En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 16 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 53 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 37 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 22 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 33 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 55 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 36 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 38 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 15 heures 32 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 15 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 18 heures 30 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 45 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 37 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 41 min
© Reuters
Kris Gunnars, un spécialiste anglo-saxon de la nutrition, a procédé à une étude qui soulignerait d'après lui les méfaits des régimes prônés aujourd'hui.
© Reuters
Kris Gunnars, un spécialiste anglo-saxon de la nutrition, a procédé à une étude qui soulignerait d'après lui les méfaits des régimes prônés aujourd'hui.
Obèses

Comment les dérives autour des régimes anti-gras nous ont rendu gros et malades

Publié le 06 mars 2014
Les régimes, principales causes de nos rondeurs et de nos problèmes cardiaques ? Pas si improbable d'après certains nutritionnistes anglo-saxons.
Patrick Tounian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Tounian est professeur de pédiatrie, chef du service de nutrition et gastroentérologie pédiatrique de l'hôpital Armand-Trousseau à Paris. Docteur en sciences, il dirige les formations " Obésité de l'enfant et de l'adolescent " et " Nutrition de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les régimes, principales causes de nos rondeurs et de nos problèmes cardiaques ? Pas si improbable d'après certains nutritionnistes anglo-saxons.

Atlantico : Kris Gunnars, un spécialiste anglo-saxon de la nutrition, a procédé à une étude qui soulignerait d'après lui les méfaits des régimes prônés aujourd'hui. Quels sont-ils, d'après vous ?

Patrick Tounian : Le principe du régime, et ce qu'on parle de régime restrictif ou de théorie comportementale, les deux grandes écoles de pensées du régime, c'est de manger moins que sa faim ne l'exige. C'est ce déséquilibre qui est dangereux, car un régime déséquilibré peut effectivement provoquer des méfaits en aboutissant à des carences. Et le problème des carences, c'est qu'elles ne se voient pas, ou mal. Les syndromes ne deviennent visible que des mois, voire des années plus tard. Ne mangez plus de calcium : vous souffrirez d'une carence en calcium, mais il faudra tout un temps avant que cela ne fragilise suffisamment vos os pour que vous connaissiez une susceptibilité accrue aux fractures.

L'enfant qui souffre de carences sera plus exposé aux infections, à la fatigue, à l'anémie. C'est également source de trouble du développement, de troubles cognitifs, de moins bons résultats à l'école… Tandis que chez l'adulte on constatera d'avantages des troubles du comportement.

Des carences sur quelques semaines ou sur quelques mois n'ont pas de conséquences. Maintenues sur des années, elles peuvent représenter un danger, comme une fragilisation du système immunitaire qui rendrait plus sensible aux maladies. Néanmoins, pour en arriver à un tel résultat, il faut faire face à un régime prolongé et qui est assez déséquilibré pour provoquer une dénutrition qualitative.

Kris Gunnars fait également une corrélation surprenante : en 1977, on assiste aux États-Unis à l'arrivée du premier guide régime. L'obésité apparaît d'après lui à la même période. Les régimes rendent-ils vraiment obèse ? Pourquoi ? Comment expliquer qu'une pratique sensée amincir provoque un impact négatif ?

Dire d'un régime qu'il fait grossir c'est tout simplement stupide. Le régime, par définition, fait maigrir. L'idée du régime qui rend obèse est une idée couramment développée dans certains de courants de pensées, chez certains nutritionnistes. Dans certains cas, effectivement, le régime provoque des troubles du comportement alimentaire, voir une certaine forme d'asociabilité, cependant ça reste très marginal.

Il existe, comme je le disais, deux grandes écoles de pensées en termes de régime. Au final, si elles prônent deux méthodes différentes, le résultat est le même. La première, le régime restrictif, consiste à se restreindre dès lors qu'on est à table pour ne pas manger trop. La seconde, qu'on appelle théorie comportementale, cherche quant à elle à détecter une sensation de satiété partielle. Puisque le corps humain est fait de telle façon qu'il ne passe de la faim la plus totale au rassasiement le plus complet en quelques secondes, on cherche un juste milieu à partir duquel on arrêtera de manger. Et finalement, quel que soit le régime qu'on applique, on mange moins que de raison, et souvent de façon déséquilibrée.

Tenter de faire manger des légumes matin, midi et soir à quelqu'un qui ne supporte pas ça ne fonctionnera pas. Et l'arrêt d'un régime, bien plus que le régime en lui-même qui ne fait pas grossir, peut provoquer une prise de poids. En fait, quand on arrête un régime on a même tendance à reprendre plus qu'avant de l'avoir commencé ; et ce particulièrement quand on faisait déjà attention à ce que l'on mangeait. Quelqu'un d'attentif et qui se restreint avant de se lancer dans un régime particulièrement dur ensuite aura tendance à reprendre le poids qu'il aurait du prendre avant.

Le concept de régime est-il pas mauvais en soi ? En quoi changer ses habitudes alimentaires du tout au tout peut-il représenter un danger ?

Il existe, au fond, autant de régimes que de nutritionnistes, et bien souvent quand on dit du régime du voisin qu'il est mauvais c'est d'avantage fondé sur une lutte de pensée et de pouvoir que sur des arguments raisonnés. En vérité, tous les régimes, pour peu qu'ils soient équilibrés, c'est là une condition sine qua non, se valent.

Quand quelqu'un se décide à faire un régime, ce n'est pas par hasard : il y a une raison derrière cette intention, qui motive la décision de se mettre au régime. Il s'agit parfois d'une raison d'ordre médical, de santé, et parfois tout simplement d'une question d'esthétique et de goût. Dans tous les cas, maigrir ne peut se faire qu'au travers du régime. Il n'est pas possible de s'amincir sans changer ses habitudes alimentaires. Je ne crois pas qu'il s'agisse d'un danger, sauf à changer radicalement. Il est évident que quelqu'un qui se met à ne manger que de la viande rouge et ne boire plus que du coca light prends des risques… Mais tant que le changement reste rationnel, ça n'est pas dangereux et c'est de toute façon indispensable.

Il faut voir le régime comme un médicament. Oui, ça peut avoir des effets indésirables, comme n'importe quel traitement. Non, il ne faut pas en avoir peur pour autant : comme la majorité des médicaments, le régime a bien plus d'effets bénéfiques que d'effets délétères.

Si tous ces soucis persistent, pourquoi continuons-nous à nous fier aux régimes ? N'y a-t-il aucun bon régime ? Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un qui souhaite affiner sa silhouette ?

Maigrir est impensable sans pratiquer de régime, aussi le seul conseil que je puis donner est le suivant : mettez-vous au régime ! Il faut savoir qu'un régime alimentaire est d'autant plus efficace quand on reste proche de ses habitudes culinaires, culturelles et gustatives. Forcer quelqu'un à manger ce qu'il n'aime pas n'aura pas vraiment les effets attendus. Il ne faut pas avoir peur du mot régime. Pour maigrir, il faut changer sa façon de manger, et changer sa façon de manger ça s'appelle faire un régime. Il faut désacraliser ce mot qui fait peur. Certains parviendront à s'y mettre seuls, d'autres auront besoin d'être accompagnés pour ne pas tomber dans certaines dérives.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Loupdessteppes
- 06/03/2014 - 11:02
Et le fond du problème ?
Il ne semble pas abordé ici : l'industrialisation de la nourriture ! Le glucose bio-chimique au lieu du sucre - les fruits et légumes accouchés artificiellement sans valeur nutritive - les farines ultra blanchies - le lait UHT à jeter puisque mort - les poissons engraissés aux farines animales etc... Pas un mot la dessus ? Et la sédentarité ? et... tout ce qu'il manque a cet article pour être sérieux...
QuadPater
- 06/03/2014 - 10:24
Pitié !
Offrons des cours de français au rédacteur de l'article !