En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

04.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

05.

La ville japonaise de Yamato souhaite interdire l’utilisation des smartphones en marchant

06.

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

07.

Dans les coulisses du plan de la Silicon Valley pour faire échouer l’élection de Donald Trump

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

ça vient d'être publié
light > Insolite
Concentration
La ville japonaise de Yamato souhaite interdire l’utilisation des smartphones en marchant
il y a 11 heures 36 min
pépites > Santé
Bien-être psychologique
Ehpad : les conditions de visites vont être à nouveau assouplies dès le vendredi 5 juin
il y a 13 heures 33 min
pépite vidéo > High-tech
Traçage
L’application StopCovid sera disponible ce mardi 2 juin
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Faites-moi plaisir" de Mary Gaitskill : un roman subtil masculin/féminin : harcèlement ? consentement ?

il y a 16 heures 20 min
pépites > International
Répression
Hong Kong : la veillée pour Tiananmen a été interdite pour la première fois en 30 ans
il y a 17 heures 35 min
pépites > International
"Contre-attaque"
La Chine promet de riposter après les annonces de Donald Trump contre Pékin
il y a 18 heures 31 min
décryptage > Politique
Second tour

Municipales : LREM affaiblie par la médiocrité politique de nombre de ses candidats

il y a 19 heures 55 min
décryptage > Economie
Clef de la croissance

Capital humain : le (vieux) débat qui déchaîne les économistes

il y a 21 heures 11 min
décryptage > Economie
Nomination

Cour des Comptes : Pierre Moscovici, un nouveau président si accommodant pour ceux qui l’ont nommé...

il y a 21 heures 32 min
décryptage > Société
Impact du confinement

Sommes-nous tous dépressifs ?

il y a 22 heures 14 min
pépites > Economie
Impact économique
Déconfinement : la crainte du chômage est désormais plus forte que celle du Covid-19 chez les Français
il y a 12 heures 8 min
pépites > Politique
Cavalier seul
Elections municipales : Cédric Villani maintient sa candidature pour le second tour à Paris
il y a 13 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Italie buissonnière" de Dominique Fernandez, de l’Académie française : hors des sentiers touristiques, une belle découverte de trésors italiens méconnus

il y a 16 heures 50 sec
light > High-tech
Réseaux sociaux vs Donald Trump
Mark Zuckerberg est critiqué par des salariés de Facebook après avoir refusé de signaler des messages "polémiques" de Donald Trump
il y a 16 heures 43 min
pépites > Santé
Contaminations
Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian révèle avoir été infecté par le coronavirus
il y a 18 heures 10 min
pépite vidéo > International
Vague de colère
Mort de George Floyd : les images des incidents à Washington près de la Maison Blanche
il y a 19 heures 3 min
décryptage > Economie
Effets de la pandémie

Covid-19 : entre vague des pays émergents et déflation en zone euro ?

il y a 20 heures 51 min
décryptage > Société
Veaux, vaches, cochons

Adieu Paris, Lyon ou Lille ? Le mirage d’un exode urbain post-Coronavirus

il y a 21 heures 19 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Generation Slack : comment les outils de productivité pourraient nous aider à construire de nouvelles solidarités
il y a 21 heures 54 min
décryptage > Europe
Chancelière immuable

Angela Merkel, sainte patronne de l’Europe, vraiment ?

il y a 22 heures 41 min
© Reuters
Les dépenses contraintes des Français ont augmenté durant cette dernière décennie.
© Reuters
Les dépenses contraintes des Français ont augmenté durant cette dernière décennie.
Chère ménagère

Comment les prix des besoins élémentaires des Français ont évolué depuis 10 ans

Publié le 17 mars 2014
Si les dépenses contraintes des Français ont logiquement augmenté durant cette dernière décennie, ceux-ci ne compensent pas systématiquement en réduisant leurs dépenses dites de plaisirs.
Anthony Mahé est sociologue à l'ObSoCo (Observatoire Société et Consommation). Il est spécialisé dans les domaines de l'imaginaire de la consommation et de la sociologie du quotidien. Il a réalisé une thèse de doctorat sur le recours à l’endettement...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anthony Mahé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anthony Mahé est sociologue à l'ObSoCo (Observatoire Société et Consommation). Il est spécialisé dans les domaines de l'imaginaire de la consommation et de la sociologie du quotidien. Il a réalisé une thèse de doctorat sur le recours à l’endettement...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les dépenses contraintes des Français ont logiquement augmenté durant cette dernière décennie, ceux-ci ne compensent pas systématiquement en réduisant leurs dépenses dites de plaisirs.

L’évolution globale de la consommation des ménages français depuis une quinzaine d’années est marquée par trois grandes caractéristiques majeures : une contraction des dépenses dites d’arbitrage (l’habillement, les transports, l’alimentation, l’équipement du foyer, etc.), une augmentation des dépenses contraintes (loyer, charges, santé) et, aussi surprenant que cela puisse paraître en ces temps de morosité, une légère augmentation des dépenses dites de plaisirs (communications, hôtels, restaurants, loisirs et culture).

Intéressons-nous un peu plus en détail aux 3 principaux postes de dépenses et à leur évolution dans le temps.

Tout d’abord, le logement et ses charges (factures d’électricité, d’eau, etc.). Il s’agit du premier poste de dépense des Français. Ainsi, en 1998, le logement et ses charges représentaient 25,5 % de la consommation totale des ménages[1]. En 2008 ce chiffre s’élevait à 27,2 %. Les prévisions pour 2018 sont de l’ordre de 28,8%, soit une augmentation de 3,3 % sur une période de 20 ans, ce qui en fait le poste de dépense qui a le plus augmenté ces dernières années. En effet, depuis 2000, les prix de l’immobilier ont augmenté plus vite que le revenu disponible. Ajoutons à cela la hausse continue des prix de l’énergie qui, selon un article récent du Monde, accentue la précarité énergétique avec désormais 11 % des Français qui peinent à honorer leurs factures d’électricité. Pourtant l’habitat reste une grande aspiration des Français (notamment dans la volonté d’améliorer l’habitat) et l’accès à la propriété est toujours un rêve pour la plupart des gens.

Pour ce qui constitue aujourd’hui le second poste de dépenses, à savoir les transports, l’évolution des dépenses dans ce secteur est assez stable, aux alentours de 15 % de la consommation totale des ménages. Pour autant, la part de dépenses prise en charge par l’administration publique est, elle, en nette hausse. Évolution intéressante toutefois dans les comportements, l’automobile est probablement le poste de dépense sur lequel les Français sont prêts à faire le plus de restrictions est sur lequel la notion d’usage tend à devenir plus importante que la notion de propriété. Une aubaine peut-être pour le développement du co-voiturage ou de la location.

En conséquence de l’augmentation des dépenses contraintes, les consommateurs doivent faire davantage d’arbitrages sur d’autres postes. Au premier chef duquel se trouvent les dépenses d’alimentation. Pour rappel, la consommation de produits alimentaires était le premier poste de dépense dans les années 60, devant le logement[2]. Le rapport a commencé à s’inverser dans les années 70. En 1998, ce poste de dépense pesait pour 14,5 % de la consommation totale, les prévisions pour 2018 sont de l’ordre de 12,3 %. Il s’agit du poste de consommation où l’arbitrage des ménages est le plus marqué, là où ils font le plus de concessions en moyenne. Il faudrait ajouter à cela l’habillement en net repli sur la même période.

Face à cette contraction généralisée du budget des ménages, de nouvelles formes (voire d’anciennes formes) de consommation émergent et échappent aux mesures de l’INSEE : le glanage, le couchsurfing, la location d’objets, etc. En particulier les consommations collaboratives (de particuliers à particuliers via des plateformes communautaires) qui viennent court-circuiter les schémas traditionnels de la distribution. De nouveaux comportements de consommation sont observables. Ainsi  l’achat malin ou l’obsession de faire la bonne affaire font du consommateur un expert qui compare les prix et compare même les comparateurs de prix sur Internet. Une grande méfiance généralisée s’installe à l’égard des grandes enseignes et de leurs promesses. La sensibilité au prix s’accroît de plus en plus, en particulier concernant les dépenses d’arbitrages (c’est moins le cas concernant les dépenses de plaisirs nécessitant un plus fort niveau d’engagement.)

Il faut le rappeler ici, si les conditions de possibilité de consommer sont amoindries, le désir de consommation reste prégnant. Ce désir est de plus en plus porté par une volonté de consommer moins mais mieux. Cela devrait nous amener à penser, ne serait-ce que pour renouveler, nos grilles de lecture, que la crise, plus qu’économique, est une crise d’un modèle de consommation forgée pendant les Trente glorieuses et que par crise il faut peut-être désormais entendre que quelque chose de nouveau est en train d’éclore, porteur de nouvelles valeurs et de nouvelles manières d’être.



[1] Source : INSEE, BIPE

[2] Gerard Mermet, Francoscopie, 2013, Larousse.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

04.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

05.

La ville japonaise de Yamato souhaite interdire l’utilisation des smartphones en marchant

06.

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

07.

Dans les coulisses du plan de la Silicon Valley pour faire échouer l’élection de Donald Trump

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
simple citoyen
- 18/03/2014 - 04:42
Beaucoup d'approximations
Un exemple parmi d'autres: dire que la part des transports pris en charge par "l'administration publique" (serais curieux de savoir ce que regroupe cette terminologie) n'a cessé d'augmenter. De quoi parle-t-on? Pourrait-on mettre en parallèle les sommes dépensées par ladite sphère administrative en notre nom pour des solutions de transport qu'elles s'efforcent ensuite de nous imposer?
Enfin, trouver que sous la contrainte les français recherchent un peu de liberté n'a rien d'étonnant. Pas sûr qu'il s'agisse d'une fringale de consommation contrariée, mais plutôt la récupération par le marketing de cette liberté qu'on nous vole. D'ailleurs, en constatant l'augmentation continue du premier poste, les dépenses contraintes, il est difficile de ne pas y voir l'emprise de l'état qui a fait de l'immobilier une de ses vaches à lait, ainsi que l'empreinte du capitalisme de connivence qui privilégie les rentes obtenues grâce à son accointance avec le pouvoir. D'ailleurs, y classer le transport serait logique, le classer parmi les dépenses d'arbitrage est bien une vue de technocrate. Allez donc en parler au gens qui "arbitrent" entre coût de l'immobilier et choix du moyen de transport.
cronos
- 17/03/2014 - 08:36
Depuis...
le passage à l'Euro..tout augmente a la vitesse grand V...C'est un des "bien fait" de cette monnaie de gonfler les poches des ripoux qui se gavent sur le dos des pauvres...Vive l'UE..!