En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Nicolas Sarkozy.
Buisson et quelques autres…

Sarkoleaks : petits meurtres entre amis

Publié le 05 mars 2014
A l'UMP, c'est "je t'aime moi non plus". Tous les coups sont permis. Même les plus bas.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'UMP, c'est "je t'aime moi non plus". Tous les coups sont permis. Même les plus bas.

Il y a de cela bien longtemps Guy Mollet, patron de la SFIO, avait eu cette formule assassine : "la droite la plus bête du monde". Certes il n'était pas, lui-même, ce qu'on pourrait appeler un enfant de chœur. Spécialiste des coups fourrés, champion dans les intrigues internes, virtuose de trahisons en tout genre. Mais ce n'est pas pour autant qu'il avait tort en diagnostiquant la bêtise de la droite qui à l'époque – la Quatrième République – étalait au grand jour ses turpitudes imbéciles.

>>>>>>>> A lire également : Sarkoleaks : les trois trahisons de Patrick Buisson (4e extrait)

>>>>>>>> A lire également : Enregistrements de Sarkozy par Buisson, 3e extrait : "Y'en a qu'un qui pourrait remplacer Fillon, c'est Juppé"

>>>>>>>> A lire également : Enregistrements de Sarkozy par Buisson, 2e extrait : Nicolas, Carla, l'immobilier, leurs finances et leurs amours

>>>>>>>> A lire également : Enregistrements de Sarkozy par Buisson, 1er extrait : Guéant, Musca, Mercier et les interventions sur les juges

Plus de soixante ans après la formule de Guy Mollet est à nouveau d'actualité. Voilà aujourd'hui un Patrick Buisson qui, amoureusement, ne se séparait jamais du petit dictaphone qu'il avait en poche. Il enregistrait tout. Sarkozy, Carla Bruni, Giacometti, les conseillers élyséens connus ou obscurs. C'est, n'en doutont pas, un collectionneur. Certains font dans le timbre-poste ou les monnaies anciennes. Lui c'est le son qu'il aimait.

C'est pas très beau, ça ? Non. Mais s'agissant de la droite française ils sont nombreux ceux qui, sans posséder le savoir-faire de Buisson s'exercent à la même discipline sportive. On se souvient de la guerre Fillon-Copé. Coups-bas, insinuations, mensonges, tripatouillages. Pas de sang, pas de cadavres. Mais à l'arrivée une grande malade durablement atteinte : l'UMP. Si c'était un film, il pourrait s'appeler "Petits meurtres entre amis" ?

Et la bataille de Paris ? Vous croyez peut-être, naïfs que vous êtes, qu'elle oppose Nathalie Kosciusko-Morizet à Anne Hidalgo ? Eh bien vous avez tout faux ! Elle met aux prises NKM et les siens. Avec de tels "amis" elle n'a pas besoin d'ennemis. Et là le film est carrément sanglant. C'est "Massacre à la tronçonneuse". Tout y passe : liste dissidentes, calomnies, défections. Le clan Tiberi et bien d'autres sont à la manœuvre. NKM n'aime pas la Manif pour Tous… NKM est une bobo… Et –hérésie suprême – NKM est en réalité de gauche… Elle ne s'en relèvera pas.

Mais quand même, dira-t-on, à gauche ce n'est guère mieux. Peut-être. Mais à première vue c'est moins pire. Quelques tripatouillages de votes dans les fédérations pour faire élire tel ou tel premier secrétaire ou désigner tel ou tel candidat à la présidence de la République. Des petits coups de poignard dans le dos alors qu'à droite on y va franchement au sabre d'abordage. Et là ça saigne vraiment. Il est vrai que nous avons aussi "la gauche la plus bête du monde". Telle qu'elle se montre dans l'exercice pathétique et pitoyable de son pouvoir. De toute façon on ne tire pas sur une ambulance. D'autant plus que l'ambulance de gauche n'a pas de pilote. A droite c'est bien plus intéressant. On se tue pour savoir qui sera le pilote de l'ambulance.

A lire du même auteur : Le gauchisme, maladie sénile du communisme, Benoît Rayski, (Atlantico éditions), 2013. Vous pouvez acheter ce livre sur Atlantico Editions.


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gliocyte
- 06/03/2014 - 08:48
Petit rappel: Les écoutes téléphoniques sous Mitterand
Autrement plus graves, pour la Gauche, non? Voici la liste des 7 coupables qui ont été condamnés en 2008 par la Cour de Cassation qui a estimé qu'ils avaient commis une faute professionnelle:
"Ce délit d'une extrême gravité jettent le discrédit sur l'ensemble de la fonction publique, civile et militaire, excluant nullement la satisfaction de leurs intérêts personnels, telle la garantie d'une évolution intéressante de leur carrière ou la conservation d'avantages en raison de leurs proximités avec les Hautes autorités de l'Etat"
7 condamnés:

- Gilles Ménage, ancien directeur adjoint du cabinet de François Mitterrand,

- Christian Prouteau, chef de la « cellule de l’Elysée »,

- Pierre Charroy, ex-commandant du groupement interministériel de contrôle,

- Pierre-Yves Gilleron, ancien commissaire de la DST,

- Louis Schweitzer, ex-directeur de cabinet de Laurent Fabius à l’Hôtel Matignon,

- le général Jean-Louis Esquivier,

- l’ex-capitaine Paul Barril, membre de « la cellule de l’Élysée ».
Si on ressasse à longueur d'article la période des années 30, il en est une tabou, toujours occultée: celle du règne de Mitterand

gliocyte
- 06/03/2014 - 08:35
Qui a saisi ces enregistrements?
La Justice. Qui a laissé fuiter ces derniers aux médias? La Justice avec l'aval de Taubira. Qui est condamnable?
Le fond des enregistrements est vide d'intérêt mais la forme est hautement révélatrice de la turpitude généralisée. Cette forme est passée sous silence, pourtant c'est elle qui devrait être jugée. Quand le média se fait complice de l'auteur du délit, et qu'on participe à la curée, ne ressent-on pas un malaise? Qui déshonorez-vous en agissant ainsi, sieur Rayski, si ce n'est vous-même?
ignace
- 06/03/2014 - 00:46
@ coucou.cmoi35 il faut arreter de fumer la moquette
Rayski (qui me gonfle parfois) n'a jamais écrit ce que vous dites..il ne dit pas que la gauche est mieux ......un bon bain frais vous fera descendre la température