En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

03.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

06.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

07.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 25 min 40 sec
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 2 heures 52 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 3 heures 32 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 4 heures 17 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 5 heures 22 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 6 heures 2 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 6 heures 31 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 6 heures 56 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 7 heures 30 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 53 min 39 sec
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 3 heures 14 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 3 heures 44 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 5 heures 22 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 6 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 6 heures 46 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 7 heures 4 min
pépites > International
Ring
Trump face à Biden : un pugilat confus, un match de boxe, plutôt qu'un débat
il y a 7 heures 45 min
Jean-Claude Juncker a été désigné par le Parti populaire européen (PPE) pour disputer à Martin Schulz la présidence de la Commission européenne.
Jean-Claude Juncker a été désigné par le Parti populaire européen (PPE) pour disputer à Martin Schulz la présidence de la Commission européenne.
Bonnet blanc, blanc bonnet ?

Le vrai (faux) choix des élections Européennes : Jean-Claude Juncker ou Martin Schulz

Publié le 10 mars 2014
Jean-Claude Juncker a été désigné par le Parti populaire européen (PPE) pour disputer à Martin Schulz la présidence de la Commission européenne. Deux profils qui peuvent sembler avoir plus de similitudes que de différences.
Jean Quatremer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Quatremer est journaliste.Il travaille pour le quotidien français Libération depuis 1984 et réalise des reportages pour différentes chaînes télévisées sur les thèmes de l'Europe.Il s'occupe quotidiennement du blog Coulisses de Bruxelles.Il est l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Claude Juncker a été désigné par le Parti populaire européen (PPE) pour disputer à Martin Schulz la présidence de la Commission européenne. Deux profils qui peuvent sembler avoir plus de similitudes que de différences.

Atlantico : Le luxembourgeois Jean-Claude Juncker pour le Parti populaire européen (PPE) contre l'allemand Martin Schulz pour les socialistes européens, telle sera l'opposition pour la présidence de la Commission européenne. Quelles sont les différences majeures et les grands clivages entre les deux candidats ?

Jean Quatremer : Ils ont d'abord plusieurs points communs importants. En effet, ils sont tous les deux très europhiles, et même fédéralistes au niveau européen. Après, dans le cas de Jean-Claude Juncker, même s'il est le tenant d'une économie sociale de marché, il a quand même endossé l'ensemble des politiques d'austérité de la Commission européenne et de la Troïka, et il n'a jamais pris ses distances. Il est en théorie pour une Europe plus sociale mais on ne l'a finalement guère entendu sur ce sujet ces quatre dernières années. De même, il n'est jamais allé assumer ses choix politiques en Grèce ou au Portugal, ce qui lui a été reproché en tant que président de l'Eurogroupe. Schultz, lui, est allé dans les Etats membres soumis aux politiques d'austérité pour critiquer ce qui était mis en œuvre.

Juncker est aussi très compréhensif à l'égard des gouvernements, puisqu'il en a été membre. On pense donc qu'il n'ira pas à leur contact frontalement. Schultz, lui, au contraire, n'a jamais été membre d'aucun exécutif.

Mais il est clair que, sur la scène européenne, entre un social-démocrate allemand et un chrétien-social luxembourgeois, il n'y a pas énormément de différences.     

Jean-Claude Juncker est soutenu par Angela Merkel, et Martin Schulz est allemand. L'opposition entre ces deux candidats marque-t-elle la victoire d'une vision allemande de l'Europe ?

Jean-Claude Juncker avait le soutien de la Chancelière par stratégie. Même s'il a juré vouloir devenir président de la Commission européenne, il voudrait en fait diriger le Conseil européen – il avait d'ailleurs été candidat en 2009 – comme je l'explique sur mon blog.

En tout cas je ne pense pas qu'il faille voir une influence allemande dans la nature des candidats. Cela montre cependant que les pays d'Europe de l'est ne sont pas encore totalement dans le jeu communautaire et n'ont pas une légitimité suffisante. Et je rappelle que le fonctionnement d'un parti politique européen repose aussi sur la représentativité démographique des Etats, dont la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne (et un peu la Pologne) font la différence, mais la plupart des derniers Etats membres pèsent assez peu au final.

Quelles seraient les implications en termes de politique européenne de la victoire de l'un ou de l'autre ?

Il n'y aura effectivement pas de changements fondamentaux. Il y aura sans doute plus de préoccupations sociales avec Schultz que Juncker, et encore ce n'est même pas sûr. Mais c'est une vision très franco-française d'imaginer que la question se pose comme étant l'opposition frontale de deux camps. Au Parlement européen, le PPE, sur les questions économiques, vote tout le temps avec les libéraux. Pour les questions sociétales, les libéraux votent cette fois toujours avec les socialistes. A cela se rajoutent les intérêts nationaux, ou la gauche et la droite d'un même pays peuvent voter pour défendre un projet. Il n'y a pas au niveau européen d'affrontements gauche-droite comme on le pense en France, surtout que le Parlement européen n'est pas une assemblée où la majorité vote toujours en accord avec l'exécutif et l'opposition toujours contre. Enfin, comme les élections sont proportionnelles, au Parlement européen, il faut savoir cohabiter avec des groupes politiques souvent très différents pour constituer une majorité.

Les profils assez similaires des deux prétendants au poste ne tue-t-elle pas ce qui était peut-être le seul vrai enjeu de cette élection ?

Les eurosceptiques n'ont aucun candidat à la présidence de la Commission car cela ne les intéresse tout simplement pas ! Et par nature, un eurosceptique est nationaliste et s'entend donc assez mal avec un étranger, c'est pour cela que les groupes politiques eurosceptiques ne durent jamais très longtemps, à cause des difficultés des eurosceptiques de travailler avec des députés venant d'autres pays. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vaclav olmac
- 09/03/2014 - 18:51
M. Juncker, la voie est libre. Libre !!!!!!!
Bravo M.Juncker, faites l'Europe fédérale. La France n'existe plus. Les Français se sont autodétruits. La Droite francaise n'a aucune prise sur la situation et la Gauche est totalement suiviste. La France s'efface, allez-y !!!!!
ignace
- 09/03/2014 - 01:34
Quatremer le benet rouge europeen (pas breton)
Il y a quelque chose du GIEC chez Quatremer...
mainatework
- 08/03/2014 - 23:01
Schultz et les Suisses
La dernière fois que j'ai entendu parler de Martin Schultz, il attribuait le vote suisse sur les restrictions à l'immigration aux "bas instincts" de l'électorat suisse. Ça devrait classer le personnage. Pas que l'autre bureaucrate vaille beaucoup mieux. Quel choix ! À quand l'Europe des nations (et à plusieurs vitesses ou niveaux, s'il le faut), de l'Atlantique à l'Oural ? On en est vraiment loin. Enfin ça sera l'un au l'autre de ces deux artistes, mais il y aura toutefois sans doute pas mal de voix nouvelles et un peu différentes, et cela pourrait devenir un peu moins soporifique, au moins dans certains débats.