qui résonnerait longtemps après qu’on ait tapé sur un gong… Prenons l’exemple d’une certaine forme de résistance rurale, ouvrière et syndicale dans le Limousin avec un Parti Communiste Français très particulier qui était celui de Marcel Rigout, du journal "La Terre" et du syndicat communiste agricole MODEF (je ne veux pas du tout dire d’ailleurs que tout cela a disparu totalement mais c’était quelque chose de très fort dans les années 50, 60) et bien sans doute qu’encore aujourd’hui cette culture du refus de tout ce qui de près ou de loin rappelle les heures les plus sombres de l’histoire politique française au siècle dernier (la Collaboration, Vichy, etc), s’applique dans la formation du comportement électoral à l’égard du FN.

De la même manière dans les Pyrénées-Atlantiques et plus précisément au Pays-Basque où la sociologie religieuse du chanoine Boulard, en 1960, montrait des taux de "messalisants réguliers" de plus de 75% dans certaines communes associé à un vote centriste  (MRP puis CDS puis UDF et in fine MODEM) très élevé (surtout en 2007 pour François Bayrou, "quasi-régional" de l’étape bien que Béarnais..), on constate un vrai refus du FN qui ne parvient pas à franchir les digues mentales qui existent chez ces héritiers d’un électorat Démocrate-chrétien très hostile aux guignolades outrancières du père Le Pen et peu réceptif aux grandes œillades démagogiques de sa fille.

Et pourtant nul n’en disconviendra : les problèmes de l’agriculture de montagne dans ces territoires sont profonds et graves, le sentiment de désespoir conduit parfois au suicide des petits exploitants, mais les thématiques "frontistes" semblent être ici sur une terre totalement stérile. A contrario donc il faudra considérer une réelle progression du FN dans ces régions aujourd’hui encore hostiles à ses idées comme un indicateur fort de sa progression nationale et de l’extension de son domaine électoral jusqu’à maintenant contingenté à l’Est de la "méridienne du FN" de Hénin-Beaumont à Perpignan.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Democrator
- 27/03/2014 - 17:51
Il s'aime bien ce garçon ! Allez, on l'aime bien aussi..
"habilité à diriger des recherches en science politique", "ingénieur de recherche", "politologue à Sciences Po Bordeaux"
Il est donc "habilité" : c'est bien ça !
Il est "ingénieur de recherche" : j'avais jamais entendu ça encore, Et politologue, mais pas là où ça se passe : pourquoi na-t-il pas réussi à Paris ?
Dès demain, je change ma carte de visite ! Pour ma femme et mes enfants, je serai désormais "habilité", et "ingénieur de recherche".
Ma vie va changer.
Je raconterai toujours les mêmes conneries, mais avec quelle aura, et quel talent lié à mes "titres" !
cannois06
- 27/03/2014 - 16:45
du grand n'importe quoi !
bon on commence a y être habitué ....mais bon pas faire la différence entre toutes les régions de France, les plus prise d'assaut pas les émigrées, pas une erreurs de voir autan de vote frontiste , et je dirait même normal ,je voudrait bien voir le pays basques avec une mosquée ...au centre de Biarritz ..!
porticcio
- 27/03/2014 - 16:21
Chiche !
Dans quelques semaines, on aura une nouvelle carte avec les RESULTATS des européennes, on pourra alors superposer les deux couches …