En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

04.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

05.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 19 min 16 sec
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 58 min 56 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 1 heure 27 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 3 heures 16 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 6 heures 57 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 7 heures 41 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Europe
UE

Déficit : hypocrisies, contradictions et jeux de dupes à tous les étages européens

il y a 9 heures 15 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 42 min 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 1 heure 34 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 4 heures 31 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 5 heures 29 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 6 heures 44 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 7 heures 28 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 8 heures 54 min
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 18 heures 1 min
Bonnes feuilles

Raspoutine, fossoyeur de la Russie tsariste ?

Publié le 09 mars 2014
Avec Luc Mary
Cette biographie de Raspoutine propose de faire la lumière sur les dernières zones d'ombre qui entourent la vie du personnage le plus énigmatique de la Sainte Russie. Extrait de "Raspoutine, prophète ou imposteur ?",de Luc Mary, éditions l'Archipel (1/2).
Né en 1959, Luc Mary, écrivain et historien, collabore au mensuel L’Actualité de l’histoire. Il est l’auteur d’une Histoire de l’Europe (De Vecchi, 2004), de Vauban, le maître des forteresses (L’Archipel, 2007), ainsi que des Maîtres du Kremlin et des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Mary
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Né en 1959, Luc Mary, écrivain et historien, collabore au mensuel L’Actualité de l’histoire. Il est l’auteur d’une Histoire de l’Europe (De Vecchi, 2004), de Vauban, le maître des forteresses (L’Archipel, 2007), ainsi que des Maîtres du Kremlin et des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette biographie de Raspoutine propose de faire la lumière sur les dernières zones d'ombre qui entourent la vie du personnage le plus énigmatique de la Sainte Russie. Extrait de "Raspoutine, prophète ou imposteur ?",de Luc Mary, éditions l'Archipel (1/2).
Avec Luc Mary

« Sans Raspoutine, il n’y aurait pas eu Lénine. » Kerenski

Été 1914, la Russie entre en guerre dans la liesse générale. Malgré l’influence qu’on lui octroie, Raspoutine n’a pas pu empêcher l’inévitable. Cependant, l’illusion de puissance de l’armée russe est de courte durée. À compter de l’année 1915, l’horizon s’assombrit. Devant le rouleau compresseur allemand, l’armée tsariste cède la Galicie, la Pologne et une partie des territoires baltes. En l’espace de quelques semaines, l’allégresse cède le pas à la suspicion ; on se met bientôt en quête de boucs émissaires. Après avoir emprisonné le ministre de la Guerre, on soupçonne Raspoutine de faire le jeu de Berlin, voire celui des révolutionnaires bolcheviques. Mais toutes ces attaques demeurent vaines. Et ce, malgré la vie débridée de Raspoutine, les scandales qui la ternissent et qui rejaillissent sur le couple impérial. Contre vents et marées, la tsarine soutient l’indésirable Raspoutine ! Mieux encore, après un court moment de disgrâce, l’exilé de Sibérie revient en position de force à Petrograd. Il devient même le véritable maître de la Russie. Gouverné par un moujik illettré, l’Empire paraît moribond. Le tsarisme se lézarde avant même le renversement du tsar. D’une certaine façon, Raspoutine fraie le chemin à Lénine…

Jusqu’au bout, le tsar a espéré éviter le conflit avec l’Allemagne de son « cousin » Guillaume II. Mais ç’eût été trahir ses engagements vis-à-vis de la France. Désormais, Nicolas II ne peut plus reculer, quitte à voir son trône basculer. Et pourtant, en entrant dans la guerre, le dernier des Romanov signe son arrêt de mort.

« Vive la France ! »

Le 20 juillet 1914 1, au palais d’Hiver, l’empereur de toutes les Russies se ressaisit. Devant la Cour au grand complet, rassemblée dans la galerie Saint-Georges, Nicolas reprend à son compte un discours prononcé un siècle plus tôt par son prédécesseur Alexandre Ier, au moment de l’invasion napoléonienne : « Je déclare ici solennellement que je ne signerai pas la paix avant que le dernier soldat ennemi ait quitté notre sol… » L’émotion est à son comble. Enthousiasmés par les paroles de Nicolas II, les dignitaires de la Cour entonnent un Te Deum, puis acclament le couple impérial. « Vive la France ! », n’hésitent pas à crier certains militaires. « Nous ne signerons la paix qu’à Berlin », répètent-ils. Des officiers aux évêques, en passant par tous les hauts fonctionnaires de l’État, c’est à qui s’approchera au plus près du tsar et de l’impératrice pour les toucher, les congratuler ou les embrasser.

Parvenu difficilement au balcon du palais d’Hiver, le couple impérial n’est pas moins impressionné par les clameurs venant de la rue. La ferveur de la populace n’a en effet rien à envier à celle des dignitaires. Plusieurs milliers de Russes acclament leur souverain, brandissant son portrait. À la vue du souverain et de sa femme, une énorme émotion s’empare de la foule massée au pied du palais. Les étendards s’abaissent et tous, riches et pauvres, jeunes et vieux, hommes et femmes s’agenouillent devant les Romanov, entonnant à leur tour l’hymne national, « Dieu protège le tsar ». Puis tous se relèvent et s’ensuit une ovation interminable. Neuf ans après le « dimanche rouge », le peuple aurait-il pardonné à son souverain ? Le tsar en est intimement convaincu. Une impression déjà ressentie à la faveur des fêtes du Tricentenaire. Ragaillardi par ces ovations inattendues, Nicolas II est maintenant persuadé d’avoir reçu une mission divine. Son rêve le plus ambitieux est de conquérir Constantinople et de dresser la croix orthodoxe sur le toit de la basilique Sainte-Sophie. De son côté, Alexandra est loin de partager l’enthousiasme de son mari. Cette ferveur populaire la gêne. N’est-ce pas le sang de ses compatriotes que la Russie appelle à répandre sur son sol ? À défaut d’arrêter la guerre, Alix et ses filles préféreront travailler en tant qu’infirmières à l’hôpital du palais de Tsarskoïé Sélo. Pour la première fois dans sa vie d’impératrice mal-aimée, Alix se sentira utile…

Quand Raspoutine feint de se ranger à l’engouement patriotique

« La guerre a mis fin à toutes nos dissensions intestines… Le peuple russe n’a pas éprouvé une pareille secousse de patriotisme depuis 1812. » Ainsi s’exprime le président de la Douma, Mikhaïl Rodzianko, au soir de la journée historique du 20 juillet. Raspoutine lui-même semble emporté par cet incontrôlable élan patriotique. Mais ce n’est qu’une manoeuvre pour échapper au lynchage ! Finies les prophéties apocalyptiques, abandonnée la rhétorique du peuple qui souffre, l’heure est à l’unité, pour ne pas dire à l’union sacrée 1. Mieux encore, le starets feint de partager l’idée commune selon laquelle la guerre allait être courte. Et la Russie en serait la grande bénéficiaire ! Triste illusion. En son for intérieur, Raspoutine considère toujours la guerre comme une aberration. Mais il est fataliste : « Les gens cesseront de faire la guerre quand les gamins cesseront de se bagarrer », se lamente-t‑il…

De retour dans la capitale, rebaptisée en raison des circonstances de la guerre Petrograd 1, Grigori abandonne son combat contre l’entrée de la Russie dans le conflit. Un revirement de façade. D’apparence spontanée et bon enfant, il n’en est pas moins rusé et calculateur. Même s’il continue à critiquer le bien-fondé de la guerre, il admet qu’elle a enfin permis l’union sacrée entre le tsar et son peuple. Le conflit contre l’Allemagne a aussi un autre avantage : celui de renforcer la lutte contre le « serpent vert » (la vodka), un thème cher au protégé de la tsarine… Mais, paradoxalement, le chantre de la fermeture des cabarets sombre dans l’alcool, la fête à outrance et la débauche. Comme si la guerre autorisait tous les excès ! À défaut de boire de la vodka, il ingurgite des tonnes de vin, en particulier du madère. Durablement choqué par l’attentat de Khionia Gousseva, Raspoutine montre en effet une insatiable soif de plaisirs. Et ne pouvant concevoir de vivre sans être ivre, l’homme de Dieu confond allègrement camaraderie, beuverie et orgie./em>

Informée des débordements de son moujik, Alix ne cesse pas de le défendre. Quand on lui apporte la preuve des soûleries de Grigori, elle manifeste la plus parfaite mauvaise foi en prétendant que la police a simplement confondu le saint homme avec un monstrueux imposteur. De ce soutien inconditionnel, Raspoutine est parfaitement conscient. Et le starets de s’en vanter au cours de soirées bien arrosées. Les scandales ? Il s’en moque ou, plutôt, il les provoque. Car chacun d’eux renforce sa célébrité et sa place tant convoitée auprès du couple impérial. À compter de l’automne 1914, Grigori le Débauché a définitivement pris le pas sur Grigori le Pacifiste. Tandis que, sur le front, les soldats russes, mal armés, mal équipés et mal commandés, essuient leurs premiers revers…

Extrait de "Raspoutine, prophète ou imposteur ?", de Luc Mary, éditions l'Archipel, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

04.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

05.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
alphacentaure
- 10/03/2014 - 23:19
Raspoutine mis à sa juste place
Enfin un historien digne de ce nom qui a su voir qui était Raspoutine, sans préjugés ni apriori. Un auteur à multiples talents qui s'est aussi attaqué à d'autres personnages de l'histoire. Je recommande ce livre à tous que j'ai déjà dévoré...
Adi Perdu
- 09/03/2014 - 22:35
« Sans Raspoutine, il n’y aurait pas eu Lénine. » Kerenski
Kerenski, c'est un socialiste russe qui a été chef du gouvernement pendant 3 mois... Jusqu'à la révolution d'octobre par les bolcheviks.
Vraiment pas inoubliable. Après, il immigra aux USA où il décéda en 1970... Quand même.
Donc il a eu tout le temps de ruminer
;-)
Franchement, il y a des centaines d'historiens, de témoins qui ont eu une meilleure analyse que Kerenski !
°
Raspoutine rime avec Lenine, ceci expliquant cela.
pascalou2
- 09/03/2014 - 18:35
bonjour
tres interssant billet ...comme vous l imaginez bien ,on va comparer avec buisson ..a t il les qualiter decrite dans ce billet ...certaine peut etre ...

-
"nicolas II est maintenant persuadé d’avoir reçu une mission divine. Son rêve le plus ambitieux est de conquérir Constantinople et de dresser la croix orthodoxe sur le toit de la basilique Sainte-Sophie."...la on voie un reve cacher de buisson ....d un autre cotée , il faut savoir que sainte sophie qui etais devenu un muser symbole de paix , a recament fait l objet des religieux turque , pour la faire redevenir une moquer ....a mediter ...

bon j arrete la ...car j ai peut etre tout faux ..lol

pascalou
amateur de science