En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 7 heures 9 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 7 heures 47 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 10 heures 30 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 15 heures 27 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 15 heures 48 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 16 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 7 heures 30 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 9 heures 32 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 11 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 12 heures 26 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 15 heures 9 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 15 heures 24 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 15 heures 39 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 16 heures 30 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 16 heures 34 min
© Reuters
Les entreprises échouent à 82 % du temps à trouver le bon manager.
© Reuters
Les entreprises échouent à 82 % du temps à trouver le bon manager.
Oui chef !

Pourquoi les bons managers sont si rares

Publié le 19 mars 2014
Une étude publiée le 6 mars dernier révèle que les entreprises échouent à 82 % du temps à trouver un bon gestionnaire d'équipe, ce qui entraine des pertes considérables. Un bon management peut en effet rentabiliser un groupe de travail à plus de 70 %.
Xavier Camby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude publiée le 6 mars dernier révèle que les entreprises échouent à 82 % du temps à trouver un bon gestionnaire d'équipe, ce qui entraine des pertes considérables. Un bon management peut en effet rentabiliser un groupe de travail à plus de 70 %.

Atlantico : Selon une étude Gallup publiée le 6 mars 2014, les entreprises échouent à 82 % du temps à trouver le bon manager. Pourquoi est-ce si difficile de trouver un bon ? Cela vient-il de l'entreprise ou cela vient-il d'idées reçues que les managers se font du management ? 

Xavier Camby : Malgré le sérieux de ces maisons de sondages et/ou d'études, j'ai toujours une sorte de réticence face à ces chiffres définitifs et péremptoires. Cependant, il est vraiment observable qu'il y a de plus en plus d'échecs dans le recrutement des managers pour trois raisons. D’une part, il me semble hélas que les entreprises qui recrutent sont enferrées dans une logique sécuritaire. Il ne s'agit pas tant de trouver une personne humaine adéquate, avec ses talents, mais aussi ses faiblesses et ses limites, que de se prémunir – comme si c'était possible ! – contre tout risque d'erreur, contre l'humanité même de chacun de nous, imparfait, complexe et génial. Les descriptions de fonction deviennent des cahiers des charges insensées, sorte d'inventaire de qualités impossibles définissant le "surhomme" managérial, hybride utopique de Superman et de Capitaine Flam ! Daniel Goleman, expert en intelligence émotionnelle, Richard Boyatzis, spécialiste en  Management, et Annie McKee, co-inventeurs du manager-qui-n'existe-pas, l'ont affublé de 19 qualités extraordinaires, dont certaines sont antinomiques. Il me semble hélas logique que personne ne trouve cet être composite, né de fantasmes sécuritaires. D'autre part, les CV se sont adaptés : ils mentent à peu près autant que les définitions de fonction auxquels ils sont censés répondre ! Qui en effet retiendrait un CV sur lequel un candidat loyal écrirait ses limites ou ses axes d'améliorations ? Deux mensonges se répondent ! Et l'on voudrait que cela fonctionne ? Enfin, ceux ou celles qui sont en charge de la sélection des candidatures sont habituellement les moins expérimenté(e)s. Trier des CV en "matching" n'est pas très excitant et tous s'abstraient de cette contrainte dès qu'ils en ont la possibilité... Et donc c'est la personne la plus récente dans l'entreprise, la moins au fait de sa culture particulière, la moins expérimentée, qui va trier en trois piles les centaines de CV ? Pourquoi ne pas confier cette tâche si particulièrement sensible à de vieux briscards, aguerris et pertinents, qui savent quels sont les critères réels de la réussite au sein leur entreprise ?

Quelles sont aujourd'hui les principales lacunes des managers ?  

D'être des êtres humains ! Il semble qu'ils leur faudraient être comme des programmes informatiques bien écrits (ce qui n'existe pas), infaillibles et infatigables, inépuisables et éternels. Dans le monde réel, les managers sont des êtres normaux. Ce n'est pas une lacune ! Un modèle anglo-américain voudrait qu'ils soient normatifs, clonables, inusables... S'ils suivent la norme et réussissent, alors c'est que la norme est bonne. S'ils suivent la norme et qu'ils ne réussissent pas, alors c'est qu'ils ne sont pas bons. L'enfer d'une vision purement instrumentaliste de l'homme !

Comment les nouvelles conditions de travail leur compliquent-elles leur tâche ?

Deux modèles s'affrontent et se conjuguent : la paisible pyramide paternaliste européenne, un peu dominatrice mais somme toute encore assez humaine et la norme procédurale d'une organisation impersonnelle et matricielle. Oui, un manager contraint d'animer son équipe tout en remplissant les cases de son KPI (Key Indicator Performance), d'aller voir ses clients difficiles tout en gérant son reporting à J+1, de former ses collaborateurs sans pouvoir déterminer leurs objectifs ni leur rémunération, de répondre à T0 à toute demande des RH ou de la Direction financière tout en assurant un management de proximité, oui donc, ce manager a des conditions de travail compliquées...

Quel rôle le charisme joue-t-il dans le management d'une équipe ?  

Le charisme est un peu une tarte à la crème managériale. En grec, il s'agit d'un don particulier reçu des dieux pour le service des autres. En dehors de ce service, ce "charisme" est inopérant. La force d'Hercule n'est que pour ses travaux, pour le service du plus grand nombre. C'est Max Weber, au 19ème siècle, qui a perverti cette notion de charisme altruiste en en faisant une faculté de domination personnelle d'un individu sur une personne humaine. Nous sommes donc tous authentiquement charismatiques dans la mesure où nous mettons nos aptitudes personnelles au service des autres, pour leur croissance et leur bénéfice.

Quelles formes le charisme doit-il prendre pour être efficace dans un contexte professionnel ?

Celui de l'autorité, c'est-à-dire du service. Savez-vous qu'autorité et autoriser ont la même racine qui veut dire "faire grandir" ? Le seul charisme qui fonctionne est celui qui permet de faire grandir ses collaborateur, en leur donnant des permissions. Celle, notamment, d'être d'abord ceux qu'ils sont.

Propos recueillis par Clémence de Ligny


Apprenez à user de votre charisme en milieu professionnel grâce aux nouvelles publications d'Atlantico éditions :

Comment relever votre charisme, partie  1

 Comment relever votre charisme, partie  2

 

 

 Et découvrez prochainement à la vente les parties 3 et 4 : 

Comment révéler votre charisme, partie 3

 

Comment révéler votre charisme, partie 4

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vive inbp
- 24/03/2014 - 09:12
Pourquoi, on laisse les mauvais faire autant de casse, Précision
Lien direct sur l'article :


http://viveinbp.wordpress.com/2014/03/19/le-management-facon-astier/
vive inbp
- 24/03/2014 - 08:37
Pourquoi, on laisse les mauvais faire autant de casse ...
Bonjour

Quand on est dans une structure qui fait le contraire de ce qu'on lit dans cet article, on est encore plus frustré.
Un exemple sur exactement le contraire (malheureusement ce n'est pas rare) :

http://viveinbp.wordpress.com

Accrochez-vous, vous allez passer dans un autre monde.

Un sceptique
zelectron
- 24/03/2014 - 02:00
comme des aiguilles dans des bottes de foin
les vrais "bons" mangers ne font pas parler d'eux, ils travaillent...