En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

06.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

07.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 11 min 20 sec
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 11 heures 24 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 14 heures 26 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 16 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 17 heures 54 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 18 heures 27 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 19 heures 53 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 20 heures 29 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 21 heures 26 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 21 heures 59 min
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 10 heures 59 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 14 heures 1 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 14 heures 52 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 16 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 18 heures 9 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 20 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 21 heures 30 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 22 heures 3 min
Bonnes feuilles

Complexe occidental : comment l'Europe a appris au monde à la détester

Publié le 17 mars 2014
Les Occidentaux et en premier lieu les Français, doivent répondre, selon Alexandre Del Valle, au plus grave défi qui se pose à eux : le virus de la haine de soi collective, miroir de la détestation dont ils sont l’objet de la part des totalitarismes modernes. Extrait de "Le complexe occidental - Petit traité de déculpabilisation", aux éditions du Toucan (1/2).
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Occidentaux et en premier lieu les Français, doivent répondre, selon Alexandre Del Valle, au plus grave défi qui se pose à eux : le virus de la haine de soi collective, miroir de la détestation dont ils sont l’objet de la part des totalitarismes modernes. Extrait de "Le complexe occidental - Petit traité de déculpabilisation", aux éditions du Toucan (1/2).

L’homme européen trouva un ennemi à sa mesure : lui-même

L’idée centrale de cet essai repose sur la conviction que la pire menace pour les sociétés occidentales réside dans le syndrome de la culpabilisation généralisée. Véritable pathologie sociale, l’idéologie de la haine de soi et de la dépression collective qui en découle est bien plus dangereuse pour l’Occident que tout autre type de péril – intérieur ou extérieur - car elle aboutit à lui faire perdre progressivement ses défenses immunitaires. L’autoflagellation qui pousse à blâmer systématiquement son propre camp, présenté comme coupable et mauvais par nature, puis à défendre le camp adverse, paré de toutes les vertus ou présenté comme victime, s’apparente à une véritable guerre psychologique livrée contre sa propre collectivité. Or la stratégie et la géopolitique enseignent qu’une nation doit au contraire délivrer une image valorisante et positive d’elle-même afin de mobiliser ses troupes - notamment face à des adversaires potentiels - et d’assurer la cohésion. De ce point de vue, l’action du pessimiste professionnel, qui consiste à décourager les siens en leur expliquant que leur civilisation n’a plus d’avenir et que leur nation est vaincue d’avance, constitue également une forme de « guerre de représentation » livrée contre son propre groupe, puisqu’elle augmente les chances de victoire de l’ennemi. L’histoire des conflits nous enseigne ainsi qu’« à armes égales, c’est le mental qui fait la différence… ».

Parallèlement, la perte générale de sens et la déconstruction des valeurs fondatrices alimentent, dans nos sociétés culpabilisées et privées de vision d’avenir, une véritable anxiété collective. Ce constat a d’ailleurs conduit le géopolitologue Dominique Moïsi à définir l’Europe comme le « continent de la peur »....

A la fois découragées par les pessimistes professionnels et inhibées par les nouveaux inquisiteurs du politiquement correct, les vieilles sociétés européennes semblent en effet avoir peur de tout : peur de la mort, bien sûr, peur de la vieillesse, peur de l’avenir, perçu comme forcément noir ; peur du travail, redouté comme un fardeau inacceptable dans la société des loisirs et de l’Etat-Providence, peur des nations non-occidentales en face desquelles il conviendrait de capituler par anticipation pour conjurer un redoutable « choc des civilisations » ; et peur de toute sorte de menaces géopolitiques, économiques voire même climatiques. D’où le succès des sectes et des mouvements les plus radicaux, qui remplissent, avec leurs certitudes théocratiques, le vide moral de nos sociétés désenchantées. D’où aussi la popularité des discours de certains idéologues libertariens-écolos qui vont jusqu’à prôner la décroissance économique et même la dénatalité des Occidentaux, lesquels « mériteraient » de disparaître pour avoir « détruit la Planète »...

Ce type de radicalisme écologique misanthrope - qui omet de préciser que les plus gros pollueurs sont aujourd’hui les pays émergents - et dont les idées gagnent peu à peu le grand public, est un énième symptôme de la dépression collective de l’Occident. La plus grande source de danger pour les sociétés européennes ne provient pas de menaces extérieures, si réelles soient-elles - qu’il s’agisse de la concurrence déloyale sino-asiatique, des intentions anti-hégémoniques des puissances émergentes, de l’immigration incontrôlée ou même du totalitarisme islamiste - mais de l’idéologie de la haine de soi et du désespoir. 

A contrario, les nations décomplexées qui affichent des valeurs et une identité fortes peuvent trouver dans l’estime d’elles-mêmes et dans leur confiance en l’avenir l’énergie et la volonté nécessaires pour vaincre toute sorte de péril. Les pays occidentaux ne pourront relever les défis cruciaux du nouveau monde multipolaire et de la globalisation que s’ils soignent leur dépression et suivent une thérapie globale de déculpabilisation, clef de l’estime de soi et du respect de l’autre.

A l’aune de ces constats, le présent ouvrage a pour objectif premier de décrypter le processus de désinformation qui a présidé à l’idéologie de la culpabilisation, - communément appelée terrorisme intellectuel (Jean Sevillia) -, fruit d’une action subversive multiforme que les sottes théories du complot ne peuvent expliquer dans leur complexité. Le décryptage de ce processus subversif passe par la « désoccultation "des principaux « mythes fondateurs » du politiquement correct et des « empires idéologiques» qui les actionnent.

Cet ouvrage propose dans un second temps une thérapie de réarmement moral. Et dans un troisième temps, prenant acte de l’émergence d’un monde multipolaire caractérisé par une demande de « désoccidentalisation du monde », il invite les nations occidentales à substituer à leurs prétentions universalistes, à certains égards suicidaires et contre-productives, un recentrage stratégique et identitaire autour de leurs propres intérêts géo-civilisationnels (chapitre IV).  

 (...)

L’Europe a appris au monde comment la détester…

Cette inclination à dénigrer nos sociétés judéo-chrétiennes, dont on attribue souvent à tort la paternité aux leaders de la décolonisation et au radicalisme islamiste, est une invention européenne. Les premiers propagateurs du virus de la haine de soi, qui sévit partout dans le monde depuis les années 1950, ont été et demeurent en effet des penseurs européens, qui ont d’ailleurs formé ou soutenu nombre de dictateurs tiersmondistes, qu’ils soient staliniens ou islamistes (de Pol Pot le génocideur cambodgien, à Hassan al-Tourabi l’ex-idéologue du régime islamiste du Soudan, en passant par l’Ayatollah Khomeyni, artisan de la « révolution islamique iranienne).

Pour ces auteurs européens « progressistes », la perfection intellectuelle consiste à s’auto-flageller et à faire accepter cette attitude masochiste au nom de la noble propension à s’autocritiquer. Il est vrai que c’est tout à son honneur de reconnaître ses « fautes passées », de faire son propre examen et même d’inviter les autres à y participer. Mais cette apparente noblesse d’âme propre aux sociétés occidentales sert trop souvent de justification à une collaboration et à une capitulation devant l’adversaire déclaré, qui lui, ne se remet pas en questions et voit dans notre mauvaise conscience son plus puissant allié. La haine de soi collective est alors un dévoiement pur et simple de la saine autocritique, pervertie en culpabilisation pathologique. Car si l’auto-flagellation occidentale participait d’une sincère recherche de Vérité et de Justice, elle ne s’imposerait pas qu’aux peuples européens, mais aussi toutes les autres nations qui seraient aussi invitées à faire cet examen de conscience. Or il n’en est rien : les nations non-européennes ne sont jamais invitées à reconnaître leurs torts passés ou présents et à se remettre en question, pas même les pays totalitaires islamiques (Pakistan, Arabie saoudite, etc) qui financent le totalitarisme islamiste. Ces pays n’ont d’ailleurs jamais songé à pratiquer en matière de religion l’élémentaire principe de réciprocité que nos dirigeants ne songent d’ailleurs même pas à leur demander… Ils sont autant décomplexés que nos pays sont complexés.

Cette absence totale de symétrie et de réciprocité entre les démocraties occidentales et ces pays est illustrée par la valorisation permanente de l’impérialisme que fut le Califat arabo-musulman dans les discours et enseignements publics et les médias des pays musulmans. Les masses de ces pays sont en effet habituées - dès le plus jeune âge - à se sentir « fières » des conquêtes arabes et islamiques passées et présentes, y compris de la colonisation de l’Espagne, de la Sicile ou des Balkans pendant des siècles (voir chapitre III)… D’où le mythe omniprésent, à la fois cher aux islamistes radicaux et aux pays musulmans, de « l’Andalousie perdue », toujours « pleurée » de Rabat à Médine… Par contraste, l’impérialisme occidental et son festival de croisades, d’esclavagisme et de colonialisme sont, systématiquement fustigés.  

Ainsi, au sein même des Nations Unies, les grands sommets antiracistes et anti-esclavagistes organisés par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Durban (2000) et à Genève (2009), n’ont jamais dénoncé que le « sionisme », le colonialisme européen, la traite des Noirs par les Blancs chrétiens et plus généralement le « racisme de l’Occident islamophobe ». En revanche, le racisme anti-chrétien, anti-noir et anti-juif pratiqué hier et aujourd’hui dans les pays musulmans (Arabie Saoudite, Soudan, Nigeria, etc), la persécution officielle des Intouchables chrétiens dans les Etats de l’Union indienne dirigés par les partis hindouistes (BJP, RSS), tout comme le colonialisme et l’esclavagisme arabo-islamiques de jadis, sont passés sous silence. Mais cette sélectivité manichéenne dans l’indignation antiraciste est logique, car on ne peut culpabiliser que celui qui se prête à ce jeu. Le culpabilisateur n’est en effet rien sans la complicité objective de celui qui accepte de culpabiliser et qui se justifie. Les Occidentaux sont en fin de compte les seuls à avoir honte d’eux-mêmes et à ne pas assumer leur histoire. Ils sont les seuls vrais responsables de ce dialogue de dupes. Leur culpabilité est l’engrais le plus fécond de la haine anti-occidentale professée, telle un miroir, par les peuples du Sud décomplexés qui y voient un encouragement à la conquête à rebours et une forme de capitulation ex-ante… Peut-on d’ailleurs en vouloir à ceux qui haïssent l’Occident mais dont les thèses ont été inculquées par nos élites intellectuelles depuis des décennies ?

Extrait de "Le complexe occidental - Petit traité de déculpabilisation", Alexandre Del Valle, aux éditions du Toucan, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Tane06
- 16/03/2014 - 08:55
Toujours excellentissime Alexandre Del Valle
J'ai eu la chance d'assister à une de ses conférences à nice, il y a de cela quelques années...conférence perturbée par de jeunes arabes pour qui l'intelligence et la réflexion étaient des valeurs très "étrangères"...
François Homeland
- 16/03/2014 - 00:50
Une seule solution...
Nommer les traîtres, les juger et les empêcher de nuire à jamais ! Autant dire que ça n'est pas demain la veille mais qui sait, l'Histoire peut quelquefois avoir de ces accélérations... Qui sont-ils ? Il suffit de regarder autour de vous : les journaux, la radio, la télévision vous servent tous les jours sur un plateau l'alpha et l'omega de la classe politico-merdiatique !
pguillermo
- 15/03/2014 - 20:42
Article totalement à coté de la cible.
Mon avis rejoint celui de GOGGOS. Pas du tout d'accord avec l'analyse car il repose sur un postulat de départ qui me parait complètement faux.

En fait nous, Français et Européens standards, nous n'avons strictement aucun complexes. C'est une bonne partie de nos Zélites qui cherche à nous complexer et s'évertue à croire que leur idéologie fait mouche.

L'article aurait été instructif s'il avait répondu à des questions :
- qui tire ces ficèles ?
- pourquoi ?
- quelle en est l'incidence sur la déconsidération des zélites ?
etc...