En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Les écoutes téléphoniques sont aujourd’hui devenues un moyen d’écoute ordinaire dans les enquêtes judiciaires, alors qu’auparavant elles constituaient un moyen d’investigation exceptionnel.
Les trois péchés capitaux

Écoutes Sarkozy : le top 3 des hypocrisies des juges

Publié le 14 mars 2014
L'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy a au moins la vertu de mettre sur le devant de la scène les excès et les fautes inavouées de certains juges. Voici les trois principales hypocrisies des magistrats.
Alain Marsaud est député de la 10e circonscription des Français de l'étranger. Ancien magistrat, il a aussi occupé le poste de chef du Service central de lutte antiterroriste au Parquet de Paris.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Marsaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Marsaud est député de la 10e circonscription des Français de l'étranger. Ancien magistrat, il a aussi occupé le poste de chef du Service central de lutte antiterroriste au Parquet de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy a au moins la vertu de mettre sur le devant de la scène les excès et les fautes inavouées de certains juges. Voici les trois principales hypocrisies des magistrats.

››› La partialité ‹‹‹

Atlantico : Le parquet financier s’est expliqué sur la procédure suivie et le déroulé des écoutes de Nicolas Sarkozy et de son avocat, sans pour autant aborder la question de la fuite des sources. Que révèle cette omission ?

Alain Marsaud : Cette affaire ne remet pas en cause l’indépendance des magistrats, qui est aujourd’hui totalement garantie, mais soulève le problème de leur impartialité. Celle-ci peut aujourd’hui être suspectée après le « Mur des cons » et le communiqué des magistrats ayant d’une certaine manière pris à partie Nicolas Sarkozy. Notre magistrature s’est politisée pour diverses raisons, et est aujourd’hui devenue une ennemie de l’opposition. Je fréquente suffisamment ses membres pour en prendre la mesure.

 

››› La banalisation des écoutes, à n'utiliser que de manière "exceptionnelle" ‹‹‹

Qu’en est-il des écoutes téléphoniques systématiques ? Les magistrats, sans se l’avouer, y ont-ils trouvé une solution de facilité ?

Les écoutes téléphoniques sont aujourd’hui devenues un moyen d’écoute ordinaire dans les enquêtes judiciaires, alors qu’auparavant elles constituaient un moyen d’investigation exceptionnel. C’est un système qui permet d’éviter des investigations longues et fastidieuses qui autrefois consistaient à mener des filatures, des auditions… Le téléphone est désormais un instrument extrêmement dangereux pour la quasi-totalité des citoyens, même s’ils n’ont rien à se reprocher. C’est une toile d’araignée qui s’est mise en place, des centaines de personnes sans rapport avec l’enquête peuvent être écoutées. Cette évolution technologique a poussé des juges qui recouraient à des moyens d’investigation ordinaires à ne plus le faire, sans se soucier des dangers que cela pose du point de vue de la violation de la vie privée. Il appartiendrait au législateur de prendre ses responsabilités, mais pour le moment ce n’est pas le cas. Et l’opposition n’est pas à même de le faire.

 

››› La violation de l'instruction ‹‹‹

Le secret de l’instruction, quant à lui n’a pas été respecté dans cette affaire. Est-ce une exception ?

Je me permets de rappeler qu’en 1994 j’avais déposé un amendement à l’Assemblé nationale, de nature à renforcer le secret de l’instruction. La campagne médiatico-politique qui a suivi a été d’une très grande violence, ce qui me permet de dire que le secret de l’instruction est mort "de sa belle mort". Depuis cette époque il n’existe plus dans les faits, il est violé quotidiennement : dès qu’une déclaration est formulée dans le cadre d’une enquête, que ce soit auprès de la police ou d’un magistrat, l’information est révélée à la presse dès le lendemain. Le secret n’existe plus, l’article 11 est mort. Plus personne n’a intérêt à le respecter, si ce n’est la personne à qui cela nuit. La justice ne protège plus la vie privée.

Pour conclure, je dirais que la justice française est une institution en danger, car quel que soit le gouvernement, elle est soit instrumentalisée, soit déstabilisée par les politiques.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (32)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
rudi11
- 20/03/2014 - 20:48
la justice est la base d un pays
c est dire si la faute est grave quand certains, pour plaire aux politiques, violent le secret de l instructiion et se pavanent dans les débats teles pour distiller ddu fiel par kg

on n a pas de preuves,mais on soupçonne ceci, cela, et à force de le repeter, vous allez croire que ce sont des preuves....

il est de sanctionner ces fonctionnaires devoyés.
Ali ce
- 16/03/2014 - 08:43
France
la France n'est plus en mesure de juger les affaires Sarkozy, un cabinet noir à L'Elysée ce n'est plus un doute mais une certitude, quand on lit que 50 policiers et 10 magistrats sont monopolisés pour faire tomber Sarkozy, il faut se rendre à l'évidence, même un terroriste du type Mérah n'a pas bénéficier de tels moyens.
Pour l'histoire des écoutes, 1 an ne peut être justifié, il faudrait saisir la cour européenne des droits de l'homme, banaliser ainsi des écoutes, est une atteinte grave à la dignité d'une personne, toutes ses conversations privées sont écoutées. Comme à l'époque de Mitterand, maitre dans ce domaine, il n'y a pas de doute que Hollande écoute ces conversations, il faudra attendre probablement 2017 pour que le scandale éclate, mais en attendant il a le champ libre, soutenu par les magistrats véreux, salissant ceux qui font honorablement le travail au quotidien.
Epique
- 15/03/2014 - 13:20
J'AI UN SCOOP !
A ce jour, aucune communication entre Kadhafi et Sarkozy n'a été interceptée, mais le juge ne désespère pas et l'écoute continue...