Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Reuters

Scandale

Une infirmière montre l'état catastrophique des nouvelles blouses reçues par son hôpital

L’état des blouses reçues ce week-end par les personnels soignants de l’hôpital de La Timone à Marseille (Bouches-du-Rhône) fait polémique. Tout part d'une vidéo d'infirmières montrant l'état du matériel.

« Attention, on a reçu les nouvelles blouses, les Américains ils n'en ont pas voulu sur le tarmac. Je la prends délicatement on ne sait jamais ce qui va se passer et hop coucou j'ai ma main qui est passée à travers ». Les paroles sont tirés d'une vidéo devenue virale depuis sa publication samedi sur les réseaux sociaux.

Cette scène se déroule à l'hôpital de La Timone à Marseille (Bouches-du-Rhône), on y voit une infirmière présentant à sa colloègue qui la filme, les "nouvelles blouses" reçues par l'éatablissment. 

Très vite, l'infirmière qui s'habille voit la blouse partir en lambeaux au fur et à mesure qu'elle enfile son matériel. « Voilà comment je vais rentrer dans une chambre covid », s'inquiète la soignante.

Selon Le Parisien qui a contacté l'établissement du Ve arrondissement de la cité phocéenne, une enquête diligentée rapidement a permis de faire le point sur l'état du matériel médical. « À ce stade, il apparaît que les conditions de stockage de ces blouses (lieu humide) seraient la raison de cet état. Mais il est trop tôt pour déterminer le point d'origine de cette détérioration », explique  à La Timone au Parisien. « De nouvelles tenues de protection ont été acheminées immédiatement dans le service ce week-end et des vérifications ont été faites pour vérifier que tous les services disposaient de stocks nécessaires et conformes », précise encore la direction de l'hôpital public. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !