En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

07.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 3 heures 57 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 4 heures 37 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 5 heures 21 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 6 heures 27 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 7 heures 6 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 7 heures 35 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 8 heures 34 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 1 heure 58 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 4 heures 19 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 4 heures 49 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 6 heures 26 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 7 heures 38 sec
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 7 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 7 heures 51 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 8 heures 8 min
pépites > International
Ring
Trump face à Biden : un pugilat confus, un match de boxe, plutôt qu'un débat
il y a 8 heures 50 min
info atlantico
© Reuters
55% des sympathisants de l'UMP et 62% de ceux du FN souhaiteraient un rapprochement aux élections locales. Photo : Steeve Briois
© Reuters
55% des sympathisants de l'UMP et 62% de ceux du FN souhaiteraient un rapprochement aux élections locales. Photo : Steeve Briois
Sondage exclusif Ifop pour Atlantico

Une majorité de sympathisants UMP et FN en faveur d'accords locaux

Publié le 24 mars 2014
Avec Ifop
Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, 55% des sympathisants de l'UMP et 62% de ceux du FN souhaiteraient un rapprochement aux élections locales.
Ifop
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, 55% des sympathisants de l'UMP et 62% de ceux du FN souhaiteraient un rapprochement aux élections locales.
Avec Ifop

(Cliquez sur le graphique pour l'agrandir)

Atlantico : Selon un sondage exclusif  Ifop pour Atlantico, les sympathisants UMP (55%) et FN (62%) souhaiteraient la mise en place d'accords électoraux aux scrutins locaux. Après une légère baisse de cette volonté de rapprochement chez les sympathisants UMP depuis la présidentielle de mai 2012, ce chiffre repart à la hausse en mars 2014, comment l'expliquer ?

Jérôme Fourquet : Avant l'arrivée de Marine Le Pen à la tête du Front National, de la fin des années 2000  à la fin des années 2010, seulement un tiers de l'électorat de droite était favorable à des accords locaux. Après l'arrivée de Marine Le Pen, le paysage a complétement changé. Ceci est lié notamment à la stratégie de dédiabolisation du FN, mais aussi parce qu'à partir de ce moment-là, le FN est redevenu une force électorale puissante capable de gêner ou d'empêcher des victoires de la droite. Tant que le parti apparaît comme totalement sulfureux et infréquentable et qu'il est cantonné à des scores électoraux marginaux, la nécessité d'une alliance n'apparaît pas évidente pour les électeurs UMP.

Une dynamique électorale impressionnante s'enclenche alors en Mai 2012 quand que le FN récolte 18% des voix aux présidentielles. On a également vu cette tendance dans les partielles des élections législatives il y a un an, ainsi que la cantonale de Brignoles. Ainsi, l'électorat de droite s'interroge, et se dit, si l'on veut durablement gagner, est ce qu'il ne va pas falloir que l'on s'entende avec le FN à un moment donné au moins au niveau local. Et ce qui est intéressant, c'est que le point haut dans la volonté de rapprochement  UMP-FN de la part des sympathisants UMP (54%) est atteint au second tour de la présidentielle, lorsque la droite se dit que pour l'emporter elle aurait besoin de toutes les voix. Depuis la présidentielle, on est redescendu symboliquement sous la barre des 50% et là, 55% des sympathisants UMP se prononcent pour un accord avec le FN aux élections locales, qui s'explique par le même phénomène que celui que l'on qu'on observait lors de la présidentielle.

(Cliquez sur le graphique pour l'agrandir)

Cette tendance peut-elle être amplifiée par les bons résultats électoraux du FN lors de ce premier tour des municipales ?

Il est très intéressant de se pencher sur ce qu'il se passe en région pour l'électorat UMP. Seulement 38% des électeurs UMP de l'Ile-de-France souhaitent des alliances avec le FN, nous sommes donc très en dessous de la moyenne nationale. En province, ce chiffre monte à 58%. On se rend compte ainsi que la droite de province est majoritairement acquise, à 58%, à des alliances au niveau local. Si l'on détaille un peu l'analyse géographique, on remarque à la fois une coupure Paris-Province mais aussi une coupure Est-Ouest. Le Nord-Ouest, c'est à dire le Bretagne, les Pays de la Loire, ou encore la Basse-Normandie, a un électorat de droite plutôt modéré, où le FN ne fait pas vraiment de score. La nécessité de faire des alliances au niveau local apparaît alors ici moins évidente. Seulement 39% des électeurs UMP souhaitent une alliance. Dans le Sud-Ouest, c'est à dire les régions Midi-Pyrénées et Aquitaine, les terres de Juppé et Raffarin, on est à 52%. Si l'on se déplace au Nord-Est, de la Champagne-Ardenne à la Picardie, du Nord-Pas-De-Calais, à l'Alsace-Lorraine. Ici, quasiment trois quarts de l'électorat UMP est favorables  à des accords locaux. Donc on retrouve une droite plus dure et un FN plus fort. Et dans le Sud-Est, en PACA, Languedoc Roussillon et Rhône-Alpes, là, on est à 61%. Donc en Ile-de-France et dans l'Ouest on a seulement qu'une minorité favorable alors qu'on est aux deux tiers favorables dans la moitié Est du pays. Il y a donc des débats idéologiques au sein du parti entre les différents courants, mais aussi des réalités géographiques. On va voir ensuite dans les jours qui viennent s'il y des accords de fusion à la base, qui seront peut-être même désavouées par le national. Mais ce sera dans ces régions de l'Est que cela pourrait se produire.

(Cliquez sur le graphique pour l'agrandir)

Du côté des sympathisants FN, on note une tendance dans l'autre sens. Alors qu'en Mai 2012 77% d'entre eux étaient pour un accord électoral dans les élections locales, aujourd'hui, ils ne sont plus que 62% à y être favorable, comment l'expliquer ?

Du côté de l'électorat FN, on remarque une vraie baisse de 10 points par rapport à la dernière mesure de septembre 2013, et de 15 points par rapport à la présidentielle de mai 2012. Nous pouvons l'interpréter de deux façons. L'élément le plus marquant est qu'il traduit le sentiment de puissance de cet électorat FN, qui se sent suffisamment fort aujourd'hui pour ne pas ressentir forcement le besoin de s'allier. Et puis dans un second temps, comme ce débat n'a pas avancé, une partie de l'électorat FN peut être lassée de tendre la main. Le fait que le parti présente plus de listes que par le passé, qu'il fasse de bons scores, on assiste à une autonomisation accrue du FN qui  souhaite toujours des alliances mais plutôt au second tour. Il  souhaite moins d'alliance qu'avant, car l'électorat  prend conscience que le parti est une force à part entière et qu'il n'a plus vocation à jouer les supplétives de la droite. Ce qui est un peu l'enseignement du scrutin d'hier.

Est-ce les résultats du FN à ces municipales démontre une progression durable ou peuvent-ils être relativisés par la hausse du nombre de listes ?

Les résultats du FN ne doivent pas être regardés au niveau global mais villes par villes. Et là où ils étaient présents, ils progressent fortement. C'est une progression durable sans doute car le scrutin municipal est celui qui est le plus difficile pour eux. La première performance est d'être parvenu à monter un nombre inégalé de listes dans près de 600 communes. La deuxième performance s'inscrit dans les résultats d'hier. Hénin-Beaumont tombe au premier tour, le FN est en tête dans plusieurs villes. Enfin, le FN a la capacité de se maintenir dans beaucoup d'endroits, y compris dans des villes pas forcement annoncées comme à Strasbourg par exemple. C'est incontestablement un succès pour le FN et avant même d'avoir les résultats, leurs électeurs en étaient un peu conscients et étaient donc moins disponibles ou disposés que par le passé à s'allier à l'UMP.

Les électeurs du FN considèrent-ils avoir moins en commun avec l'UMP ?

Cela peut s'expliquer en parti une explication. Mais c'est peut-être aussi le signe qu'il y'a une part grandissante des électeurs du FN qui ne viennent pas de la droite. Du coup, cela parait moins évident à ceux-là de s'allier avec la droite. Ils viendraient ainsi d'une partie de la gauche ou ce serait des électeurs sans préférence politique et n'étant pas des électeurs de droite radicalisés.

(Cliquez sur le graphique pour l'agrandir)

 

(Cliquez sur le graphique pour l'agrandir)

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (56)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
evy
- 25/03/2014 - 14:20
pourquoi l'extrême gauche serait plus vertueuse
que l'extrême droite ?
vangog
- 25/03/2014 - 10:27
@2bout n'écoutez plus, ne lisez plus ce qui émane
de Belkacem ou de Caron. Faites comme moi, coupez le son et délectez-vous de la couleur verdâtre de leur visage et de leurs lèvres pincées et de leurs mâchoires crispées, prêtes à mordre, lorsque leur sont annoncés les résultats des candidats FN...un vrai délice!
Quand à Leotard, laissons-le à ses fantasmes... payés par le contribuable français....
2bout
- 25/03/2014 - 08:31
@ vangog,
Ce n'est pas à vous que je m'adressais particulièrement, mais à Caron, à BelKacem, à Leotard ... Fasciste est un mot qui a été détourné de sa signification première, ce qui le rend vide de sens. Comme dirait un con, on est toujours le fasciste de quelqu'un.