En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 11 heures 1 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 12 heures 41 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 16 heures 26 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 16 heures 46 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 17 heures 27 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 18 heures 36 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 10 heures 45 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 11 heures 52 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 13 heures 16 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 15 heures 49 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 16 heures 39 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 16 heures 59 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 17 heures 52 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 19 heures 34 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 20 heures 11 min
© Reuters
Bouygues Telecom veut céder son réseau mobile à Free, sous réserve d'un accord de fusion avec SFR.
© Reuters
Bouygues Telecom veut céder son réseau mobile à Free, sous réserve d'un accord de fusion avec SFR.
Réseaux étrangers

Quelles conséquences la concentration des opérateurs mobiles étrangers a-t-elle eu pour leurs clients ?

Publié le 11 mars 2014
Bouygues Telecom veut céder son réseau mobile à Free, sous réserve d'un accord de fusion avec SFR. Une situation exceptionnelle en France, alors que d'autres pays ont passé cette étape depuis longtemps.
Laurent Benzoni
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Benzoni est un économiste français, spécialiste de d’économie industrielle, de la concurrence et d’économie numérique. Il est professeur d’Economie à l’Université Panthéon-Assas (Paris ) et associé fondateur de Tera Consultants, un cabinet de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bouygues Telecom veut céder son réseau mobile à Free, sous réserve d'un accord de fusion avec SFR. Une situation exceptionnelle en France, alors que d'autres pays ont passé cette étape depuis longtemps.

Atlantico : En Allemagne, depuis la fusion annoncée des opérateurs E-Plus (KPN) et O2 (filiale de l’espagnol Telefonica en Allemagne), respectivement numéro 3 et numéro 4 du marché du mobile outre-Rhin. La nouvelle entité permettra de consolider un marché allemand partagé entre quatre gros acteurs, menés par les poids lourds Deutsche Telekom et Vodafone. Quel impact aurait cette fusion allemande sur le reste du marché européen ?

Laurent Benzoni : Aujourd’hui, la commission européenne regarde de très près le dossier parce que l'Allemagne passe de quatre acteurs historiques à trois. La dynamique du marché allemand est très particulière. Ils avaient distribué six licences de troisième génération, dont une à France Telecom, une à Telefonica, et deux autres avaient payé, mais n’avaient pas déployé de réseaux, et ont rendu leur licences après avoir payé plusieurs milliards pour l’obtenir. L’Allemagne s’est donc retrouvée avec ses quatre opérateurs historiques. La troisième génération ne s’est traduit quant à elle par aucune entrée. Actuellement deux opérateurs historiques cherchent à fusionner sans qu’il y ait menace d’entrée d’un troisième.La commission européenne regarde de très près le dossier parce qu’on passe de quatre acteurs historiques à trois. C’est un cas nouveau et l’Allemagne n’est pas.

La Grande Bretagne est passée de cinq à quatre opérateurs, l’Autriche est passée de cinq à quatre et de quatre à trois, le Danemark également. On observe qu’un marché à quatre dans les configurations des marchés européens, c’est un marché difficilement soutenable à long terme. A cause des coûts fixes d’un opérateur de réseau : dans les réseaux mobiles il y a un renouvellement constant des générations techniques, c'est-à-dire la 3G. Les réseaux ont à peine terminé d’être finalisé en déploiement pour des durées de 15 à 20 ans, qu’on introduit déjà la 4G. Et ce n’est pas fini, la Grande Bretagne et l’Allemagne annonce déjà le développement de la cinquième génération. Quand on tient les prix à quatre trop bas, on n’arrive pas à les rembourser : les opérateurs perdent en rentabilité et en cache lots, servant principalement à réinvestir.

Le Portugal pourrait fournir un cas d’école intéressant dans l'hypothèse où Vivendi choisirait Numericable pour racheter SFR. En janvier 2013, Lisbonne a autorisé la fusion de l’opérateur mobile Optimus avec le câblo-opérateur Zon. La nouvelle entité est ainsi devenue le deuxième opérateur télécoms du pays derrière Portugal Telecom. Un an après quels sont les impacts positifs et négatifs sur les clients ?

Il n’y a pas eu de modifications substantielles du niveau des prix, ni à la hausse ni à la baisse, en l’occurrence parce que les actifs étaient complémentaires.

De plus petits marchés, comme l'Autriche et l'Irlande, ont déjà mis en place leur consolidation et sont passés de quatre à trois opérateurs. Comment les prix ont-ils évolué pour les clients de ces pays ?

L’Autriche est un cas intéressant. La guerre des prix avaient été terrible en Autriche, raison pour laquelle Orange est sorti du pays, faute d’espoir de rentabilisation des investissements réalisés, ils ont donc vendu à l’opérateur chinois 3 (créateur d’Orange revendu à France Telecom). En ce qui concerne les augmentations de prix, il ne faut pas confondre l’Arpu (revenu par utilisateur) et le prix (ce qu’on paye à la minute). L’Arpu c’est le chiffre d’affaires de l’opérateur divisé par le nombre d’abonnés : c’est ce qu’on facture en moyenne à l’abonné, il peut donc augmenter alors même que les prix baissent. Donc le suivi des prix est très complexe. Exemple avec Free : vous avez tout un ensemble de menus pour l’Internet haut débit. Le menu le plus haut de gamme coûte 36 euros, vous avez pour 1,90 euros de plus la télévision alors qu’avant c’était gratuit, pour 5 euros le mobile, et la freebox. Il y a du plus, donc cela justifie des prix plus élevés et donc une facture plus élevée. Bref, on ne sait pas vraiment si c’est moins cher…


La position de Bruxelles en la matière est paradoxale : d’un côté, l’exécutif européen souhaite une diminution du nombre d’acteurs et l’émergence de groupes télécoms transnationaux ; de l’autre, la Commission n’est pas prête à accepter facilement les fusions-acquisitions dans ce secteur au nom de la concurrence. Peut-on imaginer une européanisation de la téléphonie mobile ?

La commission européenne rêve depuis 30 ans de pouvoir attribuer elles mêmes des licences hertziennes. Et depuis 30 ans les Etats lui répondent que les fréquences c’est leur domaine public, leurs recettes, leurs moyens, etc. L’Europe essaie donc de revenir par la création d’un grand marché intérieur, c’est le roaming. Quand vous allez à l’étranger avec un mobile français, vous payez un tarif particulier parce que vous êtes accueilli par un opérateur qui n’est pas le vôtre sur son réseau. C’est cher parce que l’opérateur étranger fait payer cher votre opérateur national. La commission européenne dit que faire payer l’usage de ces réseaux à un tiers européen est non justifié, donc elle veut que les tarifs pratiqués par un opérateur pour une utilisation de son réseau soit les mêmes qu’il pratique pour ses clients. Elle veut créer un grand marché des européens abonnés qui bougent dans l’espace européen sans surtaxes.

Un autre effet pervers d'une concentration entre opérateurs est la suppression d'emploi. C'est la face cachée du modèle américain qui, en 10 ans et après de multiples concentrations, a détruit 500 000 emplois dans le secteur. La France peut-elle éviter cette situation ?

Tout dépend des engagements que vont prendre les opérateurs. Aux États-Unis, il n’y a pas d’engagements sur le maintien de l’emploi, ce n’est pas au centre des débats de la concurrence, ce n’est pas le même contexte. En France on a une sensibilité beaucoup plus forte vis-à-vis de l’emploi. Les américains ne tournent à 10% de chômage structurel, ils sont à 5%. Il faut savoir que c’est un critère systématiquement indiqué dans les attributions de licences pour les opérateurs mobiles. Ce qui fait qu’en France, nous n’avons pas d’attribution de licence mobile aux enchères. Les opérateurs doivent respecter les critères de la couverture, de l’aménagement du territoire, de l’emploi de l’investissement, des prix, de la qualité du service.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Baskerville
- 11/03/2014 - 09:06
Allô ?
Deuxième paragraphe : les opérateurs perdent en cache lots ?! En cachalots ? Ou en cash-flow ? Allô ? Y a-t-il quelqu'un pour relire ?