En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

06.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

07.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 17 min 41 sec
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 3 heures 47 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 19 heures 2 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 20 heures 6 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 20 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 21 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 23 heures 41 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Trois leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 33 min 49 sec
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 18 heures 37 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 19 heures 40 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 20 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 21 heures 21 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 23 heures 6 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 1 jour 13 min
© Reuters
Le monde d'aujourd'hui est multipolaire.
© Reuters
Le monde d'aujourd'hui est multipolaire.
Réveil brutal

Monde multipolaire : quand la théorie devient réalité et que l’Occident se la prend en pleine face

Publié le 21 mars 2014
Le cavalier seul de la Russie ou le désintérêt de la Chine pour le dossier ukrainien sont les témoins du caractère multipolaire du monde d'aujourd'hui. Une réalité longtemps souhaitée par les pays occidentaux, mais qui se sont tout de même laissés surprendre.
Béatrice Giblin est géopoliticienne. Ancienne élève d’Yves Lacoste, elle a dirigé l’Institut français de géopolitique à l’université de Paris VIII.Elle est notamment l'auteure de "Les conflits dans le monde. Approche géopolitique" (Armand Colin, 2011).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice Giblin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice Giblin est géopoliticienne. Ancienne élève d’Yves Lacoste, elle a dirigé l’Institut français de géopolitique à l’université de Paris VIII.Elle est notamment l'auteure de "Les conflits dans le monde. Approche géopolitique" (Armand Colin, 2011).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le cavalier seul de la Russie ou le désintérêt de la Chine pour le dossier ukrainien sont les témoins du caractère multipolaire du monde d'aujourd'hui. Une réalité longtemps souhaitée par les pays occidentaux, mais qui se sont tout de même laissés surprendre.

Atlantico : Alors qu'une logique bipolaire prévalait du temps de la Guerre froide (Occident contre Est), on s'est ensuite mis à rêver d'un équilibre des puissances, avec des pôles d'influence mieux répartis dans le monde. Quels signes montrent aujourd'hui que nous nous trouvons bien dans un monde multipolaire ?

Béatrice Giblin : C'était en effet un rêve que cet équilibre des puissances qui n'a jamais existé. Il y a eu un temps, après l'éclatement de l'URSS, une hyper puissance, les Etats-Unis, mais l'émergence de la puissance chinoise et le retour de la Russie sous les gouvernements de Poutine ont rapidement changé la donne. 

Quels signes ? Les budgets militaires qui restent très élevés (celui des Etats-Unis étant de très loin le premier) ou sont fortement à la hausse (budget chinois second derrière les Etats-Unis qui n'est cependant encore qu'un peu plus du cinquième du budget américain) ; le retour de la Russie sur les marché de l'armement et la modernisation de l'armée russe ; la montée en puissance du budget militaire de l'Inde. Le Brésil, considéré comme une puissance émergente, n'est pas encore une puissance d'un  point de vue militaire. Or pour peser sur la géopolitique au niveau mondial il est indispensable de disposer d'une armée efficace, même si ce n'est pas une condition suffisante pour imposer sa volonté aux autres.

Quels sont les signes de la perte d'influence occidentale ?

La parole du président des Etats-Unis n'est plus entendue ni écoutée comme elle a pu l'être après la première guerre contre l'Irak. Mais l'échec en Afghanistan et le chaos irakien après la chute de Saddam Hussein ont fortement discrédité la voix des Etats-Unis. Quant aux autres Etats occidentaux, peu d'entre eux sont prêts à intervenir à l'extérieur, sauf la France (Mali, République Centrafricaine) et le Royaume Uni avec la France en Libye.

Le temps que la Chine construise sa puissance économique, et que la Russie post-soviétique se réaffirme, l'Occident a-t-il pensé qu'il pourrait garder son influence sur les affaires mondiales ? Du coup, s'y est-il préparé ? Qu'est-ce que la multiplicité des pôles d'influence a aujourd'hui changé ?

Les dirigeants américains  ont assurément pensé qu'ils garderaient la main sur les affaires du monde, d'autant plus que leur système politique et économique avait gagné la bataille contre le communisme. Mais en allait-il de même pour les autres Etats classés comme appartenant à l'Occident ? Il est utile de rappeler que l'Occident ne forme pas un tout, c'est un ensemble  qui réunit des Etats proches par leur mode de gouvernement, par leurs valeurs politiques  mais dont les intérêts nationaux sont loin d'être identiques. De plus il s'agit d'Etats très différents tant au niveau de la puissance, de la richesse, de la population, du territoire et de leur environnement géopolitique. Enfin, cette puissance de l'Occident est récente à l'échelle des temps longs, elle date surtout de la révolution industrielle, à peine deux siècles, ce qui au regard de l'histoire de la Chine est peu.

Comment se préparer à la montée en puissance des autres Etats ? Pas facile. Seuls les Etats-Unis pouvaient imaginer rester "le" pôle majeur ce n'était pas le cas pour les Etats européens, puissances nettement plus faibles . Comment comparer la Chine 1300 000 000 d'habitants, un capitalisme sauvage, un régime autoritaire et un Etat européen démocratique de 65 millions d'habitants comme la France ? Comment la France aurait elle pu se préparer à la rapide émergence de la Chine ? Il est facile aujourd'hui de dire qu'il aurait fallu mieux former, développer la recherche, prendre les créneaux innovants et le luxe ce fut fait mais sans doute insuffisamment. 

La Chine se désintéresse des événements en Ukraine ; les pays du Golfe ont des préoccupations bien spécifiques… Peut-on parler de décalage entre la vision que l'Occident a traditionnellement du monde, et les réalités d'aujourd'hui ? En quoi cela affecte-t-il les résolutions de conflits, notamment ?

La Chine comme la Russie d'ailleurs, défend la souveraineté nationale et est farouchement opposée au droit d'ingérence. Il est hors de question que d'autres puissances interviennent pour défendre l'indépendance des Ouïgours ou des Tibétains ; donc les dirigeants chinois n'appuient pas ouvertement la Russie. Mais compte tenu de l'importance des temps longs dans la pensée politique chinoise, ils partagent sans doute le point de vue de Poutine qui estime que la Crimée étant russe depuis des siècles elle doit rentrer dans le giron national (1954 est un accident de l'histoire).  Taïwan est clairement pour les Chinois une partie du territoire national et ils sont convaincus qu'un  jour plus ou moins lointain l'île réintégrera la Nation. Mais la Chine n'a jamais voulu être le gendarme du monde. 

L'Occident suit de près la situation ukrainienne (sauf le Japon ...) mais ce sont surtout les Etats-Unis à cause de l'OTAN et les pays européens à cause de leur proximité géographique avec l'Ukraine et la Russie qui sont concernés. Je ne vois pas vraiment ce qu'est la vision du monde qu'a traditionnellement l'Occident. Je pense que les pays qui font partie de l'Occident réagissent pour une part au nom de valeurs mais aussi selon leurs intérêts.

Les principaux pôles d'influence aujourd'hui sont-ils les Etats-Unis, la Chine, l'Europe, la Russie et les pays du Golfe ? L'accès aux énergies, moteur des économies, en est-il bouleversé, et comment cela affecte-t-il les pays occidentaux ?

Les pôles d'influence sont d'évidence ceux que vous citez avec un bémol pour l'Europe qui n'a ni défense (si ce n'est l'OTAN) ni politique étrangère commune. Elle est donc divisée sur de nombreux sujets (Syrie, Ukraine, Libye, Mali etc). Pour les pays du Golfe il faut y intégrer l'Iran, car c'est à plus ou moins long terme une puissance émergente et sans doute nucléaire. 

Les priorités de ces pôles d'influence varient avec leurs intérêts : pour les Etats-Unis maintenir son rôle de leader et de première puissance mondiale ; la Chine redevenir une puissance de premier plan équivalente aux Etats Unis et même de la dépasser et sa croissance économique y contribue; la Russie retrouver un rôle de premier plan mais son économie de rente est loin d'être comparable à celles des Etats Unis et de la Chine, l'épisode actuelle de la Crimée ne doit pas masquer les faiblesses de la Russie, chute de la démographie, réduction des libertés. Pour les plus puissants la priorité est d'imposer ses intérêts nationaux aux autres.

La multiplicité des pôles (pas encore si nombreux, comparés au nombre d'Etats qui lui a fortement augmenté) a rendu la géopolitique mondiale plus complexe, avec des alliances qui peuvent plus souvent variées selon les circonstances et les contextes géopolitiques.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

06.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

07.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gdv
- 21/03/2014 - 16:35
Dommage
Cela commence mal cet article, l'auteur oublie de constater la baisse significative du budget militaire US...c'est pourtant pas difficile à trouver.
Aubaygues
- 21/03/2014 - 12:21
Le lent déclin de l'Europe
Rien de plus et rien de moins. L'Europe ne compte plus pour grand chose et ça n'ira pas en s'améliorant.
gliocyte
- 21/03/2014 - 12:03
A voir absolument pour comprendre
http://www.prorussia.tv/La-Russie-de-Poutine-Denys-Pluvinage-pour-la-partie-economique_v786.html